Entretien : Grégory Pailloncy des éditions On The Go

Si j’ai bonne mémoire, c’est suite à une news sur le jeu de cartes « Snap! » que je suis entré en contact avec Grégory Pailloncy, auteur de la série de jeux « Chronicards » et fondateur de la maison d’édition « On the go ». Passionné d’Histoire, Grégory a fondé On The Go en 2009 avec son frère Jonathan et son ami Cyril afin de développer des jeux et des livres pédagogiques. C’est ainsi que naissent les Chronicards des jeux de cartes dont le but est de placer des événements historiques de manière chronologique. Simples d’accès et amusants à jouer, les Chronicards se sont progressivement multipliées pour aborder des thèmes aussi passionnants que L’histoire du cinéma, Les grandes oeuvres de la Littérature, les Merveilles du Monde, les Femmes célèbres ou l’Histoire des Inventions et découvertes… 7 ans après leur première sortie, les Chronicards nous reviennent aujourd’hui dans une version relookée que je teste juste ici. 

Cette sortie était aussi l’occasion pour moi d’engager la conversation avec Grégory Pailloncy, qui a eu la grande gentillesse de prendre le temps de répondre à mes ineptes questions. Je l’en remercie vivement et chaleureusement. 

Olivier de Plateau Marmots


Grégory Pailloncy

Plateau Marmots :

Bonjour ! Pouvez-vous présenter On The Go en quelques mots ? D’où vient votre nom ?

Grégory Pailloncy : 

Bonjour,

On The Go est une maison d’édition créée en 2009 et spécialisée dans les jeux de connaissance et d’apprentissage. On pourrait traduire « on the go » par  « en mouvement ». Il s’agit surtout d’un nom correspondant à notre état d’esprit et un clin d’œil à notre premier jeu les ChroniCards : on voulait un jeu de connaissance « on the go », qu’on emporte facilement.

Pour remettre les choses dans le contexte, j’ai monté OTG avec l’aide de 2 associés (mon frère Jonathan et mon grand ami Cyril) pour lancer l’impression du jeu que j’avais créé (les ChroniCards). L’esprit était donc plutôt en mode projet one-shot pour vivre une expérience entre amis sans plan pour la suite. Vivre le processus de création d’une société faisait aussi partie du plaisir. On était en mode loisirs, on se retrouvait le week-end, on prenait notre temps et c’était très agréable.

Plateau Marmots :

Du coup, quelle est votre spécificité en tant qu’éditeur de jeux de société ?

Grégory Pailloncy :  

Je ne considère pas On The Go comme une maison d’édition de jeux de société mais comme une maison d’édition de jeux d’apprentissage. Il y a bien sûr une grande proximité mais les objectifs sont différents.

De mon point de vue, un jeu de société a pour objectif d’offrir un plaisir d’évasion et une parenthèse ludique. Un jeu de société a, par nature, de nombreuses vertus éducatives et stimule énormément de compétences cognitives diverses mais on ne s’achète pas un jeu de Bruno Cathala dans le but d’exercer et développer ses capacités de concentration et d’anticipation (enfin je crois). Par contre c’est un effet induit très appréciable.

Dans le cas d’un jeu d’apprentissage, si on en fait l’achat c’est qu’on cherche une alternative pour apprendre avec l’espoir que cette méthode combine efficacité et plaisir de jouer. Ce que nous faisons est donc de trouver et d’utiliser des ressorts ludiques pour rendre ces moments les plus agréables et conviviaux possibles mais sans aucune intention de vouloir se substituer, ou de se faire passer, pour un Dooble ou un Time’s up.

Malgré cette grosse différence, faire partie de l’univers du jds est complétement naturel pour nous. Tout d’abord parce qu’on aime jouer (et faire jouer) mais aussi parce qu’on y retrouve de nombreuses personnes comprenant l’intérêt des jeux d’apprentissage.

Ceci étant dit, nous restons quand même plus proches du monde enseignant que de celui des gamers. 

Plateau Marmots :

Jusqu’à présent, votre catalogue est totalement centré sur les jeux de cartes : n’avez-vous pas envie de vous lancer dans le jeu plateau ?

Grégory Pailloncy :  

C’est vrai qu’avoir un jeu de plateau pour une maison d’édition de jeu de société c’est comme avoir son vaisseau amiral.  Mais nous éditons des jeux d’apprentissage et notre public n’est pas constitué de « gamers » donc ce n’est pas un format qui me semble indispensable dans notre cas.

Un jeu de plateau est un support idéal pour renforcer l’immersion et l’expérience ludique et parmi les éditeurs de jeux dits pédagogiques certains utilisent ce format mais, à titre personnel, je suis plus enclin pour nos futurs projets à aller vers un support comme le livre que vers le jeu de plateau.

Plateau Marmots :

Comment vous est venue l’idée de ChroniCards ? A ce jour c’est un peu la carte de visite d’On the go, non ?  

Grégory Pailloncy :  

Pour ça il n’y a aucun doute vu que beaucoup de personnes pensent que ChroniCards est le nom de la maison d’édition.

C’est une idée de jeu qui a plus de 10 ans maintenant. Quand je l’ai créé je ne cherchais pas à inventer un jeu mais une façon d’exercer ma mémoire pour trouver une solution à ma grande faculté à oublier rapidement les livres d’Histoire que je lisais. C’était plus comme un livre sous forme de fiches, dont les numéros de page étaient les dates et qu’il fallait s’amuser à classer dans l’ordre pour vérifier ses connaissances. L’idée d’origine était surtout de me créer un aide-mémoire personnel. C’est en le présentant autour de moi que la règle du jeu en groupe s’est mise en place.

Après le lancement du premier jeu en 2010, la maison d’édition n’a édité que des déclinaisons thématiques pendant presque 7 ans. Ce n’était pas voulu à l’origine. J’avais en tête de développer la gamme progressivement mais aussi d’éditer d’autres produits d’apprentissage mais l’arrivée inattendue de Timeline en boutiques de jeux quelques mois après le lancement des ChroniCards au Concours Lépine a changé nos plans. Surtout que le succès de Timeline a été instantané en boutiques de jeux et nous avons dû concentrer nos efforts à développer la gamme pour nous démarquer.

Mais dorénavant, l’objectif est de se diversifier sur d’autres produits (Multipli Potion, Snap, Cartacharis..) tout en continuant à développer la collection Chroni en parallèle (au travers de partenariats avec d’autres éditeurs).

Plateau Marmots :

Vous avez très récemment lancé une nouvelle édition de ChroniCards. Vous pouvez nous parler de cette refonte ?

Grégory Pailloncy :  

Oui effectivement ChroniCards va être réédité et devient Chroni tout court. Le jeu reste le même, il s’agit avant tout d’une refonte graphique qui a permis d’améliorer un aspect qui me gênait personnellement (car j’ai une mauvaise vue) : la lisibilité des textes. La contrainte était de ne pas réduire le contenu informatif. Finalement en augmentant légèrement la taille des cartes et en repensant l’agencement, on y est arrivé facilement.

La nouvelle édition de la série classique va arriver en boutiques mi-novembre avec pour commencer Histoire à l’Ecole et Histoire de France. Puis le reste de la collection va suivre à l’occasion des réimpressions. 

Plateau Marmots :

Multipli Potion, que nous avons testé cet été, est un jeu très réussi pour faire réviser les tables de multiplication. Est-ce que Julien Lamouche, son auteur, travaille sur un autre jeu ?    

Grégory Pailloncy :  

Oui et même plusieurs je pense. Multipli Potion est le premier jeu édité mais Julien est un joueur et un créateur de jeux de société et je sais qu’il ne souhaite pas s’arrêter là. D’ailleurs l’un de ses jeux a été sélectionné pour participer au concours des prototypes du Flip de Parthenay cette année.

