Test – Zombie Kidz Evolution

[Nominé à l’As d’Or 2019 – meilleur jeu enfant]
 
Aujourd’hui les zombies sont largement entrés dans la culture populaire. Ils sont partout ! Films d’horreur, comédie, jeux vidéos, comics, séries TV, … Le zombie est à la mode et il ne fait même pô peur aux marmots. Quand je pense qu’à mon époque (très lointaine ?!), on osait à peine regarder « La nuit des morts-vivants » de Romero !

Vous êtes fan de « World War Z » ? Vous jouez à « Zombicide » ou à « City of Horror » avec vos amis ? Parfait ! Plateau Marmots vous présente un jeu qui peut introduire très gentiment et sans aucune crainte vos marmots à cet univers.  

Vous êtes allergique aux zombies ?? C’est un thème trop repris et vous êtes arrivés à saturation ? Ne passez pas votre chemin, lisez ce test jusqu’au bout, car aujourd’hui, Plateau Marmots vous fait aussi découvrir une véritable pépite dans l’univers des jeux pour enfants : un premier jeu « Legacy » pour enfants !

Son nom ? Zombie Kidz Evolution, un jeu d’Annick Lobet, illustré par Nikao et édité par Le Scorpion Masqué. Il s’agit d’un jeu coopératif pour 2 à 4 joueurs (mais jouable en solo), à partir de 7 ans pour des parties moyennes d’environ 10-15 minutes. Si le nom vous dit peut-être quelque chose, c’est qu’un jeu du nom de « Zombie Kidz » est sorti en 2013. Il est épuisé depuis quelques années, mais Le Scorpion Masqué a ici dépoussiéré la première version pour nous présenter un jeu qui va sans aucun doute être un « must-have ».

Avant propos : La douloureuse question du spoil

Zombie Kidz Evolution est un jeu évolutif (oui, comme son nom l’indique, merci) qui repose pour beaucoup sur le plaisir de la découverte. A rythme régulier, en effet, de nouveaux éléments sont ajoutés au jeu pour le rendre de plus en plus complexe et, osons le dire, de plus en plus intéressant. Après débat au sein de la rédac’, nous avons choisi de vous proposer un test qui ne vous spoilera rien des 13 enveloppes contenues dans le jeu. D’autres testeurs ont fait un choix opposé, et il vous sera donc facile de trouver sur Internet le contenu des enveloppes si tel était votre souhait. Nous vous conseillons bien évidemment de garder la surprise le plus longtemps possible, car elle fait vraiment partie du jeu. Notre ton sera parfois évasif, donc, mais c’est très clairement voulu. Ne comptez pas sur nous pour vous révéler que le Colonel Moutarde a fait le coup avec un chandelier dans le petit salon. Ni pour vous dire que la victime était – encore – Sean Bean. C’est pas notre genre.

« Papa, comment on fait un Legacy ? »

Zombie Kidz Evolution introduit donc, chez les enfants, une nouvelle façon de jouer avec un jeu de type « Legacy », c’est-à-dire un jeu qui… évolue.

Tout a commencé en 2011 avec Risk Legacy, où le créateur Rob Daviau a mis en place un système innovant et prenant où vos décisions modifient le jeu de façon permanente. Risk Legacy commence comme un Risk un peu revisité. Mais rapidement, le jeu change et vous demande de faire des choses encore jamais vues dans un jeu de société : coller des stickers, déchirer des cartes et même (soyons fous) écrire sur le plateau ! Rob revient en 2015 avec le célèbre Pandemic Legacy et pousse encore plus loin le concept : au fil d’une campagne scénarisée, les règles du jeu changent radicalement !

Ce concept a bien évidemment inspiré d’autres designers. En 2017 est ainsi sorti Gloomhaven, un jeu où vous n’avez pas accès à toutes les classes de personnages dès le début. Elles seront débloquées petit à petit en fonction d’atteintes d’objectifs. C’est un système assez addictif et qui met votre curiosité à rude épreuve !

Maintenant que vous savez tout sur le concept du « Legacy », découvrons plus en détail comment il a été décliné dans ce jeu pour enfants.

Des zombies… pour les enfants !

