Test – 1, 2, 3… Trésor à Bâbord

1, 2, 3…Trésor à bâbord est un mini-coffret signé Haba qui propose 5 jeux de calcul mental autour des chiffres de 1 à 10. Les 5 jeux, classés par ordre croissant de difficulté, s’adressent à des marmots de 5 ou 6 ans. L’idée, c’est de les accompagner dans la joie de la découverte de l’algèbre et du plaisir sans fin de soustraire 6 de 9.

Joie.

Une pirate nommée Soraya

Conscients que les enfants sont plus chauds pour partir à l’aventure que pour se diriger vers le tableau noir, Haba a malicieusement déguisé son cours d’algèbre en aventure façon Jack Sparrow. En gros, les joueurs incarnent la téméraire Soraya qui va sillonner les sept mers pour… apprendre à soustraire 6 de 9.

Certes la ficelle est un peu grosse, mais en même temps il est difficile de rendre glamour un jeu axé sur les calculs jusqu’à 10, alors respectons le travail effectué sur le marketing et plongeons en avant dans la magie des chiffres.

Dans le coffre des pirates

La boîte (en métal) de 1, 2, 3… Trésor à bâbord contient un jeu de 36 cartes, un dé à 6 faces, une réglette numérotée de 1 à 10 et un pion en bois représentant Soraya.  

Comme toujours chez Haba, l’ensemble est irréprochable. On notera la très (trop) grande sobriété de l’ensemble, qui joue à fond la carte de la clarté et de la lisibilité. Au vu du thème et du public visé, cela se comprend parfaitement, mais on se surprend parfois à rêver d’un peu plus de Barbe Noire et d’un peu moins de Laurent Romejko. Chacun son truc.

La règle est simple et claire, et heureusement parce que l’air de rien on parle de calcul mental et pas de cueillir des fruits dans un arbre. Le truc intelligent, c’est qu’Haba précise bien qu’il s’agit d’”idées de jeux”, qui ne se limitent donc pas à ceux présentés dans le livret des règles. En traduit : on vous fournit du matériel pédagogique un peu choupi, et vous l’utilisez comme vous voulez. C’est plutôt bien vu, même si la notion de jeu devient alors toute relative.

On joue ou pas ?

Les 5 jeux (ou “idées de jeux”, pardon) sont de fait simples et efficaces, en mode deutchkalitat. Haba nous propose ainsi de prendre les cartes de 1 à 10 pour faire une bonne vieille bataille (pour reconnaître les chiffres, je suppose) ou un blackjack (qui demande en effet quelques additions) pour les jeux les plus accessibles. Les jeux plus complexes proposent des calculs à faire chacun son tour, ou collectivement dans une épreuve marathon.

Il sera donc facile et conseillé de créer vous-mêmes vos propres jeux, adaptés à vos propres marmots (ou plus probablement à vos élèves). Haba vous y incite en incluant dans la boîte 5 cartes vierges, en mode “do it yourself” qui ne pourra que satisfaire les parents soucieux d’introduire des équations à trois inconnues auprès de leurs bouts de choux de 5 ans afin de les rendre géniaux plus rapidement que les autres.

Bonjour l’ami, Salut le Trésor !

Comme je l’ai souvent indiqué ici ou là, j’ai tendance à regarder les jeux “éducatifs” avec prudence, sinon dédain. Dans ma vision des choses (très personnelle, j’en conviens), un jeu est fait pour jouer, et non pour réviser ses cours de la veille. Vous me traiterez de parano, mais j’ai toujours l’impression que les éditeurs qui se lancent sur le créneau du bon vieux “apprendre en s’amusant” cherchent avant tout à prendre des parts de marché à Magnard ou Hatier en faisant apparaître leurs “jeux pédagogiques” dans les écoles. Haba n’est bien évidemment pas le seul, et on a déjà vu que Ravensburger ou Nathan (pour ne citer qu’eux) tenaient déjà fermement le marché du jeu éducatif familial.

Pour en revenir à 1, 2, 3… Trésor à bâbord, il n’a certes rien de déplaisant (jouer au blackjack, c’est toujours sympa), mais j’ai du mal à justifier sa présence sur une table de jeu à côté des Licornes dans les nuages ou des héros de Kaskaria. Le matériel proposé dans la boîte est en outre aisément bricolable dans un atelier découpage du samedi matin. Bref, je préfère quand Haba prend des risques en sortant des produits typés adolescent que lorsqu’il se lance dans le jeu éducatif.

L’avis de Plateau Marmots

Comme vous l’aurez compris, je ne suis pas convaincu par 1, 2, 3… Trésor à Bâbord, au même titre que je ne suis pas convaincu par la quasi-totalité des jeux qui tentent de me persuader que je vais vivre d’intenses moments de fun en révisant les maths ou la grammaire. J’aime qu’un jeu me transporte loin de ma table de jeu, que ce soit pour une course folle ou pour sauver le monde une fois encore. Si j’ai une folle envie de faire des exercices de mathématiques, j’ouvre un bouquin de mathématiques, épicétou. Cela ne veut pas dire qu’1, 2, 3… Trésor à bâbord n’est pas un produit utile, cela ne veut pas non plus dire qu’il est mal conçu. Cela veut juste dire qu’il n’a rien à faire sur une table de jeu.

Ça fait plaisir

  • Possibilité de créer ses propres jeux à partir du matériel fourni

Ça fait pas plaisir

  • Un jeu qui a davantage sa place en salle de classe ou en soutien scolaire
  • J’ai du mal à m’amuser en faisant des maths

Fiche Technique

Un jeu de Imke Storch, Markus Nikisch
Edité par Haba
Sorti en 2017
A partir de 5 ans
Pour 2 à 4 joueurs

Pour aller plus loin

Une vidéo de Tartenpionne

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *