Test – Paku Paku

Le concours annuel du plus gros mangeur de boulettes de riz réunit les pandas les plus voraces autour de la table. Et qui dit nourriture, dit vaisselle sale qui s’accumule et se dresse en une tour, plus ou moins bringuebalante, menaçant de s’effondrer à tout moment.

Paku Paku est un jeu d’Antoine Bauza, édité par Ravensburger. Il se joue de 2 à 8 joueurs, à partir de 8 ans. 

Ambiance chinoise

Une fois de plus, Antoine Bauza nous emmène faire un tour en Asie (Tokaïdo, Takenoko, Ghost Stories…) et nous entraîne dans une lutte impitoyable où il ne peut en rester qu’un.

Contrairement à ce que le pitch laisse entendre, Paku Paku n’est pas un jeu gastronomique, mais un jeu de rapidité et de dextérité, pour 2 à 8 joueurs à partir de 8 ans, où il vous faudra faire preuve de vivacité et d’agilité pour remporter la partie.

Paku stensiles de cuisine

Proposé dans un format nomade, ce pack, illustré avec humour, contient un set d’ustensiles solide et de qualité qui résistera sans problème aux inévitables manipulations sauvages des petits et grands pandas.

Un plateau Table, cartonné et épais, vous servira à accumuler votre porcelaine vaisselle « sale ».

5 dés action comportant des faces numérotées, des faces vertes avec une tête de panda et des faces rouges avec une pile de vaisselle ainsi que des jetons de pénalités complètent cet ensemble.

Enfin, la notice, tout à fait digeste, permet d’assimiler les règles en quelques minutes et de mettre rapidement le jeu en place.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Avant de commencer la partie, veillez à ce que le plateau Table et la vaisselle soient accessibles à tous. Répartissez ensuite les 5 dés le plus équitablement possible entre chaque joueur. À 2 joueurs, l’un en recevra 3 et l’autre 2. À partir de 6 joueurs, certains recevront un dé et d’autres non. Ces derniers devront donc attendre de recevoir un ou plusieurs dés de leur voisin pour pouvoir jouer.

Tous les joueurs lancent leurs dés simultanément et en appliquent immédiatement (et rapidement) les actions :

  • face numérotée : il ne se passe rien, continuez à lancer vos dés
  • face verte : refilez votre dé à votre voisin de gauche;
  • face rouge : placez un élément de votre choix (assiette, bol ou gobelet) sur le plateau Table ou sur la pile de vaisselle déjà présente.

Paku Stop !

Dès qu’un joueur fait tomber la pile de vaisselle OU se retrouve avec trop de dés devant lui, ses adversaires poussent le cri qui tue « Paku stop ! » pour mettre fin au tour. Le joueur en cause reçoit alors (ou pas) des points de pénalités. Pour le savoir, il lance ses dés et fait la somme des faces numérotées.

Par exemple, je lance mes 3 dés qui révèlent une face verte, une face « 1 » et une face « 2 ». Je reçois donc 3 points de pénalités.

En revanche, si en lançant mes dés, aucune face numérotée n’apparaît, je ne reçois aucune pénalité. En gros, vous avez le cul bordé de nouilles (chinoises, bien sûr) ou pas ! La vaisselle est alors retirée du plateau Table et on repart pour un tour.

La partie prend fin dès qu’un joueur totalise 10 points de pénalité ou plus. Le gagnant est celui qui aura cumulé le moins de points de pénalité au cours de la partie.

Des menus variés

La notice propose 2 petites variantes pour augmenter la difficulté :

  • interdiction d’empiler 2 pièces identiques : si le dessus de la pile de vaisselle présente un bol, vous ne pourrez placer qu’une assiette ou un gobelet par dessus;
  • à la fin du tour, après l’effondrement de la pile, les joueurs laissent la vaisselle encore présente sur le plateau Table en place et repartent pour un tour.

L’avis de Plateau Marmots

Paku Paku est un petit jeu d’ambiance sympathique et efficace qui vous entraînera pour quelques minutes dans des parties rythmées où la loi du plus rapide et du plus agile domine.

Ici, on ne fait pas dans le sentimental, bien au contraire. On se dépêche de lancer ses dés pour tenter de s’en débarrasser, quitte à pénaliser son voisin. On dépose sa vaisselle le plus adroitement possible, mais de manière subtilement instable pour que le suivant fasse s’écrouler la pile (mouahah!!). Alors non, on ne joue pas à Paku Paku avec ses marmots pour leur transmettre quelques belles valeurs morales, bien au contraire. Et, franchement, ça fait du bien. Pour gagner, il faut mettre les autres en difficulté (même vos marmots), donc allez-y, faites-vous plaisir, parce qu’eux, croyez-moi, ils ne vous rateront pas.

Et puisqu’on parle des marmots, qu’en pensent-ils? Ils seront attirés par le look, le matériel agréable à manipuler, l’originalité, la simplicité et l’inévitable frénésie qui va crescendo au cours de la partie. D’ailleurs je vous déconseille de leur proposer une partie avant l’heure du coucher, l’excitation met du temps à retomber.

Et nous, parents? Si les marmots auront du mal à décrocher, vous, amis parents, risquez de vous lasser. Une partie, c’est drôle, 2 parties, c’est sympa, 3 parties, pour faire plaisir, 4 parties, ça devient long. C’est répétitif et fortement soumis au facteur chance, alors ça va bien 5min, surtout si vous avez le mauvais œil. Donc si vous jouez avec vos marmots, prévoyez quelques jeux en rab qui vous permettront de passer à autre chose avant d’être gavé comme un panda.

On aime :

  • Bon jeu d’ambiance
  • Tous les joueurs jouent en même temps
  • Parties rapides et rythmées
  • C’est l’occasion d’être sans pitié, même avec nos marmots
  • Le perdant fait – littéralement – la vaisselle

On aime moins :

  • Le facteur chance prédomine : les Pierre Richard s’abstenir !
  • À proscrire avant d’aller au dodo (sauf si vous êtes équipés d’une massue).

Fiche technique :

Auteur : Antoine Bauza
Illustrateur : Eric Mathé
Éditeur : Ravensburger
Pour 2 à 8 joueurs
À partir de 8 ans
Durée d’une partie : 10 min

Chez Philibert 

Pour aller plus loin:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.