Oubliez l’ambiance Walking Dead, oubliez le gore des nanars japonais ou la satire sociale de Romero : Zombie Kidz est bel et bien un jeu adapté aux enfants, et aucun cauchemar ne viendra troubler leur sommeil, on vous le garantit. Délaissant morgues et cimetières, les zombies ont décidé d’envahir… l’école ! Et même si les professeurs rendent parfois la vie difficile aux marmots, ces derniers ne veulent pas que le gymnase et la bibliothèque soient saccagés ! Ils travaillent ensemble pour repousser les zombies. Pour gagner la partie, il faut ainsi cadenasser les quatre portails qui entourent l’école.

La bande des quatre

Chaque joueur choisit un pion parmi quatre héros disponibles. Le jeu étant 100 % coopératif, il est même possible de jouer en solo si le joueur prend deux personnages. Le plateau est divisé en neuf cases : cinq cases pour l’école et quatre cases portails. Le plateau a deux faces, un côté « nuit » pour jouer à deux et un côté « jour » pour jouer à trois ou quatre joueurs. La seule différence entre les deux plateaux est que les accès d’une pièce à une autre sont plus nombreux à deux joueurs.

Tout le monde commence dans la salle des professeurs, au centre de l’école. Autour, quatre autres salles (gymnase, bibliothèque, cantine et salle de classe), et à l’extérieur, les quatre portails. Il y a huit pions de zombies prévus. Dès le départ, quatre sont en jeu (sur les 4 portails) et les quatre autres sont en réserve.

Ils arrivent !!

À son tour, on lance un dé. En fonction du résultat, un nouveau zombie apparait (ou pas, 1 chance sur 6) dans une des salles de l’école. On peut ensuite déplacer son personnage d’une pièce vers une pièce adjacente, à condition qu’un passage le permette. S’il y a des zombies dans cette salle, on peut éliminer jusqu’à deux zombies et les enlever du plateau pour les remettre en réserve.

Vient ensuite la règle des trois zombies : si une salle contient trois morts-vivants ou plus, on ne peut plus y accéder, et donc plus les éliminer. Si un héros se trouve dans une case contenant trois zombies ou plus, il doit absolument changer de pièce.

Méoui méoui, l’école est finie !

Dès que deux personnages se trouvent ensemble sur une même case portail, ce dernier est cadenassé. Quand les quatre portails sont verrouillés, la partie est gagnée ! Si le joueur doit poser un zombie et qu’il n’y en a plus dans la réserve, les zombies ont envahi l’école et la partie est perdue !

Voilà, c’est tout ! C’est simple, voire simpliste. Au début de votre aventure, l’éditeur veut en effet s’assurer que tout le monde maitrise bien les règles et les fonctionnements du jeu. Mais très vite, le jeu va être enrichi au fil des parties…

Votre mission, si toutefois vous l’acceptez…

Dans un « Legacy » pour enfant, on veut du « Legacy » soft. Pas question de proposer à nos marmots de déchirer des cartes ou de détruire des morceaux du plateau ! Imaginez qu’ils y prennent goût et qu’ils enchainent le massacre sur la nouvelle édition kickstartée de « l’Ile Infernale » du Rédacteur en Chef de Plateau Marmots ! Non, l’idée ici est plutôt de proposer du matériel additionnel et des nouvelles règles.

Dans Zombie Kidz Evolution, il existe sur la dernière page du livret de règles une jauge de progression. Après chaque partie, on progresse d’un niveau et dès qu’on atteint certains niveaux (le cinquième, neuvième, treizième, dix-septième, …), on a le droit d’ouvrir une enveloppe cachetée. C’est cette jauge de progression qui dicte à quel rythme on découvre les nouveaux éléments.

And zeu winneur iz…

Quel est le contenu de chaque enveloppe mystère ? Ne comptez pas sur moi pour vous spoiler. Sachez simplement que le jeu s’étoffe au fur et à mesure de votre progression, et que les règles de départ vont peu à peu s’enrichir de nouvelles possibilités. Vos héros vont évoluer, les zombies vont muter, du nouveau matériel va être mis à disposition, des objectifs vont apparaitre ainsi que des règles additionnelles… Un peu à la manière des jeux vidéos avec leurs systèmes « d’achievements ». Vous pouvez malgré tout décider de continuer de jouer avec les règles de bases si le cœur vous en dit.

Vous avez également la possibilité de progresser plus rapidement qu’un niveau par partie si vous réussissez des missions. Par exemple, gagner une partie à deux, trois ou quatre joueurs, gagner en finissant avec zéro zombie en réserve, gagner en finissant la partie avec au moins cinq zombies sur une case, gagner une semaine après la première partie jouée, etc. Chaque mission réussie permet ainsi de gagner une case sur la jauge de progression.

Enfin, il y a 7 badges de niveaux à débloquer : à chaque fois que les joueurs compléteront à peu près une ligne de la jauge, ils monteront en grade ! De « novice », ils finiront peut-être un jour « chasseur de zombie ultime » ! Et ce jour-là, vous aurez les yeux qui vont briller en croisant le regard de vos marmots coéquipiers.

 

Un jeu de plus en plus complexe, mais toujours accessible

On ressent vraiment que le jeu a bien été rodé à travers de nombreux tests avant sa sortie. Le système « legacy » motive très bien les enfants, le rythme de progression est parfait, notamment par la mise en place d’un avancement automatique à chaque partie, même en cas de défaite, et le contenu additionnel est savamment distribué.

Certes, les plus critiques peuvent avancer qu’une fois toutes les enveloppes ouvertes, le jeu perd une grosse part de son intérêt. C’est faux. Le joueur perdra la curiosité qui lui a fait enchainer les parties. Mais l’intérêt reste là. D’une part, vous pouvez continuer à vous amuser, comme vous le souhaitez, en intégrant plus ou moins de règles selon l’âge des joueurs ou la difficulté que vous souhaitez donner à votre partie. D’autre part, le jeu propose 13 enveloppes, ce qui représente un contenu assez conséquent.

Un véritable guide de survie en territoire zombie… pour marmots

Le jeu est entièrement organisé pour éviter que le marmot ne se trouve perdu en ouvrant la boîte. Le système est extrêmement intuitif et ludique. Le Scorpion Masqué a sorti l’artillerie lourde de ce côté-là, et notamment grâce à du contenu et un matériel de qualité.

Dans la boite se trouve en effet un livret, « le Guide du Chasseur de Zombies », qui permet au marmot de suivre toute son évolution. Ce livret est une sorte de passeport pour votre marmot. Il comprendra toutes les informations nécessaires pour jouer. À savoir, il contient les règles du jeu, des règles très bien écrites, claires et avec des exemples du déroulement du jeu. Mais surtout, que ce livret est beau et bien pensé ! Il aurait été facile de cocher des cases avec son gros crayon pour suivre sa progression dans la jauge. Mais il est tellement plus ludique de coller des autocollants. Ainsi, le livret contient des planches de « stickers – cerveau » et de « stickers – trophée » à coller sur la jauge. Un cerveau pour chaque partie (gagnée ou perdue), un trophée pour chaque mission réussie. Les autocollants s’appliquent aussi aux nouvelles règles et aux missions complémentaires que l’on peut découvrir dans les enveloppes. Tout le contenu additionnel est ainsi collé dans le livret, ce qui évitera aux marmots désordonnés de le perdre. Les enfants peuvent ainsi visualiser leur progression, et je vous assure que c’est le moment le plus apprécié de la partie ! Ne comptez pas par contre envoyer votre marmot au lit s’il sait qu’il ne reste qu’une ou deux parties avant la prochaine enveloppe !

Une personnalisation poussée

Un autre exemple est la page « passeport » du livret des règles. Votre marmot peut s’identifier, écrire avec qui il a joué, choisir lui-même les noms des héros du jeu et des méchants zombies. Cela n’a l’air de rien, mais cela permet de personnaliser le jeu (tout en remportant au passage un trophée lorsque la page « passeport » est remplie) et de créer un lien entre les héros et les joueurs.

L’éditeur prend aussi le marmot par la main dans cet univers évolutif avec les enveloppes. Plutôt que de faire ouvrir une enveloppe au hasard, les enveloppes sont numérotées pour contrôler la progression. Le papier est de qualité et toutes les enveloppes sont cachetées pour les protéger de la curiosité du marmot… ou des parents !

Des héros attachants

Zombies et marmots ne font pas bon ménage ? N’ayez crainte, votre marmot n’aura pas peur et ne sera pas perdu. La charte graphique du jeu, très colorée, un poil « geek », est vraiment réussie et rend le jeu très charmant. Les héros sont attachants, avec leurs armes délirantes (sabre laser, pistolet à eau ou à fléchettes). Ils me font un peu penser aux « Goonies » (pour les lecteurs quadragénaires) ou à « Stranger Things » (pour les plus jeunes). Les zombies (entre autres un professeur de sport, une bibliothécaire) ont un look… à mourir ! Les pions et les tuiles sont bien épais, le plateau du jeu est clair, avec l’utilisation d’un code couleur entre le dé à lancer et les pièces de l’école, et des passages d’une pièce à une autre bien définis et visibles pour le jeune chasseur de zombies.

L’avis de Plateau Marmots

Un premier jeu « Legacy » pour marmots, c’est possible ! Le Scorpion Masqué a réalisé un jeu ambitieux qu’il est essentiel de découvrir.

Le jeu est beau avec du matériel de qualité, un design adapté aux marmots et un prix extrêmement compétitif (18-20 euros).

Les règles, au départ simplistes, vont vite s’enrichir et donner une petite dimension tactique au jeu. Il faut savoir prendre des risques pour tenter de gagner la partie. Se concentrer sur les zombies, c’est défoulant, mais ça ne ferme pas les portails et ne fait pas gagner la partie. Se concentrer sur les portails, c’est risquer d’être envahi par les zombies. Attention, ce n’est pas un jeu de stratégie pour joueurs expérimentés, mais un jeu familial intergénérationnel. Il est suffisamment simple pour un marmot de 6 ans, mais assez développé et marrant pour attirer des enfants de 12 ans.

Le côté évolutif du jeu est extrêmement addictif. On a envie d’en savoir plus, d’en voir plus, et de vite accéder à la prochaine enveloppe. De mon côté, le jeu est arrivé sous notre sapin, et nous avons dû nous freiner pour ne pas débloquer toutes les enveloppes avant le 31 décembre.

En conclusion, Zombie Kidz Evolution est un gros coup de cœur de la rédaction en cette fin d’année 2018 / début 2019. Il a tout pour vous combler et pourrait tout à fait être sur le podium des prochaines récompenses décernées pour les jeux de société.

Ça fait plaisir

  • Un jeu d’inspiration « Legacy » pour marmot ! Oui, ça existe enfin !
  • Un matériel de qualité au design très réussi
  • Un chouette jeu familial, accessible aux marmots et à leurs parents « geek »
  • Un jeu addictif avec une difficulté progressive

Ça fait moins plaisir

  • Franchement ? Je ne vois pas !

Le petit mot du chef

Pour y avoir joué en parallèle avec Pixies, je ne peux que plussoyer son test. Pas cher, matériel de qualité, simple à jouer (au début) et réservant de très jolies surprises, Zombie Kidz Evolution est un excellent candidat pour rafler de nombreux prix et récompenses. Le Scorpion Masqué signe ici un jeu aussi accessible qu’abouti, qui vous accompagnera très très longtemps. Pour tout vous dire, on attend maintenant de retrouver les personnages pour une saison 2. Rien de moins, oui.

Le trouver

Sur Amazon
Chez Philibert

Fiche Technique

Un jeu d’Annick Lobet
Illustré par Nikao
Edité par Le Scorpion Masqué
Pour 2 à 4 joueurs (mais jouable en solo)
A partir de 7 ans

 

Soutenez Plateau Marmots !

–>  Vous avez apprécié cet article ? Alors rejoignez nous sur Tipeee et manifestez votre soutien ! 1 euro suffit pour nous encourager.
–> Vous n’avez pas apprécié cet article ? Alors dites le nous, et rejoignez-nous sur Tipee pour qu’on s’améliore ! 1 euro nous donnera sans doute à réfléchir !


 

3 pensées sur “Test – Zombie Kidz Evolution

  • 17 janvier 2019 à 10 h 16 min
    Permalink

    Merci pour ce très chouette article !
    Et merci d’avoir choisi de ne pas spoiler 🙂

    Répondre
    • 17 janvier 2019 à 20 h 19 min
      Permalink

      Hello ! Merci beaucoup de nous rendre visite !
      Concernant l’absence de spoil, il nous semblait que cela tenait au respect dû au jeu. Quand le plaisir du jeu tient autant des parties jouées que du petit frisson de la découverte, gâcher ce dernier n’a aucun sens. Mais bon, c’est un choix éditorial très personnel : chacun fait ce qu’il veut 🙂

      Encore merci pour votre commentaire !

      Olivier

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.