Test – Uly et Polly

Des moutons. Un chien de berger. Un loup. Une recette bien connue, mais ultra efficace, qui permet d’ouvrir sur énormément de possibilités. En l’occurrence, un jeu de cache-cache aussi tactique qu’accessible, qui permet de se tendre des pièges, de deviner la position de l’adversaire et de le prendre en flagrant délit de moutonnerie. À moins que l’on ait tout faux, et qu’il soit à l’autre bout du pré, évidemment. Aiguisez votre flair, et débusquez ce p’tit loup qui est bien décidé à vous jouer des tours.

Uly et Polly est un jeu de Roberto Fraga illustré par Stivo, pour 2 à 4 joueurs, à partir de 4 ans. C’est édité par Blue Orange.

Qui a peur du grand mayssant loup ?

Polly, c’est le chien. Le gros modèle, voyez. Du genre à surveiller mollement le troupeau en sifflant son petit tonnelet de rhum. Uly, bah c’est le loup. Mais un mini loup, rassurez-vous. Genre sympa. Et il adore jouer à cache-cache. La règle du jeu ne dit pas ce qui arrive si Uly arrive à triompher de Polly, mais on sent d’instinct qu’un loup (même petit) au milieu d’un pré rempli de moutons serait assez enclin à lancer une barbecue party. Mais, afin de couper court à toute polémique, précisons-le d’entrée : Uly et Polly se joue en plusieurs manches, et chaque joueur incarnera le loup le même nombre de fois, pour une victoire qui se jouera toujours aux points. Il vous faudra donc savoir jouer les deux rôles, à savoir faire preuve de méfiance, mais aussi de filouterie, tout au long de la partie.

Un gros chien dans une petite boîte !

Autre chose que l’on se doit de préciser immédiatement : Uly & Polly est un jeu de la célèbre collection des « petits formats » de Blue Orange, parmi lesquels on retrouve les célèbres Taco Chat, Kikafé et autre Oh my Gold ! Un encombrement résolument minimal pour des sensations ludiques souvent topissimesques.

En l’occurrence, cette petite boîte contient des jetons (recto verso) représentant tous des moutons (enfin PRESQUE tous, héhé), une figurine en bois qui représente Polly, et quelques mini jetons nonosses permettant de compter les points. Un matériel très simple, assurément, mais parfaitement bien exécuté, avec (comme souvent !) Stivo à la manœuvre.

Colchique dans les prééés

Uly et Polly est mis en place de manière très simple et intuitive. Je ne me suis pas chronométré, mais cela ne doit (sérieusement !) pas excéder les 30 secondes.

Il suffit de placer sur la table le troupeau de moutons, composé d’une série de 4 x 4 jetons, tous identiques au verso. Le ou les joueurs qui incarnent le chien de berger ferment alors les yeux, et le joueur loup remplace l’un des moutons par son propre jeton, là où bon lui semble. Le jeton Uly est parfaitement identique aux autres sur le verso. Le recto, évidemment, révèle sa véritable identité, gniark gniark gniark.

Peut-être qu’à la lecture de ces lignes certains de nos lecteurs les plus fidèles se demanderont si Uly & Polly ressemble de près ou de loin au célèbre « Wendigo » du Scorpion Masqué. Disons-le clair et net : non, les jeux n’ont rien à voir, hormis ce remplacement d’une tuile innocente par une autre. Wendigo est un jeu d’observation, ce qui n’est pas le cas ici. Vous pourrez toujours tenter de voir si une tuile mouton n’a pas changé d’orientation pendant que vous fermiez les yeux, mais le joueur loup a le droit de modifier l’orientation d’autant de tuiles qu’il le souhaite afin de vous tromper, donc ne vous fiez pas trop à votre mémoire photographique pour vous sauver la mise : les enjeux sont ailleurs.  

 

Un mouton sous l’tapis

Un petit avant-propos avant de rentrer dans le vif du sujet : pour des raisons de comprenette, j’ai décidé de présenter le jeu sur une partie à deux joueurs (Uly contre Polly). Je reviendrai plus bas sur les sensations de jeu à plusieurs, car elles changent un peu la donne.

En début de partie, donc, le joueur Polly place son pion sur le mouton de son choix, sans le révéler. Les hostilités sont alors lancées : chien et loup sont dans la place le troupeau.

Le tour d’Uly est très simple : il intervertit deux jetons moutons adjacents. L’un des jetons déplacé peut-être celui du loup, mais ce n’est pas du tout obligatoire. Uly peut donc en profiter pour se déplacer en catimini… ou bien déplacer des jetons loin de sa position réelle pour mener Polly sur une fausse piste. Mais attention, il ne pourra toujours se déplacer que de la sorte. Uly peut intervertir des jetons face cachée, mais aussi des jetons face visible, si ça lui chante.

