Test – Digit

1987 : création de France Info, mort d’Andy Warhol et de Rita Hayworth, amarrage de Soyouz à la mission MIR dans l’espace, et apparition de Digit. Digit ? Si vous êtes passés à côté de ce petit jeu à l’époque, c’est le moment de réviser vos classiques !

Digit est un jeu de stratégie, d’observation et de raisonnement pour 1 à 4 joueurs.

Välkommen

Nous voici devant une boîte un brin rétro, avec un graphisme pas franchement folichon. On passera outre ces considérations esthétiques pour nous lancer dans l’aventure. A l’ouverture, 55 cartes aux tonalités suédoises bleues et jaunes, représentant des figures géométriques et 5 bâtonnets bleus. Minimaliste.

Le but du jeu est d’être le premier à se défausser de toutes ses cartes, en réussissant à reproduire les figures imposées. Mais procédons dans l’ordre, et voyons comment on joue à Digit.

Tout est dans le doigté bâtonnet

Chaque joueur commence le jeu avec 5 cartes visibles. Sur la table, on a retourné une première carte commune, qui sert de départ : le premier joueur reproduit la figure affichée à l’aide des 5 bâtonnets. Chacun son tour, on peut déplacer UN SEUL bâtonnet pour reproduire la figure d’une de ses cartes. Si l’on réussit, on se défausse de la carte en question. Si l’on ne peut pas jouer (car cela nécessiterait de déplacer plusieurs bâtonnets), on passe son tour, tout en piochant une nouvelle carte. Et ainsi de suite jusqu’à la disparition des cartes de l’un des joueurs.

C’est bien évidemment le premier à réaliser toutes ses figures et à n’avoir plus aucune carte en main qui remporte la partie.

Un peu de réflection

La règle du jeu est simple et rapide, mais cela n’empêche pas nos méninges de chauffer, bien au contraire ! Car il n’est pas si simple de reproduire une figure en ne déplaçant qu’un bâtonnet. D’autant plus que pour se sortir d’une situation difficile, les rotations et symétries sont autorisées !

Mettre des bâtons dans les roues

Il faudra aussi bien analyser ses différentes cartes pour décider par laquelle commencer si l’on a la possibilité de réaliser plusieurs de ses figures. Et jeter un œil sur le jeu des adversaires, pour ne pas leur mâcher le travail, en réalisant une figure qui leur permettrait à leur tour de défausser une carte.

L’avis de Plateau Marmots

Digit, sous un aspect austère pas très glamour, est un petit jeu qui convient à toutes les générations, du papy au petit marmot. Chacun se pique au jeu du défi des bâtonnets. Rapide et addictif, vous pourrez le sortir en de maintes occasions pour faire passer le temps, seul ou à plusieurs !

On aime :

  • Une partie en appelle une autre
  • Faire chauffer les méninges pour trouver la symétrie des figures

On aime moins :

  • Le design

Le trouver

Chez Philibert
Chez Amazon

Fiche technique

Un jeu de Gérard Kodys
Illustré par Frank Limido
Édité chez Piatnik
De 2 à 4 joueurs
À partir de 8 ans

Pour aller plus loin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.