Test – Pandaï

Vous êtes sans doute au courant, mais les Pandas sont en voie d’extinction. Leurs forêts de bambou disparaissent, et le panda n’est pas la plus douée des espèces pour se reproduire. Alors, si comme moi vous ne voulez pas que cet ours tout doux et mimi ne soit plus qu’un souvenir, jouez à Pandaï ! Parce que pour gagner à ce nouveau jeu édité par Origames, il faut … faire des bébés pandas 🙂

Pandaï est un jeu d’Igor Polouchine, boosté par Guillaume Gille-Naves et illustré par Paul Mafayon. C’est un jeu pour deux à quatre joueurs, à partir de sept ans, pour des parties d’environ vingt minutes.

Si vous avez un peu de culture ludique, Pandaï va vous rappeler immédiatement un classique : Crôa, un jeu sorti en 1996, édité par Halloween Concept et du même auteur, Igor Polouchine, l’homme qui transforme les grenouilles en pandas ! L’idée derrière Pandaï est de gommer les rares défauts de Crôa (une mise en place un peu lourde et lente) en intégrant un plateau de jeu et de lui donner une dimension plus internationale avec un héros plus reconnu en Asie. Le moteur du jeu est le même, mais les objectifs sont différents.

« Hop, je sors de la cage, je rebondis sur le porc-épic et je fais un bébé avec le panda à chapeau … »

Ne vous inquiétez pas, si les règles paraissent un peu délirantes, elles sont en fait fort simples ! Dans Pandaï, il faut être le premier joueur à faire quatre bébés avec quatre pandas différents, ou bien être le dernier à avoir encore un panda en jeu.

Chaque joueur choisit un panda à chapeau d’une couleur et deux autres pandas (de la même couleur, mais sans chapeau). Il démarre la partie dans l’un des quatre coins du plateau avec ses trois pandas. Il conserve en réserve trois autres pandas, sans chapeau.

Pour faire un bébé panda, il faut déplacer votre panda à chapeau sur une carte « Pandaï ». Ne font les bébés que les pandas à chapeaux ! Ne me posez pas de question, nous sommes un site de jeux pour enfant et le Chef me surveille ! [Note du chef – Yes I do. Et ça prouve donc que sortir couvert, ça n’empêche pas de faire des bébés !]

Pour partir à la recherche d’une carte « Pandaï », vous devez d’abord découvrir l’environnement du plateau en explorant la plaine et la forêt depuis votre zone de départ avec vos trois pandas. A votre tour, vous déplacez ainsi un de vos pandas vers une case adjacente. Vous avez ensuite le choix entre deux pioches, les cartes « forêt » et les cartes « plaine ». Il n’y a pas d’environnement prédestiné par case sur le plateau, c’est vous qui le déterminez. Vous piochez une carte pour la poser sur la case du plateau et vous appliquez immédiatement l’effet qui s’y trouve.

Voici un bref aperçu des effets :

  • la chaise : votre panda reste tranquille sur la case et se repose ;
  • le porc-épic : votre panda ne peut pas rester sur un porc-épic (ça pique !) et peut se déplacer à nouveau vers une autre case ;
  • les fruits : vous pouvez déplacer un autre de vos pandas. Si l’autre panda trouve également un fruit, le premier panda peut rejouer ;
  • la cage : votre panda ne peut pas jouer le prochain tour, il est prisonnier ;
  • le tigre : votre panda rencontre un tigre et doit s’enfuir ! Il quitte alors le plateau et rejoint la réserve. Si c’est votre panda à chapeau qui doit s’enfuir, il peut réapparaître à la place d’un des pandas sans chapeau en jeu qui, lui, rejoint la réserve. Ces pandas sans chapeau sont en quelque sorte des « points de vie » au panda à chapeau.
  • le chapeau : lorsqu’un de vos pandas arrive sur un chapeau, il peut échanger sa place avec votre panda à chapeau. Si c’est le panda à chapeau qui arrive sur cette carte, il échange sa place avec un panda sans chapeau.
  • les six Pandaï : les précieux ! Lorsque votre panda à chapeau rencontre un Pandaï, il fait un bébé. Vous ajoutez sur la case un panda sans chapeau de votre réserve (la famille s’agrandit) et vous récupérez aussi le jeton Pandaï correspondant. Un des quatre objectifs de bébés pandas est atteint.

« Dans la forêt lointaiiiiine, on entend le … coucou tigre ! »

À chaque tour, vous avancez ainsi d’une case et choisissez une carte parmi la pioche « forêt » ou « plaine ». Chaque pioche comporte 26 cartes. Qu’est-ce que le jeu cache derrière ce choix ?

C’est simple, la plaine est sans danger, au contraire de la forêt qui cache les tigres. Par exemple, le seul danger de la plaine est la carte « cage ». A part vous ralentir, elle ne fait pas bien peur. Il y en a 4 parmi la pioche « plaine » et aucune dans la pioche « forêt ». Dans la forêt par contre, il y a 3 cartes « tigre » et une carte « tigre blanc ». Le tigre blanc agit comme un tigre normal, mais une fois son effet appliqué, il est mélangé à nouveau dans la pioche « forêt » et va donc mécaniquement réapparaître de plus en plus souvent au fil de la partie avec la pioche « forêt » qui va se réduire.

