Test – Farmy’Up : La ferme en folie

Il y a des jeux qui, une fois installés sur la table, attirent immédiatement le regard. On a parlé par exemple récemment de Princess Jing, et un peu moins récemment de la Tour du Dragon. Farmy’ Up est clairement un jeu de cette trempe, qui saura vous donner envie de jouer dès que vous le verrez. Vous sentirez battre votre petit coeur d’agriculteur, soucieux de prendre soin de son potager, de son verger, et de nourrir ses animaux bien aimés. Mais surtout, vous aurez une énorme envie de lancer les dés… Pourquoi ? C’est ce que nous allons voir tout de suite 🙂

Hiyahiyahoooo !

Farmy’Up est un jeu édité par les Montpelliérains de Bioviva!, pour 2 à 4 joueurs à partir de 5 ans. Comme tous les jeux édités par Bioviva!, il est fabriqué en France de manière écoresponsable. Je sais que je le rabâche à chaque fois, mais ça reste une démarche engagée que l’on ne peut que soutenir et encourager.

Le but du jeu est d’être le premier à compléter sa ferme, en obtenant l’ensemble des éléments de 6 zones d’activités. Pour chaque zone, vous trouverez systématiquement un élément (animal ou plante), son aliment, et sa production. Par exemple : votre étable devra accueillir une vache. Cette dernière mange de l’herbe et produit du lait. Pour le potager, les jeunes pousses consomment du compost et produisent des légumes.

Au niveau du gameplay, Farmy’Up est un jeu qui mêle chance et rapidité, mais qui permet également de découvrir l’univers de la ferme et d’approfondir ses connaissances générales sur la production. On est bien évidemment loin de Farming Simulator, mais au moins vos marmots termineront leur partie en se souvenant que les moutons produisent de la laine, que les jeunes poussent produisent des légumes et que les arbres ont besoin de soleil, ce qui est loin d’être négligeable. Ah oui aussi, ils adoreront jeter les dés. Mais j’y arrive. 

Une ferme d’exception

L’éditeur Bioviva! aime bien jouer avec les volumes (on se souvient notamment de Sauve Moutons, particulièrement réussi) et Farmy’Up est sans doute un jeu qui marquera les esprits de par son matériel. En effet, le jeu a eu la très bonne idée d’inclure une Tour de dés en forme de ferme. Pour ceux qui ne connaîtraient pas le concept, une tour de dés est un accessoire de jeu que l’on utilise pour lancer les dés d’une manière aussi amusante qu’esthétique. Ça ne sert pas à grand-chose sur le jeu en lui-même, mais c’est très joli et amusant de l’utiliser pour lancer ses dés (qui ne tomberont plus de la table, du coup).

Pour les plus petits qui ont encore du mal à faire rouler les dés, c’est un accessoire génial, aussi inutile qu’indispensable. C’est beau, ça illumine la table, et plusieurs personnes m’ont avoué qu’elles allaient conserver la tour pour jouer à d’autres jeux sur le même thème. C’est le premier jeu pour enfants que nous testons ici qui a l’idée d’inclure ce type d’accessoire, et c’est vraiment bien vu de la part de Bioviva!.

Le reste du matériel n’est pas en reste, attention ! Vous y trouverez des palets en bois, des jetons en carton, deux dés, des planches cartonnées représentant les diverses productions de votre ferme et une aide de jeu.

Comme d’habitude j’ai pesté sur les stickers à coller sur les dés et sur les palets (un peu trop grands). Mais comme je sais que Bioviva! produit en France et qu’il faut bien rogner sur les coûts quelque part, j’ai collé mes stickers en silence. 🙂

Si la règle qui explique le jeu est bien rédigée, je regrette néanmoins qu’il faille aller à l’autre bout du livret (multilingues) pour accéder à certaines informations complémentaires, au demeurant sympathiques. On verra plus loin qu’un certain flou artistique règne autour d’une phase de jeu. Rien de bien grave, je vous rassure de suite.

Le cycle de la viiiiiiie

Pour l’emporter, Farmy’Up demande donc aux joueurs de compléter 6 petites scènes composées chacune de trois éléments. Chaque petite scène est un décor classique de la ferme (pré, potager, verger, étable, bergerie…) et les 3 éléments à y placer obéissent toujours à la même logique : un animal ou une plante, puis son aliment, puis sa production. Si on prend l’exemple du verger, cela donnera donc l’association Arbre, Soleil (pour le faire pousser) et Pommes (la production). Le but ici est clairement de permettre aux marmots de comprendre les liens de cause à effet entre nourriture et production et donner un aperçu de la vie agricole.

Pour chaque scène, les joueurs vont donc devoir respecter l’ordre de placement des jetons. Dans le poulailler, par exemple, on ne pourra placer les oeufs sans avoir au préalable avoir placé des poules et les avoir nourries avec des graines.

Bref, point de farines animales, de glyphosate Monsanto ou de poules en batterie chez Bioviva!. Le jeu manque donc cruellement de réalisme… et finalement ça nous va franchement très bien 🙂 

« Moi je suis agriculteur à la pointe du raz »

Le jeu conseille aux joueurs de ne jouer qu’avec le premier dé pour leurs premières parties. De notre côté nous conseillons de ne jouer qu’avec le premier dé pour TOUTES vos parties, mais on s’en expliquera plus loin.

