Test – La chasse aux monstres

« Bouh you gonna call ?! » 

La chasse aux monstres est un jeu coopératif où il est question de débarrasser une chambre d’enfants de tous ses monstres avant de se mettre au lit ! 

Ce jeu fait merveille après le repas du soir, après que les dents soient bien brossées et juste avant de se mettre au lit. Son thème est en effet universel : un enfant vient de se coucher, mais seul dans sa chambre il a peur des monstres qui rôdent autour de son lit. Il faut donc l’aider à se débarrasser des monstres avant qu’ils n’encerclent le lit. 

Derrière ce pitch, tout à fait digne d’Enter Sandman de Metallica, se cache un classique incontournable du jeu de plateau coopératif. Signé Antoine Bauza (Seven Wonders, Hanabi, Ghost Stories…) et édité par le Scorpion Masqué, le jeu est sorti en 2009, en est à sa 3e édition et il rencontre toujours autant de succès. Pourquoi ? Parce qu’il est simple à mettre en place, simple à expliquer, et tout à fait paramétrable en fonction de l’humeur ou du temps disponible pour jouer. Bref, pour les parents, c’est un véritable bonheur. 

Le matériel

Le matériel

Le jeu se compose d’un deck de cartes recto/verso représentant un enfant qui dort d’un côté et un monstre de l’autre, et d’une douzaine de tuiles représentant des jouets. C’est à peu près tout, mais on ne pourra s’empêcher de signaler que la boîte fait elle même partie du jeu, puisqu’elle représente le placard dans lequel on va jeter les monstres que l’on aura fait fuir. Et j’avoue adorer l’idée que les boîtes fassent partie intégrante du jeu, comme c’est par exemple le cas pour Abella l’Abeille de chez Haba. 

En fonction des éditions vous trouverez des illustrations différentes mais le plus souvent réussies. J’avoue avoir un faible pour celles de la seconde édition (la 3e fait trop « Monstres et Cie » à mon goût), mais vos marmots les adoreront toutes. 

Les règles

Recto et verso des cartes

Accessibles sur le site, elles sont simples, claires et bien illustrées. On comprend dès la première lecture et les enfants se les approprient très vite : un modèle du genre. La durée de la partie est modulable en fonction du nombre de monstres que les joueurs devront chasser, et la difficulté peut-être corsée (ou simplifiée) pour correspondre au niveau des joueurs. 

Déroulement d’une partie

Le deck de monstres (côté lit) est placé au centre du jeu. Tout autour (ou à côté) on dispose les tuiles qui représentent les jouets de l’enfant, disséminés dans sa chambre. Il est à noter qu’il y a deux tuiles (une chaussette et un monstre sous le lit) qui donneront des effets négatifs : évitez de les ajouter au jeu pour les premières parties. A proximité du jeu, placez également les trois tuiles qui, une fois assemblées, représentent un monstre. Elles serviront de compte-tours pour faire apparaître les monstres qui sortiront de sous le lit. Enfin, prenez la première carte du deck de monstres, retournez là et placez là au dessus du lit. Le premier monstre est apparu dans la chambre et la partie est commencée. 

Mise en place

Sur chaque carte de monstre est indiqué un jouet : c’est celui dont il a peur. A son tour, le joueur retourne donc l’une des tuiles-jouets. Si ce n’est pas le jouet qui fait peur au monstre, la tuile est remise face cachée, et l’une des trois tuiles de monstre est retournée pour indiquer que le joueur a commis une erreur. Il passe alors la main au joueur suivant, qui choisira à son tour une tuile à retourner. Au bout de 3 erreurs, une nouvelle carte monstre est retournée et elle est placée à côté du lit. Si 4 cartes monstres sont ainsi placées autour du lit, la partie est perdue… Il faudra vite en recommencer une pour être sûrs de passer une bonne nuit ! 

En revanche, si la tuile de jouet retournée correspond au jouet qui fait peur au monstre, celui-ci prend alors la fuite. On prend alors sa carte et on la range dans la boîte en forme de placard en disant très fort « Retourne dans le placard », ou n’importe quelle phrase un peu pêchue qui fera son petit effet (à titre personnel, j’aime bien « iouuuu chââââle nauttt passss ! » ou « Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtag », mais vous faites ce que vous voulez). Une fois que tous les monstres que vous avez mis en jeu sont au placard, la partie est gagnée pour tout le monde ! Bonne nuit… 

Vous l’aurez compris, le jeu oscille entre mémoire et chance. Les premiers tours verront arriver deux ou trois monstres, avant que la mémoire collective ne se mette en place et repousse vaillamment les monstres les uns après les autres.  Il y a relativement peu de stratégie à mettre en place, ce qui laisse une chance aux plus jeunes de briller autant que les plus grands. Ces derniers pourront toujours donner des conseils, mais ils devront respecter le choix du joueur dont c’est le tour de jeu. 

Petits et grands marmots

Première erreur

La chasse aux monstres est un jeu coopératif (même si une variante compétitive est possible) qui vous permet de passer des moments privilégiés avec vos enfants, et ce durant de longues années. Pourquoi ? Tout simplement parce que sa difficulté à géométrie variable permet de l’adapter au développement des compétences des marmots. Après quelques parties de base, où la victoire sera très souvent au rendez-vous, vous pourrez alors introduire les tuiles “négatives” et observer votre enfant face à cette diversité nouvelle. Une fois qu’il en aura pris l’habitude, augmentez encore la difficulté du jeu en supprimant une tuile “monstre”, ce qui rendra la génération des monstres plus rapide (ils sortiront du lit au bout de 2 erreurs au lieu de 3).

Il y a également d’autres règles pouvant corser davantage la difficulté, signe que le jeu peut passer facilement du « jeu-gentil-qui-flatte-l’orgueil » à un challenge un peu plus conséquent. Rien d’insurmontable toutefois, surtout pour nos chers bambins, dotés d’une mémoire bien supérieure à la vôtre.

Les adultes passeront donc de jolis moments sur ce jeu, et se surprendront même à y jouer une fois ou deux entre eux, pour vérifier que leur mémoire est encore solide. Gare aux désillusions 🙂 Ajoutez à cela le fait que le jeu soit totalement jouable en solitaire et vous aurez les ingrédients d’un grand jeu.

L’avis de Plateau Marmots

Au placard le monstre !

Comment ne pas reconnaître l’ingéniosité d’Antoine Bauza pour cette chasse aux monstres aussi attachante qu’agréable à jouer ? Tout à fait adapté à un rituel du soir pour mettre doucement au lit les enfants de 3 ans et plus, ce jeu apaise volontiers le marmot et le met en situation d’en aider un autre.   

Comme la difficulté adaptable le rend accessible au plus grand nombre, petits et grands marmots peuvent jouer ensemble et s’entraider efficacement : la mémoire des uns viendra compléter la stratégie des autres. Ajoutez à cela un matériel réussi (quelle que soit l’édition) et des graphismes accrocheurs : quel que soit votre âge, vous passerez de très jolis moments autour de ce jeu. 

Intérêt ludique : Excellent
Intérêt pédagogique : Pas mal
Notre avis : Vraiment bon ! 

Fiche technique

Edité par le Scorpion Masqué
Créé par Antoine Bauza
De 1 à 6 joueurs
A partir de 3 ans
Durée d’une partie : environ 15 minutes
Prix indicatif : 16 euros

Aller plus loin…

Les règles de la Chasse aux monstres sont disponibles au téléchargement.

[ngg_images source= »galleries » container_ids= »2″ display_type= »photocrati-nextgen_basic_thumbnails » override_thumbnail_settings= »0″ thumbnail_width= »240″ thumbnail_height= »160″ thumbnail_crop= »1″ images_per_page= »20″ number_of_columns= »3″ ajax_pagination= »0″ show_all_in_lightbox= »0″ use_imagebrowser_effect= »0″ show_slideshow_link= »1″ slideshow_link_text= »[Montrer sous forme de diaporama] » order_by= »sortorder » order_direction= »ASC » returns= »included » maximum_entity_count= »500″]

 

Voir une présentation de La chasse aux monstres en vidéo : 

2 commentaires sur “Test – La chasse aux monstres

  • 31 août 2017 at 19 h 37 min
    Permalink

    Mettre la peur ancestrale du monstre caché dans la chambre sous forme de jeu est plutôt brillante!
    La première fois que j’y ai joué, c’est parce que ma fille (4 ans à l’époque) a aimé la boite…je pense que ça lui a rappelé des choses…
    Bref, l’idée est originale et la mécanique sympa (le coup du placard, c’est la cerise sur le gâteau!) et, surtout, de lui prouver que je n’étais pas la seule à dire que les vilains monstres avaient peur de ses supers doudous qui envahissent son lit !!

    Reply
  • 9 novembre 2017 at 10 h 00 min
    Permalink

    Bonjour,
    Un jeu accessible pour les tous petits, qu’ils apprécient énormément. A jouer et à rejouer…. par contre on y joue pour eux et pas avec eux (un peu inévitable à 3 ans).
    Mais ça reste très plaisant.
    JiDul

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *