Test – Emojito

Sourire en coin, ma fille lève les bras au ciel, éternue, cligne des yeux pousse un cri strident, tourne huit fois sur elle-même et se met à sauter sur un pied. Puis elle s’assied, sans un mot, et nous regarde tous fixement.

L’heure est grave. J’ai beau me gratter la tête, je ne vois pas. L’ours et le miel ? La grenouille méfiante ? Le taureau furieux ? Autour de moi, tout le monde semble avoir une idée bien arrêtée sur la question. Je sèche. Une goutte de sueur roule sur ma tempe. Tout le monde a joué. Il ne reste plus que moi. On attend ma réponse. Mon coeur bat la chamade. On me dévisage. Je crois bien… Je crois… Je crois que je vais reprendre un cocktail !

Je l’avoue, je n’ai découvert Emojito qu’au moment de sa nomination pour le Kinderspiel 2018. Mais dès que j’ai lu le pitch de ce jeu, j’ai eu le coup de coeur. Pensez-donc : des émotions, du jeu d’acteur, des fausses larmes et de vrais sourires… et des Mojitos sirotés sur la plage ! Mon petit coeur de marmots n’a donc fait qu’un tour lorsque j’ai ouvert la boîte…  

Emojito est un Party Game édité par Tactic, pour 2 à 7 joueurs, jouable à partir de 7 ans. 

Des émotions qui déboîtent

Et l’ouverture de la boîte, mes amis, révèle d’emblée une jolie surprise. En effet, Emojito propose un matériel simple, mais franchement sympa. Si le plateau de jeu et les 7 cadrans sont relativement passe-partout, on ne pourra que s’extasier devant le travail fourni sur les 100 cartes du jeu. Ne serait-ce que parce qu’elles sont toutes superbement illustrées. Et toutes différentes, excusez du peu.

Chaque carte représente un personnage, objet ou  animal, qui exprime une émotion : peur, envie, joie, dégoût, etc.  À travers son attitude souvent amusante, on parvient rapidement à deviner quelle est l’émotion représentée par le personnage. Mais cela ne suffit pas : il va maintenant falloir l’interpréter. Et c’est là que ça devient amusant ! 

Beach boys & Girls !

Si les cartes sont magnifiques, le jeu a en revanche opté pour un parti pris graphique « beach party » assez singulier. La charte graphique joue en effet la carte « mer et soleil », et les pions représentent cocktails, tongs et morceaux de pastèque, ce qui nous semble un peu hors sujet. On ne voit en effet pas trop l’intérêt de localiser le jeu dans ce cadre (on ne va pas spécialement y jouer sur une plage ou en camping, je pense), et ça donne une connotation au jeu tout à fait dispensable. Le but est sans doute de matcher le look avec le nom (Emojito = cocktail = vacances = plage), mais tout cela est assez arbitraire. On vous rassure de suite : vous pourrez jouer à Emojito dans un chalet en montagne ou sur la table de votre salon, ce sera pareil. Et sans doute mieux, d’ailleurs.

Quoi qu’il en soit, la galerie de personnages proposée par l’illustrateur (Tony Tzanoukakis) est incroyable de variété et de détails. 100 portraits, 100 attitudes, 100 émotions. Cela garantit d’emblée une excellente durée de vie au jeu. Emojito est un jeu superbement illustré et les marmots conserveront longtemps en mémoire certaines « tronches » particulièrement humoristiques.

La mise en place du jeu est la simplicité même : chaque joueur choisit l’un des pions et le place sur la case numéro 1 du plateau de jeu. Il prend ensuite l’un des petits cadrans qu’il place face cachée devant lui. Le paquet de cartes est alors battu et le premier joueur est désigné.

La grande scène du 2

À son tour de jeu, le joueur pioche une carte et doit alors interpréter l’émotion qu’elle lui inspire en tenant compte des contraintes de la case sur laquelle il se trouve. En effet, sur chaque case du plateau de jeu figure une icône : smiley, note de musique ou les deux. 

  • Le smiley signifie que le joueur doit faire deviner l’émotion en utilisant uniquement les expressions de son visage (grimaces, sourires, jeux de regards…)
  • La note de musique signifie que le joueur ne peut émettre que des sons. (les autres joueurs doivent fermer les yeux)
  • Le smiley + la note de musique signifie que le joueur peut combiner les deux.

Concrètement, cela signifie que le joueur va devoir faire deviner une situation émotionnelle, limité par des contraintes, ce qui n’a rien d’évident. Il va falloir faire preuve d’inventivité et ne pas hésiter à piocher dans le registre “cartoon” pour parvenir à faire comprendre l’émotion que vous avez piochée. Attention, vos adversaires devront vous laisser jouer votre émotion dans le silence total : le jeu n’est pas un pictionnary-like où l’on tente de deviner à voix haute dans la fébrilité et le vacarme. Bon, ils ont le droit de rigoler un peu quand même, si vous êtes un bon acteur.

Une fois qu’il a interprété l’émotion, le joueur pioche alors 6 cartes qu’il mélange avec sa carte jouée. Les 7 cartes sont ensuite disposées face visible autour du plateau de jeu, ce qui leur attribue un numéro. Il va donc falloir identifier quelle est la “bonne” parmi les 7 propositions.

Chaque joueur, y compris celui qui a mimé l’émotion, se saisit alors de son cadran et le fait défiler jusqu’à ce qu’il indique le numéro de la case correspondant à l’émotion qu’il croit avoir reconnue. Chacun révèle ensuite son cadran simultanément.

