Test – Trésor de Glace

Quatre jeunes dragons, un peu aventuriers sur les bords, ont trouvé un trésor de joyaux emprisonné dans une colonne de glace. Seul problème : ils ne savent pas encore cracher du feu et doivent demander l’aide d’un grand dragon pour le récupérer. Alors que la glace fond peu à peu, quel sera le dragon qui amassera la plus grande part du trésor ?

Trésor de glace est un jeu compétitif de Lena & Gunther Burkhardt, édité par Haba en 2017 pour 2 à 4 joueurs, dès 5 ans.

Avant-propos : les surprises quotidiennes du testeur de jeux pour marmots

Le monde est plein de surprises, toujours. Si pour certains la vie est une boîte de chocolats, pour moi elle est comme une étagère remplie de jeux de société. On ne sait jamais véritablement ce sur quoi on va tomber. La monotonie n’est pas de mise : certains jeux, très engageants sur le papier, se révèlent au final assez mornes à jouer, alors que d’autres déclenchent un engouement total alors que l’on n’en attendait pas grand-chose. Comme vous avez commencé à le deviner, Trésor de Glace appartient à la seconde catégorie.

Sur le papier, je l’avoue, tant le look de la boîte que le principe général du jeu ne m’inspiraient guère. Encore un jeu d‘adresse où l’on fait tomber des trucs, un peu comme dans Le Volcan aux rubis, chez le même éditeur. Mais décidément, il faut savoir se méfier des a priori…

Denver le dernier dinosaure dragon

Et des a priori, j’en avais pas mal, je le reconnais, à commencer par le nom du jeu « Trésor de glace », qui m’évoque davantage un congélateur oublié rempli de pots de Ben & Jerry’s qu’un jeu mettant en scène des dragons cupides. Et ces dragons, ah ces dragons, eux aussi m’ont irrité la rétine, figurez-vous. Comment vous dire ? Ils sont représentés dans le jeu avec un look « djeuns » qui inclut casquette à hélice et skateboard, façon pages mode enfants du catalogue de La Redoute édition 1988 ou Denver le dernier dinosaure. Vous me direz que c’est un jeu pour les marmots de 5 ans et que l’important c’est que ça leur plaise à eux, et je vous répondrai que vous n’avez pas tout à fait tort. Sauf qu’en jouant avec mes marmots habituels, de 5 à 7 ans, ben ils n’étaient pas super fans du look non plus, un peu trop « bébé », même pour des bébés dragons, selon leurs propres termes.

Une boîte difficile à ouvrir

Il y avait également d’autres aspects qui me posaient problème, ce qui explique peut-être que j’ai un peu tardivement ouvert cette boîte de jeu, et encore, à reculons. Le contenu, que j’avais vu en photo ici ou là, ne m’inspirait guère. Les petites pierres multicolores (5 couleurs), les anneaux transparents en plastique, le dragon en bois, les jetons en carton… Tout cela me semblait aller assez mal ensemble, un peu comme si l’on avait assemblé bon gré mal gré des éléments de différents jeux Haba pour en créer un nouveau, de manière quelque peu artificielle.  

En revanche, le vrai bon point que j’avais tout de suite remarqué, c’est que le fond de la boîte (qui est lui fort joli) sert de plateau de jeu, et ça, j’avoue que ça me plait beaucoup. D’autant plus que le plateau de jeu est perforé (3 trous au milieu et 1 à chaque angle), ce qui suppose que les pierres précieuses vont rapidement s’auto-ranger dans la boîte. Et ça, quand on a des petits marmots, des éléments de jeu qui se rangent tout seuls, c’est juste magique.

Allez, j’arrête de couiner, j’ouvre la règle du jeu, tout à fait claire et bien illustrée, et je me lance dans la partie…

No Smauging

Que l’on joue à 2, 3 ou 4, le jeu commence par une mise en place identique qui demande d’emblée un peu de dextérité. Car si monter le plateau de jeu avec les quatre dragons ne vous posera guère de souci, mieux ne vaut pas avoir enchainé les tournées de Champomy avant de monter la colonne de glace (des anneaux en plastique transparent) et de la remplir de joyaux. Véritable challenge : faire tenir le maximum de joyaux dans l’espace formé par 8 cercles en plastique posés les uns sur les autres, en évitant que les uns ou les autres ne dégringolent.

