Test – Ouaf !

Perdita venait de jouer un coeur bleu. Une goutte de sueur roula alors sur le pelage de Snoopy… Il avait une carte de coeur, il le savait. Mais était-elle sur son oreille gauche ou son oreille droite ? Lassie détourna le regard et Milou tira distraitement sur son collier. Le tapis flambait : il y avait un gros tas de nonosses au milieu de la table. Idéfix grogna. Rintintin s’assit pour mieux voir. Après une longue hésitation, tout en gémissements inquiets, Snoopy choisit finalement son oreille gauche. Chacun retint son souffle…
“Pas glop !”, dit une petite voix.

Comme cette subtile intro vous l’aura sans doute fait comprendre, Ouaf ! est donc un jeu de “cartes” qui se déroule dans un univers canin. Et si je mets des guillemets au mot “cartes”, c’est parce que ces dernières ont un look vraiment original. Et je vous préviens tout de suite : ce n’est pas juste un effet cosmétique. Il va en effet falloir payer de votre personne pour jouer à Ouaf !  

– Ouaf !
– Qu’est-ce que tu dis Lassie ? Le vieux John est bloqué sous une caravane qui va tomber du précipice alors que les martiens attaquent ?
– Ouaf Ouaf !

Créé par Gil Druckmann, Danny Heshkovits et Danny Kishon, et édité par Haba, Ouaf ! est une revisite du 8 américain, popularisé sous nos latitudes par Mattel sous le nom de Uno. Et là je sais ce qu’il va se passer. Vous allez m’arrêter et me dire : “Pardon ? Ils se sont mis à trois pour réinventer… le Uno ?”. Et je vous dirais que c’est pas beau de persifler alors que vous ne savez encore rien du jeu.

Ouaf ! propose en effet aux joueurs de retrouver les bases du 8 américain, c’est à dire de recouvrir une carte posée sur la table de jeu avec une carte que l’on possède qui a soit la même couleur, soit le même symbole. Ex : sur un carte verte sur laquelle figure un coeur, on peut placer une carte verte avec n’importe quel symbole, ou une carte de n’importe quelle couleur sur laquelle figure un coeur. Facile.

Le jeu Ouaf ! est même plus simple que le 8 américain (ou que le Uno), car le jeu se débarrasse au passage de la plupart des cartes spéciales (changement de sens, obligation de piocher deux cartes, etc.) pour ne conserver que les jokers multicolores.

Et là vous allez à nouveau m’arrêter et me dire : “Pardon ? Ils se sont mis à trois pour… simplifier le Uno ?!”

C’est heureusement un peu plus compliqué que cela.

Dans la niche boîte…

A l’ouverture de la boîte, on ne se méfie pas trop. Le jeu est constitué de cartes d’excellente qualité, grandes et très épaisses, qui reprennent en effet les codes du 8 américain (couleurs et symboles différents). La forme des cartes, certes, est un peu déroutante : on dirait un peu des Barbabapapa, ou des courges, avec un trou au milieu. Rien de bien grave là dedans, pensez-vous. Mais là, vous commettez une grave erreur, car les trous ne sont pas si innocents qu’ils n’en ont l’air. On y revient dans un instant.

Une fois que vous aurez joué dix secondes avec les cartes, vous allez comme toujours vous pencher sur la règle du jeu. Vous allez commencer à la lire, tranquille, et vous allez vous raidir un grand coup. Vous allez alors regarder attentivement les cartes, puis l’illustration de la boîte, que vous aviez vue sans vraiment la voir. Les marmots autour de vous vont commencer à piailler pour que la partie commence, et vous allez alors comprendre à quel point vous êtes mal barré.  La règle, simple et claire, ne vous laissera en outre aucune échappatoire : pas d’excuse pour éviter la partie.

Je vais te mettre ta pâtée !

Pourquoi tant d’angoisse, me demanderez-vous ? Tout simplement parce que Ouaf ! est un jeu fourbe. Sous couvert de se présenter comme un jeu de 8 américain, il s’agit également un jeu de mémoire dans lequel les adultes seront doublement ridicules.

Car si, dans les faits, Ouaf ! se joue exactement comme le Uno, vous n’avez ici le droit de ne conserver que 3 cartes en mains sur les 5 que vous piochez au départ. Et les deux cartes restantes, elles vont oùùùùùùùù ? Eh oui, vous les avez accrochées à vos oreilles pardi ! Car elles ne représentent pas des courges, mais des oreilles des cocker !

Ce qui signifie que oui, trois fois oui, vous allez jouer votre partie avec deux cartes systématiquement accrochées à vos oreilles. La classe à Vegas, maman !

Si la pilule est déjà compliquée à avaler sur le plan purement cosmétique (à moins d’avoir un goût spécial pour se déguiser en chien, évidemment), elle devient dramatique en terme de jeu, car vous allez devoir vous concentrer sur un jeu au rythme relativement rapide tout en essayant très fort de vous souvenir quelles sont les cartes que vous avez mises en boucles d’oreilles ! Bref, il va falloir faire bosser votre mémoire…

Tirer les oreilles avant tout ! 

Au début de la partie chaque joueur pioche donc 5 cartes. Jusque-là, ça va. Mais ensuite, chacun choisit deux de ces cinq cartes, les mémorise et les place sur ses oreilles, côté imprimé tourné vers l’adversaire (qui déjà se moque de votre allure constipée).

Une carte supplémentaire est ensuite piochée et mise au centre de la table, comme point de départ.

Toutes les règles du 8 américain s’appliquent alors : à son tour, le joueur doit tenter de recouvrir la carte visible sur la table avec l’une des siennes, soit par le biais d’une couleur ou d’un symbole identiques.

Mais dans le cas de Ouaf ! il faut toujours, si possible, jouer en premier une carte prise de l’une de ses deux oreilles, toujours prioritaire sur les cartes que vous avez en main.

Par ex, la carte sur la table est une oreille verte avec une étoile. Si vous avez en main une oreille verte ou une oreille avec une étoile, vous ne pouvez les jouer que si vous n’avez aucune carte jouable accrochée à vos oreilles.

Et si vous vous plantez, vos adversaires (qui, eux, voient les cartes que vous avez aux oreilles) peuvent vous le signaler et vous infliger une pénalité (et hop papa t’es trop nul, pioche !)

Attention, si (par miracle !) vous parvenez à mémoriser et jouer convenablement à jouer cette maudite carte qui chatouille vos lobes, vous devrez immédiatement la remplacer par l’une des cartes que vous avez en main ! Et donc la mémoriser à son tour. Autant dire que vous allez devoir manger votre ration de poisson pendant deux semaines avant la partie pour avoir la moindre chance.

Je suis une truffe ! 

Cette attaque de front sur vos neurones durement éprouvés n’a hélas pas encore dit son dernier mot…

En admettant (miracle improbable), que vous arriviez à vous débarrasser de toutes vos cartes sauf une, il faudra encore penser à crier “Ouaf” pour indiquer à vos adversaires que vous n’avez plus qu’une carte en main à l’oreille (mais c’est juste pour vous embêter, car vos adversaires voient très bien qu’il ne vous reste plus qu’une seule oreille sur les deux). Comble de l’horreur : si par super miracle vos neurones vous permettent d’abattre votre toute dernière carte d’oreille, il faudra ENCORE signer votre victoire par le cri de “Ouaf Ouaf”, sans quoi une pénalité de pioche vous sera infligée…

Après avoir fêté votre victoire avec un verre d’eau, vous pourrez alors profiter d’une sieste bien méritée, au pied du canapé. Ouf.

Faire le chien, c’est chaud ! 

Passé outre le “fun” des cartes aux oreilles, on réalise après-coup l’intérêt de la chose. Au Uno, en effet, c’est le goût du secret qui fait le sel du jeu. Quand votre adversaire n’a plus qu’une carte en main et que vous avez la possibilité de changer la couleur du jeu, vous avez une chance sur quatre de faire une connerie. Dans Ouaf !, vous SAVEZ très exactement quelle est la dernière carte de votre adversaire. Vous le savez même probablement qu’il ne le sait lui-même, ce qui renverse totalement l’esprit du jeu initial.  Avant de jouer un changement de couleur, vous saurez donc quoi faire.

C’est une excellente idée !

L’avis de Plateau marmots

Les enfants vont beaucoup rire, en jouant à Ouaf !. Ils riront de vous, certes, mais ce n’est là qu’un détail. Si vous êtes du genre à aimer vous déguiser en clown pour faire le fada avec vos marmots, foncez : ce jeu est pour vous ! Si par contre vous êtes du genre à préférer les jeux calmes et posés, réfléchissez-y peut-être à deux fois. Car si Ouaf ! n’engendre pas la mélancolie, il faudra avoir tout de même assez de recul sur soi-même pour savourer une partie de cartes où l’on porte des oreilles de chien.

Moins foufou qu’il n’y paraît, Ouaf ! est aussi une cruelle épreuve pour votre mémoire, qui devra gérer en permanence la couleur et les symboles des cartes que vous portez… à gauche ou à droite, déjà ?

En résumé, s’il n’est clairement pas pour tout le monde, Ouaf ! est un jeu qui revisite réellement le 8 américain en lui donnant une dimension de jeu de mémoire humoristique. Les adultes les plus ouverts d’esprit s’y amuseront volontiers le temps de quelques parties. 

Ca fait plaisir

  • Des cartes solides, simples et lisibles
  • L’efficacité d’un jeu de cartes qui a fait ses preuves
  • L’idée intéressante de la  “main” de cartes décomposée
  • Ca fait rire les marmots (et danser les écureuils)

Ca fait moins plaisir

  • Un jeu qui ne plaira pas aux plus coincés
  • Il faut porter des oreilles de chien
  • Il faut dire ouaf
  • Il faut dire ouaf ouaf

Fiche Technique

Un jeu de Danny Kishon, Gil Druckman et Danny Heshkovits
Illustré par
Edité par Haba
Pour 2 à 4 joueurs
A partir de 5 ans
Le trouver chez Philibert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.