Test – Ghost Fightin Treasure Hunters : Creepy Cellar

Il n’est pas si courant que les jeux pour marmots bénéficient d’extensions. Et encore plus quand il s’agit d’extensions fantômes, comme celle dont nous allons vous parler maintenant. L’histoire derrière Ghost Fightin’ Treasure Hunters (Trésor caché en VF) n’est déjà guère banale. Mais l’histoire de l’extension Creepy Cellar est, elle, tout à fait digne d’un épisode d’X-Files. Cette extension est pourtant réelle, et nous l’avons longuement testée. Mais est-il possible d’améliorer un jeu aussi réussi que Ghost Fightin’ Treasure Hunters, Kinderspiele 2014 ? Est-il raisonnable d’imaginer que quelques fantômes de plus vont pouvoir modifier une mécanique déjà bien huilée ? Et que vient faire ici ce mystérieux “Roi Fantôme”, qui semble être la star de cette extension ? 

Une seule manière de le savoir : ouvrir à nouveau la porte du manoir hanté, et aller voir cela de plus près. 

Creepy Cellar est une extension (en anglais uniquement pour l’instant) pour le jeu Trésor Caché (Ghost Fightin’ Treasure Hunters), édité par Mattel. Ce jeu de Brian Yu, illustré par Pierô Lalune, est un jeu coopératif pour 1 à 4 joueurs à partir de 8 ans. 

Vous êtes fortement invités à lire notre test du jeu de base avant de vous lancer dans l’épique lecture de l’extension. 


*** Ce test a été rendu possible grâce au tip de XavierM, un énorme merci à lui !
Vous aussi, aidez-nous à financer l’achat de jeux originaux avec Tipeee ! ***


Si j’appelle Creepy Cellar « l’extension fantôme », ce n’est pas seulement en référence au « Roi Fantôme » présent sur la boîte, mais aussi à l’histoire de cette extension, particulièrement évanescente.

Un Kinderspiele bien discret…

Pour commencer, un petit mot sur l’éditeur, Mattel, plus connu pour ses Barbies et pour le « Uno » que pour ses jeux réellement enthousiasmants. Pourtant, Mattel a sorti, en 2013, ce jeu coopératif signé Brian Yu ayant pour titre Ghost Fightin’ Treasure Hunters. Le jeu (coopératif) est une réussite totale sur tous les plans : la mécanique est huilée, le design est somptueux et le jeu est très bien réalisé. Les Allemands du Kinderspiele ne s’y trompent pas et décernent au jeu le prestigieux prix du meilleur jeu enfant de l’année. Excusez du peu.

Si Ghost Fightin’ Treasure Hunter bénéficie alors d‘une popularité internationale méritée, il demeure confidentiel en France. Mattel, en effet, ne s’embête pas à recréer un titre français (alors qu’ils l’avaient fait pour l’Allemagne) et vend le jeu dans son réseau habituel (King jouets…) sous le titre Ghost Fightin’ Treasure Hunters, très discrètement sous-titré “Trésor caché”. Tout Kinderspiele qu’il est, le jeu sort donc rapidement des rayonnages hexagonaux.

Pour l’anecdote, courant 2017, j’ai cherché à obtenir ce jeu auprès de Mattel France pour notre spéciale Halloween, mais la personne que j’ai eu en ligne n’en avait tout simplement jamais entendu parler. On ne peut être plus clair…

L’extension fantôôôme

Début 2018, j’apprends par hasard qu’une extension est dans les tuyaux et qu’elle est attendue pour l’été ! Je scrute, je scrute, ne vois rien venir et je lâche l’affaire. Ce n’est que fin septembre, en cherchant totalement autre chose sur Boardgamegeek, que je découvre des photos de cette extension. Mais patatras, elle semble être déjà sortie fin août et déjà sold out début septembre. L’apparition/disparition des étals est si violente que de nombreux lecteurs s’interrogent sur sa sortie effective.

Au hasard de recherches sur Amazon.com, je la vois à nouveau apparaître, pour une sortie fin octobre. Je la commande (en dépit des frais de port prohibitifs) et découvre qu’elle est à nouveau épuisée quelques heures plus tard, signe que les quantités devaient être très limitées.

L’extension est donc réelle, mais pas facile à trouver. Aucune traduction n’est à ce jour prévue, et on ne sait sincèrement pas si Mattel va s’amuser à programmer une sortie française. On vous tiendra au courant, évidemment.

La cave se rebiffe

À l’ouverture de la boîte de l’extension Creepy Cellar (la cave qui fiche la trouille), vendue 19,99$, on constate d’emblée que le jeu va prendre une nouvelle ampleur. Pas mal de nouvelles cartes (réunies en trois decks différents), de nouveaux tokens trésors, des tokens de « poisse », un plateau de jeu à ajouter à celui du jeu de base, une poignée de tuiles, quelques fantômes supplémentaires et surtout le Roi Fantôme, qui semble être le nouveau bad guy à défier dans cette extension. Petite déception sur ce point, car on l’aurait souhaité bien plus imposant que les fantômes précédents, ce qui n’est guère le cas (les spectres demeures plus effrayants).

L’ensemble est de nouveau illustré par Pierô Lalune, et les illustrations sont tout bonnement magnifiques. L’humour est toujours aussi présent, sur chaque illustration et c’est un régal que de se délecter des nouvelles facéties des fantômes, qui exploitent volontiers le potentiel comique de chaque pièce.

L’impression qui se dégage à l’ouverture est d’une extension assez fournie (pour le prix) et celle d’une mécanique de jeu bien plus complexe que celle du jeu de base. Mais est-ce une bonne idée pour un jeu qui tournait comme une horloge ?

Un nouveau pitch

Pour aller à l’essentiel, sachez que l’extension Creepy Cellar modifie sensiblement l’esprit du jeu de base. Le plateau de jeu de la cave se colle comme par magie aux deux couloirs qui aboutissaient à des culs de sacs, comme si l’auteur avait prévu son coup depuis 2013… 

Et apprenez, en premier lieu, que les portes du Manoir vont désormais se verrouiller derrière vous, dès que les quatre personnages seront à l’intérieur. Oui : Blam !, comme dans les films. Il ne sera donc plus question de faire des aller-retour vers la sortie, comme précédemment, mais de se rendre à de nombreuses reprises à la cave, pour tenter de débloquer la porte. 

En effet : nos quatre filous ne cherchent plus à s’enrichir grassement en pillant un trésor qui n’était pas à eux, mais juste à regagner la sortie sains et saufs. Le niveau de stress, donc, n’est pas le même. Et je vous assure que, quoi qu’il arrive, le trésor restera dans la maison.

Laissez-nous sortiiiiiir ?

Pour débloquer les portes et regagner la sortie, donc, il faudra rassembler le trésor (éparpillé dans la maison) dans deux pièces du grenier. Mais attention : la porte d’entrée ne sera déverrouillée qu’un activant un mécanisme sournois. Chaque pierre précieuse devra être placée sur une série de statues présentes dans les deux pièces de la cave. Mais il ne suffira pas de les déposer : il faudra le faire dans un ordre précis : la première dans la première pièce, la seconde dans la seconde pièce, la troisième dans la première, la quatrième dans la seconde, etc.

Pour tout vous dire, j’avais l’impression de me retrouver dans le premier Resident Evil, avec des tableaux à actionner dans le bon ordre sous le regard taquin de corbeaux affamés.

Il va donc falloir s’organiser comme jamais pour sortir en un seul morceau de ce manoir… Surtout que les fantômes vous attendent désormais au tournant.

Trésors cachés Piégés !?

Dans le jeu original, souvenez-vous, on chopait un trésor — si possible dans l’ordre — et on se ruait vers la sortie. Mais ça, c’était avant. Parce qu’à présent, les amis, quand on chope un trésor, on déclenche un effet de jeu. Et pas des trucs forcément agréables. Que diriez-vous si un fantôme apparaissait systématiquement dans la pièce où vous êtes ? Ou de perdre un point de mouvement à cause d’un trésor trop lourd ? Ou de découvrir que vous ne pouvez désormais plus combattre seul pendant que vous le portez ?

