Test – Strike

Je vous arrête de suite ! Rangez cette chemisette ridicule : je ne vous emmène pas jouer au bowling. Non, nous allons faire un tour dans une arène. Et rangez aussi ce ridicule accoutrement de gladiateur qui vous sied fort mal : il s’agit d’une arène avec des dés. Non, pas Dédé, des dés. Oui le truc avec des points qu’on lance. Un jeu de chance, pensez-vous ? Un peu. Mais pas que.  Eh oui : il va falloir faire preuve de dextérité et de stratégie pour être le vainqueur de Strike. Enfilez vos spartiates, c’est parti !

Strike est un jeu de Dieter Nussle, jouable à partir de 8 ans, de 2 à 5 joueurs, pour des parties d’une vingtaine de minutes, édité chez Ravensburger

Un principe qui frappe

Dans Strike, chaque joueur va posséder un nombre de dés qui varie en fonction du nombre de joueurs. Le but du jeu est d’être le dernier joueur à posséder un ou plusieurs dés.

Ces derniers, en effet, vont avoir une fâcheuse tendance à disparaître…

« Je ne ferai de toi qu’une bouchée à l’arène »

Dans la boîte de Strike, vous trouverez principalement des dés (31). Au début de la partie, chaque joueur prend un nombre équitable de dés en fonction du nombre de joueurs assis (ou debout, d’ailleurs) autour de la table. Si vous êtes 2 vous prendrez chacun 9 dés, si vous êtes 5 vous prendrez 6 dés. Après rien ne vous empêche de prendre le nombre de dés que vous voulez, l’important est d’en avoir le même nombre. 

Vous placerez la boîte du jeu au centre de la table. Boîte qui ressemble à une arène ovale et dans laquelle vous allez jouer toute la partie. Vous placez un dé dans l’arène, sur n’importe quelle face sauf celle marquée d’un X, et la partie peut commencer.

Parce que oui, je ne vous ai pas dit : mais les dés sont un peu spéciaux. Ils ressemblent à des dés classiques (forts agréables en main d’ailleurs), mais la face 6 a été remplacée par un cinglant X, qui fait un peu flipper.

Un lancer classé X ?

À son tour de jeu, le joueur n’a pas beaucoup de réflexion à avoir : il doit lancer l’un de ses dés dans l’arène et observer fébrilement le résultat.

  • si la face du dé est identique à un (ou plusieurs) autres dés dans l’arène, le joueur récupère tous les dés présentant des faces identiques et les remet dans sa réserve, son tour est fini.

Par ex, si dans l’arène il y a un 3 et un 5, et que vous obtenez un 5, vous prenez les deux 5 et laissez le 3.

  • s’il n’y a pas de dés identiques après son lancer, le joueur a deux choix. Soit il décide de lancer un autre dé de sa réserve dans l’arène soit il décide de s’arrêter et de passer la main.
  • si un ou plusieurs dés indiquent une X, vous serez invité à un télé-crochet devez retirer de l’arène tous les dés ainsi marqués et les sortir du jeu. Cela ne marque pas la fin du tour du joueur, il perd simplement des dés.
  • si le dé sort de l’arène, rebondit et atterrit n’importe où ailleurs que dans l’arène, il est considéré comme un X.
  • si le dé sort de l’arène, tombe dans le café d’un adversaire et ébouillante toute la table, levez-vous de table et partez discrètement. 

Et attention… Si lors d’un lancer, le joueur fait un super lancer de la mort qui tue qui lui permet de récupérer tous les dés de l’arène, le joueur suivant devra jeter tous ses dés en même temps. Je vous promets que ça, ça met la pression parce que si aucun des dés n’a le même chiffre, votre partie s’arrête là, vous pouvez aller chercher les bières le jus d’orange dans le frigo pendant que les autres joueurs finissent la partie.

D’une façon générale, dès qu’un joueur perd son dernier dé (à cause d’un X ou d’un lancer sans obtenir de face identique), il est éliminé de la partie. À la fin, le dernier survivant est déclaré vainqueur.

Oui, mais pourquoi « Strike », alors ?

Maintenant, hop, un peu de stratégie. Vous avez compris que plus vous avez de dés dans l’arène, plus vous avez de chances d’obtenir un double, et donc de sauver votre mise en récupérant au moins l’un de vos dés. D’où l’idée de continuer à jouer après un ou deux lancers qui ne donnent rien, histoire de sauver au moins une paire de dés du désastre.

Par ex, vous avez un 1, dans l’arène. Vous lancez et obtenez un 2. Vous continuez et obtenez un 3. Vous continuez et obtenez un 4. Vous continuez et obtenez un 5. Bon, vous avez foutu 4 dés en l’air, mais à moins d’obtenir un X au prochain lancer, vous devriez obtenir un double.

Du stop ou encore à l’ancienne donc ? Pas vraiment ! Car à votre tour, rien ne vous empêche de viser les dés déjà en place pour tenter de les bousculer avec votre dé lancé. Il est même autorisé (oui oui !) de regrouper les dés dispersés dans l’arène avant votre lancer pour tenter de maximiser l’impact. (je n’emploie pas le terme impact, par hasard, mais j’y reviendrai plus bas).

S’il y a beaucoup de dés, vous pouvez donc jouer sagement à côté, ou tirer dans le tas pour essayer d’obtenir un maximum de faces identiques. Peut-être les renverserez-vous tous. Comme dans un strike. Eh oui.

Car vous ramassez TOUS les dés en double.

Si vous avez par exemple dans l’arène 1, 2 et 3. Vous lancez un dé qui obtient un 3, mais qui bouscule le 2 au passage et le transforme en 1. Vous obtenez au final 1, 1, 3, 3. Dans ce cas vous ramassez TOUS les dés de l’arène, car ils ont tous au moins un autre dé avec une face identique.

Haha ! Ça paye de viser juste !

Du côté des marmots

Les marmots adorent Strike. Vraiment ! Ils adorent lancer les dés d’une manière générale, mais s’ils ont le droit de dégommer des dés déjà en place, ils adorent encore plus. Donc Strike est un jeu totalement calibré pour eux, bien avant les 8 ans réglementaires suggérés par Ravensburger. Pour ne rien vous cacher, mon fils de 4 ans joue sans souci à ce jeu. Il préfère Impact, certes, mais il aime beaucoup Strike également. Tout simplement parce que c’est un excellent premier stop ou encore, particulièrement addictif et dynamique. Lancer tous ses dés après une arène vidée, dégommage de dés pour tenter d’obtenir une série… Il y a un plaisir très enfantin à jouer à Strike, même entre adultes, et les enfants ne s’y trompent pas.  Strike est un jeu de dés parfait pour la fin du goûter, pour une ou deux parties de quelques minutes, aussi intenses que défoulantes pour toute la famille.

Strike, quel impact !

Je parlais d’impact. Ben figurez-vous que Ravensburger a sorti, en 2018, une nouvelle version de Strike, baptisée « Impact », du même auteur. Les règles des deux jeux sont presque identiques, mais Impact propose une arène légèrement plus haute, donc avec moins de chances de sortir les dés par inadvertance. La vraie grosse différence, c’est que les dés ne représentent plus des points, mais des éléments (eau, feu, terre…), et qu’il est possible de jouer avec des règles optionnelles assez rigolotes, liées au pouvoir des éléments. Par exemple, si vous activez le pouvoir de l’eau, tous les dés avec ce symbole ne pourront jamais quitter l’arène pour former peu à peu un lac. Il faudra donc les dégommer pour obtenir d’autres symboles. Si vous activez les rochers, il faudra empiler les dés de l’arène avant chaque lancer, pour simuler une chute de pierres, etc.  

Si les adultes auront sans doute une préférence pour Strike, plus simple et classieux, les marmots préfèrent Impact, plus amusant à jouer avec le pouvoir des éléments. Tout dépend si vous rêvez d’une ambiance James Bond ou Pokémon, en fait. Mais honnêtement, le plaisir de jeu est totalement identique. Si vous avez déjà Strike, ne changez rien. Si vous ne l’avez pas, et que vous avez des marmots dans le coin, prenez Impact, plus riche en options, et un peu plus compact.

L’avis de plateau Marmots.

Strike est un jeu édité chez Ravensburger qui commence à dater un peu, mais que l’on prend toujours beaucoup de plaisir à ressortir. Il fonctionne avec toute la famille, toutes générations confondues. Les règles sont très simples et les parties plus ou moins rapides…cela dépend de votre chance aux dés, mais aussi des décisions avisées que vous prendrez, bercé par l’amère incertitude de ce dé de plus qui vous brûle les doigts. Vous l’aurez compris, Strike est un doux mélange de jeu de hasard et de Stop ou encore, de jeu de casino et de dégommage de chamboultou. C’est fun, dynamique, plein de tension… et franchement rigolo jusqu’au dernier lancer.
Donc que ce soit Strike ou Impact, il s’agit clairement d’un jeu à posséder dans toute ludothèque, bien plus simple et accessible que la mention 8+ ne le laisse supposer.

On aime :

  • la rapidité d’installation (ouvrir la boîte, on distribue les dés et c’est parti !)
  • que ce soit un jeu qui rassemble toute la famille
  • pouvoir l’emmener partout (prenez les dés et trouvez une boîte pour les jeter dedans)
  • la solitude du choix
  • les stratégies de dégommage
  • les nombreuses variantes d’Impact
  • désormais un classique du jeu de dés

On aime moins :

  • perdre rapidement et s’ennuyer un peu si les autres ont de la chance aux dés

Le trouver

Strike chez Philibert
Strike sur Amazon

Impact chez Philibert
Impact sur Amazon

Fiche technique

Un jeu de Dieter Nussle
à partir de 8 ans (mais en vrai bien avant, genre 4  ou 5 ans)
de 2 à 5 joueurs
Édité chez Ravensburger

Pour aller plus loin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.