Test – 50 missions

Mission numéro 1 : “Lulu, contiens ton emballement et essaie de raison garder”

Mission numéro 2 : “Organise tes idées, ne crie pas juste « ce jeu est super top génial» et sois constructive”

Mission numéro 3 : “Respire et arrête d’y jouer sinon tu ne peux pas écrire”

Mission numéro 4 : “Explique calmement au Marmot que l’on doit faire une pause pour partager la pépite ludique à tous nos lecteurs”

Missions accomplies, je peux désormais vous parler du génialissime 50 Missions, mais surtout ne me remerciez pas, vraiment c’est cadeau : cet article va vous donner la possibilité de remiser le UNO des marmots au fond du placard et vous faire découvrir le plaisir d’un excellent jeu de cartes en famille, dynamique et fédérateur.

50 Missions est un jeu de Ken GRUHL, illustré par Ronan LE MAITRE édité par OYA. Le jeu s’adresse à 1 à 4 joueurs, à partir de 8 ans pour des parties de 20 minutes.

1 seule mission : coopérer !

50 Missions est un jeu de cartes coopératif, sans prétention, avec un dynamisme qui n’a rien à envier aux meilleurs party games. La communication sera la clef de la réussite mais aussi et surtout la partie la plus plaisante du jeu. Car à 50 Missions on va parler, beaucoup parler (et ça les marmots adorent ! ) pour performer tous ensemble et crier victoire d’une seule et même voix !

 Mission boîte ultra bien optimisée : check !

Et qu’est ce qu’on aime ces petites boîtes super bien rangée avec un thermoformage impeccable maintenant chaque carte bien en place !

Ceci étant dit, une fois la validation du côté pratique, mes yeux n’ont pas brillé de mille étoiles devant l’esthétique du jeu… Qu‘on se le dise, c’est sobre, avec un thème choisi style aventuriers, des symboles de cartes représentant : un briquet, des jumelles, un couteau et une boussole.

Ce n’est pas le genre de thème qui me touche mais ça reste très subjectif et vous verrez par la suite que, finalement, on s’en moque !

Dans cette petite boite on trouve donc :

–       56 cartes de jeux

–       50 cartes rondes qui seront les missions

–       3 cartes médailles : bronze, argent et or

 

Première mission : En 30 secondes le jeu est mis en place et on démarre.

On a donc 2 tas de cartes différents : les cartes missions/objectifs et les cartes « à jouer » caractérisées par un nombre (de 1 à 7) et un(e) symbole/couleur (4 déclinaisons).

Première étape : glisser les médailles dans le tas des cartes missions : médaille de bronze après 15 cartes missions, médaille d’argent 4 cartes plus loin et médaille d’or 4 cartes plus loin de nouveau.

On forme une pioche de cartes missions et on dévoile les 4 premières. Chaque joueur reçoit 4 cartes à jouer et on retourne les 4 premières cartes de la même pioche servant de base à l’accomplissement de nos missions.

 

Votre mission si vous l’acceptez…

La pose des cartes reprend la mécanique de notre bon vieux 8 américain : on peut jouer une carte sur une autre carte , soit de la même couleur/symbole soit du même nombre.

S’arrêtent ici les similitudes avec le Uno car dans 50 missions, point d’interactions punitives puisqu’on savoure un jeu coopératif. On joue tous ensemble contre le jeu avec un objectif commun : valider le plus de missions possible et un objectif ultime : valider les 50.

Pour ce faire, on va donc jouer une carte, à tour de rôle, sur le tas de son choix selon que l’on ait une carte soit de la même couleur soit du même nombre et à chaque carte posée on complète sa main à 4 en piochant.

Les missions sont très variées. C’est d’ailleurs, à mon sens, une grande force du jeu, vous allez devoir par exemple aligner 4 cartes de la même couleur ou bien obtenir la somme de 20 sur l’ensemble des 4 cartes présentes ou peut-être n’avoir que des cartes rouges et vertes ou encore 3 cartes dont les nombres se suivent etc… Vous l’aurez compris, dur dur, voire impossible d’accomplir plusieurs missions en même temps. Il va falloir ruser, choisir et communiquer pour allier vos forces et votre main.

