Test – Kluster

Un dimanche après-midi, lors d’un repas de famille.

Mon beauf : “Hey ça vous tente de tester le dernier jeu en financement partipatif que j’ai reçu ? c’est un jeu avec des aimants, le principe est super simple et c’est trop marrant !”

Nous : “Allez, vas y, on se fait une partie pour tester, ça nous permettra de digérer tranquillement”.

Et c’est ainsi qu’un dimanche après-midi, j’ai rencontré Kluster, ce jeu de Paula et Robert Henning, proposé, initialement, en financement participatif sur la plateforme KissKissBankBank mais désormais disponible chez tous nos revendeurs préférés.
Un jeu qui allait mettre à rude épreuve ma patience, révéler au monde entier mon manque évident de coordination et de dextérité mais qui, pour autant, allait (du moins, à l’origine) me donner envie d’y retourner encore et encore.

Klus – quoi ?

Pour tout vous avouer, Kluster est un petit ovni dans le monde ludique : à l’ère du Kiloplastique, du matériel à profusion, on se retrouve face à une mini boîte dans laquelle se trouvent 24 aimants, une ficelle nouée en cercle et une toute petite règle du jeu. Et c’est tout.

Si je souligne la toute petitesse de la règle c’est parce qu’effectivement, mon beau-frère ne s’était pas trompé : le principe de base est complètement BI-DON ! Il va falloir être le premier à se débarrasser de tous ses aimants en les posant à l’intérieur du cercle formé par la ficelle. Le premier à poser son dernier aimant est déclaré vainqueur. Fastoche vous ne trouvez pas ?

Facile, facile, mais pas évident quand même…

Ben oui parce que les aimants, ce sont des pierres magnétiques et qu’elles aimantent méga fort. Et si par malheur, elles aimantent une des pierres déjà posées, on les récupère et le tour est fini. Et comme elles ne font pas toutes la même taille, elles n’aimantent pas toutes de la même façon …. et il faudra y aller en douceur au moment de la pose pour ne pas se retrouver avec une réaction en chaîne qui vous fera adopter, malgré vous, la quasi totalité des pierres posées par les adversaires.

Et puis, pour corser le tout, les joueurs ont le droit de filouter un minimum : au moment de la pose, ils peuvent bouger la ficelle (à l’aide de l’aimant qu’ils souhaitent placer) de façon à se créer un espace plus grand pour la pose ou, de manière plus fourbe, pour rapprocher (style de rien 🙂 ) les aimants déjà en place afin de corser l’affaire pour les joueurs suivants.

Les marmots trouveront cela d’ailleurs très rigolo de pouvoir ainsi embêter papa et maman….Mais gare à la gourmandise qui leur fait souvent avoir les yeux plus gros que le ventre : à trop vouloir jouer avec le feu, ils pourraient bien se retrouver en possession de 5-6-7 aimants supplémentaires, n’ayant pas su doser le pouvoir d’attraction des pierres et n’ayant pas entendu le frétillement subtile du cailloux, ce frétillement qui précède le drame…

Et des drames il y en a eu ce jour là, avec nos loustics de 7 et 9 ans, en larmes parce qu’ils avaient récupéré 6 aimants d’un coup, laissant ainsi champ plus que libre à papa/maman/tonton/tatie… qui, pouvaient poser tranquillement leur dernier petit caillou et ainsi remporter la victoire sous le nez des marmots atterrés.

Ce sera ici l’une des premières remarques que je ferai à ce jeu : il demande un minimum de concentration et de maîtrise des gestes fins.

Car, il ne faut pas se leurrer, parfois, ça se joue à 1mm et les marmots de 7 ou 9 ans n’ont pas encore la subtilité nécessaire pour pouvoir s’en sortir face à des adultes qui vont être capable d’analyser la taille/forme/poids de la pierre et déterminer ainsi le meilleur placement pour s’octroyer la victoire.
Sans compter que le moindre éternuement, la moindre vibration de table, le geste brusque du marmot qui s’impatiente peut également provoquer une réaction en chaîne, même en dehors des tours de jeu… Et les marmots, ils trouvent ça vite punitif.

Et puis soyons honnêtes, les vôtres de marmots, ils arrivent à tenir en place sans bouger un cil pendant vos tours de jeux à vous ? Le mien, en tout cas, c’est mission impossible, et on a, très vite, dû prévoir de séparer les parties “adultes” et les parties “enfants” pour éviter le drame familial systématique.

Pas super quand on sait que le jeu de société a, quand même, pour vocation de rassembler les générations…

Et quand l’affaire se corse enfin… ou pas ….

Pour nous compliquer un peu la tâche (pour les parents, entendons nous bien, les marmots ayant déjà leur malus “gigotage, éternuement, dextérité” cité plus haut ^^ ), on peut trouver dans la boîte deux éléments de jeu supplémentaires :

un aimant carré : posé en début de partie, il réduit considérablement la surface de pose et ajoute une variante au jeu ; si l’aimant posé se colle au gros aimant carré, le joueur peut le récupérer et le reposer ailleurs (voilà de quoi enlever un peu de frustration à nos marmots et éviter quelques boudages lol)

des cartes de contraintes : ces cartes entrent en jeu lorsqu’un des joueurs n’a plus qu’un aimant en sa possession. Il pioche alors une carte et devra alors poser sa dernière pierre en respectant la contrainte indiquée par la carte : poser l’aimant avec son autre main, poser la pierre sur la tranche, n’utiliser que ses deux index, etc.

Ahhhh, mais me direz-vous, voilà enfin un moyen de rééquilibrer l’ensemble et de rassembler, enfin, adultes et enfants sur une même partie ! Et bien non… voilà le second reproche que je vais faire à Kluster.

Une version commerciale qui manque de magnétisme

Forte de cette première impression d’avoir trouvé un super jeu d’apéro, je me suis empressée d’acquérir la précieuse boîte dès sa sortie officielle en boutique. Et là… énorme déception… les cartes de contraintes et le gros aimant carré, qui étaient offerts pendant la campagne KissKissBankBank, étaient absents de la version “retail”.

Et il n’y a, pour le moment, aucun moyen de se les procurer, même sous forme d’extension. Pour autant, le prix, lui, est resté le même.

Alors vous me direz, sûrement, que c’est normal et qu’il faut bien remercier les contributeurs d’avoir aidé à financer le projet mais… pour être honnête : sans ces deux éléments, le jeu perd toute sa saveur !

Nous avons refait quelques parties de cette version “Non-participative” et le constat est sans équivoque : il est (beaucoup) trop facile, pour un adulte comme pour notre nain de jardin, de poser tous les aimants sans en aimanter un seul à proximité. Du coup, plus du tout de challenge, et l’intérêt s’est très vite étiolé pour nous comme pour notre fils. Avec, pour désagréable sensation, celle de n’avoir plus, en face de nous, le même jeu. Celui qui avait su tant nous faire rire et râler à la fois, la première fois.

Alors, j’ai bien pensé à quelques adaptations : raccourcir la ficelle pour resserrer le cercle, ajouter un galet (ben oui j’habite non loin de la mer 🙂 ) pour créer des obstacles, ou encore créer les cartes “contraintes” moi-même à la plastifieuse. Mais je me dis quand même que c’est tellement dommage… et j’espère en secret voir se profiler, très vite, une extension avec ces deux éléments additionnels dans nos crèmeries habituelles.

Mais, dis-donc, je regarde le jeu là et c’est un 14+, vous avez étendu l’âge de vos tests chez Plateau Marmots ?

Effectivement, lorsque nous avons souhaité présenter le test du jeu, toute l’équipe de Plateau Marmots s’est posé la question de l’âge. Doit-on le faire ou non ? Est ce pertinent ?

Et si nous avons décidé aujourd’hui de l’inclure sur le site, c’est parce qu’incontestablement le jeu est jouable à partir de 6-7 ans.

L’explication du 14+ annoncé sur la boite nous semble davantage tenir de la présence des aimants et des contraintes légales qu’au développement psycho-moteur de l’enfant. Ou même d’un risque que les aimants finissent avalés. Il est bien sûr évident qu’un danger subsistera pour les très jeunes marmots mais s’ils n’ont jamais avalé un meeple, vous pouvez y aller les yeux (presque) fermés !

L’avis de Plateau Marmots

Alors, pour conclure, si vos enfants sont friands de petits jeux rapides en rentrant de l’école, qu’ils ne sont pas trop mauvais perdants (mais est-ce vraiment possible chez les marmots ?) et qu’ils sont fascinés par les lois de l’attraction, foncez, Kluster devrait vous plaire, un peu, beaucoup, à la folie !

J’aurai quand même (très très) envie de vous conseiller de vous mettre en chasse de la version KissKissBankBank du jeu, qui se trouve régulièrement en seconde main car l’expérience de jeu est quand même beaucoup plus fun dans cette version avec ses nombreux ajouts.

Mais si vous n’avez pas la chance d’en dénicher une  et que vous vous décidez à craquer sur la version “retail”, n’hésitez pas à corser le jeu avec des adaptations “Home Made” en attendant une future extension, sans compter que cela boostera l’imagination de vos Marmots si vous les faites participer 🙂

On aime :

  • La qualité du matériel (les aimants sont super agréables à manipuler)
  • La durée des parties
  • Un jeu qu’on peut emmener partout
  • Le principe assimilé en quelques minutes par les marmots (même les plus jeunes)

On aime moins :

  • Le prix (plus cher que la campagne participative avec moins de matériel)
  • L’absence des éléments additionnels, même sous forme d’extension payante
  • On s’ennuie vite avec la version de base qui manque de challenge

Le trouver

Chez Philibert
Sur Amazon

Fiche technique

Un jeu de Paula et Robert Henning
Edité par Borderline Editions
Pour 1 à 4 joueurs
A partir de 14 ans (mais en vrai jouable dès 7 ans)

 

 

4 pensées sur “Test – Kluster

  • 10 février 2020 à 11 h 07 min
    Permalink

    Je l’ai testé dans un salon avec ma fille de 3 ans et demi et ma fille a très vite compris le concept et a adoré 🙂

    Répondre
    • 12 février 2020 à 19 h 40 min
      Permalink

      Oui il marche vraiment très bien avec de jeunes enfants 🙂

      Répondre
  • 10 février 2020 à 12 h 22 min
    Permalink

    Effectivement, le 14+ est sûrement dû aux aimants, car avaler un aimant est plus grave qu’un meeple. Secundo, les aimants peuvent casser si mal manipulés. L’absence de l’aimant carré dans cette version s’explique par le fait qu’il est trop puissant et peut casser plus facilement que les gros, les chocs étant plus violents. En ce qui concerne les gages, ils sont disponible dans un pdf en téléchargement gratuit : http://borderlineeditions.com/kluster/KLUSTERexplicationscartes.pdf
    Les jetons de parties en cartons ne sont pas indispensables au jeu. Je pense que le jeu de base + une impression des gages suffit au fun… après en effet la boîte de base est plus simple, mais elle a quand même l’essentiel !

    Répondre
    • 12 février 2020 à 19 h 41 min
      Permalink

      Merci pour l’info sur les gages , car je l’avais loupée 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.