Une fois cet exploit accompli, la partie peut commencer. Le joueur qui commence s’empare du jeton en bois représentant le dragon adulte : c’est lui qui aura la lourde charge de faire fondre la glace pour ce tour. Son voisin de gauche sera donc le premier à choisir la couleur des pierres qu’il souhaite récupérer pour le tour, et chaque joueur va ainsi de suite choisir « sa » couleur.

Lorsque tous les joueurs auront choisi leur couleur, le dragon souffle pour faire fondre la glace. Le premier joueur va donc ôter le cercle en plastique le plus haut, ce qui aura pour effet de faire tomber quelques joyaux sur le plateau de jeu. Chacun son tour, les joueurs pourront alors récupérer leurs pierres et les stocker dans la boîte de jeu, via dans un trou dissimulé derrière leur silhouette de bébé dragon. Cette récupération devra se faire dans le calme, car les trous présents au milieu du plateau de jeu n’attendent qu’un faux mouvement de votre part pour que les joyaux y tombent… et soient perdus.

Une fois le tour de jeu terminé, on passe le dragon au joueur suivant. Il sera alors le dernier à choisir sa couleur et ce sera lui qui enlèvera un cercle de glace. Les tours s’enchaînent ainsi jusqu’à disparition complète de la colonne de glace, en 8 tours à 2 ou 4 joueurs, ou 9 tours à 3 joueurs.

À la fin de la partie, le joueur qui aura récolté le plus de joyaux l’emporte.

La fourberie du dragon

Si je trouve ce jeu particulièrement réussi, c’est parce qu’il est articulé autour d’un double mécanisme qui fonctionne incroyablement bien.

Le premier point, c’est que le joueur qui va effectuer la manipulation sur le tour va être celui qui va choisir sa couleur de joyaux en dernier, et donc subir le choix des autres. Ses adversaires auront en effet naturellement le réflexe de choisir les couleurs les plus visibles sur le tas de joyaux, afin de s’assurer la plus grande collecte possible. Le joueur « actif » devra donc se contenter des miettes… du moins en principe.  

En effet (et c’est le second point), le joueur qui enlève l’anneau a toute latitude pour effectuer son mouvement. Il peut enlever le cercle d’un coup sec, lentement, ou bien essayer de racler les pierres pour en faire tomber certaines et en laisser d’autres en place. En d’autres termes, il ne s’agit pas en effet d’un bête mouvement du type : « j’enlève le cercle et on verra bien ce qu’il se passe” mais d’une manipulation aussi précise que fourbe. Rien n’empêche par exemple d’orienter son geste pour que les pierres des adversaires restent en place au sommet du tas, ou bien qu’elles tombent dans l’un des trous du plateau de jeu. « Oh, comme c’est dommage ».

Le joueur peut également essayer de favoriser tel ou tel adversaire s’il estime que ce dernier a récolté moins de pierres que les autres et qu’il est donc potentiellement moins dangereux. Mais le fin du fin consiste à assurer son mouvement de telle sorte qu’aucune pierre ne tombe… ce qui mettra alors la pression sur le joueur suivant, qui sera à son tour le dernier à choisir sa couleur.

Trésor de Glace est donc un jeu bien plus subtil (et plus fourbe !) qu’il n’y paraît, rythmé par ces deux étapes importantes qui sont le choix de la couleur de chacun pour le tour, et la riposte de celui qui va effectivement faire tomber les pierres. À 4 joueurs, la tension est réelle et les manipulations tiennent presque du désamorçage de bombe : quelques millimètres en trop ici ou là et vos adversaires ramassent le pactole. Une pensée bien évidemment intolérable.

L’avis de Plateau Marmots : 

En dépit de l’ensemble de mes frilosités de circonstance (et de saison), j’ai néanmoins rapidement été totalement convaincu par ce jeu. Je dois même reconnaître que j’ai ressenti un énorme plaisir à enchaîner les parties, sans lassitude aucune. C’est peut-être un contrecoup du choix artistique (qui m’a laissé franchement dubitatif), mais le coeur du jeu en lui-même m’a vraiment séduit. À tel point que je déconseille fortement l’une des variantes suggérées par la notice, qui propose de conserver la même couleur de pierre pour l’ensemble de la partie. Agir ainsi va profondément à l’encontre de l’esprit du jeu, qui permet d’adapter en permanence sa stratégie en fonction des joyaux présents sur le dessus du tas.