Car, OUI, c’est tous ensemble que vous gagnerez et c’est la communication et l’écoute qui vous permettront de réussir (laissez tomber la chance, peu présente ici). Ainsi, on parle, on échange, sans jamais révéler le contenu de sa main, bien-sûr (au début les marmots auront tendance à zapper cette règle). C’est ainsi que l’on entendra : « surtout ne jouez pas sur le 2 bleu » ou « laissez-moi faire la mission des boussoles » ou encore « personne ne remplace les couteaux j’y suis presque ». Je vous l’ai annoncé le maître-mot est : COMMUNICATION !

Dès qu’une mission est accomplie, on valide la carte et une nouvelle mission la remplace.

Notez que si les symboles des missions ne sont pas assez clairs (bien qu’après quelques parties ce sera acquis) une petite phrase explicative sur le bord de chaque carte mission vous renseignera.

Lorsque vous accomplissez les 15 premières missions, félicitations : vous découvrez la médaille de bronze. A 19 missions découvertes, c’est la médaille d’Argent qui fera son apparition et plus que 4 petites missions et c’est la médaille d’or que vous remporterez ! Et avec elle, le droit de récupérer les cartes à jouer présentes sur la table (en laissant les 4 cartes de base) pour recréer une pioche et ainsi avoir de nouveau toutes vos chances de continuer à compléter vos missions.

La partie prend fin lorsqu’un joueur ne peut plus poser de carte soit parce qu’il n’a plus de cartes soit parce qu’il est bloqué, on compte alors les missions accomplies et on s’auto-félicite bien évidemment du résultat obtenu (ou pas).

 

50 missions… impossibles !

Voilà, à force de coopération, d’acharnement et de communication vous avez réussi les 50 missions. Néanmoins, je ne veux pas vous décevoir, mais ce n’est pas parce que vous avez réussi une fois que les parties suivantes vous paraitront plus aisées.

Cependant, si vous voulez passer au niveau supérieur et ajouter du piment (et du stress), les experts peuvent jouer en version chronométrée. La version 50 Missions de Folie vous fera jouer dans un temps limité de 5 minutes. Dans cette version sous pression, plus de tours de jeux, chacun joue quand il veut et quand il peut pour compléter les missions. A l’atteinte de la médaille d’or, le timer repart pour 5 minutes.

On me dit également dans l’oreillette qu’il existe des goodies contenant 5 cartes mission bonus version expert ajoutant une bonne dose de piquant à l’expérience. Je vous laisse la surprise de ces cartes que vous aurez en achetant 50 Missions dans votre boutique physique. #shoptonjeu

 

Un The game familial ?

Tout ceci vous rappellera peut-être le très bon « The game » (du même éditeur) qui était moins accessible pour les marmots. Ici on ajoute vraiment une touche de fun, d’ambiance et de diversité : la communication en fait un jeu beaucoup plus familial. Le visuel, moins sombre et plus sympa, pourra convaincre les joueurs expérimentés mais aussi les plus jeunes et les plus novices.

 

L’avis de plateau marmots

 Ce jeu est donc élu, par moi-même, comme LE jeu familial par excellence, rapide d’installation, dynamique, fun et aux règles accessibles, il ravira toutes les générations.

 On adore la variété des missions et le fait qu’elles soient parfois totalement opposées : « Hmmm, on doit avoir toutes les cartes vertes, aaaah mais on doit aussi avoir 2 cartes rouges qui se touchent, aaaaaaaah comment choisir ? » Vous le sentez, le casse-tête, là ?

La présence des médailles est très stimulante pour les plus jeunes, relançant la dynamique à chaque médaille remportée et reflète bien le côté non punitif du jeu. Car on ne perd pas contre le jeu mais on doit se challenger soi-même et battre son propre score précédent jusqu’à accomplir le score ultime des 50 missions.

Vous l’aurez compris ce jeu est un vrai régal avec les marmots et entre directement dans notre short list des must have.

On aime :

  • Fédérateur
  • Accessible dès 7 ans (dès que l’enfant sait additionner jusqu’à 20, connaît les nombres pairs/impairs et les doubles/moitiés)
  • Dynamique et non punitif
  • Aussi bon à 2 qu’à 4 joueurs
  • Stimule la communication

On aime moins :

  • la qualité des cartes n’est pas folle
  • les symboles choisis ne font pas rêver

Fiche technique :

Un jeu de Ken GRUHL

Illustré par Ronan LE MAITRE

Edité par OYA

Pour 1 à 4 joueurs

A partir de 8 ans

Pour des parties de 20 minutes

 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.