Test – Pyjama Party

Moi, j’aime les jeux qui font bavarder et ce petit Pyjama Party, je savais précisément comment j’allais l’utiliser. Pourtant mon garçon et moi, nous n’étions pas exactement la cible ; qu’importe ! Malgré la couleur rose bonbon et le titre qui m’autorisent à penser qu’il se destine aux jeunes filles pour des soirées follement arrosées… de ragots, confidences et rêves. Avec sa maman, nous allions en faire un allié.

Pyjama Party est un jeu d’ambiance, illustré par Marianne Dupuy Sauze et édité par Djeco. Le jeu s’adresse à 2 à 6 joueurs, à partir de 8 ans, pour des parties qui durent toute la nuit.

Qu’est-ce qu’une pyjama party ?

Mais si, vous savez, lorsque vos filles vous demandent si elles peuvent inviter des copines à venir passer la nuit. Évidemment, on va imaginer qu’elles n’ont n’y portable, ni télévision, ni ordinateur dans la chambre, et que toute la soirée elles vont se raconter des histoires de filles, se maquiller, se coiffer et se confier des secrets !

Pyjama Party est le jeu idéal de ces soirées, puisque les 92 cartes que contient la boîte peuvent être utilisées comme un Mistigri ou, plus intéressant, comme un support pour les inciter à parler, à se confier sans avoir honte, en toute confiance. A tour de rôle, chacune parlera, et la possibilité des cartes joker leur permettra même de ne pas répondre à une question trop personnelle.

Le Mistigri, c’est pour l’après-midi

Les cartes ayant des symboles de formes et couleurs identiques vont constituer des paires, que les joueuses poseront devant elles face découverte. La première joueuse tire une carte dans le jeu de sa voisine de gauche. Si elle peut former une paire avec cette nouvelle carte, elle la pose devant elle ; sinon elle la garde, et c’est à la suivante de tirer une carte dans son jeu. La joueuse qui termine la partie avec une carte en main, le mistigri, a perdu. Sa voisine de gauche lui pose alors une question ou lui donne un gage.

Saluons les illustrations tout en finesse, pleines de douceur et de poésie qui sauront, je n’en doute pas, donner envie aux jeunes filles d’utiliser ce jeu lors d’un goûter, ne le réservant plus seulement aux soirées.

Une version simplifiée avec un cœur énorme

Djeco propose une version simplifiée qui constitue pour moi le vrai intérêt du jeu. Toutes les cartes sont mélangées et mises au centre de la table. A tour de rôle, chacune va piocher et poser des questions ou donner des gages à la joueuse suivante. Les jokers sont mis de côté pour un usage ultérieur si on ne veut pas répondre ; on lui pioche alors une nouvelle carte.

Les cartes sont partagées en quatre catégories de 20 cartes, plus 12 cartes joker :
. cartes orange : portraits chinois « Imagine ce que tu serais, si tu étais.. » ;
. cartes bleues : histoires à inventer, « que représente pour toi cette image? » ;
.  cartes roses : histoires vécues, « raconte une histoire qui t’est arrivée » ou « exprime les sentiments que t’inspire le sujet de la carte » ;
.  cartes vertes : gages (imiter la grenouille, l’éléphant, …).

Les joueuses sont libres d’interpréter les dessins sur les cartes et de poser une question personnalisée. Néanmoins, au début on peut s’aider de la notice ; ainsi chaque carte est numérotée et renvoie à sa proposition. Par exemple, la carte orange numéro 6 permettra de demander « ce que tu serais si tu étais un instrument de musique », la 11 bleue d’inventer une histoire avec un fantôme, la 16 verte d’imposer de faire le poirier…

Et comment tu l’utilises, toi ?

Il y a des moments en fin de journée ou le week end, où vous sentez votre marmot bouillonnant, débordant de mots, de phrases, de dates, d’événements réels ou vus dans ses dessins animés. Tout se mélange, il y a ce qui sort et ce qui reste coincé, chassé par une nouvelle idée. Dans ces moments-là, je vais chercher Pyjama Party et on joue dans sa variante simplifiée. Toute la famille tire les cartes et on parle des sujets tirés au hasard : des fois ça dure longtemps, des fois beaucoup moins, des fois ça débouche sur rien et d’autres permettent de le canaliser. On parle de l’école, du travail, des amis, avec ses mots à lui, avec nos mots à nous, puis on fait la grenouille et après l’éléphant…

L’avis de Plateau Marmots

Encore une super idée de la part de Djeco qui propose ici un véritable outil à la discussion. Les très jolies illustrations accompagnent ou incitent aux mots. Il y a suffisamment de jokers pour ne pas répondre, et les questions et les gages sont si différents que l’ambiance est intime, joviale et détendue.

[Le petit mot du chef] 

Mouif. Je suis super dubitatif. Je ne sais pas trop quoi penser de ce “jeu”, mais ne l’ayant pas testé, c’est toujours facile à dire 🙂 Son côté genré outrancier me hérisse profondément le poil, et je sais que Djeco est coutumier de ce genre de truc, ce qui me met en colère. Et en même temps, ce jeu peut effectivement permettre à la parole de s’installer, de se développer, aux amitiés de senouer. Alors si un jeu peut permettre cela, qui suis-je pour le flinguer au seul prétexte qu’il est rose ? C’est clair que je n’aurais pas envie de l’acheter si je le voyais en boutique, mais il est tout aussi clair que je n’ai jamais assisté à une pyjama party et que c’est peut-être une simple revanche de ma part…  Mais franchement, chers amis de chez Djeco, est-ce que le jeu serait moins bon si on permettait à des garçons d’en faire partie ? 

Chacun jugera…

On aime :

  • Le concept
  • Les illustrations
  • Propice au dialogue, à la narration

On aime moins :

  • Pourquoi exclusivement girly ?

Le trouver

Chez Philibert

Fiche technique

Illustrateur :  Marianne Dupuy Sauze
Éditeur : Djeco
Pour 2 à 6 joueurs
À partir de 8 ans
Pour des parties de 30 min environ

 

Une pensée sur “Test – Pyjama Party

  • 22 octobre 2019 à 23 h 25 min
    Permalink

    Moi je dis pour un délire ça passe^^

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.