Test – La Ronde des papillons

Des papillons multicolores virevoltent dans le jardin. C’est un fantastique ballet de couleurs ! Il y en a tellement qu’il est bien difficile de les dénombrer.  Alors, quel sera le premier joueur à reconnaître le maximum de papillons ?

La ronde des papillons est un jeu de Martin Nedergaard Andersen, sorti en 2017 et édité par Matagot.

Butterfly Ball in the Sky with Diamonds

Avant même d’ouvrir la boîte, mention spéciale à l’illustration de cette dernière (signée du studio fiore-gmbh) : le papillon seventies qui fait la couverture semble à deux secondes de l’overdose tant il a l’air gavé de LSD. En tout cas ça donne envie d’ouvrir la boîte !

Mini déception à l’ouverture : point de pilules ni de sachet d’herbe : le matériel que l’on y trouve est à l’image du jeu, simple et élégant. Vous y trouverez un deck de 42 cartes recto verso, représentant des papillons aux ailes colorées. Attention : leurs ailes gauche et droite sont toujours de couleurs différentes, ce qui va constituer la base du jeu.

Au recto, chaque carte représente un papillon unique. Au verso, les papillons planent volent par deux ou trois.

L’essentiel du matériel de La Ronde des Papillons est néanmoins ailleurs. Le jeu comporte en effet 4 mini plateaux de jeux sur lesquels sont collés, à chaque coin, des morceaux de carton pliés. Ces derniers représentent des ailes de papillons multicolores. En pliant et dépliant ces cartons pliés, vous ferez donc à loisir apparaître des ailes bleues, rouges, jaunes, etc. Oui, je sais, comme cela ça ne vous dira rien, mais jetez un œil aux photos, vous comprendrez tout de suite. Cela vous rappellera un peu les cocottes ou salières en papier des cours de récré.

La règle du jeu, pour finir, est claire et agréable : vous saurez jouer dès la première partie.

On joue ?

Pour s’amuser avec les lépidoptères , on extrait tout d’abord 13 cartes du deck. Elles seules serviront pour la partie : le reste est remis dans la boîte. La partie débute au moment où la première des 13 cartes est posée sur la table. Un papillon aux ailes bicolores est donc dévoilé. Tous les joueurs doivent alors essayer de retrouver ce papillon sur leur plateau à papillons, en pliant et dépliant les coins jusqu’à ce que le papillon de la carte apparaisse. Il faudra alors crier “Paaaaaaapillon !” et montrer aux autres joueurs que l’on a effectivement réussi à reconstituer le papillon illustré. Le joueur prend alors la carte et la pose devant lui. On dévoile ensuite une autre carte, et ainsi de suite.

Une fois les 13 cartes jouées, celui qui en aura attrapé le plus gagne la partie

Ça, c’est pour le niveau facile. Et il vous faudra en général entre 5 et 30 secondes pour retrouver un papillon dans la frénésie des pliages tournés, retournés et reretournés. Heureusement, le jeu propose un niveau plus difficile en jouant les cartes sur leur verso. Vous trouverez alors deux ou trois papillons à reconstituer par carte. Le challenge est donc – un peu – plus long, à défaut d’être plus ardu. C’est toujours bon à prendre, et ce sera sympa de pouvoir équilibrer ainsi les chances entre les joueurs.

Une partie sous l’arbre et c’est un peu plié ?

Si les marmots seront ravis de découvrir les joies de la chasse aux papillons dissimulés sous les pliages, les plus grands trouveront rapidement le jeu un peu trop limité à leur goût. Le concept est pourtant amusant, mais on sent qu’il aurait été possible d’aller plus loin. Peut-être avec un mode de jeu coop demandant à tous les joueurs de réunir un certain nombre de papillons ? Peut-être avec des papillons de valeurs différentes ? Il aurait été assez simple d’implémenter un mode “frenzy”, avec un petit sablier et un max de papillons à retrouver avant la fin du temps imparti.  

Car si La ronde des papillons a clairement été conçu autour d’un système de jeu ingénieux, ce dernier ne peut hélas pas tout faire. Il aurait donc été judicieux de creuser davantage encore ce concept prometteur afin de rendre un jeu plus abouti.  

L’avis de Plateau Marmots

La ronde des papillons est au final un jeu agréable auquel on joue avec plaisir sur la nappe du pique-nique ou sur la table de jardin. L’auteur a choisi de jouer la carte de la simplicité extrême, au risque de manquer d’ambition. Car si l’on enchaîne volontiers quelques parties de temps en temps pour manipuler les plateaux de jeux et s’extasier devant autant d’ingéniosité, difficile de renouveler l’intérêt plus de quelques minutes de jeu.  À l’instar de Cindy Sander, la ronde des papillons se destine donc davantage à un public de 3 à 5 ans plutôt que 5 à 7 ans. La magie du pliage a en effet ses limites. Les papillons ne sont-ils pas, par nature, des créatures éphémères ?

Ça fait plaisir

  • Un concept ingénieux
  • Un jeu bien réalisé

Ça fait moins plaisir

  • Rapidement répétitif
  • Quelques modes de jeux supplémentaires auraient été les bienvenus

Fiche Technique

Un jeu de Martin Nedergaard Andersen
Édité par Matagot
Pour 2 à 4 joueurs
À partir de 5 ans
Année de sortie : 2017

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.