Test – Pique Plume

Ça caquette, ça glousse, ça pique, mais on y revient…..

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous présenter un jeu qui a fait parler de lui dans toutes les bonnes basses cours qui se respectent : Pique plume. Pique plume est un mémory compétitif où l’objectif est de picorer toutes les plumes des poules adverses. Du rififi chez les gallinacés ? Il ne fallait que ça pour m’intéresser…

Le matériel de Pique Plume

Le jeu est composé de :

  • 24 petites plaquettes en forme d’oeuf qui formeront la piste de jeu,
  • 12 plaquettes octogonales qui constitueront la base du mécanisme du mémory,
  • 2 coqs et 2 poules en bois
  • 4 plumes en bois amovibles

Le matériel est de très bonne qualité. Les tuiles sont en carton épais et résistant aux différentes manipulations plus ou moins brutales (si si si, ça arrive…) des joueurs. Les illustrations sont bien pensées : elles sont claires, colorées et juste assez proches pour pouvoir créer quelquefois la confusion.

Les figurines représentant les gallinacés sont rustiques et imposantes. Elles sont faites dans un bois assez lourd pour permettre une manipulation facile même pour les petites mimines de vos marmots adorés.

Bref, du beau matériel qui résistera dans le temps aux parties plus ou moins enflammées….

Une règle est simple et efficace

Pique plume s’apprend en quelques secondes. Chaque joueur dispose de sa poule de compétition attitrée définie par sa couleur et celle de sa plume. Une fois la totalité des plaquettes en forme d’oeuf disposées en cercle et les plaquettes octogonales placées au centre face cachée, le jeu peut commencer….

Chaque poule lorgne sur le croupion de la poule située devant elle. Elles n’ont qu’une seule envie : se parer de cette plume colorée. Pour cela, à chaque tour, le joueur va retourner une plaquette hexagonale et vérifier si celle-ci correspond à l’illustration de la tuile située juste devant sa poule.

·Si c’est le cas, alors la poule se rapproche de sa proie et le joueur retourne une autre tuile. C’est encore bon ? Alors la poule avide avance encore. Mais si ce n’est pas la bonne image, le tour du joueur s’arrête. On repose la tuile face cachée et c’est au joueur suivant d’essayer de déplacer sa poule pour reprendre la distance perdue, éloigner l’odieuse prédatrice de sa plume délicate et tenter de se rapprocher du dos de sa condisciple qui, occupée à picorer, ne la voit pas venir.

Si l’une des poules avides venait à sauter par dessus la poule qui la précède sur la piste (en comblant la distance qu’il y avait au départ et en découvrant la tuile se situant directement après la pauvre victime) alors la poule sauteuse volerait toutes les plumes de sa concurrente et se parerait illico de celles-ci pour craner devant ses copines… Si si je vous jure, les poules font ça !

Le jeu se poursuit ainsi jusqu’au moment ou une poule (ou un coq) arrive à récolter toutes les plumes de ses adversaires….

On en a marre de se faire pique plumer ?

Eh bien pour une fois vous avez toutes les cartes en main pour éviter que ce soit vous, et ce grâce à votre mémoire ! Et c’est là que le jeu avec vos enfants prend tout son sens : vous êtes désavantagés ! Oui oui vous avez plein de choses qui encombrent votre cerveau. Celui de vos enfants est vierge, rapide, et mieux chargé en neurones : ne les sous-estimez pas et surtout ne les aidez pas ! Au fur et à mesure que le jeu se déroule, les informations s’accumulent et les distances parcourues s’allongent. Vous avez récupéré 2 plumes ce tour-ci et vous jubilez intérieurement. Oui mais voilà : vous avez hélas oublié où se trouve la fleur !! Et bim, votre tour s’arrête. Et là, vous voyez la poule que vous venez de picorer fondre sur vous ! Vous êtes maintenant la proie facile de vos anciennes victimes. C’est alors que vous remarquez le regard avide (et narquois) de la prunelle de vos yeux qui semble vous dire :  « c’est dommage, si près du but, moi je sais ou sont les fleurs… »

Et “SBLuRB”, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, vous vous retrouvez déplumé !

Petits et grands marmots

Si le jeu est accessible à partir de 4 ans, il fait partie de ces jeux qui sont parfois joués uniquement par des adultes (comme l’escalier hanté, également chez Gigamic). Vous passerez d’excellents moments de jeu quel que soit votre âge ou celui de vos marmots tant il est bien conçu et équilibré. 

L’avis de Plateau Marmots

Pique plume est un jeu familial dynamique et rapide (15-20 min). Il s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux parents et crée une certaine ambiance autour de la table, car on nargue, on espère, on se trompe, on râle, on trépigne… mais généralement on a envie d’en refaire une autre juste pour voir.

Vous l’aurez compris, pour moi, pique plume est un jeu qui mérite sa récompense de jeu de l’année acquise en 2002 (après d’autres prix glanés depuis la sortie originale du jeu en 1998). Le seul point négatif, je pense, est son prix  (environ 30 €), mais cela en vaut la peine, car une fois la première partie jouée, vos enfants voudront y rejouer avec ou sans vous….

Intérêt ludique : Excellentissime !
Intérêt pédagogique : Le monde des poules n’aura (presque) plus de secret pour les marmots !
Notre avis : Un jeu à posséder, assurément

Fiche technique

Edité par Gigamic
Créé par Klaus Zoch
Sorti en 1998
De 2 à 4 joueurs
A partir de 4 ans
Durée d’une partie : environ 15 minutes

Palmarès

As d’Or du Jeu Enfant 2002 – Cannes – FRANCE
Spiel des Jahres 1998 – ALLEMAGNE
Deutscher Spiele Preis ( Meilleur Jeu Enfant) 1998 – Essen- ALLEMAGNE

Pour aller plus loin

Les règles du jeu sont disponibles au téléchargement

Voici une vidéo de présentation du jeu, par l’éditeur

 

2 pensées sur “Test – Pique Plume

  • 8 octobre 2017 à 7 h 27 min
    Permalink

    c’est un jeu tres present dans les periscolaires par exemple car depuis sa sortie c’est un grand classique
    il est tres plaisant. neanmoins je trouve qu au fur et a mesure de la partie dès qu’on a memorisé assez bien les cases alors le jeu est parfois interminable car chacun refait son avance /retard
    bref depuis, j’ai trouvé meilleur à mon gout et je l’ai laissé tomber

    Répondre
  • 9 novembre 2017 à 9 h 51 min
    Permalink

    Bonjour,
    Tout l’intérêt de ce jeu c’est l’équilibrage “retour de bâton” : un joueur qui prend l’ascendant en mémorisant plusieurs cartes peut soit réussir à gagner… soit donner la victoire à ces adversaires. Et ceci par 2 leviers :
    – Il va tenter de faire le parcours le plus long possible et donc révéler beaucoup de cartes, et inversement pour le moins fort. Donc naturellement les joueurs les moins forts se verront présenter plus de cartes pour qu’ils les mémorisent, et le plus fort moins (ça ne comble pas tout mais ça n’est pas négligeable).
    – Et le côté jouissif, c’est à plusieurs joueurs, où, lorsque l’on pique une plume on montre nécessairement toutes les tuiles situées devant son adversaire, donc si on ne va pas jusqu’à gagner (piquer l’ensemble des plumes)… l’adversaire n’a en réalité qu’à connaitre la tuile sur laquelle on a buter pour récupérer 2 plumes.

    On peut résumer ainsi, soit fort pour gagner, très fort, car si tu ne va pas jusqu’au bout, tu ouvres toute grande la route à tes adversaires 🙂

    C’est pour ça que je ne comprends pas trop le commentaire de pseudoso, personnellement je n’ai jamais vu de partie interminable.

    Par contre c’est certain, quelqu’un qui est réfractaire aux jeux de mémoire doit passer son chemin, les autres piquez des plumes ! 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.