Bref, vous l’aurez compris, le fait de déposer un trésor au bon emplacement sera vécu comme une sorte de soulagement. Même s’il risque d’être de courte durée…

Pourquoi ? Parce que chaque dépôt de trésor dans cette fichue cave sera ponctué d’une pioche de carte. Les effets peuvent en être positifs : déverrouillage immédiat des portes vertes et bleues, mouvement gratuit ou élimination immédiate d’un fantôme qui vous embête… mais aussi négatifs. Vous pouvez en effet devoir sortir de la cave avec un objet… qu’il faudra ramener dans le manoir et replacer dans un endroit précis. Au début du jeu, c’est facile. À la fin, avec les spectres qui grouillent partout, c’est moins rigolo…

Et c’est pas fini !

It’s sooo good to be the king !

Pour ajouter à la liste de ces nouvelles angoisses, il nous faut bien évidemment parler du Roi des Fantômes. Petit par la taille, certes, mais violent par son pouvoir de nuisance…

Le Roi Fantôme est imbattable, donc inutile de vouloir vous y frotter. Il se déplace d’une pièce à l’autre au hasard de sa propre pioche. Évidemment, si cette pièce devait déjà posséder deux fantômes, un spectre serait généré et notre bon roi irait voir ailleurs avec la satisfaction du devoir accompli.

Bref : le Roi Fantôme va faire apparaître des spectres un peu partout dans la baraque en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Et même si l’extension rajoute deux spectres aux conditions de défaite, celle-ci ne tardera pas à arriver. Si si, croyez-moi !

Des passages bien secrets

Cette nouvelle limite de 8 spectres pour la défaite n’est heureusement pas le seul atout dont disposent les joueurs pour tenter de s’en sortir. Des tunnels secrets permettent en effet de circuler entre quatre pièces de la maison. Très utile pour se déplacer bien plus rapidement que dans le jeu d’origine, contre un unique point de mouvement. En revanche, chaque passage secret devient inutilisable après avoir été utilisé une fois. Eh oui ! Clic-clac, cela se referme derrière vous. Il sera toutefois possible de les réactiver plus tard, lorsque vous ramènerez un objet maudit à bon port. Ouf

Tu auras peur

Bon, on ne va pas se mentir : ce jeu qui n’était déjà pas évident à la base devient clairement hardcore. Mais d’un autre côté, Creepy cellar gomme littéralement le seul défaut que l’on pouvait à la longue trouver à Ghost Fightin’Treasure Hunters en supprimant son côté répétitif. Chaque trésor ramassé déclenchant désormais des effets plus ou moins indésirables en fonction du moment où vous les piochez, les parties sont bien plus variées et intenses qu’auparavant. De même, la douce incertitude de chaque visite à la cave (qui peut se transformer en bonus ou en pain dans la tronche, selon l’humeur des cartes) rajoute énormément de tension à chaque dépôt de trésor. Pour tout vous dire : si le jeu est mal luné, il pourra volontiers vous faire penser au légendaire Dungeonquest pour son côté punitif.

Et c’est exactement cela en fait : cette extension, avec ses 3 pioches distinctes et ses trésors aux conséquences aléatoires donne une littéralement une humeur au jeu, multipliant les ressorts dramatiques et les enchaînements désastreux de dernières minutes.

Il est toujours possible de gagner, évidemment, mais seulement si le jeu est d’accord, finalement.

Allez hâtoire !

Certains s’offusqueront alors sans doute de cette surcouche de hasard dans un jeu qui faisait la part belle à la réaction et l’organisation. Ils marqueront un point, sans doute, mais le jeu devient tellement plus palpitant et exigeant qu’on est volontiers prêt à faire cette concession. Le manoir hanté devient en effet plus hanté, moins mécanique et systématique. On est confronté à un environnement plus effrayant, car incontrôlable. Nul doute que ceux qui ont besoin de « tout maîtriser » fuiront cette extension comme la peste. Les autres se délecteront volontiers de ce bonheur d’être confrontés à des fantômes capricieux qui se jouent de nous et nous laissent pagayer contre le courant. La victoire sera rare, mais tellement belle !

On ne reconnaît plus rien ?

Mais si, rassurez-vous : la mécanique de jeu de fond ne change pas. Il s’agit toujours de juguler une pandémie de fantômes pour éviter qu’elle ne vous déborde, tout en essayant de déplacer des objets d’un point A à un point B. Tous les principes du jeu de base sont conservés (portes vertes ou bleues bloquées, cartes de pioches multiples et remélangeage…) sont utilisés. Bref, ce qui fonctionnait fonctionne toujours. Et pour les nostalgiques il sera toujours possible de faire une fusion de la version du jeu de base dans le nouvel environnement en utilisant les tokens d’origine. Le but du jeu sera alors d’activer les trésors dans l’ordre (ou le désordre selon la difficulté voulue) sans plus vous soucier de leurs effets négatifs. Mais honnêtement, si vous voulez jouer de cette manière, autant ne pas investir dans l’extension, car ce serait nier purement et simplement sa raison d’être : imprévisible et vicelarde. 

L’avis de Plateau Marmots

Qu’on se le dise : l’extension de Ghost Fightin’ Treasure Hunters (Trésor Caché) n’est pas une légende, mais une réalité. Mieux encore : elle vient renforcer le jeu de base en supprimant son côté répétitif et en lui apportant désormais un sale caractère. Fort de ses illustrations, toujours plus amusantes, et d’une logique bien plus glauque, le jeu gagne en intensité et en « drama ». Les simples visiteurs de bicoque abandonnée de la boîte de base doivent désormais lutter pour leur survie dans un environnement aussi hostile que facétieux. L’effet de jeu qui vous téléporte instantanément dans une autre pièce du jeu au bon vouloir du Roi Fantôme vous arrachera sans doute des hurlements de frustration… à moins qu’il ne s’agisse de cris de joie s’il vous rapproche de la sortie.

Vous l’aurez compris, une organisation sans faille ne suffira plus à garantir votre victoire : il faudra désormais composer avec la maison elle-même. Cela ne plaira pas à tout le monde, mais nous on adore cette extension très réussie. Il n’y a plus qu’à bombarder Mattel de messages pour qu’ils consentent à sortir le jeu en France, entre deux versions de l’insipide Uno. En tout cas, on va tout faire pour.

On aime

  • Le nouvel esprit du jeu
  • C’est joli
  • it’s alive !
  • Le jeu de base est respecté
  • Plein d’événements qui se déclenchent de partout
  • Une intensité renouvelée

On aime moins

  • Un jeu non distribué en France pour le moment
  • Des défaites vachardes si le jeu est mal luné
  • Un roi fantôme enquiquinant, mais sans réelle envergure

Le trouver ?

Pour l’instant, cette extension n’est disponible qu’aux Etats-Unis. (et à des prix très aléatoires)

Soutenez Plateau Marmots ! 

Ce test n’aurait pas été rendu possible sans le tip de XavierM. Nous le remercions donc du fond du cœur. Si vous souhaitez que Plateau marmots puisse continuer à exister, merci de suivre son exemple et de nous soutenir. 

–>  Vous avez apprécié cet article ? Alors rejoignez nous sur Tipeee et manifestez votre soutien ! 1 euro suffit pour nous encourager. 
–> Vous n’avez pas apprécié cet article ? Alors dites le nous, et rejoignez-nous sur Tipee pour qu’on s’améliore ! 1 euro nous donnera sans doute à réfléchir ! 

Fiche Technique

Un jeu de Brian Yu
Illustré par Piérô La lune
Édité par Mattel Games
Pour 2 à 4 joueurs (mais jouable en solo)
A partir de 8 ans (mais dès 5 ans avec des “grands” dans l’équipe)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.