Test – Bata-Waf

Pour initier les jeunes enfants de 3 ans  aux sanguinaires combats de molosses aux paisibles jeux de cartes, Djeco nous propose Bata-Waf, une revisite enfantine et canine du très classique « jeu de bataille », accessible aux tout petits. Alors, Pollux va-t-il enfin mettre sa raclée à Idéfix ?

Bata-waf, un jeu de niche

Bata-waf est donc un jeu de cartes de l’éditeur Djeco. Un de plus, j’ai envie de dire, car s’il y a bien un domaine que Djeco masterise, c’est celui des jeux de cartes pour enfants. Qui n’a jamais vu, en effet, ces très jolies boîtes colorées et superbement illustrées, qui proposent des versions enfantines du pouilleux, du menteur et du strip-poker de la bataille.  

Ah la bataille ! Quel parent ne frémit pas d’angoisse en revivant ces parties interminables avec un innocent jeu de 52 cartes, où l’on gagne par mégarde après avoir chouré le dernier roi de notre progéniture avec un joker que l’on pensait avoir sorti discrètement du jeu. Ah la bataille ! Ce jeu où l’issue est mathématiquement programmée dès que les cartes sont distribuées, comme la réalisation d’une tragédie grecque, riche en rebondissements, certes, mais tellement chiante dans ses longueurs… Ah la bataille, ce premier jeu d’affrontement où l’on quitte un peu l’enfance en regardant pour la première fois les courbes de Judith, Pallas et Argine (mais moi c’est parce que j’ai appris à jouer avec un jeu de cartes Druuna).

Bref la bataille, un jeu pénible, mais que tous les marmots adorent tant il leur donne l’illusion de jouer à un jeu de cartes. Et c’est ici qu’arrivent les toutous.

Bata-viah-waf !

Pour réinventer la bataille, Djeco a donc sorti la griffe canine. Le jeu se compose de 36 grandes cartes, très colorées, qui représentent des chiens de différentes tailles. Chaque carte est numérotée de 1 à 6, déclinée en 6 modèles différents. À chaque chiffre correspond un chien de taille différente, ce qui permet aux petits marmots de deviner intuitivement qui l’emporte même sans connaître les chiffres.

Les cartes de Bata-Waf sont grandes, simples et mignonnes, épaisses, très lisibles, et il est clair qu’un enfant de 3 ans peut les manipuler sans souci. Rien à redire sur ce point.

Comme toujours avec Djeco, la règle tient sur une carte à jouer, et sera mémorisée en quelques secondes. Vous pourrez donc jouer dès l’ouverture du paquet, ce qui n’est pas négligeable avec un enfant de 3 ans.

Mon fils est tellement tellement bête !

Petite parenthèse nécessaire, valable pour tous les jeux « enfants » jusqu’à huit ans, mais qui me semble particulièrement appropriée ici. Non, non et non : votre enfant n’est PAS stupide parce qu’il n’a pas compris les règles de Bata-waf alors qu’il a fêté son 3e anniversaire ce matin. De même qu’il n’est pas un génie s’il vous a battu à plate couture hier au soir. Les dates indicatives données par les éditeurs correspondent à une évaluation moyenne des compétences acquises par un enfant de cet âge. Et le fait qu’il ne pige rien aux règles de la bataille (ce qui n’est pas une mauvaise nouvelle en soi, par ailleurs) le jour de ses 3 ans n’empêche pas qu’il vous mette peut-être mat en cinq coups la semaine suivante.

Donc pas de stress s’il préfère lancer les cartes en l’air, regarder les dessins ou faire totalement autre chose : il viendra aux jeux bien assez vite. Ou pas, et ce sera très bien aussi.

Et surtout, surtout, surtout, n’allez pas tirer des conclusions sur ses capacités cognitives parce qu’il n’arrive pas à assimiler que le grand chien est plus fort que le petit chien. Chaque enfant a son rythme, votre boulot est de le suivre, pas de le fixer. On est d’accord ? Bien, alors fin de la parenthèse.