Pourquoi piocher dans la forêt alors ? L’appât du gain bien sûr ! La forêt regorge de fruits et demeure le lieu préféré des Pandaï ! Il y en a ainsi 6 qui se cachent dans la forêt contre 3 seulement dans la plaine.

Bref, de nombreuses probabilités à défier et des choix de jeu différents d’une partie à une autre qui plairont aux marmots. Difficile de gagner en ne restant que dans la plaine, mais avec de la malchance, les tigres peuvent vite réduire votre colonie de pandas !

A noter que lorsqu’une carte « Pandaï » est piochée, elle reste comme toutes les autres cartes sur la case du plateau où elle a été découverte par un joueur. Les autres joueurs pourront donc ensuite essayer de la rejoindre avec leur panda à chapeau pour faire un bébé à leur tour.

Pandaï rajoute ainsi un soupçon de stratégie à sa dimension « hasard / prise de risque ».

« C’est la guerre mon Colonel ! »

Pandaï n’est pas qu’un jeu de course à la famille nombreuse. En effet, si un de vos pandas arrive sur une carte occupée par un ou plusieurs pandas adverses, vous allez … les retirer du plateau pour les envoyer en réserve ! Et si vous n’avez plus de panda en jeu pour remplacer votre panda à chapeau, vous êtes éliminé de la partie !

Pandaï est une sorte de jeu de dames ou d’échec avec une réelle stratégie. Il y a de superbes combos à faire avec un peu d’observation. La mécanique de jeu est très accessible aux enfants qui apprendront vite à faire les bons choix et comprendre les différents effets. Le jeu comporte du hasard et les parties sont ainsi pleines de rebondissements qui garantissent des fous rires en famille.

Même si les règles ne prévoient rien en ce sens, il est possible d’envisager de jouer en équipe à deux contre deux. A trois ou à quatre joueurs, rien n’interdit aussi de faire des alliances en cours de partie (et des trahisons !).

« Un matériel indispensable pour les marmots »

Côté matériel, le plateau est beau avec ses magnifiques couleurs et ses figurines pandas en silicone sont trop chou. L’univers du jeu plaira beaucoup aux marmots.

Les illustrations des cartes sont sympathiques, surtout celles des Pandaï. Les cartes sont toutefois très fines, il faudra prévenir les marmots de ne pas les tordre (mon côté un peu maniaque ressort là). Les jetons en carton qui représentent un mâle différent sont également de bonne qualité.

Les règles du jeu sont très claires, bien illustrées et répondent à toutes les questions particulières que l’on pourrait se poser.

L’avis de Plateau Marmots

Pandaï a tous les ingrédients d’un jeu familial craquant. Les adultes vont y jouer en compagnie des enfants dès 6 ans, mais les plus grands vont aussi y jouer entre eux pour peu qu’ils soient autonomes dans les jeux.

Son univers est sympathique avec ces petits pandas qui explorent de case en case l’environnement et vont de surprise en surprise. La présentation est superbe avec les figurines et le plateau de jeu qui sont un vrai plus pour le marmot.

Rapide, malin, un poil fourbe mais aussi tactique et fort amusant, c’est un excellent jeu pour initier vos marmots à apprendre à planifier leurs coups et développer une stratégie gagnante. La mécanique est simple, et vous serez vite surpris de voir vos marmots vous placer un combo à coup de cartes « fruits » et « porcs-épics » pour attaquer votre panda à chapeau !

Certes, Pandaï est aussi un jeu de hasard. On peut rivaliser de malchance sur une partie en retournant les cartes, ou à contrario avoir sorti trois cartes « Pandaï » en trois tours … Mais l’idée est plutôt d’enchaîner les parties, de ne pas se focaliser sur la chance ou la malchance et surtout de donner des chances de gagner à tous les joueurs.

Ca fait plaisir

  • un chouette jeu familial dans un univers craquant
  • une initiation en douceur à la stratégie (prise de risque et prise de pions)
  • un matériel de qualité, avec des petites figurines pandas sympathiques !

Ca fait moins plaisir

  • Un facteur hasard / chance très présent dans le jeu et contre lequel les Napoléon en culottes courtes ne pourront rien faire (leurs parents non plus d’ailleurs !)

Le trouver

Chez Philibert


Soutenez Plateau Marmots !

–>  Vous avez apprécié cet article ? Alors rejoignez nous sur Tipeee et manifestez votre soutien ! 1 euro suffit pour nous encourager.
–> Vous n’avez pas apprécié cet article ? Alors dites le nous, et rejoignez-nous sur Tipee pour qu’on s’améliore ! 1 euro nous donnera sans doute à réfléchir !


Fiche Technique

Un jeu de Igor Polouchine
Illustré par Paul Mafayon
Édité par Origames
Pour 2 à 4 joueurs
A partir de 7 ans

Une pensée sur “Test – Pandaï

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.