Test – L’or de Captain Black

Et voilà, vous y êtes ! Sur le sable brûlant de cette plage perdue au fin fond des Caraïbes, votre équipe de pirates a enfin déterré le coffre au trésor. Un coup de pelle bien placé a vite raison de la serrure, qui vole en éclats dans une pluie de métal rouillé. Le coffre est ouvert ! Un lourd grincement, des charnières qui grincent, et voici le fabuleux trésor du Captain Black. Des pièces d’or par centaines promettent un avenir radieux aux flibustiers. Mais attention… Cet or n’est il pas célèbre pour avoir été maudit ?

L’or du Captain Black est un jeu de Pau Moré, illustré par Timo Grubing et édité par Haba. Il se destine de 2 à 4 joueurs (mais 4, c’est mieux), à partir de 5 ans.

Je suis rrrriche !

Décidément très inspirés par les pirates, nos amis de chez Haba explorent une nouvelle facette de la flibuste : le partage du trésor. Eh oui : point de chasse au trésor ici façon Karuba Junior, mais un équitable partage des recettes où il faudra faire preuve de chance, mais aussi d’un peu de stratégie.

Dans le coffre…

La boîte de jeu contient 50 pièces d’or (42 jaunes et 8 noires), un sac en toile, un petit bateau et un plateau de jeu qui permet de jouer directement à même la boîte.  Le jeu propose également deux decks de cartes : des perroquets et des coffres au trésor.

Le plateau de jeu représente l’île aux pirates, avec 4 fentes permettant d’y insérer des pièces, et 8 emplacements pour y déposer les pièces noires maudites.

Si les pièces et le plateau sont irréprochables, on mentionnera tout de même un mini bémol. D’une part le fond de la boîte n’est pas décoré, comme c’était le cas, par exemple pour Trésor de Glace. On perd un peu le petit effet “wahouuu” à l’ouverture.

Le petit bateau, par exemple, ne sert strictement à rien. C’est un marqueur premier joueur certes fort joli (le même que celui de Karuba Junior, mais avec une voile en carton cette fois-ci) mais sans aucun effet sur le jeu. A choisir, on aurait préféré un marqueur plus lambda et un fond de boîte décoré façon “intérieur de coffre au trésor. C’est purement cosmétique, certes, mais il fallait bien une minute râlage.

Le partage du trésor

Toutes les pièces sont mises dans le sac en toile, un premier joueur est désigné, et la partie peut commencer. Le premier joueur plonge la main dans le sac et, sans les regarder, en extrait autant de pièces qu’il le souhaite. Oui, c’est cadeau.

S’il ne sort que des pièces jaunes, bravo ! Il peut alors les insérer dans la fente de son côté du plateau de jeu. Mais si une pièce noire s’est glissée dans sa pioche, patatras. Il doit alors renoncer aux pièces jaunes piochées à ce tour, et placer la pièce noire au centre du plateau, sur l’un des 8 emplacements.

Il passe alors le sac au joueur suivant qui procède de même. Le sac passe de main en main jusqu’à ce que la 8e pièce noire soit piochée. La manche s’arrête alors aussitôt, et chacun fait le compte des pièces obtenues dans sa partie du plateau de jeu.

T’as pas perdu, Coco !

Une fois que le compte a été effectué, des cartes perroquets sont piochées. Celui qui a le moins de pièces dans le groupe a le droit de piocher deux cartes perroquet, chacune pouvant ajouter d’une à trois pièces d’or à son magot, pour lui donner une chance de rattraper ses adversaires.

Les joueurs piochent ensuite les cartes “coffre au trésor” en fonction de leur total de pièces. Celui qui en a obtenu le moins en pioche une, le suivant deux, etc. Chaque carte coffre compte pour un point de victoire… s’il est plein. Eh oui, la blague, c’est que certains coffres sont vides. Chaque joueur conservera donc soigneusement ses cartes coffres face cachée, pour maintenir la pression sur ses adversaires et les inciter à prendre des risques. C’est plutôt malin.

Le jeu reprend ensuite du début pour autant de manches qu’il n’y a de joueurs. A la fin de la dernière manche, le joueur qui a cumulé le plus de coffres pleins est déclaré vainqueur.

Pirate au court bouillon

L’or de Captain Black est donc un jeu de prise de risque, un stop-ou-encore particulièrement bien adapté aux marmots. Prendre beaucoup de pièces, c’est une façon rapide de s’enrichir si vous ne piochez pas l’une des 8 pièces noires. Jouer petit bras, c’est l’assurance de grappiller quelques pièces, mais un adversaire chanceux peut dépasser votre récolte en une seule poignée.

Il faut donc croire en sa chance, et faire quelques calculs de probabilité alors que la partie se déroule. Car si les pièces noires sont sur le plateau de jeu, c’est qu’elles ne sont plus dans le sac, ce qui peut être l’occasion de poignées plus gourmandes.

Il est également conseillé de jeter un oeil sur le butin total de vos adversaires avant de vous risquer à faire des folies. Si vous menez outrageusement la partie, jouer la prudence et laisser les autres piocher les pièces noires est une bonne idée. Si vous êtes loin derrière, risquer le tout pour le tout pourra être une stratégie payante qui pourra renverser le cours de bien des parties, si la chance insolente de Jack Sparrow coule dans vos veines.

L’avis de Plateau Marmots

Quelle excellente surprise ! Les jeux de prise de risque jouables dès 4 ou 5 ans ne sont pas si fréquents, tant le concept est parfois retors. Ici, il est parfaitement assimilable par des petits, qui peuvent immédiatement matérialiser les risques encourus (pièces noires) et ainsi freiner leur appât du gain. Il est donc jouable très vite, pour des parties réellement disputées.

Les sensations de jeu sont excellentes et les adultes se prendront volontiers au jeu (piocher du pognon, ça plait à tout âge), même s’ils auront souvent plus de finesse tactique que les marmots pour savoir s’arrêter à temps. Il n’en demeure pas moins que L’or de Captain Black est l’un des jeux de ce type où les enfants rencontreront le plus de victoires, car son fort côté aléatoire équilibre volontiers les chances.

Si la fièvre de l’or s’empare plus volontiers des parties à 3 ou 4 joueurs, il sera toujours possible de se faire une partie en tête à tête en allant au plus simple, (sans plateau de jeu ni cartes) pour quelques minutes de jeu. Bien sympa au restau, par exemple, en attendant l’arrivée des nuggets de perroquet, sauce pirate.

On aime

  • Accessible et fun
  • Un excellent premier jeu de prise de risques
  • Un matériel très agréable à manipuler
  • On joue dans la boîte
  • Un final souvent incertain
  • Pas palpitant à deux

On aime moins

  • La chance des pirates ne sourit pas toujours
  • Le fond de la boîte aurait pu être décoré

Le spécial combo

On s’est amusés à enchaîner des parties de L’or de Captain Black après des parties de Karuba Junior (où le but est de trouver le trésor des pirates). Ambiance garantie.

Le trouver

Sur Amazon
Chez Haba
Chez Philibert

Soutenez Plateau Marmots !

–>  Vous avez apprécié cet article ? Alors rejoignez nous sur Tipeee et manifestez votre soutien ! 1 euro suffit pour nous encourager.
–> Vous n’avez pas apprécié cet article ? Alors dites le nous, et rejoignez-nous sur Tipee pour qu’on s’améliore ! 1 euro nous donnera sans doute à réfléchir !


Fiche Technique

Un jeu de Pau Moré
Illustré par Timo Grubing
Edité par Haba
Pour 2 à 4 joueurs (mais 4, c’est mieux)
A partir de 5 ans.

Pour aller plus loin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.