Jeux de société enfants : Google me déprime

Vous savez, l’une des raisons qui me pousse à vous raconter ce que je pense des jeux de société dédiés aux enfants, ce n’est pas seulement parce q’un bon tiers de la production est bonne pour la poubelle, mais aussi parce que ceux qui en parlent sur Internet ont tendance à me fatiguer. Quand vous tapez le nom d’un jeu pour enfant sur Google, surtout un jeu pour les petits, vous allez tomber sur des résultats évocateurs. Et un peu tristes. 

J’ai fait le test hier soir, en rédigeant mon test de Little Mémo. pas trop pour savoir ce qu’en pensent les autres (ça ne regarde qu’eux), mais pour savoir qui en parlait. Et les résultats obtenus m’ont franchement donné envie de remettre en question la raison d’être de Plateau Marmots. Oui oui je l’avoue. Bon, ça n’a duré que quelques minutes évidemment, mais j’ai franchement eu le vertige. Voici les résultats : pour qu’ils soient réellement parlants, voici les 20 premiers sites listés par Google sur la requête : Little Mémo Djeco. J’ai évidemment supprimé toutes les réponses sponsorisées et je n’ai conservé que les réponses de Google en référencement naturel (gratuit). 

1 – Oxybul

Et là c’est le drame. Qu’Oxybul puisse arriver premier sur la recherche d’un résultat de jeu pour enfants me tape sur le système. Quand vous entrez dans une boutique Oxybul (ou dans une Fnac) pour savoir si un jeu est bien, le vendeur prend la boîte, la retourne, et vous lit ce qu’il y a écrit au dos. Vous pensez que j’exagère ? Essayez. 

Si je lis ici la fiche produit Oxybul, j’apprends plein de choses sur la manière dont le jeu va rendre mon enfant brillant et génial, mais rien pour savoir si le jeu est amusant à jouer ou pas. C’est un JEU, les amis ! Est-ce que mon fils va s’AMUSER avec ? « Ah bah on sait pas mais il est super pour la motricité fine, il paraît ». Au secours. 

2 – Didacto

Aussi une boutique, mais un peu plus légitime qu’Oxybul sur ce genre de produit, à mes yeux. Au moins la fiche produit ne me parle pas des capacités de mon enfant. 

3 – Amazon

Tiens, une librairie qui vend des jeux de société ?! Je plaisante évidemment. Amazon et ses fantastiques « avis produits certifiés » qui font rire la moitié de la planète en 24/7 et qui permettent à la seconde d’avoir un boulot. Amazon quoi. 

4 – Cultura

Encore une boutique, évidemment. Au moins la fiche produit est plutôt intelligente car elle me refile directement les règles du jeu, sans que j’aie à les télécharger.

5 – La poule à pois

Une boutique, pour changer. Mignonne. Mais une boutique quand même. 

6 – Avis de mamans

Ah chouette, enfin un site qui n’est pas une boutique.  Sauf que oui mais non. Car Avis de Mamans (et pourquoi pas de Papas, au fait ?) n’est au final rien d’autre qu’une plateforme d’avis produits inutiles qui n’ont d’autre but que de vous envoyer acheter le jeu sur Amazon. Merci les mamans, mais vous ne servez vraiment à rien. 

7 – La Fnac

Une autre « librairie ». Haha. 

8 – Jeux de Nim

Jeux de Nim est une référence absolue dans le monde du jeu de société. Leurs critiques sont pertinentes et fouillées, et ils devraient légitimement occuper la première place des résultats Google. 
Mais, car il y en a un. C’est aussi une boutique. 

9 – Jouons malin

Aaaah ! Miracle ! Un avis sur un jeu qui n’est ni une boutique, ni une plateforme artificielle d’avis produits. Jouons malin est un site qui teste les produits pour enfants au sens large, c’est à dire jeux de société, jouets, livres, etc. Je reviendrai plus longuement sur ce site qui me pose question pour d’autres raisons, mais en l’occurrence, ils n’ont rien à vendre et ce sont biens les seuls jusqu’à présent. 

10 – King Jouet

Ben voyons. 

11 – Avenue des jeux

Oh surprise, une boutique. 

12 – Consobaby

Même type de site qu’avis de mamans : une agglomération d’avis le plus souvent inutiles, pour vous rediriger ensuite vers une élection de sites marchands, ici Fnac et Oxybul. 

13 – Kidissimo

Ah ! Second site de la liste de résultats qui ne soit pas ouvertement commercial, Kidissimo est un site de tests de jeux et divers produits pour l’enfant. Il y aurait là aussi beaucoup de choses à en dire (et je m’y collerai un jour), mais eux aussi n’ont rien à vendre, enfin pas directement. 

14 – Smallable

Une boutique, pour changer. 

15 – Idéalo

Un comparateur de prix.

16 – CDiscount

Voilà voilà voilà.

17 – Philibert

Une LA boutique.

18 – Une cuillère pour doudou

Une boutique.

19 – Wesco

Une boutique

20 – Picwic

Une boutique.


e-commerce : 1, le reste du monde : 0

Au final, sur une recherche effectuée le 05/07 à 23h, les résultats sont les suivants. Sur les 20 premiers résultats, 18 sont là pour me vendre le jeu. 2 pour m’en parler. Donc 10 %. 

Ce que cela signifie, c’est que le jeu pour petits est un gros business où vendeurs de jeux et spécialistes de la liste de naissance se battent pour exister.

Alors oui, vous allez me dire : « Bah oui, c’est l’Internet d’aujourd’hui, je vois pas ce qui te choque ? ». Ce qui me choque, c’est que sur ces 20 résultats, le site de l’éditeur Djeco n’apparaît même pas. Ce qui me choque, c’est que Tric Trac (qui a pourtant bien référencé le jeu) n’apparaît pas.

Les sites marchands grouillent tellement sur la place qu’ils rendent illisibles les tests approfondis sur le jeu. Vous me direz que c’est la preuve que le référencement naturel boosté par des campagnes payantes fonctionne bien. Je vous répondrai que ça me fait froid dans le dos sur la pertinence des résultats que j’obtiens au quotidien. 

Coup de rush, coup de blues

C’est le genre de pensée qui, je l’avoue, est à la fois motivante et très démotivante. 

Motivante, car on se dit qu’il est urgent de recentrer le débat sur le contenu des jeux plutôt que sur leur vente et qu’il y a de la place pour les sites qui s’intéressent à la qualité des produits mis en vente plus qu’à leurs prix (même si c’est les soldes, je sais je sais). 

Démotivante, car je sais pertinemment qu’un site comme Plateau Marmots sera quoiqu’il arrive invisible sur Google au milieu de boutiques aussi prestigieuses que « boutiquenotrefamille.com », « eurekakids » ou les incontournables « Boutiques de Catena ». Bref, autant de spécialistes du jeu de société pour enfants qui en savent sur leurs produits encore moins qu’un vendeur d’Oxybul, à supposer que la chose soit possible. Merci prestashop pour avoir permis à n’importe quel blaireau de s’autoproclamer « site marchand » et de venir polluer l’espace en ligne de leurs boutiques sans âme ni originalité.

I’m a poor lonesome player and far away from Google

Moi qui n’ai rien à vous vendre, je suis donc sans intérêt aux yeux de Google. Au même titre que l’éditeur du jeu ou la presse spécialisée, vous me direz. On se console comme on peut. 

Bref, tout ceci pour vous inviter à deux choses.

La première, c’est de parler de Plateau Marmots autour de vous, encore et toujours. Que vous aimiez ou que vous détestiez le site, peu importe : parlez-en. Si Google se ferme, les réseaux sociaux sont heureusement encore disponibles pour faire passer le mot. Partagez, commentez, détestez. Chaque commentaire est une raison de plus de continuer de vous parler de ce qui nous importe  : les jeux de nos enfants. Non pas pour passer des heures à se masturber intellectuellement sur les vertus pédagogiques ou éducatives de tel ou tel titre (ce que je reprocherai volontiers à Jouons malin ou Kidissimo, justement), mais juste pour se poser la question de savoir si ce sont de bons JEUX pour JOUER ou juste de la merde vite déballée et vite oubliée, le plus souvent markétée rose fluo pour les filles et bleu flashy pour les garçons.

La seconde, c’est que le site ouvre volontiers ses colonnes aux parents qui ont eux aussi envie de partager leurs expériences de jeux, excellentes ou moisies. Le tout est de parler vrai, de s’intéresser au plaisir de jouer ensemble, et ne pas hésiter à passer outre le sacro-saint « bilan pédagogique » de rigueur pour arriver à l’essentiel : vous êtes vous amusés à jouer à tel ou tel jeu avec le reste de votre famille. Le formulaire de contact est juste là. 

Plateau Marmots n’aura jamais raison ou tort mais Plateau Marmots dira ce qu’il pense. Comme un sale gosse sans doute, mais un sale gosse de plus en plus nécessaire pour les parents que nous sommes, sollicités comme jamais par un business qui a trouvé en nous les vaches à lait du moment.  

Bref : il est grand temps de l’ouvrir. Merci à vous de nous aider à porter le message un (petit) peu plus loin. 

4 commentaires sur “Jeux de société enfants : Google me déprime

  • 6 juillet 2017 at 16 h 35 min
    Permalink

    Ben moi, Little Mémo, je trouve ça rigolo 🙂
    Et comme j’ai une mémoire équivalente à celle de Doris (de Nemo), je dois faire un effort de concentration 😀
    Bientôt Little Mémo contre Alzheimer ? 😝

    Reply
  • 7 juillet 2017 at 7 h 14 min
    Permalink

    Triste constat en effet… Merci pour votre engagement sur ce sujet effectivement difficile à rendre visible dans notre monde actuel…

    Je me permet de relever un détail qui m’a fait sourire (il faut parfois sourire !) : La suggestion d’article sur le même thème en dessous de ce billet qui me suggère… Votre article de découverte de la boutique Kijoo.fr…

    La boucle est bouclée ! 🙂

    Reply
    • 7 juillet 2017 at 12 h 43 min
      Permalink

      C’est en effet une boucle inévitable. Dans le cas de la boutique Kijoo, toutefois, j’ai la certitude d’avoir affaire à un passionné de jeux, qui a pris le temps d’établir un catalogue cohérent. Mais il est vrai que c’est une boutique, une de plus on pourrait dire, et qu’elles font inévitablement partier du paysage. Ce que je reproche à Google, c’est de placer ces boutiques AVANT les sites d’information. Mais je ne reproche pas à ces boutiques d’exister, évidemment.

      (Et au cas où vous vous poseriez la question, Kijoo ne nous a rien offert pour que l’on parle d’eux, à part un bon d’achat de 10% que nous avons relayé en ligne).

      Grand merci pour le commentaire !

      Olivier

      Reply
  • 10 juillet 2017 at 20 h 46 min
    Permalink

    Et que disent les autres moteurs de recherche moins connus ? Qwant, Bing, Duckduckgo ? Je sais bien que Google a le monopole mais même en tant que simple internaute, je commence à aller voir ailleurs, j’en ai également un peu marre par exemple que Google met en avant des sites de média, magazines, … En premier quand je recherche des infos sur un sujet particulier, parfois les avis de certains blogs, sites persos sont aussi intéressants…Mais pas forcément aussi bien référencés.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *