Test – Trésor des Dragons

Notre histoire de Dragons commence dans une contrée lointaine, vallonnée par des montagnes enneigées et par des lacs mystérieux. Ce pays lointain, était bien connu des nains pour ses réserves d’or et de diamants, ce qui en faisait une contrée de mystères et de légendes. Les Hobbits s’y rendaient dès que possible pour des voyages gastronomiques incroyables où ils se remplissaient la panse de fromage fondu et de chocolat gourmand.

Cette contrée avait pour nom : la Suisse.

Oui oui, la Suisse. Il y a une soixantaine d’années, Heinrich Hurter, un grand-père désireux d’offrir un cadeau à ses petits-enfants, eut l’idée de réaliser lui-même des petites cartes sur lesquelles il colla des images de catalogues. Toutes les cartes étaient en double. Il les présenta face cachée à ses chers marmots et leur demanda de les soulever deux par deux et de trouver les visuels identiques. Il venait alors d’inventer le concept du « memory ». Ce concept fut ensuite présenté par sa famille à un éditeur de jeux. C’est ainsi qu’en 1959, Ravensburger présenta pour la première fois son jeu Memory sur le salon du jouet de Nuremberg. Aujourd’hui, le genre du « memory » fait partie des incontournables et a été décliné dans de nombreux thèmes et variantes. Il fait partie des thèmes les plus appréciés par les marmots. Pourquoi ? Parce qu’un marmot aime gagner et force est de constater que les enfants sont bien souvent plus doués que les adultes aux jeux de mémoire !

Fin de la minute culturelle présentée par Plateau Marmots, et place à la présentation de « Trésor des dragons », un jeu de société créé par Reiner Knizia en 2003, édité en France 2006 par Winning Moves puis réédité en 2015 par Oya.

Trésor des Dragons est un jeu familial de 2 à 5 joueurs, à partir de 6 ans, pour des parties de 10 à 15 minutes. Il est un incontournable des « memories » à posséder. Oui, le décor est planté. Mais ne vous inquiétez pas : j’argumente de ce pas !

« J’ai la mémoire qui flancheuuuu… »

Qui aime amasser des montagnes de bijoux, de coffres d’or et de diamants au fin fond d’une caverne ? Le Rédac’ en Chef de Plateau Marmots ? Oui, bien sûr, mais aussi les dragons ! Dans Trésor des Dragons, vous allez justement incarner d’intrépides aventuriers à la recherche de fabuleux trésors dans la caverne d’un dragon.

[Note du chef : “En gros si j’ai bien compris, tu me traites de Dragon ?! Je suis outré ! C’est… C’est… euh… C’est plutôt flatteur, en fait.”] 

Comme tout « Memory » qui se respecte, le jeu est fondé sur la mémoire, car les aventuriers devront retourner des tuiles et essayer de trouver des objets semblables. Mais le jeu innove sur deux principaux points.

Tout d’abord, les objets à remporter ne doivent pas forcément être retrouvés par paire. Certains doivent être retrouvés par triple et d’autres par quadruple.

Ensuite, le jeu ajoute un soupçon de « stop ou encore » car le joueur va devoir à chaque tour effectuer des choix stratégiques et éventuellement prendre des risques. Il va pouvoir ainsi continuer la collecte d’objets rares en retournant encore et toujours plus de tuiles. Mais ceci se fera au risque de tout perdre d’un coup, certaines cartes mettant fin au tour du joueur et aux découvertes en cours !

« … ou une araignée au plafond ? »

Examinons plus en détail les mécanismes du jeu.

Trésor des Dragons est construit autour de 49 tuiles que l’on pose face cachée pour former un carré de 7 cases sur 7. Le but du jeu est de donc de retourner des tuiles de manière à en récupérer le plus possible.

Les tuiles représentent les petits objets dérobés ici ou là et amassés dans la caverne du dragon : des poupées, des petites voitures, des trésors, des bagues, et bien sûr le dragon lui-même.

Certaines tuiles n’ont besoin d’être présentes qu’en un seul exemplaire pour être récupérées (bagues ou dragons), d’autres en deux (ballons, voitures, poupées), d’autres en trois (chandeliers) et enfin d’autres en quatre (coffres).

