Test – Ninja Academy

Une journée de plus à la rédac de Plateau Marmots, j’en suis déjà à mon 4ème café avec la collègue Soffy, et je traîne un peu mes guêtres entre le 1er et le 2ème étage de la rédaction, en attente d’une assignation du chef, ou d’un scoop qui secouerait tout le plateau. Je décide de rentrer à mon bureau, Soffy a des papiers à trier et nous avons épuisé tous les sujets de conversation possibles entre la météo, les nominations pour l’As d’Or 2020, la nouvelle coupe de cheveux du chef et j’en passe.

Je choisis de m’occuper en construisant une tour de post-it, lorsque, après quelques infructueuses tentatives et de grands gestes de frustration, je repère une petite boîte blanche qui traîne sous une pile de papiers désordonnés : aurai-je oublié que j’avais un test à écrire ? Ou serait-ce un cadeau du chef à mon intention ? Je me précipite sur la boîte. Ninja Academy avec une petite note dessus : « Coco, il me faut ce test pour hier. Merci ». Je retourne la note : « Ça a l’air d’être un jeu d’adresse, j’ai tout de suite pensé à toi, gnark gnark gnark ». Merci chef.

Ninja Academy est un jeu de la gamme Mini Games de Iello, vous savez, les jeux dans les petites boîtes blanches ? Illustré par Djib et donné pour des parties de 20 minutes, pour 3 à 5 apprentis ninjas de 8 ans et plus, le jeu est sorti de l’imagination des désormais célèbres Antoine Bauza, Ludovic Maublanc, Corentin Lebrat et Théo Rivière.

« Pas d’bras, pas d’katana »

Au cours de la partie, nos apprentis ninjas vont s’affronter à diverses épreuves d’adresse, de rapidité ou de bluff afin d’accumuler le plus de prestige et gagner le titre de meilleur étudiant du semestre.

Dans la boîte, des petites poutres en bois, 10 ninjas blancs et noirs, de grandes cartes décrivant les épreuves et leur succession, des points de victoire en forme de shuriken et une petite carte à la couleur de chacun des joueurs. Le matériel est de bonne facture et pour le prix de ces petites boîtes, on n’attend pas vraiment mieux. Les règles sont courtes, abondamment illustrées et très claires. Heureusement, d’ailleurs, pour un jeu qui se veut léger.

Les illustrations sont très dynamiques et mignonnes, ce qui correspond parfaitement au style du jeu.

Bon mais alors comment ça se joue, Ninja Academy ?

Par affrontements collectifs ou en duels, au cours desquels les joueurs vont tâcher de réussir des épreuves simultanément. Pendant les duels, les joueurs qui ne jouent pas peuvent parier sur leur chouchou pour tenter de gagner un peu de points eux aussi, histoire de ne pas s’ennuyer non plus. Chaque victoire en collectif ou en duel permet d’engranger les précieux points de victoire et le cadencement des épreuves est décrit sur les cartes Convocation.

Le contenu des épreuves est typique du genre : empiler des ninjas le plus rapidement possible, pichenettes, rattraper des ninjas qu’on lance, deviner où se cache le ninja dans la main d’un adversaire en fonction de ce qu’il déclare, etc.

Bon mais alors tu as aimé, ô grande maîtresse du Ninjutsu ?

Comme vous l’avez peut-être deviné à la lecture de mon manque d’enthousiasme, moyennement, tout simplement parce que je ne suis pas spécialement cliente de ce type de jeux, et probablement parce que j’y suis tellement mauvaise.

Ce qui ne m’empêche pas de recommander Ninja Academy pour des petites parties courtes et rythmées, avec des marmots, oui, sans problème. Je conseille néanmoins d’avoir un adulte dans le groupe pour lire les cartes d’épreuve au début, car le texte nous a semblé parfois un peu long pour des enfants de 8 ans.

En outre, l’intelligence du jeu est d’avoir su proposer plusieurs épreuves différentes, très courtes, et, même quand ce n’est pas son tour, comme on a parié, on encourage son poulain. Au final, même si on est peu amateur de jeux d’adresse, on peut passer un bon moment avec ses marmots, qui seront ravis de nous rouler dessus avec style. Il faut juste savoir à l’avance dans quoi on se lance.

 

L’avis de Plateau Marmots

Le quatuor d’auteurs nous livre ici un petit opus rythmé et tendu, qui tourne plutôt bien mais dont il ne faut pas non plus attendre des miracles. Sauf si bien sûr vous avez à occuper 4 ou plus enfants sauvages de 8-10 ans pour un anniversaire ou une après-midi pluvieuse pour laquelle vous avez perdu à la courte-paille. Là, si vous laissez la petite boîte blanche à disposition des margoulins, vous allez probablement obtenir des miracles. Oh que oui.

Dans tous les cas, on ne sort pas de la Ninja Academy en ayant appris grand-chose, mais on a passé un bon moment. Et on connait nos marmots, on sait qu’ils vont nous réclamer le jeu encore une fois, dans pas longtemps, si fiers qu’ils sont de nous vaincre à plate couture.

Ah, si tu savais mon petit ange, si tu savais, comment maman va te mettre une fessée à Roads and Boats dans quelques années… vengeance.

On a aimé :

  • Le prix
  • Le matériel de bonne qualité
  • Le rythme du jeu
  • Les parties courtes

On a moins aimé :

  • Les épreuves majoritairement d’adresse

Le trouver

Chez Philibert

Sur Amazon

Fiche technique

Un jeu d’Antoine Bauza, Ludovic Maublanc, Corentin Lebrat et Théo Rivière

Illustré par Djib

Edité chez Iello

De 3 à 5 joueurs

A partir de 8 ans

Pour aller plus loin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.