Bata-Waf : l’intensité de la guerre

Pour jouer à Bata-Waf, il suffit de distribuer l’intégralité des cartes entre les joueurs. Chacun conserve ensuite ses cartes en paquet, face cachée. À chaque tour de jeu, les joueurs retournent la première carte du paquet et les comparent. Celui qui a la plus grosse le chien le plus grand remporte la carte de l’autre et la glisse sous son paquet. Celui qui gagne toutes les cartes du jeu remporte la partie.

Lorsque des joueurs retournent des cartes de valeur identique, il y a bataille. Ils doivent dire « Bata Waf » et placer deux cartes face cachée sur les cartes déjà en jeu. Deux nouvelles cartes sont révélées et placées sur les tas : le plus fort emporte le pli.

Un peu comme la bataille, quoi. En gros.

Et c’est tout ?

Oui, c’est tout. La bataille est un jeu typiquement enfantin et simple à assimiler, car l’on n’y décide de rien, un peu comme le jeu de l’oie. On passe un moment (plus ou moins) agréable en s’affrontant avec les cartes, mais le sort en est jeté dès la distribution. Pour tout vous dire, il y a plus de stratégie dans « Premier Verger » que dans un jeu de bataille fermé. Ça donne le niveau.

Djeco ne va hélas pas plus loin que le jeu de base, sans donner la moindre variante ni la moindre piste pour accompagner l’enfant dans son apprentissage. Car les règles du jeu de bataille sont faciles à adapter pour que le jeu devienne plus intéressant moins chiant. Dommage que l’éditeur ne se donne pas la peine d’en citer ne serait-ce qu’une, sous un sous-titre de type « quand l’enfant sera plus grand ». À moins que ce ne soit pour nous vendre un autre jeu de bataille, destiné au 4 – 7 ans ?

Des variantes pour la bataille, mais en mieux

Dès que l’enfant aura assimilé les règles élémentaires de la bataille, je vous conseille donc une première variante, simple à mettre en place. Au lieu de mettre les cartes remportées sous le paquet, comme le font instinctivement tous les marmots, invitez-les à les poser dans un tas séparé, sur la table de jeu. À chaque fois qu’ils épuisent leur tas de cartes, invitez-les à mélanger les cartes gagnées avant de les remettre en jeu. Cela évitera qu’elles ne reviennent toujours sur la même séquence et générera un peu d’aléatoire supplémentaire.

Autre possibilité, pour les marmots un peu plus grands (5 ans) : une fois les cartes distribuées, chaque joueur en pioche 5 qu’il peut consulter. À chaque tour de jeu, les joueurs choisissent désormais la carte qu’ils désirent jouer et la révèlent en même temps. Ils devront donc évaluer la puissance de leur main, et décider s’ils veulent bombarder leurs cartes « fortes » immédiatement ou les économiser pour plus tard. Une fois leur main épuisée, les joueurs reprennent une main de 5 cartes.

L’avis de Plateau Marmots

Au final, Bata-Waf est donc un jeu de bataille classique, ni pire ni vraiment meilleur que les autres. On apprécie évidemment ses graphismes réussis et la taille généreuse de ses cartes, mais on déplore d’un autre côté qu’aucun travail d’édition n’ait été fait sur les règles afin de leur apporter un semblant d’originalité. On jouera donc volontiers Bata-Waf le temps de quelques parties, pour initier nos marmots aux chiffres de 1 à 6 et le rapport de taille, mais on le rangera assez vite au profit de jeux de Batailles un peu plus élaborés, ne serait-ce que Bata-Flash ou Bata-Puzzle, pour rester chez le même éditeur. Bref, c’est un premier jeu de cartes relativement honnête, réellement accessible aux petits marmots de 3 ans, 3 ans et demi, mais qui montrera très rapidement ses limites. 

Ça fait plaisir

  • Plutôt joli
  • Simple d’accès et très facile à jouer pour les tout petits
  • Découverte des chiffres
  • Découverte du rapport de taille grand/petit

Ça fait moins plaisir

  • La bataille, c’est chiant
  • Aucun effort d’édition

Fiche Technique

Un jeu édité par Djeco
Pour 2 à 4 joueurs
À partir de 3 ans
Date de sortie 2007

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.