Vous pouvez donc vous arrêter de piocher dès la première carte si le résultat vous convient, ou bien continuer et prendre le risque de voir votre moisson s’écrouler suite à une mauvaise rencontre.

Chaque joueur peut retourner autant de tuiles qu’il le souhaite. Il les laisse face visible sur la table une à une. Il peut interrompre son tour quand il le souhaite. Il récupère alors les cartes uniques, en double, en triple ou en quadruple obtenues pendant le tour.

Mais attention, il y a deux cartes « pièges » :

L’araignée : elle fait perdre instantanément son tour ! Toutes les tuiles retournées pendant le tour sont perdues et remises face cachée. L’araignée peut ensuite être redéplacée face cachée dans un autre emplacement libre ;

Le dragon : il met lui aussi fin au tour de jeu immédiatement si d’autres objets que des bagues ou des dragons ont précédemment été retournés dans le même tour de jeu.

Quand il ne reste plus que les 3 araignées, le joueur avec le plus de dragons les ajoute à sa collection de tuiles. Le joueur avec le plus de tuiles est alors le grand vainqueur de la partie !

« Ce dragon a du coffre ! »

Côté matériel, les cartes sont de bonne qualité et clairement destinées aux marmots. Elles sont en effet bien épaisses et résistantes, agréables à manipuler avec des dessins qui plairont à un public jeune, peut-être moins aux moins jeunes.

Le jeu est annoncé pour un public à partir de 6 ans, mais il est clairement possible d’y jouer à 5 ans. Pour débuter avec des enfants encore plus jeunes, quelques adaptations peuvent être envisagées. Il serait ainsi possible de jouer avec un carré plus petit (5×5 tuiles) en prenant la moitié des tuiles de chaque sorte et en supprimant une araignée.

Trésor des Dragons, avec ses règles simples, ses parties courtes et ses prises de risque est un jeu de mémoire qui va terriblement accrocher vos marmots. Il est extrêmement plaisant en famille où à tour de rôle, les enfants comme les adultes prennent des risques, se plantent ou enchaînent des collectes de trésors de folie. Tout le monde se marre, même les plus réfractaires au memory. Les plus jeunes vont utiliser leur principal atout : une mémoire d’éléphant et un sens de l’observation hors pair. Les moins jeunes, ou les poissons rouges, utiliseront plutôt leur sens tactique là où certains marmots ne sauront pas s’arrêter dans la course aux trésors.

L’avis de Plateau Marmots

Trésor des Dragons n’est pas un memory comme les autres. Il apporte du sang neuf à cette vieille recette. Le subtil cocktail de Reiner Knizia, avec une dose de memory revisité, un soupçon de stop ou encore, est très bien préparé et se laisse consommer sans modération. Les parents et grands-parents prendront autant de plaisir à jouer que les enfants. On me murmure même à l’oreille que certains adultes y jouent entre eux une fois leurs marmots au lit ! Bref, s’il vous faut un memory, c’est celui-là !

Ça fait plaisir

  • Une mécanique de jeu classique à base de « Memory » et de « Stop ou Encore »
  • Un matériel de qualité destiné aux tout petits marmots
  • Des parties courtes et prenantes
  • Un jeu intergénérationnel

Ça fait moins plaisir

  • Les poissons rouges se font toujours battre
  • Le design des cartes ne plaira pas à tout le monde

Le trouver

Chez Philibert
Sur Amazon

Fiche Technique

Un jeu de Reiner Knizia
Illustré par Rolf (Arvi) Vogt
Pour 2 à 4 joueurs
A partir de 6 ans

Soutenez Plateau Marmots !

–>  Vous avez apprécié cet article ? Alors rejoignez nous sur Tipeee et manifestez votre soutien ! 1 euro suffit pour nous encourager.
–> Vous n’avez pas apprécié cet article ? Alors dites le nous, et rejoignez-nous sur Tipee pour qu’on s’améliore ! 1 euro nous donnera sans doute à réfléchir !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.