Test – Monza

Les moteurs chauffent, les voitures sont sur la ligne de départ, les pilotes ont le cardio qui monte en puissance. La course va bientôt commencer ! Qui sera le premier à franchir la ligne d’arrivée ? Enfilez vos combis de pilote, mettez vos casques anti-bruit, les feux sont allumés, la course va commenceeeeerrrrrrrr !!!

Monza est un jeu de Jürgen P.K Grunau, illustré par Haralds Klavinius, de 2 à 6 joueurs, à partir de 5 ans pour des parties d’environ 15 minutes, édité chez HABA.

Mais c’est surtout une des plus grosses ventes d’Haba, on peut parler de coup de coeur ludique pour les 3-6 ans. Autant vous dire qu’on s’est fait tirer les oreilles par le chef quand il a vu que le test n’était toujours pas en ligne.

A vos marques, prêts, partez !

Bon j’avoue, ce n’est pas la phrase d’accroche la plus originale que j’ai pu faire, mais bon, comment voulez-vous commencer une course autrement ?!

Dans Monza, chacun place sa voiture sur la flèche de départ qui correspond à la couleur de sa voiture. Le premier qui franchit la ligne d’arrivée gagne la partie… enfin si et seulement si vous êtes la seule voiture sur la case d’arrivée.

Et 1, et 2 et c’est par-ti !

Monza est un jeu qui ne nécessite pas trop de matériel ni trop de temps d’explication. Vous trouverez un plateau de jeu, 6 voitures de couleurs différentes et 6 dés avec des pastilles de couleurs. Chacun choisit la couleur de sa voiture (merci de bien vouloir me laisser prendre la bleue !) et la place sur la flèche correspondant à la couleur de sa voiture.

Vous êtes prêts à jouer à Monza !

Ok les marmots, faites chauffer les (mar)moteurs !

A votre tour de jeu, lancez les 6 dés puis regardez si votre voiture peut se déplacer sur les cases couleurs correspondantes. Et là, 2 choix s’offrent à vous :

  • soit vous pouvez avancer en utilisant les 6 couleurs indiquées par les dés. Et ça si ça vous arrive à chaque tour et que l’on joue ensemble ça peut sacrément m’énerver.
  • soit vous ne pouvez pas du tout bouger votre bolide ou seulement de quelques cases et là je suis joie et gaieté car j’aurai peut-être une chance de gagner à un jeu de hasard.

Comme vous pouvez le voir sur la photo du plateau, les cases vous permettent de passer d’une voie à l’autre, ce qui vous permet d’utiliser dans certaines situations plus de dés que vous ne le pensez de prime abord.

Mais attention, vous n’avez pas le droit :

  • de reculer
  • de passer sur une case pneu
  • de vous arrêter sur une case où il y a déjà une voiture. Enfin si, vous avez le droit, mais vous perdez un ami devez reculer la voiture adverse jusqu’à la case vide la plus proche tout en restant sur la même ligne.

Une fois votre bolide déplacé, c’est au tour du joueur suivant et ce jusqu’à ce qu’un des joueurs passe la ligne d’arrivée avec sa voiture.

Sauf que tout ne se termine pas aussi simplement ! Ben oui, sinon c’est beaucoup trop simple et on est quand même en train de vous parler d’un des jeux de course les plus connus in the world… alors forcément il fallait un peu de piment pour la fin.

Donc une fois que l’un des joueurs a atteint l’une des cases arrivée, les autres joueurs finissent leur tour et là, deux solutions sont possible :

  • soit vous êtes le seul sur une des cases arrivée et là c’est une victoire qui se passe de commentaire, vous êtes le meilleur coureur automobile du monde
  • soit, vous êtes plusieurs voitures sur les cases arrivée et là vous regardez le nombre de dés que chaque joueur a utilisé pour arriver sur ces cases. Le joueur qui en a utilisé le moins remporte la partie (il était le plus proche de la ligne au départ du tour, logique)

Une variante bien speedée

Il est à noter qu’une variante officielle introduit une mécanique bien sympathique : le dernier dé utilisé par un joueur permet au joueur de la couleur correspondante d’avancer sa tuture d’une case. Un effet bien sympa, qui permet parfois de se sortir en douceur des chicanes et qui incite à calmer son propre jeu pour ne pas laisser un adversaire avancer !

L’avis de Plateau Marmots

Monza est un jeu que je qualifierais d’incontournable dans une ludothèque pour Marmots. On n’a pas les chiffres exacts mais les ventes sont énormes !

Le jeu est simple à mettre en place et les règles sont ultra instinctives : les marmots peuvent vite jouer entre eux à ce jeu. Mais s’il reste une place dans la course, vous ne vous ferez pas prier pour y jouer.

Pour les marmots plus jeunes (3-4 ans), vous pouvez sans souci jouer avec moins de dés. Ce sera plus simple à lancer, et ça ne rallongera pas beaucoup la durée de la partie. Ces dernières ne sont pas très longues en général, ce qui est parfait pour les mini marmots mais à 6 joueurs, les parties peuvent s’éterniser surtout si la chance aux dés n’est pas votre truc. Mais même dans ce cas, vous verrez au fur et à mesure des parties que les joueurs s’entraident volontiers pour montrer à l’adversaire par où il peut passer pour utiliser le plus de dés possible et ça, on adore !

Si votre marmot connait bien les couleurs n’hésitez pas, vous pouvez faire chauffer les moteurs et faire la course avec lui bien avant ses 5 ans.

On aime

  • le plateau avec un super dessin de course, on s’y croirait !
  • la simplicité des règles
  • que le hasard fasse parfois bien les choses et me fasse gagner contre le chef (enfin !)
  • pouvoir jouer avant 5 ans si votre marmot connaît bien ses couleurs
  • La variante “boost”

On aime moins

  • jouer à 6… les parties peuvent être un peu longues
  • qu’on choisisse avant moi la voiture bleue alors que c’est ma préférée

Le trouver

Dans votre boutique de coeur !

Fiche technique

  • Un jeu de Jürgen P.K. Grunau
  • Illustré par Haralds Klavinius
  • Edité par Haba
  • Pour 2 à 6 joueurs
  • Parties de 15 minutes
  • A partir de 5 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.