Test – Panic Diner

Cette semaine, c’est la panique à bord ! Votre restaurant est au bord de la faillite et vous êtes à deux doigts d’appeler Philippe Etchebest à la rescousse. Les commandes s’accumulent, la vaisselle s’amoncelle, les clients sont de plus en plus exigeants… Trop, c’est trop ! Vous pédalez totalement dans la choucroute ! Il est temps de mettre les bouchées doubles : vous avez 7 jours pour faire vos preuves et sauver votre réputation à coups de commandes frénétiques et défis farfelus.

Panic Diner est un jeu d’ambiance coopératif de Henri Kermarrec, illustré par Maud Chalmel et édité chez Blue Orange. Dans ce restaurant, on peut faire travailler les enfants (si, si !) à partir de 7 ans pour un service d’environ 20 minutes.

Bonjour ! Vous aviez réservé ?

Prenez place, je vous prie ! L’équipe s’engage à vous servir en moins de 90 secondes.

Une semaine animée vous attend puisqu’en plus d’honorer les commandes des clients, vous devrez également assumer un tas de défis loufoques en un temps imparti. L’objectif est donc de satisfaire les consommateurs si vous ne voulez pas mettre la clef sous la porte.

Le matériel est ludique, coloré et immersif. Le coffret contient :

  • 1 plateau de jeu qui sert à voir l’avancée de la semaine
  • 1 plonge représentée par le couvercle de la boite
  • 48 jetons plats recto verso qui constituent les aliments
  • 15 jetons étoiles
  • 7 jetons trophée pour valider tous les jours de la semaine (ou pas)
  • 40 cartes clients en guise de commande
  • 20 cartes défis pour pimenter les parties
  • 1 sablier de 90 secondes que vous pouvez remplacer par l’application avec bruits de fourchettes et brouhaha immersif

panic diner

Avant de commencer la partie, placez le plateau au centre ainsi que le sablier au milieu. Réservez autant de jetons étoiles que de joueurs présents. Prenez chacun une carte client (la commande à honorer). Disposez tous les jetons plats sur la table. La plonge doit être accessible pour tous. Retournez une carte défi et assurez-vous que tout le monde ait saisi son enjeu. La mise en place est simple, mais prévoyez tout de même un peu d’espace pour étaler tous les jetons plats. Dans la panique, ça risque de voler un peu !

Entrée, plat, dessert ?

Volontiers ! La partie se joue en 7 manches (comme les 7 jours de la semaine… Coïncidence ? Je ne crois pas !) Chaque journée dure le temps d’un sablier et pour obtenir un jeton trophée, vous devez valider autant de cartes clients que de joueurs. A chaque fois que vous avez réuni tous les jetons plats nécessaires à la commande, alors la carte client est finalisée et vous pouvez mettre le tout à la plonge (carte et jetons) Une fois l’action accomplie, prenez un jeton étoile. La journée est terminée quand il n’y a plus de jeton étoile ou quand le sablier est écoulé. Placez le jeton trophée réversible en mode victoire ou échec sur la 1ere journée.

panic diner

Le lendemain reprend là où vous vous étiez arrêtés. Les premiers jours sont donc plutôt sereins mais vous comprendrez bien qu’au bout de quelques commandes, la plupart des jetons se retrouvent bloqués à la plonge ! C’est problématique parce que vous devez continuer à satisfaire les clients… Chaque plat est décliné en 4 jetons et si un client vous réclame une côte de bœuf mais que tous les jetons sont à la plonge, alors il faut un volontaire (ou plusieurs!) pour faire la vaisselle. Et là : ô miracle ! Alors que votre marmot ne voulait pas débarrasser son assiette de pâtes la veille, le voilà ultra motivée pour vider la plonge en un temps record !

plonge

Alors, comment fait-on la vaisselle chez Panic Diner ? Au dos des cartes clients, vous pouvez voir 3 assiettes de différentes couleurs. Si vous arrivez à réunir 3 jetons de la même couleur que celle des assiettes, alors vous pouvez les remettre en jeu. Vous avez le droit de manipuler les accessoires de la plonge avec les deux mains, contrairement au reste de la partie où vous n’avez le droit de n’en utiliser qu’une seule (les manchots sont clairement désavantagés !)

Chaque jour de la semaine est un challenge: il y a clairement du pain sur la planche !

Des défis croustillants !

En parallèle de chaque manche, piochez une carte défi qui permettra de corser un peu le jeu. Il existe 2 sortes de cartes défis :

  • 15 cartes avec un « ! » qui correspondent aux cartes Événement
  • 5 cartes Super Client… des clients intraitables exigeants !

