Test – Takenoko

Pour sceller leur alliance commerciale, après avoir passé de longues années à se taper dessus, la Chine offre au Japon un grand panda, symbole de paix. SMais peut-être était-ce un cadeau empoisonné ? Sachant que l’animal passe en moyenne 14 heures par jour à s’empiffrer d’une bonne vingtaine de kilos de bambou, il y a de quoi perdre sa zénitude !

As d’or 2012, Takenoko est un jeu de plateau et de stratégie crée par Antoine Bauza (7 Wonders, La chasse aux monstres, Hanabi, Chabyrinthe…) et coédité par Bombyx et Matagot.

Il réunit de 2 à 4 joueurs, à partir de 8 ans, qui incarnent les courtisans de l’empereur nippon. Ces derniers doivent, par l’intermédiaire du jardinier, aménager une bambouseraie pour son encombrant panda. Pour cela, il leur faudra cultiver des parcelles de terrain, y faire pousser du bambou pour nourrir le gros nounours affamé tout en gardant un œil sur la météo. Chaque joueur aura des objectifs secrets à atteindre qui, s’ils sont réalisés, lui rapportera des points de victoire.

Pandi Panda, petit glouton de Chine

Le matériel est tout simplement superbe et de bonne qualité. Il sert parfaitement le thème et on a qu’une hâte, c’est de le manipuler.

La quantité peut toutefois impressionner et mettre le doute quant à la complexité du jeu. Mais rassurez-vous, la prise en main est rapide et le jeu reste intuitif, ce qui est fort appréciable.

Le but du jeu étant d’aménager une bambouseraie, vous trouverez donc des parcelles de terrain de 3 couleurs (rose, jaune et vert), une parcelle étang, des canaux d’irrigation et des sections de bambous, également de 3 couleurs, qui s’emboîtent pour figurer la croissance de la plante. L’idée est ingénieuse, on adore!

Cette bambouseraie est occupée par notre ami le jardinier et l’insatiable panda qui se présentent sous la forme de 2 figurines magnifiquement réalisées.

En début de partie, chaque joueur reçoit un plateau individuel qui va lui permettre de programmer ses actions, de stocker des accessoires ainsi que les pousses de bambou goulûment grignotées par le panda. Ce plateau présente également un mémo sur les effets de la météo déterminée par un dé.

Puis viennent les cartes objectifs qui sont de 3 catégories: parcelle, jardinier et panda.

La notice est relativement longue à lire et je vous conseille, lors des premières parties, de la garder sous le coude, le temps de vous familiariser avec les règles.

Néanmoins, elle reste claire et bien illustrée avec, en bonus, une petite BD en 1ère page pour introduire le jeu. 

Continue, tu tiens le bambou

La mise en place consiste à poser au centre de la table la parcelle étang et d’y placer les 2 figurines. Le plateau se constitue au fur et à mesure de la partie et des actions menées par les joueurs. 

Chaque joueur reçoit au hasard 3 cartes objectifs (une de chaque catégorie) qu’il devra garder secrètes jusqu’à ce qu’il les remplisse. Dès qu’un objectif est atteint, le joueur place la carte face visible devant lui et peut en piocher une autre, dans la catégorie de son choix.

À son tour de jeu, le joueur commence par lancer le dé météo et en appliquer les effets. Puis, il effectue 2 actions différentes parmi les 5 possibles:

  • piocher une parcelle de terrain pour agrandir la bambouseraie;
  • prendre un canal d’irrigation pour acheminer l’eau de l’étang jusqu’aux parcelles les plus éloignées;
  • déplacer le jardinier pour faire pousser du bambou;
  • déplacer le panda pour qu’il mange;
  • piocher une nouvelle carte objectif pour l’ajouter à sa main.

Puis c’est au tour du joueur suivant.

La partie se termine lorsque l’un des joueurs a rempli son quota d’objectifs (qui est fonction du nombre de joueurs). Il s’attire alors les faveurs de l’empereur, matérialisé par une carte, qui lui rapporte 2 points supplémentaires.

Chacun fait le total des points indiqués sur les cartes objectifs qu’il a validé et celui qui a le plus grand score gagne la partie.

L’avis de Plateau Marmots

Takenoko est un jeu familial qui séduit dès la première partie: une thématique originale, des illustrations colorées et drôles, un matériel de qualité et une mécanique fluide. Malgré les nombreuses subtilités, le jeu reste plutôt intuitif et sans grande complexité permettant ainsi d’y jouer entre marmots et/ou adultes. Il offre également une grande rejouabilité grâce au plateau qui change à chaque partie en fonction des objectifs et des stratégies de chacun.

Simple sans être simpliste, il nécessite un minimum de réflexion pour être en mesure de saisir les bonnes opportunités lorsqu’elles se présentent. Les joueurs devront prendre en compte plusieurs paramètres soumis au facteur chance comme la météo et le tirage des cartes objectif. Mais il faudra également composer avec les actions de vos adversaires qui perturberont inévitablement votre progression.

Takenoko est donc un savoureux mélange de chance (mais pas trop), de stratégie, de programmation et d’anticipation sans pour autant être trop «prise de tête». C’est un vrai coup de cœur!

Et Alexandre créa la femme…

…enfin, Miss Panda. Tel Dieu, Alexandre, aidé de Corentin Lebrat (Ali, Le petit Poucet, Château aventure…), offre à notre bon gros panda un peu de compagnie dans son paradis terrestre. En plus de se goinfrer, il pourra draguer et fonder une famille!

Cette extension propose donc une ravissante femelle panda, de nouvelles parcelles de terrain aux pouvoirs inédits, des cartes objectif supplémentaires et, bien sûr, des petits pandas. Dommage que ces adorables bébés ne soient pas, à l’instar de leurs parents, représentés par des figurines, mais par des jetons. Visuellement, des minis pandas auraient été top!

La bonne nouvelle est que l’ensemble du matériel peut se ranger dans la boîte d’origine, même la notice qui, avec son millimètre de trop, fait un peu de résistance.

Takenoko Chibis vient enrichir agréablement le jeu d’origine et on replonge avec enthousiasme au cœur de notre bambouseraie.

On aime:

  • le thème
  • le matériel
  • la mécanique
  • le plateau modulable
  • un jeu accessible au plus grand nombre
  • l’extension

On aime moins:

  • les bébés pandas en format jeton

Fiche technique:

Auteur: Antoine Bauza
Illustrateurs: Nicolas Fructus, Picksel et Yuio
Éditeurs: Bombyx, Matagot
Pour 2 à 4 joueurs
À partir de 8 ans
Durée d’une partie: environ 45 min

Dispo chez Philibert

Pour aller plus loin:

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.