Test – Boîte En Cavale

C’est au salon de Cannes 2019 que j’avais rencontré la sympathique équipe d’En Cavale, composée d’Astrid et Margaux. Le concept, derrière « En Cavale », est autant de proposer un moment-jeu que de créer un rendez-vous régulier entre l’enfant et son agence. En Cavale, en effet, c’est un système de jeu avec option d’abonnement, dans lequel l’enfant-espion communique avec ses supérieurs et leur transmet ses rapports de mission.

Si cela semblait très alléchant sur le papier, restait encore à effectuer la première mission, pour faire notre première classe de mini agents secrets. Je vous invite donc à lire ce test, et si possible rapidement, car il risque de s’autodétruire à tout moment.

En cavale est une collection de coffrets d’énigmes, concoctées par Astrid Faure et Margaux Bruineaud, jouable dès 7-8 ans.

Le briefing des espions

En cavale, c’est donc avant tout une boîte qui contient des trucs d’espionnage. Cela peut être un one-shot si vous en avez envie, ou une série de missions que vous pourrez effectuer avec votre marmot. Mais l’idée est bel et bien celle de la durée, puisque vous trouverez dans chaque boite une enveloppe vous permettant d’envoyer votre rapport de mission au QG. Qui vous enverra alors, au choix, une autre mission à accomplir ou une lettre de félicitations personnalisée pour avoir sauvé le monde. Et ça, mine de rien, cela fait toujours plaisir.

Mais au-delà du concept, donc, osons ouvrir la boîte et résoudre notre première affaire.

La malle aux gadgets

À l’ouverture de la boîte, nous sommes accueillis par une lettre de briefing, ainsi que par plusieurs objets, encore mystérieux. On y trouve une roue de décodage en bois, d’étranges petits bracelets (en bois également, un tampon encreur et plusieurs documents (carnet d’enquête, carte astrale et autres pièces à conviction).

On y trouve également une enveloppe (port payé) qui contient le formulaire de réponse à renvoyer à l’agence.

L’ensemble est fort bien présenté, les illustrations sont très sympathiques, et le tout donne immédiatement envie de partir à l’aventure. On aurait évidemment voulu encore plus de matériel, mais pour un début c’est déjà franchement sympatoche.

A la recherche de Sir Conflex

La première mission des agents En Cavale s’annonce impérative et urgente, car il ne s’agit pas moins que de découvrir qui est à l’origine de la disparition d’un nombre inquiétant d’étoiles dans le ciel. Les soupçons se portent sur un savant fou : Sir Conflex. Ce dernier, brillant scientifique, aurait créé une petite armée privée et s’amuse à voler les étoiles à des fins mystérieuses. Bigre !

Le jeu à proprement parler est avant tout guidé par le carnet d’enquête, qui compile l’ensemble des énigmes à résoudre. Ces dernières, au nombre de 10, proposent des petites épreuves de décodage, jeux mathématiques, rébus et autres labyrinthes. Du coup, mettons nous au travail !

Spy kids 2.0

Le jeu est clairement destiné aux 7-9 ans. Il faut savoir lire et les épreuves sont relativement simples. Si l’agent secret est sérieux et appliqué, il devrait traverser le jeu en grosso modo une heure, une heure et demie, en fonction de son niveau et de l’aide qu’il reçoit. Le plus long, c’est évidemment le décodage, pas franchement difficile mais assez laborieux avec le petit disque en bois.

Pour le reste, entre rébus, petits calculs et labyrinthes, il s’amusera volontiers de trouver les solutions de ces petits jeux scénarisés.

Il est d’ailleurs possible de couper le jeu en deux ou trois sessions, histoire de ne pas user le jeune espion et éviter de lui coller un symptôme post traumatique prématuré. En ce qui nous concerne, notre marmot testeur a vraiment apprécié l’aventure (jouée en deux fois) et a hâte de découvrir la suite.

Votre nouvelle mission, si vous l’acceptez…

Car oui, mille fois oui, En Cavale est bel et bien une série de jeux et pas forcément un colis unique (même si vous pouvez vous arrêter dès la première aventure). Souscrire à plusieurs missions, c’est créer un rendez-vous régulier pour les petits espions, qui regarderont le facteur les yeux brillants d’espoir. Il vous en coutera grosso modo une vingtaine d’euros par boîte, frais de port (et lettre de retour prépayée) compris.

Est-ce que l’investissement en vaut la chandelle ? A notre avis oui. Mais notre enthousiasme initial est un peu moins bondissant une fois la partie terminée. Certains points mériteraient quand même d’être améliorés.

James Bond utilise ses gadgets, lui…

La plus grosse déception concernant En Cavale, c’est l’excitation initiale qui retombe un peu lorsque l’aventure est finie. Pas sur le fond, heureusement, mais sur la forme.

A l’ouverture, en effet, on s‘emballe au vu du matériel du jeu. Bracelets, tampon encreur, carte des constellations… On cogite : que va-t-on bien pouvoir faire avec tout cela ? Réponse : rien. Au final, tout cela n’est que de la déco, des petits gadgets d’ambiance sans la moindre incidence sur le jeu. C’est sympa, sans doute, mais à part la roue de décodage (pas très pratique à utiliser, d’ailleurs, comparée à une roue en carton toute con fixée à un alphabet), rien ne sert pour résoudre l’enquête. C’est du remplissage, certes mignon, mais sans utilité.

Il suffit de jouer à une aventure d’Exit pour réaliser à quel point un simple matériel en carton peut être créatif dans le développement de l’intrigue. Il aurait sans doute été bon de s’inspirer de cette créativité, prompte à casser le quatrième mur, pour donner aux apprentis espions d’En Cavale une source d’émerveillement supplémentaire, un twist qui évoque la magie du jeu de société moderne dans ce qu’il peut avoir de plus créatif.

On reste donc un peu sur notre faim au vu du contenu. On aurait voulu plus de folie et d’ambition. Rien de rédhibitoire, évidemment. Mais bon, au vu d’un concept aussi engageant, créant une relation durable entre l’enfant et le jeu, il aurait été vraiment génial que le jeu aille un tout petit peu plus loin dans la créativité.

L’avis de Plateau Marmots

Entre excitation et cogitation, la première boîte d’En Cavale remplit son contrat de jeu par abonnement atypique et prenant, plein de petits jeux variés dans le monde de l’espionnage SF. L’attente du colis, la magie de son ouverture, la mise en œuvre de la mission… autant de petits moments magiques qui donnent envie de renouveler l’expérience assez souvent. Dommage, en revanche, que le matériel soit essentiellement décoratif pour cette première boîte, et que nos rêves d’Escape Game à la Exit/Unlock se transforment en tampon encreur et bracelets à donner à ses amis. Un peu plus de créativité dans les épreuves assurerait pourtant une longue vie au concept. On espère dont très fort que le contenu des épisodes suivaient soient moins décoratif. Le jeu le mérite vraiment.

On aime

  • Un concept sympa
  • Enigmes simples mais sympa
  • L’atmosphère bien rendue
  • Attendre le facteur
  • Un matériel bien réalisé

On aime moins

  • Un peu court quand même
  • Un matériel essentiellement décoratif
  • Pas assez ambitieux

Le trouver

Sur le site”En Cavale”

Fiche technique

Un jeu créé par Astrid Faure et Margaux Bruineaud
Edité par En Cavale
Jouable dès 7-8 ans.

En savoir plus

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.