Test – Tour du Dragon (et patatras !)

  La Tour du Dragon est un jeu de mémoire et d’adresse édité par Haba et sorti en 2016.

Une princesse enfermée dans une tour cherche à s’évader avec l’aide du prince et ses joyeux compagnons. Mais un dragon fort jaloux va tout faire pour les empêcher de réussir en détruisant leur fragile échafaudage. Qui sera le plus rapide ?

Un matériel exceptionnel

La première chose qui frappe, avec cette Tour du Dragon, c’est la taille de la boîte qui évoque tout de suite une « grosse production » de chez Haba.  En effet, elle est de la même taille que « Mon premier coffret de jeux », signe que le contenu va être conséquent.

Et le contenu est tout simplement magnifique : des jetons de toutes les couleurs, des tuiles, un dragon mécanique en plastique et une tour en carton fort qui est tout simplement sublime tant elle regorge de détails et de couleurs. Le moins que l’on puisse dire c’est que le jeu est beau, l’un des plus beaux que nous ayons jamais vus chez Haba… ou ailleurs.

Une fois le jeu installé sur une table, il attire immédiatement le regard et donne envie d’y jouer. Faites le test avec des amis (adultes et enfants) : c’est imparable. Ce jeu frappe donc très fort d’entrée une fois qu’il est mis en place, et force est de reconnaître qu’il en met tout simplement plein la vue.

La règle, quant à elle, est un peu longue pour un jeu au final assez simple. Mais cela s’explique aussi par les instructions de mise en place, et donc de montage, de la fameuse tour. En effet, elle doit être assemblée dans un ordre précis, qui aura toute son importance dans la phase finale du jeu. Pas de panique toutefois : elle est très simple à monter et vous saurez le faire sans lire la règle dès votre seconde partie.

Un jeu en deux actes

Si le jeu propose autant de matériel,  c’est qu’il se divise en fait en deux jeux distincts. Le lien entre les deux, c’est qu’une bonne réussite lors de la première phase vous facilitera la vie lors de la seconde. Mais sur le fond, on a ici affaire à deux épreuves très différentes l’une de l’autre : jeu de mémoire d’un côté et jeu d’adresse de l’autre.

Le jeu étant vraiment bien scénarisé, cela passe fort bien dans le cadre de la partie. La première phase en effet, c’est la construction d’un échafaudage par les gais compagnons du prince, qui vont prendre tous les risques pour aider la princesse à d’évader. La seconde partie du jeu, ce sera l’évasion de la princesse elle-même, alors que le dragon cherche à faire s’écrouler l’échafaudage, en tirant dessus avec une corde. Intense et dramatique à souhaite.

Ascenseur pour l’échafaudage

La première phase de jeu est donc celle de la construction de l’échafaudage qui permettra ensuite la fuite de la princesse. Cet échafaudage est composé de 3 étages de 4 jetons, posé sur la pierre que va tirer le dragon. Il se construit petit à petit en retournant des tuiles à la manière d’un Mémory. Chaque étage de l’échafaudage, en effet, est composé de 4 couleurs précises, qu’il faut retrouver parmi les tuiles. Si vous retournez une tuile de la bonne couleur, vous pouvez placer un personnage correspondant. Sinon, il faut piocher encore. Le risque de la pioche, c’est de tomber sur des tuiles « dragon ». À chaque tuile dragon retournée ce dernier recule d’un pas, ce qui aura pour effet de tendre la corde attachée au rocher et de réduire le temps disponible pour évacuer la Princesse.

Plus la phase de Mémory sera résolue rapidement, plus il sera « facile » de faire sortir la princesse avant que l’échafaudage ne s’écroule.

– Ils recrutent des nains maintenant dans les commandos ?
– Je suis Luke Skywalker, je suis venu à votre secours !

