Test – Abella l’abeille (Le meilleur premier jeu ?)

Abella l’abeille est un jeu qui fait partie de la collection « Mes premiers jeux », chez Haba. Cette collection, accessible à partir de deux ans, compte de nombreux titres parmi lesquels « Premier Verger », « Pierre le Jardinier » ou « Chut Coco ! » Ce qui différencie ces « Premiers jeux » des autres jeux édités par Haba, ce sont les éléments de jeux, particulièrement étudiés pour être manipulés par les tout-petits et ne présentant aucun risque d’ingestion par le bébé. Pour autant, n’allez pas vous imaginer une seconde que des petits de deux ans vont effectivement pouvoir jouer une partie. À cet âge, on joue avec les pions, on fait rouler le dé et on « imite » les grands en déplaçant les pions. Et c’est déjà bien ! Il faudra donc attendre 2 ans 1/2 pour commencer à mettre en place de véritables parties, et ne pas s’étonner si votre enfant change d’avis avant la fin. Eh oui à cet âge : dur dur de se concentrer.

Abella l’abeille : le principe

Abella l’abeille est un jeu coopératif dont le but est de collecter des gouttes de miel pour remplir un pot. Le jeu présente deux niveaux de difficulté, adaptés à l’évolution des capacités de l’enfant. Vos marmots joueront aux règles « simples » jusqu’à 3 ans, et passeront ensuite à la vitesse supérieure pour y jouer bien volontiers jusqu’à 5 ou 6 ans.

Dans son niveau de difficulté de base, Abella l’abeille est un jeu d’association de couleurs. Lorsque vous corserez la difficulté, vous ajouterez alors au jeu une dimension « mémory » pour les enfants un peu plus grands.

Que trouve-t-on dans la ruche ?

L’un des éléments les plus réussis d’Abelle l’abeille, c’est son matériel. Chez Plateau Marmots, on adore que la boîte de jeu fasse partie intégrante de la partie. C’est ici intégralement le cas, puisque la base de la boîte devient la ruche de la petite abeille, qui va être utilisée pour transformer les fleurs en miel.

La boîte contient également un dé avec des faces de couleur, une planche cartonnée représentant un pot de miel vide, un (très joli) pion « Abella » en bois et des jetons « fleurs » qui présentent une face fleur, et une face miel.

L’ensemble est solide, très joliment coloré. Mention spéciale à la règle du jeu, particulièrement bien rédigée, donnant d’excellentes indications sur le « jeu libre », le déroulement de la partie ou sur le monde des abeilles en général. On sent qu’un vrai travail d’édition a été effectué sur ce jeu.

Association de couleurs 

Le jeu étant coopératif, les joueurs sont tous dans la même équipe, quel que soit le niveau de difficulté. Le principe d’Abella l’abeille est le suivant : le joueur dont c’est le tour jette le dé. S’il obtient une face de couleur, il doit poser le pion abeille sur un jeton fleur de cette couleur. Abella va alors butiner cette fleur pour en tirer du miel. Le joueur prend le jeton fleur et le met dans la ruche, dans une fente prévue à cet effet. Par un astucieux système de pliage, tout jeton déposé face recto visible ressort de la ruche face verso visible. On y entre une fleur et il en ressort littéralement du miel. Magique ! (Bon, magique, j’exagère, mais en tout cas moi ça m’a bluffé la première fois : j’ai visiblement gardé mon âme d’enfant).

Une fois récupéré, ce jeton miel est déposé sur l’un des emplacements vides du pot de miel. Si les joueurs parviennent à remplir le pot de miel avec 6 jetons, ils ont gagné la partie.

La victoire est donc probable, mais pas automatique. En effet, l’une des faces du dé montre une fleur fanée. Si l’on tombe sur cette face, il faut défausser du jeu un jeton « fleur » et voir ainsi les possibilités de gagner du miel se réduire. Argh.

Mais où est cette satanée fleur bleue ?

La variante (un peu) plus difficile consiste à ne plus laisser les fleurs face visible, mais face cachée. À chaque fois que l’abeille tire une couleur sur le dé, elle doit choisir une fleur. Si la fleur est de la même couleur que le dé, c’est gagné. Sinon il faut recommencer.

L’intérêt de cette variante est de multiplier les jets de dés et donc d’augmenter le risque de tomber sur la face « fleur fanée », synonyme de risque de défaite. Hormis ce détail, le déroulement de la partie est identique.

Petits et grands marmots

Comme tous les jeux destinés à cet âge, on s’émerveillera davantage de voir notre bout de chou prendre le pion et faire bzzz bzzz avec l’abeille que l’on ne s’amusera réellement à jouer. Toutefois, le jeu étant 100 % coopératif, on prendra les malheurs de cette abeille très au sérieux et on sera heureux d’aider notre marmot à collecter son miel goutte à goutte. Pour les jeux des tout petits, le jeu coop’ est idéal pour un apprentissage de la victoire et de la défaite en douceur. Et puisque les parties sont courtes (entre 5 et 10 minutes), il sera facile d’enchaîner deux ou trois parties avec notre amie Abella.

L’avis de Plateau Marmots

Abella l’abeille est clairement une réussite du jeu de société pour les tout petits. Mignon et un peu « magique » puisqu’il transforme le pollen en miel, il permet de jouer avec plaisir tout en abordant de nombreuses thématiques. Son niveau de difficulté adaptable permet en outre d’accompagner l’enfant dans son développement sans avoir nécessairement à changer de jeu. On apprécie également les conseils donnés autour du jeu libre, et les informations générales sur les abeilles (très utiles aux parents pour répondre aux questions). En résumé, et pour ne pas tourner autour du pot de miel, Abella l’abeille est clairement un jeu auquel tout parent de jeune enfant peut accorder sa confiance pour de beaux moments d’amusement et d’éveil.

Intérêt ludique : très sympa
Intérêt pédagogique : couleurs, mémoire, insectes, fleurs…
Au final : Un excellent jeu, simple et magique

Fiche technique

Édité par Haba
Un jeu de Tim Rogasch
Année de sortie : 2016
Pour 1 à 4 joueurs
À partir de 2 ans

Pour aller plus loin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *