Test – Dungeon Academy : le Désert des Illusions

Au sein de la Dungeon Academy, sachez que Matagot ne donne pas des diplômes au rabais à ses élèves aventuriers !

Après avoir fait leurs preuves dans un sombre donjon, puis une forêt perdue, place à un périple dans le désert issu d’un univers digne des 1001 nuits.
Au menu de cette promenade de santé, vous allez affronter des scorpions mortels et des serpents venimeux pendant une tempête de sable.
La rentrée scolaire est déjà bien avancée, il est temps de tester vos talents au cœur de cette nouvelle aventure. Bonne chance !

La deuxième extension pour Dungeon Academy, un mélange original de dungeon crawler / roll & write, va sortir dans quelques jours. Ce jeu de Julian Allain, illustré par Régis Torres et édité par Matagot nous avait vraiment séduits chez Plateau Marmots. Je vous invite pour vous remettre dans le bain à relire le test ICI.

Sinon, elle a du coffre cette deuxième excursion ?

 

« Il était une fois dans le désert »

La mise en place du jeu reste strictement identique à celle du jeu de base. Cette extension propose des nouvelles cartes “trésors” et “héros” qui peuvent être ajoutées au contenu initial du jeu.

On trouve donc dans cette deuxième extension exactement comme dans la première extension :

  • Trois nouveaux héros :

Entrent en piste Meara l’Illusionniste, Geatan l’Assassin et Kasmir le Prince. L’équilibrage de ces nouveaux personnages est toujours aussi satisfaisant par rapport aux précédents. Les nouveaux héros apportent bien entendu de nouvelles capacités uniques : une basée sur le déplacement, une sur le combat et la dernière sur la collecte des cartes “trésors”. Je n’en dis pas plus et vous donne 10 secondes pour rattacher la capacité unique au bon personnage.

  • Huit nouvelles cartes “trésors” :

Les cartes ont toujours des noms aussi parlant pour les marmots, de type “Arca Duplex Fundus” ou “Cantina Carta” … C’est dommage, mais cela évite sans doute une traduction : même procédé que pour la première extension, la boite est éditée en anglais, français et néerlandais. L’iconographie et le graphisme des cartes sont par contre très clairs et permettent d’assimiler rapidement l’effet des cartes.

Parmi ces cartes, les héros peuvent obtenir l’assistance d’un génie du Mal ou s’équiper d’un bon vieux cimeterre cher aux fans de Prince of Persia. Il y a aussi des cartes plutôt puissantes, comme par exemple les familiers qui permettent sur un niveau entier de dégommer TOUS les petits monstres rouges ou bleus sans perdre de vie / mana. Il y avait déjà dans le jeu de base et dans la première extension des cartes beaucoup plus puissantes que d’autres, la chance (ou la malchance !) reste ainsi présente pour cette partie du jeu. Rien de très nouveau à mon sens avec les trésors dans cette extension SAUF une carte qui permet de dessiner un crâne sur une case des fiches de chacun de ses adversaires afin de leur faire perdre deux points de gloire s’ils passent dessus. ENFIN des interactions entre les joueurs, il est vraiment dommage que cet aspect là n’ait pas été davantage exploité.

« Les Mille et Un dés »

Bien entendu, l’extension apporte 3 nouveaux dés, on est bien là pour un roll et write avec de la nouveauté ! Ces nouveaux dés ajoutent six nouveaux effets.

Dans ce désert brûlant se cachent deux nouvelles créatures : un serpent et un scorpion géant. La nouveauté, c’est qu’ils peuvent faire perdre des points de vie ou de mana de manière différée, c’est à dire en sortant du niveau. Trop bête de voir un aventurier sortir du son premier niveau le sourire aux lèvres et l’œil à peu près vif pour finalement s’écrouler après d’abominables convulsions à cause de la dose de poison mortelle reçue pendant le run ! Une bonne idée, d’autant plus qu’il y a aussi une face de dé “antidote” qui permet de regagner de la vie ou de la mana en sortant du niveau.

Autre nouveauté, la terrible tornade ! Elle va vous faire tourner la tête ! Et pas que, car elle échange tout simplement vos points de vie et de mana lorsque vous la traversez. J’ai la mémoireuuu qui flancheuuu, j’me souviens plus très bien … de mes points de vie et de mana …

Il y a aussi l’oasis et la lampe magique à la Aladin, qui apportent un peu de réconfort pour nos héros dans ce monde de brutes.

Vous savez tout… ou presque. Côté matériel, on reste sur une qualité constante.  Les illustrations de Régis Torres sont toujours aussi réussies et donnent un côté vraiment sympathique au jeu. La notice est claire et précise avec des exemples.

L’avis de Plateau Marmots

Avec cette deuxième extension pour Dungeon Academy, Matagot reste dans la lignée de la première : le Désert des Illusions est une évolution, mais pas une révolution. L’extension apporte de la diversité, et avec le recul que beaucoup de joueurs ont maintenant sur le jeu de base, cela permet de prolonger ainsi sa durée de vie et de le ressortir de temps en temps.

Côté mécanique de jeu, le concept de gain ou de perte différée de vie ou de mana est une excellente idée. Rajouté aux effets du jeu initial et de la première extension, il rend l’expérience de jeu encore plus riche. Cela devient par ailleurs difficile pour un marmot de 7/8 ans de pouvoir tout suivre si vous avez décidé de créer un donjon à partir de toute la collection de dés. Mais je vous rappelle que l’éditeur annonce un 10+.

Néanmoins, après deux extensions, il faudrait à l’avenir, si d’autres suites sont prévues, pouvoir apporter davantage de nouveautés et de nouvelles mécaniques. Davantage d’interactions entre les joueurs serait une piste, elle est abordée avec une carte “trésor” dans cette extension mais c’est vraiment trop peu.  Côté matériel, je suis sûr que les fans du jeu, et ils sont nombreux, seraient ravis de ranger le donjon de base et d’avoir de nouveaux décors avec des formats différents.

On aime :

  • Une diversité accrue pour le jeu de base avec de nouveaux héros, trésors et dés
  • Des illustrations toujours aussi réussies
  • Un bon rapport qualité – prix (moins de 10 euros)

On aime moins :

  • A quand l’extension – Révolution ?

Le trouver :

Fiche technique

Un jeu de Julian Allain
Illustré par Régis Torres
Edité chez Matagot
Pour 2 à 6 joueurs
A partir de 10 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.