Les défis événements apportent clairement de la dynamique au jeu, en plus du sablier qui rythme les manches. On peut notamment retrouver des challenges sous forme de contraintes comme : nommez un barman qui sera l’unique responsable des jetons boissons et devra les distribuer pour toutes les commandes et pas seulement la sienne. A d’autres moments, lors du défi « karaoké », vous devrez communiquer uniquement en chantant (et si possible, pas comme une casserole !)

panic diner

L’ambiance est au rendez-vous et les marmots sont super enjoués. Les règles sont simples mais amusantes et le fait de jouer en collaboration permet d’aborder le sablier sous un aspect plus drôle que stressant. Parfois, on se met pourtant clairement la pression, comme quand les grains de sable s’écoulent dangereusement et qu’il ne reste plus qu’un jeton plat pour clôturer la journée. Je me suis révélé être une manager hors pair : « mais grouiiiiiille-toi, enfin ! Trouve-moi ce cornet de frites ou je te déshérite ! » Ambiance, je vous dis !

Quant aux cartes Super Client, elles permettent d’élever un peu le niveau de difficulté car au lieu de servir 3 plats pour une commande, Superman (en personne !) est susceptible de vous réclamer 4 frites, 2 burgers et 1 Coca à lui tout seul ! Sans compter que ce n’est pas super méga équilibré et qu’il ferait mieux de consulter une diététicienne, ça met également le service en péril et en ébullition. Pour peu que les 4 jetons frites se trouvent à la plonge, et vous êtes bons pour sortir les gants et récurer les assiettes ! Les commandes de Supers Clients sont prioritaires par rapport à celles d’un client lambda et peuvent valider à elles toutes seules l’objectif de la journée.

panic diner

Petit bémol cependant : on aurait apprécié davantage de diversité dans les défis car en seulement 3 parties, on peut avoir abordé toutes les cartes. Si mon Marmot ne s’est pas lassé, force est de constater qu’on a vite fait le tour de la phase de découverte et la question de la rejouabilité se pose de façon légitime.

Envoyez l’addition !

A la fin de la semaine, il est temps de compter le nombre de trophées et de déterminer si votre restaurant mérite une étoile supplémentaire au classement.

  • 0 à 3 victoires : c’est lamentable ! Un désastre ! Une honte ! (les synonymes me manquent…)
  • 4 ou 5 victoires : ça passe pour cette fois, mais vous restez au stade la bonne vieille gargote.
  • 6 ou 7 victoires : Félicitations ! Mêmes les plus grands Chefs vous admirent et envient votre nouvelle renommée.

panic diner

Pour pimenter un peu les parties, vous pouvez prévoir plus de jetons étoiles que de joueurs. Ainsi, à 2 joueurs, au lieu de récupérer 2 étoiles pour valider la journée, vous pouvez mettre la barre plus haute et vous en imposer 4. A vous de gérer et moduler la difficulté que vous souhaitez.

L’avis de Plateau Marmots :

Panic Diner incarne le jeu d’ambiance familial par excellence. Rapidité et coopération seront de mise pour maintenir la réputation de votre restaurant. Les règles sont accessibles et ludiques. Dans Panic Diner, pas besoin d’élaborer une stratégie de folie, il suffit juste de s’amuser et de déconnecter le temps de 7 sabliers. C’est simple, mais parfois, ça fait aussi du bien ! Les défis auraient pu être cependant un peu plus nombreux et variés afin de diversifier les parties. Ceci dit, rien ne vous empêche d’en inventer pour pimenter un peu le jeu. Aussi amusant à 2 qu’à 5, chez nous, on aime le sortir le temps de quelques parties et je peux vous dire que la sauce a bien pris. Les manches se suivent à un rythme effréné, et on a juste une envie : remettre les couverts !

Allez, bon appétit !

On aime :

  • un jeu d’ambiance où l’on n’a pas besoin d’être 10 pour s’amuser
  • la dynamique et la pression du sablier
  • l’univers haut en couleur
  • la simplicité des règles

On aime moins :

  • le manque de diversité des défis qui pose la question de la rejouabilité
  • le risque de lassitude

Votre Marmot appréciera si :

  • il aime les jeux coopératifs
  • il aime réaliser des défis rigolos

Fiche Technique :

  • un jeu de Henri Kermarrec
  • illustré par Maud Chalmel
  • édité chez Blue Orange
  • à partir de 7 ans
  • de 2 à 5 joueurs
  • pour des parties de 20 minutes environ

Où le trouver :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.