Test – Splaf !

Les monstres font la ronde. Des bleus, des rouges, des grands et des petits. L’un d’entre eux mérite de se prendre une baffe, c’est certain ! Oui, mais lequel ? Laissez les dés décider, et sachez interpréter le résultat avant vos adversaires !

Splaf ! est un jeu de Kane Klenko, illustré par Mr Cuddington et Jeanne Torres, et édité par Renegade Games et Origames. Destiné à 2 à 8 joueurs, il se joue volontiers dès 7 ans (voire franchement largement avant avec des joueurs de niveau équivalent).

Une boîte bien zoulie, mais…

La première chose qui marque, avec Splaf ! c’est sa boîte. Le jeu est franchement sexy, car il est déguisé en un gros monstre bleu, dans un look franchement sympathique.

Mais patatras, c’est la déception qui est de mise à l’ouverture, car la boîte est franchement grosse au vu du contenu réel. Sa taille lui permet d’être remarquée sur une table de jeu, certes, mais elle donne l’illusion d’un contenu bien plus conséquent. En vérité, le jeu contient 20 cartes, 10 rouges et 10 bleues, un jeton et 2 dés spéciaux. Une fois la déception passée, on apprécie toutefois les illustrations des monstres, aux bouilles vraiment mignonnes. Les cartes sont numérotées de 1 à 20. Elles sont plutôt grandes et très agréables en main. Splaf ! est donc un jeu hautement transportable… si vous prenez soin de virer la boîte.  

Une mise en place en quelques secondes chrono

L’une des grandes forces de Splaf, c’est qu’il est très simple à sortir et à jouer. La partie est prête en quelques secondes : le temps de placer le jeton portail au centre, et entre 4 et 6 cartes de monstres en cercle tout autour. Rien de plus à préparer, ce qui est vraiment agréable quand on a une meute hurlante qui attend que le début de la partie. Un excellent point, donc.

Un monstre mérite des baffes ! Oui, mais lequel ?

Le but du jeu de Splaf ! consiste donc à poser sa main sur la carte qui sera désignée à chaque tour par les dés. Cela a l’air facile sur le papier, mais cela va en fait demander un petit effeort intellectuelpour trouver lequel des monstres disponibles vous devez tarter.

Pour le savoir, il convient avant tout de démarrer le tour de jeu en lançant les deux dés. Le premier dé vous donne un indice et désigne :

  • Le plus petit monstre
  • Le plus grand monstre
  • Le plus petit monstre bleu
  • Le plus grand monstre bleu
  • Le plus petit monstre rouge
  • Le plus grand monstre rouge

Comme ça, ça semble simple. Ça POURRAIT même être simple. Mais bien évidemment ça ne l’est pas forcément, car cette indication ne vous donne que la moitié de l’identité du monstre. Pour avoir la suite, il faut regarder l’autre dé.

Ce dernier peut afficher :

  • le signe =
  • 1 ou 2 flèches blanches
  • 1 ou 2 flèches violettes.

Alors maintenant je vais vous demander une seconde de concentration.

Le portail, au centre, comporte deux flèches : une blanche, et une violette, qui vont vous donner la direction à suivre pour trouver votre cible.

Si vous faites un tirage : « Plus gros monstre rouge + 2 flèches blanches » cela veut dire que vous devez identifier quel est le monstre rouge avec la plus haute valeur en jeu, et ensuite vous décaler de deux monstres dans le sens indiqué par la flèche blanche. Ce monstre désigné, et lui seul, vous pourrez le baffer. Splaf !

Le signe « égal », quant à lui, signifie que vous ne devez pas bouger et frapper le monstre identifié par le premier dé. Attention à ne pas baffer des monstres innocents !

Si un monstre est justement désigné, le joueur qui l’a Splaffé en premier gagne la carte et la remplace par une autre issue de la pioche. Il aura donc marqué un point. Facile, non ?

À la fin de la partie, le joueur avec le plus de cartes l’emporte !

Joli et malin !

À la manière de Cadomino, on apprécie beaucoup le cheminement que Splaf nous incite à faire. Le premier dé pose déjà question. Par exemple : quel est le monstre rouge à la plus haute valeur sur la table, cela signifie occulter els cartes bleues qui pourraient être de valeur supérieure. Pas toujours simple avec le stress.

Ensuite, il faut repérer le sens des flèches et effectuer un déplacement (purement mental) de cartes vers la gauche et la droite. C’est très simple au calme, beaucoup moins évident au milieu de l’effervescence et des cris.

En tout cas, c’est très rigolo, surtout à partir de 4 joueurs de force égale.

Effervescence et niveau de jeu

Évidemment, si vous jouez à plus de 5 joueurs, il sera rapidement compliqué de tirer votre épingle du jeu au milieu de cette foire d’empoigne de mains qui se dirigent toutes plus ou moins férocement vers leurs cibles. Le jeu est théoriquement jouable jusqu’à 8 joueurs, mais prévoyez de la pommade anti-entorses dans une telle configuration.

Il est aussi notable (et c’est toujours le cas avec ce type de jeu) que les enfants seront souvent inégaux à âge égal devant le cheminement à parcourir pour trouver le bon monstre. Essayez de créer des groupes équilibrés si vous repérez que certains se font écraser en permanence : inutile de générer de la frustration. Il n’est pas si simple de résoudre l’équation qui permet de localiser le monstre à très haute vitesse, donc essayez de jouer par niveaux plutôt que par âge.

L’avis de Plateau marmots

Splaf est un petit jeu simple et pétillant, qui bénéficie en plus d’un habillage réussi. Son concept d’identifier une cible avec deux dés est aussi ingénieux qu’agréable. On se stresse, on repère le monstre, on décale du nombre de flèches, et splaf, on marque un point. C’est épuré, sans doute, mais très agréable dans sa simplicité. Alors certes, on ne va pas enchaîner 10 parties de Splaf, c’est bien entendu. Mais dans le registre observation/rapidité/cheminement, le jeu est très réussi et bien plus intéressant qu’un Dobble-like, qui ne repose que sur l’observation. Et catégorie rapidité de mise en place, Splaf arrive clairement dans les meilleurs de sa classe.  On pourra peut-être regretter un certain manque de profondeur après quelques parties, mais on se ravisera ensuite en réalisant que c’est cette extrême simplicité qui lui permet d’être aussi accessible, et donc accrocheur. Splaf est un petit jeu, dans le meilleur sens du terme, aussi amusant chez des enfants au joûter que chez des adultes à l’apéro. Une excellente surprise, donc, pour des petites parties dégainées en quelques secondes. Bravo !

On aime

  • Éloge de la simplicité efficace
  • Un principe qui fonctionne très bien
  • Matériel réussi

On aime moins

  • Une boîte pleine de vide
  • Attention aux différences de niveaux entre marmots

Fiche technique

Splaf ! est un jeu de Kane Klenko
Illustré par Mr Cuddington et Jeanne Torres
Edité par Renegade Games et Origames
Pour 2 à 8 joueurs
A partir de 7 ans

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.