Plateau Marmots :

Histoire, mathématiques, zoologie… on aura bien compris que vous aimiez flirter avec le parascolaire. Vous n’avez jamais envie de zombies, de batailles spatiales ou de courses de voitures ?

Grégory Pailloncy :  

Dès qu’on travaille sur de l’apprentissage, on flirte avec le parascolaire ; pour Snap-Animaux on a surtout voulu créer un jeu de concentration et de lecture (mais on n’a pas pu s’empêcher de mettre plein d’informations sur les animaux !).

A titre personnel je n’ai rien contre les zombies et les pirates mais pour l’instant nous nous concentrons à développer des jeux d’apprentissage avec des mécaniques très simples. C’est plutôt l’occasion d’utiliser intelligemment ces univers pour nos jeux qui ne s’est pas présentée.

Quant au fait d’éditer des jeux de société, pourquoi pas. Je rencontre beaucoup d’auteurs avec des prototypes très intéressants et c’est parfois très tentant mais je garde en tête qu’une petite structure comme la nôtre ne peut pas se disperser et que le jds n’est pas notre spécialité. En tous cas, on ne se l’interdit pas. Ce qui est certain c’est qu’il y a peu de chances de nous voir faire un jeu expert avant quelques années.

Plateau Marmots :

Et puisqu’on en parle, pourriez-vous nous dire ce qu’est pour vous un bon jeu de société ?

Grégory Pailloncy : 

Pour moi, c’est un jeu qu’on a envie de partager et de faire découvrir à son entourage.

Plateau Marmots :

Et à titre personnel, vous jouez à quoi, justement ?

Grégory Pailloncy :

Comme je suis un joueur occasionnel entouré de joueurs occasionnels avec qui j’ai le droit à 5mn d’attention montre en main pour expliquer les règles avant qu’une personne me dise « c’est bon on joue, on verra pendant la partie » j’ai mon petit chouchou : Celestia. Il y a également Splendor que j’aime faire découvrir mais il est plus sympa lorsque tous les joueurs ont déjà quelques parties derrière eux. Et Imagine, même si ça demande parfois à certaines personnes un peu de temps pour se lancer à ouvrir les verrous de leur imagination.

En duo, mes préférés sont Quarto et Santorini.

Dans un autre style, mais là je ne vais pouvoir y jouer qu’avec mon frère, il y a Mythic Battle Panthéon que j’attends impatiemment de recevoir.

Plateau Marmots :

Pour finir, pouvez-vous nous donner quelques éléments sur les futures sorties d’On the go ?

Grégory Pailloncy :

Il y a donc les nouvelles éditions de Chroni à partir de novembre. Nous travaillons actuellement sur les Cartacharis, un jeu pédagogique de la bloggeuse enseignante Charivari, pour une sortie prévue début 2018. Il y a également un projet de BD pédagogique en ligne de mire pour 2018 et un jeu d’auteur sur lequel nous réfléchissons.

Plateau Marmots :

Un énorme merci !


Voici donc la fin de ce petit jeu de questions réponses. J’avoue apprécier beaucoup On The Go, dont je trouve la qualité du travail remarquable, même si leur détermination à se centrer sur l’apprentissage a tendance à me frustrer. Pourquoi ? Parce que les illustrations des cartes sont toujours réussies et la présentation soignée… et parce qu’avec un tel matériel on a envie d’aller plus loin que là où les règles veulent nous emmener. C’est assez rare que je ressente cela vis à vis d’un jeu, mais c’est très vrai avec les produits On The Go : je pense qu’ils méritent d’être explorés, joués et réinventés d’une manière que leur auteur s’interdit encore d’aborder. 

En attendant, voici des liens vers le site d’On The Go, ainsi que les tests de Plateau Marmots sur les jeux édités par On The Go : 

Les tests sur Plateau Marmots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *