Test – Papageno

Avec le nouveau jeu format mini d’HelvetiQ, nous voici transportés dans un royaume enchanté où une nuée d’oiseaux colorés s’envolent sous nos yeux émerveillés par tant de poésie. Papageno nous plonge dans l’univers de La flûte enchantée, le dernier opéra de Mozart, où le célèbre oiseleur se mettra à notre service pour attirer les oiseaux convoités afin de réunir la plus belle collection.

Mais nul besoin d’être un amateur d’opéra pour profiter pleinement de cette petite perle que nous offre HelvetiQ.

Alors oui, Papageno ne sera pas sans rappeler les bases de pose du Skyjo (qu’on ne présente plus) ou Hilo mais on verra ensemble que certains personnages y apporteront plus de piquant et, paradoxalement, de convivialité.

PAPAGENO est un jeu de Kevin KIM, illustré par Felix KENDELAN,édité par HELVETIQ, pour 2 à 5 oiseleurs à partir de 6 ans et pour des parties de moins 15 minutes.

Entends-tu cette douce mélodie ?

Dans ce jeu aux saveurs poétiques, nous assistons à une magnifique envolée d’oiseaux, des oiseaux de toutes formes et surtout de tous poids. Pour impressionner la reine vous devrez lui présenter la plus belle collection d’oiseaux que vous avez fait venir à vous, tel l’oiseleur que vous incarnerez.

Ces oiseaux, positionnés sur un fil, l’épateront, sans nul doute, mais votre fil est fragile et il va falloir chercher à positionner les oiseaux les plus légers ou trouver l’équilibre parfait. 

Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux…

Effectivement à l’ouverture de cette désormais célèbre boîte HelvetiQ, on voit s’envoler de magnifiques oiseaux. Les merveilleuses illustrations nous transportent tout de suite dans le monde envoûtant de la Flûte Enchantée.

Papageno nous dévoile donc 50 cartes dont 40 cartes oiseaux tous plus beaux les uns que les autres mais également :

  • 4 cartes flûte de pan
  • 4 cartes Papageno
  • 2 cartes œufs

Et comme à l’accoutumée une règle format mini très explicite.

Ces oiseaux plein de pep’s et de couleurs se voient surmonté d’un chiffre allant de -2 à 9, proportionnel à leur embonpoint et donc à leur poids respectif. Les plus légers, et ceux pour lesquels on se battra (gentiment), auront le plus petit chiffre et les plus dodus arboreront fièrement un 8 ou 9 qui te fera couler des gouttes de sueur au moment de les placer dans ton jeu.

C’est bien beau toutes ces métaphores oniriques mais comment on gagne ?

Clairement, pour les plus cartésiens, le but est de scorer le moins de points possible, et vous serez déclaré oiseleur émérite à la 2ème manche remportée. Ah bah ! tu voulais de l’explication terre à terre, tu es servi.

Une mise en place sur le fil

Chaque joueur a son propre fil représenté par un tableau de 2×3 cartes que l’on positionne face cachée pour démarrer la manche.

Les cartes n’ayant pas constitué le fil des joueurs formeront la pioche, on retourne la première carte de la pioche pour former la défausse.

Chaque joueur retourne l’une de ses cartes pour la rendre face visible et ainsi la partie peut commencer.

Comment trouver l’équilibre parfait ?

En introduction, je t’annonçais que le but était d’avoir les oiseaux les plus légers sur ton fil et donc de scorer le moins de points ou de trouver le parfait équilibre. Je vois donc la question qui te brûle les lèvres : mais c’est quoi cette histoire d’équilibre ?

C’est la petite subtilité du jeu, car si tu as dans ton jeu 2 cartes d’une même valeur dans une même colonne leur valeur s’annule. Tu comprends donc que même si tu insères un oiseau bien dodu de 9 dans ton jeu, tout n’est pas perdu et tu peux scorer 0 sur cette colonne si un autre oiseau de 9 le rejoint.

Enfin je te glisse ça ici discrètement, mais fais tout de même attention qu’un de tes concurrents ne joue pas un Papageno pour capturer un de tes oiseaux et déséquilibrer ton fil, mais nous verrons cela plus tard.

Regardez les s’envoler c’est beau… Mais n’oublie pas de les attirer à toi

A son tour de jeu, chaque joueur fait évoluer son fil en récupérant une carte, et pour cela 2 options :

  • Il peut soit récupérer la carte de la défausse qui est donc face visible et l’intégrer où bon lui semble dans son jeu, que ce soit pour remplacer une carte déjà en place face visible dans le but de faire descendre les points, ou à la place d’un carte face cachée. Dans ce dernier cas, la carte qui était face cachée est défaussée face visible en self service pour le prochain joueur.
  • Il peut également choisir de récupérer la première carte de la pioche, et de nouveau il la place où bon lui semble et si c’est à la place d’une carte qui était face cachée celle-ci part à la défausse.

Petite parenthèse pour les fidèles joueurs de Skyjo ou Hilo, si la carte piochée ne te convient pas tu la défausses directement sans retourner une de tes cartes faces cachées. Fin de la parenthèse.

Je sais ce que tu as envie de me dire jusqu’ici ; « En fait, Lulu, le jeu dont tu nous parles c’est un Skyjo mais joli quoi ? »

Alors, j’ai envie de te répondre que ça serait déjà pas mal, car même grande fan de Skyjo, il faut quand même bien avouer que c’est assez moche. Et Papageno c’est plus que ça… C’est l’heure de vous présenter de nouveaux acteurs qui vont mettre le bazar sur vos fils.

Un peu de fil à retordre ? 

