Test – Kawaii

Mais si !! Vous aussi vous en avez vu partout de ces petites figurines trop choupi aux grands yeux délicieux… Elles sont aujourd’hui un vrai pan de la culture japonaise évoquant délicieusement le retour à l’enfance. Et fatalement, elles envahissent désormais nos étals pour le plus grand bonheur de nos marmots, ainsi que leurs parents qui ont oublié de grandir, dont je fais définitivement partie.

Et les voilà qui arrivent dans nos jeux de société, ces petits personnages adorables sont bien sûr les kawaiiiiiiiiiii (oui il faut bien appuyer sur le iiii) parce que nos jeux aussi ont le droit de profiter de cette culture du mignon.

Kawaii est un jeu de Marc-Antoine HOFMANN et Ismaël PERRIN, illustré par Noëlle ZWELACKER et Félix KINDELAN édité par HELVETIQ, pour 3 à 5 joueurs, à partir de 6 ans pour des parties de moins 15 minutes.

Brisons la glace !

Kawaii est un jeu d’ambiance, de collecte et d’observation où vous allez devoir récolter un maximum de vos glaces préférées avant de voir les autres vous les piquer.

Aïe mes yeux, mes yeux, mes yeux… Ah non en fait !

Je vais être honnête avec vous (as usual), je les adore ces petites boites de chez HelvetiQ ! Elles renferment bien souvent un jeu malin, fun, facile à prendre en main et le côté pratique à transporter de la boîte ne gâche rien. Mon niveau d’exigence avec ces jeux est donc proportionnel à l’amour que je leur porte.

Abordons donc de suite le premier point qui me chafouine avec Kawaii, c’est la direction artistique qui manque un peu de pep’s à mon goût. Avec Marmot j’en mange du Kawaii, des coloriages aux dessins, des pixels à la papeterie… et j’en passe. Sans être une experte, j’en suis du moins une grande consommatrice par procuration et nos Kawaii à nous sont toujours pleins de couleurs vives ou pastel mais toujours dans une palette ultra polychrome. Je vous laisse donc imaginer, à l’instant où j’ai ouvert cette boîte et pris les cartes en main, un peu excitée de découvrir les Kawaii qui allaient nous accompagner, comme ma déception fut grande. Alors, oui, on retrouve ces petites glaces avec des yeux espiègles mais les couleurs franchement ça n’envoie pas du rêve ! Du jaune un peu douteux, du marron, du prune… et ces glaces, pourtant personnages principaux du jeu, qui ont toutes la même couleur terne. Bref, je ravale ma déception pour prendre en main ce jeu et venir vous en parler.

Les cartes de jeux sont de 3 catégories : les cartes “glace”, les cartes “parfum préférée” et les cartes “forme préférée”, ces deux dernières catégories seront nos objectifs secrets. Et puis au milieu de ces cartes 10 petits jetons “capture” en forme de cœur qui remettent un tout petit peu de paillettes à nos yeux.

Préparons l’arrivée du marchand de glace

La mise en place est, somme toute, digne des jeux HelvetiQ : simple et rapide.

Chaque joueur se voit délivrer au hasard une carte “parfum préféré” et une carte “forme de glace préférée”. Ces 2 critères sont désormais l’objectif personnel de collecte pour la manche en cours.

A ces 2 cartes missions on ajoute pour chaque mangeur de glace 2 jetons cœurs appelés aussi jetons “capture”.

On distribue toutes les cartes “glace” face cachée entre chaque joueur, chacun a donc une pioche personnelle dont il ignore le contenu et c’est parti pour la chasse aux cornets glacés !

Attrapez les tous !

Il va donc vous falloir collecter un maximum de glaces correspondant à votre carte forme ou à votre carte parfum favori, et même, cherry on the cake, pourquoi pas une glace de votre parfum ET forme favoris afin d’obtenir encore plus de points.

Chaque carte “glace” a 2 caractéristiques : un fond qui représente son parfum et une forme avec un nom rigolo associé. Il y’a donc 5 parfums possibles : chocolat, framboise, menthe, miel et fraise (mon préféré) et 5 formes de glaces : 1 cornet, 3 bâtonnets et 1 cup.

On note qu’il aurait pu être délicat de différencier les 3 bâtonnets mais les illustrateurs ont subtilement pensé à en affubler un d’une moustache et un autre de 2 bâtonnets en guise de jambes et bam ! plus de confusion possible.

Chaque joueur va à son tour retourner une carte de son tas personnel et la rendre ainsi disponible pour tous (lui-même y compris) et ainsi de suite. La nouvelle carte révélée ne recouvre pas la précédente mais s’y ajoute en décalé afin de toujours avoir un œil sur les gourmandises à disposition.

Et c’est ainsi que les glaces vont s’accumuler devant chaque joueur au prix de nombreuses réflexions « Je prends ou j’attends qu’il y’en ait un peu plus… quitte à ce que ça me passe sous le nez. »

Dès que vous avez tranché et pris votre décision, vous pouvez hurler dans toute la maison (et pour ça les marmots sont très forts) : KAWAIIIIIIIIIIIIiiiiiiiii ! (Rappelez-vous le iiiiii bien appuyé)

Cœur sur vous

Ce cri (strident), que vous pouvez pousser à tout moment, va vous permettre de récupérer le tas de cartes faces visibles qu’un joueur a révélé devant lui, ceci au prix d’un jeton cœur que vous offrez à ce joueur. Si vous choisissez votre propre étalage alors vous défaussez ce jeton cœur.

Vous avez donc compris que les jetons “capture” vont se balader d’un joueur à l’autre. Il arrive même parfois que vous n’en n’ayez plus. Et c’est d’ailleurs toujours à ce moment-là que vous louchez sur un tas qui ferait bien votre affaire mais vous ne pouvez pas le capturer… du moins, jusqu’’à ce qu’un joueur capture votre tas et vous rende un petit cœur.

Il faut donc bien doser vos prises car elles ne sont pas illimitées. Kawaii nous offre là une stratégie de stop ou encore et de prise de risque à bien optimiser  si vous ne voulez pas vous retrouvez là… seul… sans cœur… à pleurer les cartes que vous convoitiez.

Indigestion de glace ?

« Et alors il n’y a que des glaces dans cette aventure Lulu ? »

Hé non, bien vu, d’autres cartes vont venir semer délicatement et toute en douceur la zizanie : 2 autres types de cartes pour être exacte.

Premièrement, les cerises, qui sont là pour vous féliciter de votre prise healthy et vous font gagner des points supplémentaires en fin de partie. Deuxièmement, les viles cartes « shop fermé », ah celle-ci sont sacrément vicieuses, car elles vous font marquer des points négatifs par carte dans votre collecte sauf si vous avez réussi à choper les 3 présentes dans le jeux, là ce sont des points bonus ! Ha ha ha encore une once de stratégie et de risque à estimer pour scorer un peu plus.

Le marchand de glace sonne toujours 3 fois

La manche se termine lorsque tous les joueurs ont révélé leur tas personnel ou que plus personne n’a de cœur en sa possession. C’est le moment du comptage des points : bête comme choux !

  • 1 point par glace de votre parfum préféré
  • 1 point par glace de votre forme préférée
  • 2 points si vous avez la glace qui regroupe vos 2 critères préférés
  • 1 point par cerise
  • -1 point par shop ou 3 points si vous avez les 3
  • 1 point par jeton cœur restant

Et on remet le couvert !

Au terme de 3 manches englacées celui qui a remporté le plus de points de gourmandise gagne la partie de Kawaii.

Vous mettrez bien un peu de piment sur votre cône ?

Les auteurs ont même pensé à nous corser un peu les règles pour les plus exigeants et je dois bien vous avouer que c’est notre manière favorite de faire une partie de Kawaii. Car, si dans les règles de base je vous mentionnais le fait de bien laisser les cartes glaces que vous placez devant vous en décalé, dans la version plus épicée ces cartes sont recouvertes au fur et à mesure. Il va donc entrer dans le game un aspect mémoire à maitriser car il va falloir se rappeler quelle glace convoitée a été engloutie.

On apprécie la dimension challengeante qu’ajoute cette variante et on se retrouve avec un jeu de collection qui fait appel à la prise de risque, l’observation, l’anticipation et la mémoire : Bingo !

L’avis de Plateau Marmots

Après 5/6 parties à 3 joueurs je me voyais déjà prendre ma plume la plus virulente pour rédiger ce test. En effet, cette expérience n’avait absolument rien provoquée chez moi ni chez Marmot. Aucun « Wahou » à l’horizon ni même de « ouais pas mal », pas même un sourire esquissé : nous sommes restés de glace (Hahahaha) !

Et puis nous avons fait plusieurs parties à 4 joueurs et on a pu percevoir le sel du jeu et son dynamisme et enfin à 5 joueurs on a bien rigolé. Car c’est bien dans cette configuration qu’il prend toute sa dimension et sa caractéristique principale de jeu d’ambiance. Oui, Kawaii est clairement un party game rapide et rythmé mais qui, s’il est sorti avec d’autres espoirs, peut décevoir.

Kawaii est donc un petit jeu dans la lignée de la gamme HelevtiQ, malin, rapide et accessible… mais clairement, pour nous il ne s’agit pas du meilleur (place indétrônée par Papageno et Hippo). Même s’il procure une bonne ambiance autour de la table dès 5 joueurs, on peut vite se lasser de la répétition du gameplay. La variante corsée apporte, certes, un renouveau et plus de piment mais n’en fait pas un jeu où nous avons eu envie d’enchainer les parties jusqu’à plus faim. Il reste néanmoins agréable en petit jeu d’apéro (au sirop de grenadine) et les marmots s’y amusent le temps de la partie. Pour prendre du plaisir à Kawaii et ne pas risquer l’indigestion il faut donc consommer avec modération et en toute simplicité.

On aime :

  • Le rythme et le dynamisme des parties
  • Mêler observation, mémoire et prise de risque sur des parties courtes
  • Les petits jetons cœur so cute
  • Format ultra pratique

On aime moins :

  • La direction artistique pas assez kawaiesquement colorée à nos goûts
  • On peut s’y ennuyer après quelques parties

Chez les marmots ce jeu favorise

  • L’aptitude à faire un choix
  • L’observation
  • La mémoire
  • La planification

Fiche technique :

  • Un jeu de Marc-Antoine HOFMANN et Ismaël PERRIN
  • Illustré par Noëlle ZWELACKER et Félix KINDELAN
  • Édité par HELVETIQ
  • Pour 3 à 5 joueurs
  • A partir de 6 ans
  • Pour des parties de 15 minutes

Où le trouver ?

 

Pour aller plus loin :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.