Il est clair que si les marmots les plus jeunes se contenteront de jouer « simplement » en ôtant les cercles de glace sans se poser de question, il ne leur faudra pas bien longtemps avant de comprendre qu’en orientant leur geste, ils peuvent tout à fait obtenir davantage de pierres de leur couleur et prévenir la chute de celles de leurs adversaires.

Au final, ce jeu a finalement assez peu de points communs avec Le volcan aux rubis, dont on pouvait penser qu’il s’inspirait directement. Sous des dehors plus enfantins, Trésor de Glace est bien plus fourbe (et sans doute plus amusant) que son illustre aîné.

Trésor de Glace n’est donc rien de moins qu’un excellent jeu, qui mérite clairement une place dans toutes les ludothèques d’enfants de 5 à 12 ans et que vous aurez plaisir à ressortir pour des parties aussi courtes qu’intenses. Bref : si j’ai eu du mal à ouvrir la boîte de Trésor de Glace, il est clair que j’ai à chaque fois davantage de mal encore à la refermer. Et ça, je ne m’y attendais vraiment pas : bravo Haba.  

Mise à jour du 11/06/2018

Trésor de Glace a gagné ce jour le Kinderspiel, le prix Allemand qui récompense Meilleur jeu enfant. Comme quoi, on était pas les seuls à lui trouver certaines qualités 🙂

Ca fait plaisir

  • Très agréable à jouer et à manipuler
  • Un système de jeu vraiment au point
  • Faire tomber les pierres des adversaires dans les trous

Ca fait pas plaisir

  • Un design général qui ne me laisse clairement pas indifférent
  • Récupérer les pierres dans les petites cases sous le plateau de jeu pour les compter

Fiche technique

  • Un jeu de  Lena & Gunther Burkhardt
  • Edité par Haba
  • Année de sortie : 2017
  • Pour 2 à 4 joueurs
  • Dès 5 ans.
  • Partie : 10/15 mn
  • Voir ce jeu chez Philibert

Pour aller plus loin : 

Lire le test très intéressant de “Esprit vient en jouant”, qui trouve le jeu beau mais sans stratégie, donc le contraire exact de mon propre ressenti 🙂
https://espritvientenjouant.blogspot.fr/2017/11/jeu-tresor-de-glace-jeu-dragon-chance-suspens-Haba.html

Une pensée sur “Test – Trésor de Glace

  • 5 juillet 2018 à 13 h 38 min
    Permalink

    Bonjour à tous,

    Toujours le même préambule, il ne s’agit que de mon ressenti, nous sommes tous différents… nous ne ressentons pas les même choses aux même moments 😉

    Ce jeu est depuis le début de l’année disponible à notre asso de joueur… c’est sans doute le nouveau jeu (2018 pour moi) auquel j’ai pris le plus de plaisir à jouer avec ma fille de 5 ans. Et pour lequel, je n’ai aucun mal à recruter des joueurs à notre table !

    L’autre bonne question : est-ce ma fille a aimé y jouer ?
    Je ne sais pas, elle adore surtout jouer avec son Papa 😉 donc si son Papa s’amuse elle est contente… euh, ça ne devrait pas être l’inverse normalement ?
    Un critère qui trompe rarement, alors que nous étions occupés (sa Maman et Moi), elle est allée trouver une autre adulte avec la boite sous le bras et lui a expliqué les règles pour faire une partie… c’est que finalement son Papa ne lui avait pas trop forcé la main 😛

    Donc c’est un jeu où petits et grands prendront du plaisir à jouer ensemble ! (l’adulte ne jouera pas pour l’enfant mais avec l’enfant, et ça change tout). Et malgré tout c’est un jeu très vite assimilé, un nouveau joueur ne sera que très peu pénalisé par rapport aux autres, une demi-partie tout au plus sachant que les parties sont très courtes.

    Pourquoi ?
    Un savant mélange de tactique pas très tactique mais où tout le monde doit faire un choix à chaque tour et l’assumer, et d’adresse ou plutôt de maladresse à maîtriser.

    Merci pour votre article !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.