Jusqu’ici l’ambiance était plutôt bonne et conviviale, chacun jouant un peu dans son coin. Ca c’était avant l’arrivée des cartes spéciales qui peuvent bien pimenter le jeu et ajouter quelques tensions autour de la table.

–       La carte Papageno ou carte Capture

Papageno l’oiseleur est le plus doué pour attirer les oiseaux, c’est pourquoi quand un joueur place cette carte dans son jeu, il peut alors échanger une de ses cartes face visible avec une carte face visible du concurrent de son choix.

C’est alors que commencent les problèmes car cette carte peut, bien sûr, te servir à récupérer une carte qui va faire baisser ton score ou bien même une carte qui va mettre une colonne à l’équilibre : ça c’est la version sympa. Mais aussi, plus vicelard, tu peux simplement l’utiliser pour déséquilibrer le fil de ton adversaire qui arborait fièrement une colonne de 2 oiseaux à 8, en lui piquant son 8, tout fout le camp, il se retrouve maintenant avec une carte de forte valeur à scorer. Toi aussi d’ailleurs mais tu galèreras moins à l’échanger par la suite que lui à retrouver l’équilibre *kniack *kniack (rire sadique).

Pense quand même à échanger aux tours suivants le Papageno que tu as mis dans ton jeu car il score 10 points, et ça serait dommage de te tirer une balle dans le pied.

–       La carte Flûte

Quand Papageno joue de la flûte, tous les oiseaux se mettent à danser et l’anarchie démarre autour de la table. Le joueur qui place la carte flûte dans son jeu, au lieu de défausser la carte qu’elle remplace, donne la carte à son voisin de gauche qui placera cette carte à la même place qu’elle tenait dans le jeu du joueur à la flute.

Et que fait maintenant ce joueur avec la carte qu’il vient de remplacer ? Et bien il la passe lui aussi à son voisin de gauche qui la placera également à la même place dans son jeu que de là où elle vient et ainsi de suite en s’arrêtant juste avant le joueur actif.

Un vrai jeu de chaises musicales qui provoque toujours des frustrations mais surtout des rires devant le chaos provoqué par cette simple carte.

Maintenant que tu t’es bien marré et que tu as mis le bazar chez tout le monde, là aussi, pense à échanger ta flûte aux tours qui suivent car elle compte pour 10 points : ah ben oui, la partie de rigolade a un prix !

A noter que ces cartes flûtes sont enlevées du jeu pour des parties à 2 joueurs… ou pas… je dois t’avouer qu’on ne suit pas cette règle (ouuuuuhhh pas bien !) et que même à 2 on les utilise, pourvu que la brigade d’application des règles ne nous voit pas.

–       La carte Œuf

Lorsque un joueur place une carte œuf dans son jeu, celle-ci scorera la valeur de la carte à sa gauche ou à sa droite suivant où elle est placée. Si elle est sur la colonne du milieu, c’est toi qui choisis, amaguiz.

Big applause pour ces cartes spéciales qui apportent une bonne dose d’interactions et de choix tactiques laissant un peu le hasard de côté.

Les marmots adoreront placer ces cartes dans leur jeux car les interactions restent sympathiques et bon enfant on est bien loin d’un « take-that » frustrant et agressif.

Papageno est donc un jeu de collection où vous enrichissez votre collection avec les oiseaux les plus légers mais où vous prendrez aussi plaisir à mettre le bazar dans celles des autres.

Collection complète : check

La manche prend immédiatement fin dès qu’un joueur a retourné ses 6 cartes, les autres joueurs retournent alors leurs cartes qui étaient encore face cachées. Et là, Ô rage, Ô désespoir, tu as parfois de mauvaises surprises en t’apercevant que tu vas scorer des oiseaux un peu trop lourds à ton goût. Tu auras donc compris qu’il faut jouer tactique, stratégique, ne pas prendre n’importe quelle carte mais tu dois aussi faire avancer ton jeu à découvert rapidement pour ne pas te retrouver avec des cartes faces cachées à révéler qui viendront plomber ton jeu. Encore une fois tout est une question d’équilibre !

L’oiseleur qui marque le moins de points remporte la manche, celui qui remporte 2 manches gagne la partie… et on recommence ! Oui, oui, les parties sont rapides, tu vas les enchainer avec plaisir.

L’avis de plateau marmots

 HELVETIQ nous propose un jeu de collection malin aux règles simples et rapidement expliquées, on félicite la prise de risque parfaitement équilibrée des interactions qui ne frustreront pas trop nos marmots, les faisant plutôt rire et réfléchir.

On prend plaisir à ce jeu qui raconte une histoire, pleine de poésie bercée par un graphisme gai et coloré et un gameplay addictif qui ravira toutes les générations pour en faire un parfait jeu familial.

A noter que ce jeu montera en saveur proportionnellement au nombre de joueurs, car même si on y prend plaisir à 2 joueurs, l’impact fun des cartes flûtes sera plus puissant dès 3 joueurs.

Papageno a pris sa place au rang des indispensables de notre ludothèque juste à côté de son copain malin Bandido… Tiens, ça me fait penser : un Papagena de prévu peut-être ?

On aime :

–       Règles simples

–       Des interactions qui restent conviviales grâce aux cartes spéciales

–       Des illustrations pleines de pep’s

–       Un format pratique

On aime moins :

–       Le hasard fait partie du jeu

Le trouver

Fiche technique 

Un jeu de Kevin KIM
Illustré par Felix KENDELAN
Edité par HELVETIQ
Pour 2 à 5 joueurs
A partir de 6 ans
Pour des parties de 15 minutes

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.