Test – A la rescousse (Dans la peau d’un secouriste)

Dans le monde du jeu de société pour enfants, je garde toujours une place à part pour les éditeurs qui tentent de faire passer un message de santé au travers de leurs jeux. Surtout si ce message permet d’aider à prendre conscience de certains dangers qui guettent les enfants au quotidien. Parce que, soyons honnêtes : il sera toujours plus facile de vendre du rêve avec des chiens qui pètent ou des fantômes à capturer qu’avec des cours de respiration artificielle. Voici justement le test d’À la rescousse, l’un de ces « autres jeux » qui ne squattent pas les plages de pub de Gulli, mais qui pourraient bien un jour sauver la vie de vos enfants… ou la vôtre.

« À chaqueeuuuu signal d’alarme »

« À la rescousse » est un jeu de société édité par Abeilles, éditeur que nous avons déjà présenté ici et qui a su nous convaincre de la pertinence de son propos.  Prévu pour 2 à 6 joueurs et accessible dès 7 ans, il a pour thème le secourisme et l’apprentissage des « gestes qui sauvent ». Chaque joueur incarne en effet un secouriste qui doit se rendre le plus rapidement possible sur les lieux d’un accident, tout en complétant sa trousse de premiers soins. Tout au long du parcours, il doit répondre à des questions sur les bonnes pratiques à mettre en place en cas de situation d’urgence, sur la sécurité et la santé.

Le vainqueur est le joueur qui sera le premier sur le lieu de sa mission, en ayant récolté l’ensemble de son équipement.

Dans la trousse de secours

La boîte d’ À la Rescousse est plutôt bien fournie, et agréablement illustrée. Le plateau de jeu propose en effet un environnement très varié (mer, montagne, ville, etc.) qui donne immédiatement envie de s’y promener. Toutes les zones sont évidemment propices à des mésaventures qu’il faudra localiser via les cartes de mission. Ces cartes sont distribuées en début de partie (une par joueur) et incarneront l’objectif secret de chacun. Chaque joueur démarre ainsi avec une carte mission qu’il lui faudra résoudre, mais qu’il ne révélera jamais aux autres joueurs pour maintenir le suspense jusqu’à la fin de la partie.

Outre les jetons qu’il faudra récolter en cours de partie, l’essentiel du jeu est composé de cartes à jouer de type quiz, qui posent des questions ayant trait au secourisme ou qui proposent de mimer certains gestes de premiers secours (par exemple les bons gestes à avoir lorsque l’on reçoit un éclat métallique dans l’oeil).

L’ensemble des pions et jetons est coloré et très agréable pour l’oeil (s’il n’a pas reçu un éclat métallique évidemment). On signalera d’emblée que des pions alternatifs sont disponibles à la vente, pour plus d’immersion. Je vous rassure de suite : ceux présents dans la boîte suffiront largement à vos parties.

Au feuuuuu les pompiers !

Chaque partie débute donc sur un accident ou une situation à risque qu’il va falloir gérer, symbolisés par une carte « mission ». Cette carte est liée à un emplacement précis du plateau de jeu, qui servira de point d’arrivée au joueur, une fois qu’il aura collecté les ressources nécessaires.

Le premier joueur jette alors le dé et se déplace librement sur le plateau de jeu dans la direction de son choix. À chaque fin de mouvement, il tire une carte quiz/action et doit répondre correctement à la question ou à l’action demandée.

Répondre correctement à la question permettra de récolter une ressource s’il y en a une sur la case, ou de rejouer si aucun jeton n’est présent. Répondre correctement à une carte action (qui demande le plus souvent de mimer une scène de secourisme) octroie un avantage sur la partie (piquer des jetons aux adversaires, regarder les jetons face cachée, etc.). Le tour de jeu du joueur cesse dès qu’il récolte une ressource ou s’il échoue à répondre à l’une des questions.

Les tours de jeu s’enchaînent ainsi jusqu’à ce qu’un joueur obtienne les 4 jetons de sa trousse de secours et qu’il se rende sur l’emplacement du plateau de jeu correspondant à sa mission. Il sera alors nommé secouriste en chef et pourra tenter d’assassiner ses adversaires pour voir s’il arrive à les réanimer ensuite.
Sinon ça vaut pas.

Joindre l’utile à l’agréable

Soyons clairs : À la rescousse est un jeu agréable à jouer qui permet en outre de réviser ses connaissances et bien souvent de les enrichir. Je ne vous inviterai jamais assez à investir dans ce type de jeu pour jouer en famille et aborder certains sujets compliqués sous le couvert de l’amusement.  Ce sera d’autant plus facile à faire ici que le jeu est rapide, varié et équilibré.  En effet, il repose à la fois sur les connaissances, la stratégie de déplacement et l’aléatoire (il faut un peu de chance pour localiser les ressources manquantes assez rapidement).

On prend donc un réel plaisir à parcourir le plateau de jeu, localiser et collecter les jetons nécessaires à la trousse de secours. On pourra ensuite se rendre sur le lieu de l’objectif caché et révéler à la face du monde qu’on est le meilleur secouriste de l’histoire (et aller courir au ralenti sur une plage en maillot de bain rouge).

Les questions sont dans l’ensemble plutôt simples, puisqu’elles s’adressent à des marmots de 7 -10 ans. Elles nécessiteront toutefois d’avoir abordé le sujet au préalable, que ce soit à l’école ou en famille afin de pouvoir en discuter autour de la table. C’est d’ailleurs la grande force d’A la rescousse (et de l’ensemble des jeux édités par Abeilles) : ils permettent d’entamer un dialogue constructif sur les situations à risques et les bons gestes permettant de les prévenir. Le jeu devient alors un support pédagogique de premier ordre pour faire passer des messages forts sur les risques auxquels nous sommes tous confrontés au quotidien. On notera à ce titre qu’elles ont toutes été validées par une association de secourisme.

Et pourquoi pas un jeu coop’, au fait ?

Au final, le seul reproche que j’ai envie de faire à « À la rescousse », c’est d’être un jeu compétitif plutôt que coopératif. Pour gagner, les joueurs sont en effet obligés de se faire quelques crasses les uns les autres, ce qui me semble un peu éloigné de l’image solidaire que j’avais choisi de me faire des sauveteurs. En fait, le jeu A la rescousse fonctionne beaucoup sur le principe du blocage : il suffit par exemple d’arriver sur la case d’un adversaire pour le renvoyer à la case départ, ou de remporter un défi action pour le dépouiller de deux ressources durement acquises. C’est bête sans doute, mais je trouve ça un peu hard d’imaginer des secouristes se tirer la bourre au lieu de s’entraider.

J’imagine bien la scène sur le lieu d’un accident :

« Tenez-bon, monsieur, je prends mon défibrillateur… Euh attendez… Où est-ce que… ? Ah non, mince : mon collègue facétieux me l’a pris au tour précédent pour me faire une blague ! Désolé, hein ! Ah le voilà qui arrive, je vous laisse, je dois retourner sur la case départ. »

Lors des parties que j’ai mises en place, j’ai donc choisi de mettre en place une règle radicalement inverse en permettant aux joueurs sur la même case d’échanger les ressources de leur choix. Certes les parties deviennent plus rapides, mais je trouve que ça colle davantage au thème. Oui je sais, j’ai un côté bisounours qui me perdra.

L’avis de Plateau Marmots

En dépit de quelques regrets sur l’absence de mode coopératif, À la rescousse demeure un jeu essentiel pour faire découvrir le monde du secourisme et les bonnes pratiques à observer en cas d’accident. Le matériel est agréable, les questions variées (on en dénombre une grosse centaine), et on prend un réel plaisir à collecter de quoi remplir notre trousse de secours sur le vaste terrain de jeu. Bref, je conseille bien évidemment de jouer régulièrement à ce jeu afin de donner des bons réflexes aux marmots et leur faire prendre conscience que certains comportements à risques ne sont pas sans conséquence. À la rescousse est aussi un excellent moyen d’aborder la question des accidents, de leur résolution, mais surtout de leur prévention. Et même si c’est moins glamour que des dragons cracheurs de feu, au moins vous saurez éteindre les incendies. Et toc !

Ca fait plaisir

  • Un jeu sympa sur un thème sensible
  • Un plateau de jeu très agréable et bien exploité
  • Pas mal de questions variées
  • L’occasion de parler entre petits et grands de choses importantes

Ca fait pas plaisir

  • Un jeu coopératif aurait été plus logique

Fiche technique

Edité par les éditions Abeilles
Sorti en 2017
Pour 2 à 6 joueurs
A partir de 7 ans
Prix indicatif : 35 eur

Pour aller plus loin

Comme toujours, les éditions Abeilles proposent une adaptation de ce jeu au format numérique. Cela vous donnera une idée du type de questions posées.
C’est à découvrir juste ici : http://abeilles-games.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.