Quant au joueur Polly, il se déplace obligatoirement sur un jeton adjacent et y pose son pion. Si le jeton était face cachée, Polly le révèle et le laisse désormais face visible, jusqu’à la fin de la partie. Si Polly parvient à trouver Uly de la sorte, la manche s’arrête et les joueurs « Polly » marquent tous un point. Sinon, un nouveau tour de jeu commence. Le loup intervertit deux jetons adjacents, Polly se déplace, etc.

Le but du jeu est donc d’avancer dans le troupeau en notant les déplacements du joueur loup (qui seront toujours face cachée, évidemment) afin de le cerner. Polly doit trouver Uly avant que la moitié du troupeau n’ait été révélée, c’est-à-dire 8 jetons. S’il y parvient, tous les joueurs Polly marquent un point. Sinon, c’est Uly qui en marque un.

La taquetiquetiquetique du chien de berger

Lors de votre première partie, soyons clairs, le loup va gagner. Parce que Polly ne saura pas où chercher, et qu’il ne comprendra pas tout de suite que chaque case révélée est une possibilité de déplacement en moins pour Uly. Amusez-vous d’emblée à révéler les cases centrales, et vous allez voir que le joueur loup commence doucement à transpirer, car il sera probablement à portée d’être révélé. Le loup peut tenter de vous embarquer dans une fausse piste et intervertir des jetons éloignés de sa position, ou tenter de réellement prendre la fuite en vous voyant approcher. Dans tous les cas il y a un petit risque à prendre, et il est intéressant de regarder le visage des adversaires alors que vous déplacez votre pion d’un mouton à l’autre.

Pourquoi ? Parce qu’Uly et Polly est autant un jeu de bluff qu’un jeu de placement tactique. Se déplacer à l’abri des regards est bien pratique, mais aussi bien stressant quand le nombre de jetons laissés face cachée se réduit de tour en tour. Et si Polly a la tâche apparemment plus complexe, il peut se déplacer aussi souvent qu’il lui plaira tant qu’il ne révèle pas de nouveau mouton. Et plus il se déplace ainsi, plus il peut se permettre de mettre la pression sur l’adversaire, ce qui est assez savoureux.

Donc si Uly a clairement l’avantage de jouer en ninja, Polly n’est pas sans défense une fois que l’on commence à prendre le pli. Et découvrir ainsi de telles marges de progression sur un aussi petit jeu, c’est franchement chouette.

Uly et Torby ?

Un petit point avant de conclure sur le nombre de joueurs. Il est prévu pour 2 à 4 joueurs, mais dans les faits c’est assez bizarre de jouer ainsi avec des enfants. Sur une partie à 4, 1 joueur sera Uly et les 3 autres Polly, chaque joueur Polly décidant où aller à son propre tour. Pour l’équité, ça se comprend, mais niveau finesse tactique c’est chaud patate. Alors il faut papoter, négocier, et accepter de se planter sciemment parce que le joueur dont c’est le tour n’aura pas su percevoir le bluff du loup. Rien de grave, assurément, mais un peu compliqué à gérer quand même, parfois. Le un-contre-un nous a semblé bien plus satisfaisant avec des enfants, pour éviter l’effet leader et les engueulades.

Pour l’âge, la question se pose également. Blue Orange nous met le jeu à 4 ans, ce qui est vraiment short. Parce que si la mécanique de jeu est effectivement très simple (on se déplace d’une case à chaque tour, littéralement), la gestion du déplacement en sous-marin n’est pas super intuitive avant 5 ou 6 ans, en général. Il faut avoir envie de tromper l’ennemi pour Uly et de temporiser sur des cases déjà retournées sur Polly, ce qui demande déjà un peu de bouteille ludique.

L’avis de Plateau Marmots

Uly et Polly est un bon petit jeu de placement tactique, rapide à sortir, à mettre en place et à jouer avec une jolie part de bluff. Chaque déplacement d’Uly soulève en effet la question de l’intox. Est-ce que le loup s’est VRAIMENT déplacé ou s’agit-il juste d’une fausse piste ? Quant à Polly, il doit tenter, peu à peu, de fermer le maximum de possibilités de déplacement afin d’acculer son adversaire dans une zone dont il ne pourra plus s’échapper sans se faire remarquer. Le fait d’alterner les rôles est une excellente idée qui permet de s’essayer à tous les plaisirs, mais aussi d’éviter la frustration. S’il est techniquement accessible dès 4 ans, on attendra tout de même un peu pour le jouer « pour de vrai », afin d’en savourer pleinement les finesses.

On aime

  • Malin et original
  • Grosse marge de progression
  • Des déplacements simples pour un tour de jeu très rapide
  • Excellent à deux
  • Format mini et mise en place expresse

On aime moins

  • Un peu ambitieux pour des 4 ans
  • Gros avantage au loup sur les premières parties
  • Les joueurs de l’équipe Polly doivent se mettre d’accord

Le trouver

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.