La couleur course des émotions

Des points sont attribués à chaque joueur en fonction des résultats.

Le joueur qui fait deviner gagne 2 points par bonne réponse de ses adversaires jusqu’à un maximum de 6 points. C’est un excellent moyen de le récompenser pour la qualité de son interprétation.

Chaque adversaire, lui, gagne 3 points s’il trouve la bonne réponse.

Tous les joueurs déplacent ensuite leur pion sur le plateau de jeu d’autant de cases que de points gagnés au cours de la manche. À chaque fois que l’un des joueurs franchit la ligne départ/arrivée, il gagne une carte qu’il place près de lui. Le premier joueur qui obtient 5 cartes emporte la partie.

Fourberie et entraide

Au beau milieu de cette course débridée, il sera toujours de bon ton de freiner un peu l’avance de ses adversaires en les défiant directement. Le joueur défié devra reculer de 3 cases s’il ne parvient pas à reconnaître l’émotion du tour, ce qui ne fera jamais plaisir. Il pourra même perdre l’une de ses cartes s’il franchit la ligne d’arrivée à l’envers. Le défiant lui, ne risque rien dans la tentative : excellente raison de déclencher ce pouvoir dès qu’il sera disponible.

Si au contraire vous voulez jouer en coop’, la règle propose une variante permettant aux joueurs de se mettre ensemble contre le jeu. Le principe est simple :  on joue avec un pion unique pour les joueurs et un pion pour le jeu. Chaque bonne réponse fait avancer le pion des joueurs, les mauvaises celui du jeu. Simple et amusant.

Un autre mode de jeu, reprend lui le principe du « bouche à oreille » : le mime de l’expression est effectué devant un seul joueur, qui doit le reproduire au joueur suivant, puis au suivant, etc. Comme toujours avec ce type de relais, les résultats sont franchement comiques.

Voight Kampf for kids

Parents et enfants s’amuseront beaucoup avec Emojito, un party game qui saura déclencher de nombreuses grimaces et sons bizarres. Il est en effet interdit de reproduire un son directement lié au personnage que l’on fait deviner (interdit de meugler pour faire reconnaître la vache, par exemple), et il faudra se creuser la tête pour trouver un moyen de faire deviner chaque carte en restant dans les clous.

Car sous des dehors de party game de plage, Emojito dissimule un jeu bien plus profond (et donc, complexe) qu’il n’y paraît. Certains dessins sont plutôt compliqués à interpréter, et il sera souhaitable que les plus jeunes puissent bénéficier de quelques « jokers » en cours de partie pour zapper une carte qui leur semble trop difficile à restituer.

Eh oui : si le jeu est sans souci jouable dès 7 ans, voire avant, il ne faudra pas perdre de vie que nous sommes encore dans des âges où les émotions sont encore mal maîtrisées et totalement à fleur de peau. On veillera donc à ce qu’aucune moquerie ou commentaire indélicat ne vienne paralyser l’enthousiasme des petits joueurs.

D’autant plus que chaque partie sera le prétexte idéal pour parler des émotions jouées (conservez les cartes jouées pour les passer en revue ensuite). N’hésitez pas à demander aux marmots ce qu’ils ont ressenti en jouant la colère ou la tristesse : cela permettra souvent d’ouvrir un dialogue très intéressant sur le contrôle des émotions. Tout le monde, en effet, n’a pas la chance de naître Répliquant ou Vulcain.

L’avis de Plateau Marmots

Quel bonheur, quel bonheur vraiment, que de voir les marmots s’essayer à expérimenter grimaces et actor studio dans le registre des émotions. Fort amusant à jouer, Emojito permet de se lancer dans une exploration des émotions, que l’on joue « pour de faux » en se défoulant pour de vrai. Et l’interprétation de nos colères, de nos frayeurs et de notre jalousie constitue souvent un judicieux support pour des discussions d’après parties.

Emojito est donc un jeu très réussi, qui mérite totalement sa nomination au Kinderpsiel. Son thème, aussi universel qu’essentiel, est un véritable appel à la communication visuelle et à l’interprétation.

Les adultes ne seront pas épargnés par la difficulté, et beaucoup seront tentés de s’appuyer sur l’enthousiasme des petits pour se sentir moins mal à l’aise. Pas facile de se mettre en scène et de faire le clown devant les autres, fut-ce devant des enfants. C’est la force de ce jeu, qui va vous inciter à vous exprimer, à sortir un peu de votre coquille et montrer l’exemple pour inciter les plus timides à se lancer. Et quel succès quand papa et maman font les idiots et rivalisent de grimaces. Largement de quoi déclencher les fous rires, et libérer la parole. Et ça, ici, on adore !

Ça fait plaisir

  • Un jeu sur les émotions !
  • 100 illustrations incroyables
  • Un système de jeu simple et malin

Ça fait moins plaisir

  • La surcouche “Beach Party”, un peu inutile
  • Certaines cartes, vraiment difficiles à faire passer
  • Y’a pas de cocktail dedans
     

Fiche Technique

Un jeu de Urtis Sulinskas
Illustré par Tony Tzanoukakis
Édité par Tactic
Année de sortie : 2017
Pour 2 à 7 joueurs (plus en jouant par équipe)

Disponible chez Philibert

Pour aller plus loin :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.