Une fois l’échafaudage complété, le second acte du jeu débute. Il s’agit alors d’un jeu d’adresse, qui devra être mené avec doigté, rapidité et coopération. Chaque joueur se munit d’une petite réglette de couleur, qu’il tient du bout des doigts. Avec ces réglettes, les joueurs doivent sortir le pion de la princesse du donjon, lui faire parcourir le chemin de ronde, descendre l’échafaudage, et la conduire jusqu’à son carrosse. L’opération doit être menée de sorte à ce que la princesse ne tombe pas de la tour, et qu’elle ne fracasse pas l’échafaudage en le descendant.

Juste avant le lancement de cette fuite éperdue, le mécanisme du dragon est actionné. Ce dernier tire sur le rocher qui soutient l’échafaudage pour le faire s’écrouler. Il faut donc évacuer la princesse avant que l’échafaudage ne s’écroule, ou bien la partie sera perdue. C’est donc avec calme (si possible) et discipline que l’on tentera ce sauvetage dont l’issue se joue souvent à la seconde près. Nerfs sensibles s’abstenir.

Petits et grands marmots

Les adultes joueront volontiers au jeu de bonne grâce, bluffés par la beauté du matériel. Ils seront même assez complémentaires avec les marmots : ces derniers gérant la partie « mémoire » là où les grands pourront assurer sur la partie « sauvetage » et vanter leurs nerfs d’acier. Evitez quand même de participer à un apéro Mojito avant de lancer la partie.

L’avis de Plateau Marmots

Il est très difficile d’avoir un avis tranché sur la Tour du Dragon, tant il est hors normes à plus d’un titre. Son matériel de toute beauté cache en fait un jeu finalement très simple, tant dans la première phase que dans la seconde. Il y a donc un léger déséquilibre entre la promesse et le rendu final. Le jeu n’en est pas désagréable pour autant, évidemment, mais on a tendance à regarder le matériel avec regret, comme s’il était injustement trop peu exploité au vu des possibilités qu’il laisse entrevoir.

En outre, la première phase du jeu a une incidence somme toute assez faible sur le sauvetage. Les plus adroits gagneront quoiqu’il arrive… et les autres feront volontiers s’écrouler l’échafaudage sans même l’aide du dragon.

La tour du dragon est donc un jeu plaisant qui laisse une sensation un peu mitigée après l’émerveillement initial. On peut d’ailleurs faire le parallèle avec un autre jeu du même auteur : La Forêt Mystérieuse, sorti chez Iello. Des jeux au matériel incroyable pour des règles simples et souvent déjà croisées ailleurs.  

Le côté spectaculaire et dramatique de la Tour du Dragon (certains enfants font exprès de perdre pour voir l’échafaudage s’écrouler) en fera néanmoins la star d’un goûter d’anniversaire ou d’un dimanche un peu morose. Difficile en effet de ne pas tomber sous le charme d’un jeu à la présentation si réussie.    

Intérêt ludique : plutôt sympa
Intérêt pédagogique : Newton avait raison
Au final : On aime, mais on a envie de bricoler d’autres aventures autour de cette somptueuse tour

Fiche technique de Tour du Dragon

Édité par Haba
Un jeu de Carlo A Rossi
Année de sortie : 2016
Pour 1 à 4 joueurs
À partir de 5 ans
Prix indicatif : 40 euros

Pour aller plus loin

Voici une vidéo qui présente le jeu. Attention toutefois, deux grosses erreurs sont à signaler. La première, c’est que durant la phase de construction, les tuiles de couleur qui permettent de construire l’échafaudage sont écartées après utilisation. (cela évite de pouvoir se souvenir d’une et de la réutiliser à l’infini). La seconde erreur (vraiment grossière celle-ci), c’est que les auteurs de la vidéo ont monté la Tour du Dragon à l’envers. La sortie, en effet, devrait être de l’autre côté, et la princesse doit donc faire tout le tour du chemin de ronde pour arriver à l’échafaudage. Cela complique donc évidemment les choses 🙂 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *