Test – Arbra Kadabra

Aujourd’hui, chers magiciens, nous allons faire pousser des arbres. Oui, carrément ! Des trucs grands et verts qu’on découpe à la chaîne pour faire des… boîtes de jeux de société. Alors rangez-moi ce triste arrosoir et ce pathétique râteau. Non, vraiment. Car voyez-vous les amis, ces arbres, on va les faire pousser avec de la maaaaagiiie !

Alors faites un peu de place, sortez vos baguettes magiques, et hop, au bouleau !
(Hein ? Oui, ok, je sors)

Arbra Kadabra est un jeu de Liesbeth Bos, illustré par Tomek Larek, et édité par MJ Games. Il s’adresse à 2 à 4 joueurs, à partir de 7 ans.

Hêtre ou ne pas hêtre ?

A l’ouverture de la boîte, on peut constater qu’Arbra Kadabra dissimule fort bien son jeu. Car si les photos laissent entrevoir un jeu d’adresse badaboumesque et le pitch un jeu plutôt axé fantasy (attention drama : un arbre magique retient les joueurs prisonniers dans la forêt), il s’agit avant tout d’un petit jeu de stratégie aussi accessible que fourbe et retors.

Car le but du jeu n’est pas tellement de construire un arbre majestueux, finalement, mais surtout de vous débarrasser de toutes vos pièces de jeu et d’en prendre deux à chaque adversaire. Il va donc falloir planifier vos coups… et éviter de faire en sorte que l’arbre commun ne s’écroule, quand même.

Hévéa ouvrir la boîte !

Sous sa couverture somptueuse, Arbra Kadabra se compose essentiellement de zoulies pièces en bois cylindriques déclinées en 4 couleurs, qui représentent les tronçons de l’arbre qu’il va falloir construire. On a hâte de les empiler et de les voir tomber.

Un peu moins sympa : une planche de 25 stickers en mode « do it yourself » est à coller sur certains tronçons, indiquant qu’il s’agit de pièces magiques. Entendez par là qu’elles vont avant tout déclencher un effet, une fois jouées, pour pourrir la vie des adversaires.  Bon, on ne va pas en faire des tartines sur le fait que les stickers c’est gonflant à poser, que ça fait « pas joli » et qu’on a peur que ça se décolle assez vite, pour saluer la qualité générale du jeu, très agréable à manipuler.

Les règles sont agréables, avec un exemple de partie pour se représenter la chose rapidement. La règle propose également quelques options pour ajuster la difficulté des parties, notamment avec les plus jeunes. Pas de souci, donc, vous saurez jouer dès votre première partie.

Frêne ou ça va tomber

Le principe d’Arbra Kadabra est fort simple : vous avez des cylindres de couleur devant vous, et il faut vous en débarrasser. A chaque tour de jeu, vous jetez le dé, qui peut vous permettre d’obtenir un résultat de 1 à 3. Ce chiffre indique combien de cylindres vous pouvez prélever de votre zone de jeu pour construire l’arbre central, ou au contraire prélever de l’arbre central pour installer dans votre zone. Car s’il faut se débarrasser des jetons de votre couleur, il faut aussi en récupérer deux de chaque couleur des adversaires pour gagner. Il faudra donc patiemment attendre que vos voisins de table en placent sur l’arbre pour pouvoir vous en saisir. Si, contraint par le dé, vous prenez trop de pions adverses, il faudra replacer ceux qui ne vous servent à rien sur l’arbre un tour prochain. Vous ne pouvez toutefois pas mettre de jetons de couleur sur l’arbre tant que vous n’avez pas épuisé ceux de votre couleur.

A chaque tour de jeu, chacun bâtit l’arbre commun, ajoutant ou prélevant des cylindres au gré des lancers de dés. Car on doit déplacer très exactement le nombre de cylindres correspondant au lancer de dé. Si vous avez fait 2, vous êtes obligés de poser ou de prendre deux cylindres, même si cela ne vous arrange pas. Et c’est là tout le sel du jeu : devoir optimiser chaque placement ou chaque prise en fonction des pièces accessibles pour le tour.

Et si, par malheur, vous faites tomber l’arbre au moment de manipuler un pion, tiiimber, c’est le drame. En effet, vous devrez récupérer l’intégralité des cylindres tombés. A ce sujet, rien n’interdit, au moment de la pose, de placer les cylindres en léger décalage, pour que le joueur suivant en bave un peu plus au moment de la pose. On peut aimer les arbres et avoir de l’humour, pas vrai ?

Bref, si après moult aventures vous parvenez à vous débarrasser de tous les jetons de votre couleur et que vous en aurez récupéré très exactement deux de chaque autre couleur, vous aurez presque gagné.

Il ne vous restera plus, en effet, qu’à coiffer l’arbre multicolore de son chapeau de feuillages, et zou, vous aurez remporté la partie… si tout ne s’écroule pas à ce moment précis bien évidemment.

Des pouvoirs high teck

Si Arbra Kadabra est tout à fait jouable en l’état (c’est même la configuration idéale pour jouer avec des petits marmots de 6-7 ans), il est possible de lui donner une ampleur stratégique encore plus intéressante en activant les pouvoirs présents sur certaines pièces.

Ces derniers (les stickers collés dessus, en fait), permettent de déclencher un effet immédiat dès que le jeton est joué.

Certains sont bêtes et méchants, comme la chouette qui force le joueur suivant à passer son tour. Mais d’autres atteignent un niveau de perfidie assez vachard, comme l’écureuil (qui oblige le joueur suivant à ôter des pièces de l’arbre, même si ça ne l’arrange vraiment, vraiment pas). Les pouvoirs ne sont jamais assez puissants pour renverser le cours d’une partie, mais assez pour vous donner envie de tuer celui qui vous l’envoie dans la tronche. Chouette.

Les pouvoirs sont simples, compréhensibles, et un enfant de 8 ans les apprivoisera sans souci après une ou deux parties « simples ». S’ils sont optionnels, on ne peut que conseiller de jouer avec les pouvoirs activés. Il faut bien avouer que ça donne vraiment du pep’s aux parties, et qu’il est dommage de se priver de ces petits effets.

 

L’avis de Plateau Marmots

Simple et original, Arbra Kadabra est un jeu très agréable de stratégie simple et digeste, que vous pouvez tenter dès 5 – 6 ans, sans l’activation des pouvoirs. Un peu à la manière du Roi des Seaux, il mêle dextérité et fourberie pour un résultat tout à fait réjouissant. On calcule, souvent en vain, la meilleure stratégie à suivre pour les tours à venir, mais vos adversaires auront tôt fait de perturber votre avancée en vous envoyant un effet moisi dans la tronche… à moins que vous ne vous tiriez une balle dans le pied en faisant tout tomber au moment du dernier coup. Un jeu simple, tactique et réjouissant.

On aime

  • Original
  • Accessible ET tactique
  • Des pouvoirs simples et efficaces
  • Quand tout s’écroule

On aime moins

  • On aime pô les stickers à coller
  • Les jeux de mots pourris sur les arbres, à la longue, ça saule

Le trouver

Chez Philibert

Fiche Technique

Arbra Kadabra est un jeu de Liesbeth Bos
Illustré par Tomek Larek.
Edité par MJ Games.
Il s’adresse à 2 à 4 joueurs
A partir de 7 ans.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.