Ce dé que le joueur lance, c’est celui qui va permettre de compléter le puzzle de la ferme. Il va en effet indiquer l’une des 6 scènes à compléter, et chaque joueur doit alors se précipiter pour obtenir le palet correspondant. Mais attention, le palet que vous devez saisir correspond à votre avancée dans chaque scène, puisque vous devez impérativement les compléter dans l’ordre.

Admettons que le dé indique l’étable. Les joueurs qui n’ont pas encore obtenu une vache doivent viser ce jeton. Les autres doivent viser les jetons suivants (Herbe ou Lait).

Et c’est ici qu’un flou artistique un peu agaçant donne l’impression que la règle aurait pu bénéficier d’une relecture supplémentaire.

Avec votre permission, je vais rentrer un peu dans les détails au moyen d’un exemple.

Milka a lancé le dé et obtenu la face étable. Elle a déjà une vache dans son étable, et doit donc viser un palet « herbe ». Grosjean, de son côté, n’a pas de vache, et vise donc le palet « vache ». Est-ce qu’elles ont toutes les deux le droit de prendre leurs palets, ou est-ce que l’on considère qu’un seul palet, toutes catégories confondues, doit être pioché pour le tour ?

Quand les joueurs se battent pour le même palet, il est facile de voir qui l’a attrapé ou non. Quand il s’agit de palets différents, et lorsque l’on joue à quatre,c’est beaucoup plus difficile de trancher. A moins, peut-être, de déterminer que c’est le premier qui crie ou qui le fait claquer sur la table devant lui ? Bref, j’aurais apprécié que la règle soit un peu plus explicite sur ce point.

Quoi qu’il en soit, tout joueur qui aura obtenu un palet pourra compléter son puzzle en y ajoutant un jeton. S’il se trompe de palet, il subira un malus. Ca lui apprendra à piocher du lait alors que la vache attend toujours son herbe.

Un dé, ça va. Deux dés…

Farmy’Up est donc un jeu de rapidité et de connaissances, où il faut pouvoir identifier sa cible rapidement et s’en saisir avant ses adversaires. Mais comme cela manque de folie, parait-il, l’auteur du jeu a décidé d’y adjoindre un second dé. Le but avoué est de pimenter un peu le rythme des parties. Ce dé est donc lancé en même temps que le premier et vient rajouter une contrainte physique à la pioche des palets.

En gros, le dé va vous imposer de faire un tour sur vous-même, de piocher le palet avec la main gauche ou d’aller chiper des jetons à vos adversaires. Bref, de mettre du bordel rythme autour de la table en y ajoutant des actions supplémentaires.

Autant le dire tout net : je ne suis pas fan de cet ajout. Déjà j’apprécie assez peu le mélange des épreuves physiques aux jeux de plateau plus conventionnels. Mes vertèbres concassées par mon grand âge parlent sans doute à ma place, mais me lever, faire un tour sur moi-même et me rasseoir en toute hâte a rarement pour effet d’augmenter mon plaisir de jeu. Autant j’apprécie les jeux qui sont véritablement centrés sur les contraintes physiques (La Danse des œufs, Gym Animo), autant leur incursion dans un jeu de plateau plus conventionnel ne me semble pas une riche idée.

C’est d’autant plus saugrenu dans Farmy’Up car je trouve que l’aspect « Intervilles » nuit à l’aspect pédagogique du jeu. J’ai déjà du mal à me souvenir qu’une poule doit manger des graines (et pas des lasagnes au cheval), alors si en plus je dois faire fonctionner mes neurones pour soudain jouer de la main gauche, ça va vite devenir compliqué.

Mais bon, c’est le vieux grincheux qui parle, vous l’aurez bien compris.

L’avis de Plateau Marmots

Au final, Farmy’Up est un jeu qui mérite sans aucun doute le détour tant son matériel (à la fois simple et accrocheur) vous donnera envie de jouer. On y fera travailler sa rapidité et ses réflexes, mais de surcroît on explorera avec bonheur l’univers de la ferme, ses prés, ses vergers, et ses animaux.

Seule (petite) ombre au tableau, ce fameux dé « d’action », censé apporter un petit grain de folie à un jeu qui n’en avait sans doute pas besoin. Après quelques parties, j’ai décidé de jouer sans et tout le monde à table n’en a été que soulagé. En lieu et place, je l’avais remplacé par un dé issu d’un autre jeu sur lequel apparaissaient des silhouettes d’animaux de la ferme. Les joueurs devaient pousser le cri de l’animal concerné tout en cherchant à récupérer leur jeton. C’était purement pour l’ambiance, certes, mais cela a très bien fonctionné.

Hormis ce petit détail, Farmy’Up est un jeu vraiment plaisant pour qui cherche à découvrir l’univers de la ferme de manière globale, sans se limiter aux animaux ou à l’agriculture. On s’y amuse, on se stresse à chaque lancer de dé, et on contemple sans relâche cette tour de dés, aussi majestueuse qu’indispensable.

Ca fait plaisir

  • Une vision globale de la ferme
  • Connaissances et rapidité
  • Une tour de dés, très belle idée

Ca fait moins plaisir

  • Un dé d’action un peu superflu

Fiche technique

Un jeu édité par Bioviva!
Pour 2 à 4 joueurs
A partir de 5 ans
Année de sortie : 2018

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *