Les bébés sont vraiment trop nuls au poker

Derrière ce titre volontairement provocateur se cache un petit coup de gueule. Oui, les bébés sont nuls, archinuls au poker. Pourquoi ? Parce qu’ils ne savent pas bluffer, tout simplement. Je ne saurais dire exactement à quel âge un enfant est capable de mettre en place une stratégie de bluff dans un jeu de société, mais je ne pense pas que ce soit avant 6 ou 7 ans.

Je voudrais donc rappeler à nos amis éditeurs de jeux pour ENFANTS qu’il n’est pas absurde de prendre compte les capacités réelles des ENFANTS en fonction de leur âge avant d’indiquer un âge d’accessibilité au jeu sur une boîte.

Alors oui, je sais, comme je le disais d’ailleurs moi-même dans un article précédent, les éditeurs font le plus souvent du bon travail sur cette question de l’âge minimal référencé sur les boîtes de jeu. Mais ce n’est pas une raison pour fermer les yeux sur certaines aberrations qui subsistent, le plus souvent pour des raisons marketing. 

Le bluff des marmots

Je vais prendre l’exemple d’Auzou (ça tombe sur eux, mais ils ne sont pas les seuls, évidemment) avec son Jeu du Menteur des animaux de la Ferme. Le menteur, c’est ce jeu de carte bien connu, variante du poker menteur, où l’on pose des cartes face cachée en indiquant à voix haute ce qu’elles sont supposées être… et où l’on peut accuser ses adversaires de mentir.

Côté réalisation, rien à redire : le menteur version Auzou est très mignon, avec des animaux déclinés sur 4 saisons et des grandes cartes faciles à manipuler. Mais sur le fond, annoncer que le jeu est accessible à partir de 4 ans, c’est du pur marketing. Pourquoi ? Parce qu’un enfant de 4 ans, qui découvre encore tranquillement le jeu des 7 familles et le mistigri, risque d’avoir bien du mal à comprendre qu’il doit mentir de temps en temps (mais pas tout le temps) sur la valeur de ses cartes jouées pour espérer pouvoir gagner la partie.

A titre purement indicatif, ce bon vieux “Uno” est conseillé “à partir de 7 ans”, donc 3 ans plus tard. 

Je testé le “Menteur” il y a peu avec des jeunes marmots qui auront bientôt 6 ans, et s’ils ont (plus ou moins) compris le concept dans les grandes lignes, ils ont été bien en peine de l’appliquer en cours de partie. Au final ils ont donc passé un moment frustrant autour de ce jeu. L’âge déterminé par Auzou pour ce jeu semble donc plus lié à la volonté d’avoir un catalogue de jeux de cartes homogène et aussi large que possible, sans vraiment se préoccuper des spécificités des uns ou des autres. C’est un peu dommage. 

On sent par ailleurs que l’éditeur n’est pas super à l’aise avec son jeu, puisque l’édition disponible dans le commerce indique que le jeu est jouable à partir de 4 ans, la fiche du jeu sur le site web d’Auzou indique que c’est à partir de 3 ans, et le visuel du site indique 5 ans.

Je croyais que c’était un jeu de bluff, mais là ça tient plus du jeu de piste. 

C’est l’exception qui confirme la règle ?

Je sais, vous allez me demander pourquoi je m’excite sur un cas particulier alors que dans la majorité des cas les éditeurs font bien leur travail ? Et puis surtout, vous allez me rappeler que l’âge minimal requis est forcément un facteur subjectif, nécessairement lié au développement de chaque enfant.

Vous aurez raison. 

Mais si je passe mes nerfs sur Auzou, c’est tout simplement parce que je pense que le jeu pour enfants est un domaine très sensible qui ne tolère pas l’amateurisme ou l’approximation. Il y a trop de bons jeux, trop de jeux réellement adaptés aux capacités de vos enfants, pour perdre du temps avec les jeux mal finis, mal équilibrés ou tout simplement indigents. Dit autrement : un éditeur qui ne sait pas trop à quel enfant son jeu s’adresse et qui ne l’a fait que pour compléter une collection, ça me saoule. C’est dit. 

La question de l’âge, on l’a vu, est un point très important du jeu pour enfants car c’est un réel facteur d’achat. Combien de parents (hélas !) achètent un jeu sans même savoir de quoi il parle, mais tout simplement parce qu’ils considèrent que l’âge correspond à celui de l’enfant ? Donc si cet âge indiqué sur la boîte n’est pas réellement représentatif, cela devient véritablement problématique.  

Les jeux pour tout petits

Le problème, justement, touche essentiellement les jeux destinés aux 2 – 6 ans. A partir de 8 ans, en effet, la plupart des enfants peuvent jouer à des jeux bien plus complexes que l’âge indiqué. Certains parents me font un peu peur en expliquant que leur gamin de 8 ans s’éclate sur Zombicide… ou sur GTA, mais c’est un autre débat. Les jeux pour tout petits, dans la mesure où ils contribuent directement à leur apprentissage, se doivent d’être irréprochables, tant sur la clarté de leurs règles que sur une définition précise de leur public. 

D’autant plus que certains éditeurs, au contraire, assument tout à fait leur prise de position sur l’âge minimal requis. Haba a par exemple lancé une collection de jeux d’initiation (mon premier verger, chut coco !...) accessibles à partir de 2 ans. Mais il est évidemment implicite que les marmots de deux ans passeront bien évidemment leur temps à jouer avec les pions et non pas en suivant les règles du jeu. Quoi de plus normal pour un bout de chou de 24 mois que de vouloir jouer avec les poires et les pommes de son premier verger plutôt que de s’acharner à lancer un dé en vain ?

Du coup, Haba a pris un soin tout particulier pour la réalisation de ces jeux, avec du matériel généralement en bois et totalement adapté aux mains de l’enfant. Le contrat est donc le suivant : “vous achetez un jeu accessible à partir de 2 ans mais n’imaginez pas une seconde que votre marmot de 24 mois va comprendre les règles et qu’il va se lancer dans une partie avant d’avoir 2 ans 1/2, 3 ans. En revanche, il apprendra les règles petit à petit si vous prenez le temps de jouer avec lui, il comprendra l’intérêt du cadre, du calme, de la concentration… et il commencera à vous mettre des raclées à Abella l’abeille un peu avant ses 3 ans et demi“.  

De leur côté, Ravensburger et Nathan ont misé sur “l’éducatif” avec des imagiers thématiques accessibles également à partir de deux ans. Mais comme j’ai l’habitude de le rabâcher, les termes “jeu” et “éducatif” font rarement bon ménage, et ces produits sont un peu à part. Du coup on ne peut pas dire qu’il y ait tromperie sur l’âge annoncé, mais un peu sur le fait qu’il s’agisse de jeux. Mais ça, ça méritera sans doute un autre coup de gueule 🙂

Il se calme le monsieur ? 

Au final, j’attire donc votre attention à vérifier que votre enfant sera bien apte à comprendre les règles du jeu, si possible avant l’achat. Beaucoup d’éditeurs mettent en ligne les règles des jeux vendus, justement pour que les parents puissent évaluer la capacité de leur marmot à se les approprier rapidement. Plus vous jouerez avec eux, plus vous apprendrez à les connaître et à vous extasier devant leur capacité à repousser les limites. Donc un peu de vigilance (avis produits, questions facebook, lecture des règles…) et beaucoup de présence de votre part vous permettront toujours des achats réussis.

Encore une fois, il existe trop d’excellents jeux sur le marché pour perdre du temps sur des produits commerciaux mal finis.  

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.