Test – Au Marché !

Sur les étals du marché, les vendeurs s’affairent ! Les pains tout chauds sont sortis du four à la boulangerie, les carottes et les choux sont soigneusement alignés chez le primeur, et les bonbons sont mis en sachet à l’épicerie. Mais déjà les premiers clients arrivent, armés de leurs listes de courses. Que vont-ils acheter aujourd’hui?

Au marché ! est un jeu pour les petits marmots, entre deux et quatre ans. Entre jeu libre et jeu de société, il leur permet de découvrir les rituels d’achat dans les petits commerces, c’est-à-dire les salutations d’usage, la demande, le blabla, le paiement et les salutations d’au revoir. Irez-vous avec votre marmot à la découverte des étals ?

« Pour aller au marché, maman a dû marcher »

Au marché ! est avant tout un jeu de prise de parole et de manipulation de jetons, puisque les marmots (de 1 à 4) vont devoir jongler entre leur liste de course, leurs pièces et leurs billets. Le premier marmot qui aura rempli sa liste de course aura gagné la partie mais, soyons honnêtes, cela n’a aucune espèce d’importance avec des marmots aussi jeunes. On retiendra donc le plaisir du jeu, quel que soit le résultat obtenu.

Le jeu consiste à collecter les victuailles listées sur votre liste de course en allant les acheter dans le magasin correspondant. Bref : de faire un petit tour du marché en papotant avec les vendeurs. Ben quoi… il n’y a pas d’âge pour apprendre à faire tourner le petit commerce !

« Ils sont beaux mes jetons, ils sont beaux ! »

Il est assez redondant de rappeler qu’Haba fait du bon boulot avec le matériel présent dans leurs jeux, mais Au marché ! présente encore une fois un contenu réussi, à la fois joli et agréable à manipuler pour les tout petits.

Le plateau de jeu (qui utilise le fond de la boîte) représente quatre stands : une boulangerie, un primeur, un bazar et une charcuterie/poissonnerie. Chaque stand est équipé d’une fente qui permet d’y insérer la monnaie adéquate pour payer les denrées commandées. Mais si vous jouez à plusieurs, rien n’empêche de donner les pièces de main à la main, ce qui est tout de suite plus cordial.

Outre des pièces en bois et des billets en carton, on trouve également des listes de courses et des jetons symbolisant les produits achetés.

L’ensemble est aussi solide que coloré, et c’est un véritable plaisir de le sortir de la boîte, juste pour s’amuser avec les étals. Au travers du livret de règles, Haba encourage par ailleurs à utiliser le matériel de jeu comme support d’imaginaire et créer ainsi des mini jeux où l’enfant joue comme bon lui semble. La règle est remarquablement bien rédigée : claire et illustrée.

« Dites m’sieur l’boucher, il vous reste des Haba ? »

Sur le papier, Au marché ! est donc un jeu compétitif. Le but du jeu est d’être le premier à compléter sa liste de courses. Chaque liste contient en effet 4 produits à acheter : une sur chaque stand. Chaque produit est identifié par une couleur et une forme géométrique distinctes, qui va permettre au petit marmot de trouver facilement sur quel stand il faut aller l’acheter.

À son tour de jeu, le joueur lance un dé : quatre des faces correspondent à la couleur d’un produit (ainsi qu’à sa forme géométrique). L’enfant peut donc repérer au premier coup d’oeil quel produit il doit acheter et sur quel stand se rendre. En consultant sa liste des courses, en effet, il va constater que le triangle et la couleur verte correspondent à un produit précis. Et cette couleur est également celle du stand où il pourra se le procurer.

Si, par exemple, vous lancez le dé et tombez sur le triangle vert, un regard sur votre liste de course vous indiquera qu’il vous faut acheter des fraises. Quel est le stand vert ? Celui du primeur. CQFD !

Pour se simplifier la vie, chaque stand effectue un tarif unique pour chacun de ses produits : prix affiché sur le stand et au dos de chaque jeton “produit”. Le joueur devra donc régler son achat au moyen de la pièce ou du billet adapté, qu’il pourra insérer dans la fente prévue à cet effet.

Deux faces du dé représentent un visage souriant et signifient que le joueur peut acheter ce qu’il souhaite, un peu à la manière du panier dans “Le verger”. Mais si le joueur tombe sur une couleur correspondant à un produit que vous possédez déjà, alors vous devez passer votre tour et attendre pour rejouer. C’est normal : au marché on fait toujours un petit peu la queue avant de pouvoir être servi. C’est une vraie simu, quoi.  

« Alors, comment qu’il allait bien ce matin ? »

Le jeu conseille bien évidemment d’enrober chaque étape par des dialogues de circonstances : salutations d’usages, commentaires sur les produits, sur le temps, le dérèglement climatique, le bobo de la semaine dernière, la qualité du dodo à venir, la densité du caca du matin et sur la politique internationale de Donald Trump.

Le marmot doit ainsi pouvoir se sentir à l’aise de parler et d’échanger avec les adultes et les autres marmots, et ainsi remettre l’humain au premier plan du commerce, ce qui est moins évident lorsque vous achetez votre botte de poireaux au Drive de Leclerc. Les parents les plus déterminés introduiront volontiers un système de carte de fidélité, de paiement sans contact ou de périodes de soldes, mais ce n’est pas inclus dans la règle. Une extension à venir, peut-être ?  

Les marmots de tous âges de mon équipe de choc ont volontiers délaissé leurs parties de Beyblade et de Mario Kart pour jouer “au marché” le temps de quelques parties, signe que dès qu’un jeu propose des pièces et des billets, il est fondamentalement populaire. Quant aux parents, ils jouent très volontiers le rôle des marchands, et en profitent pour s’extasier, pleins de fierté, devant les progrès de leurs marmots. Le mien (2 ans ½) a réussi à faire un lien de cause à effet entre les fraises vendues sur l’étal du primeur et celles qu’il avait sorties de terre deux jours plus tôt dans “Pierre le Jardinier”. Donc oui, je m’extasie, et j’ignore vos ricanements 🙂   

L’avis de Plateau Marmots

Au final, Au Marché ! est la fusion réussie entre un jeu Haba classique type  “Le verger” et un jouet “étal de fruits et légumes” façon Ecoiffier. Il permet à l’enfant de comprendre que chaque produit est vendu dans un lieu précis et que chaque produit s’obtient en échange d’une pièce ou d’un billet. On notera que l’aspect ludique est légèrement en retrait, car on se moque au final de savoir qui gagne ou qui perd : l’important c’est de faire son shopping tous ensemble, de papoter et de s’imaginer ce que l’on va pouvoir faire des produits achetés.

Si les adeptes des premiers jeux plus classiques iront donc voir du côté de Chut Coco, Abella l’abeille ou ce bon vieux Verger, ceux qui veulent partager une expérience de vie avec leurs marmots seront heureux de jouer avec “Au marché !”. Ils pourront ainsi simuler leurs courses avant de les effectuer “pour de vrai” au marché du samedi, où leur marmot s’amusera de sa propre connaissance du stand des fruits et légumes “comme dans le zeu, papa !”. Et ça, ça vaut bien tous les billets en carton et les pièces en bois du monde.

Ça fait plaisir

  • Un matériel très réussi
  • Apprentissage des couleurs et formes géométriques
  • Très simple d’accès
  • Un beau support de jeu libre

Ça fait moins plaisir

  • Assez faible sur le fond de jeu
  • On ne peut pas payer en bitcoins

Fiche technique

Un jeu de Annemarie Hölscher
Edité par Haba
Année de sortie 2017
Pour 2 à 4 joueurs
A partir de 2 ans
Durée d’une partie : 10-15mn

Voir ce jeu chez Philibert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *