Test – Tyle

Si vous êtes trentenaires comme moi (bon ok 30 ans bien tapés dans mon cas…), vous avez peut-être connu les Pikys dans votre plus tendre enfance.
Les Pikys, késako ? Ce sont des petits carrés aimantés qu’on posait sur une plaque de métal pour former des motifs. Le genre de jeux qui m’a occupée des heures quand j’étais petite. Les Pikys, il y en avait de toutes les formes et de toutes les couleurs et leur utilisation n’avait pour limite que celle de mon imagination.

Alors pourquoi je vous parle de mes jouets d’enfance ? Parce que quand notre chef adoré nous a montré sa dernière réception de jeux à tester et que j’ai vu Tyle, je me suis écriée : “Ohhhh des Pikys !”. Avec les Smileys “cœur dans les yeux” qui vont bien et les trois milliards de points d’exclamation associés. Comme une enfant devant une licorne son jouet préféré, oui oui, vraiment.

Il faut dire que les petits carrés colorés de Tyle ont eu l’effet d’une madeleine de Proust sur moi. L’espace d’un instant, j’avais à nouveau 5 ans, et une seule envie : le tester. Et ça, le chef l’a bien compris ! Alors, pif paf pouf, d’un coup d’un seul, devant un tel engouement, me voilà désignée d’office pour vous parler de ce jeu édité chez Professeur Puzzle, pour 2 à 4 marmots de 8 ans et plus.

Tyle fait partie de la gamme Looney Goose, des petits jeux type “Puzzle Game” qui se jouent à plusieurs. Et si vous commencez à me connaitre un peu, vous savez que les puzzle games, j’adore ça !

Vous êtes prêts à découvrir Tyle avec moi ? Alors suivez-moi !

La géométrie, c’est super joli !

Je suis sûre que ça vous est déjà arrivé : vous recevez un colis, vous posez les jeux sur la table et là, Marmot débarque comme une tornade à grands coups de “C’est quoiiiiiiii ???”. Une fois n’est pas coutume, la boite de Tyle enfin entre les mains, j’ai à peine le temps de la regarder que Marmot en chef s’est précipite sur moi en me disant “Maman, Maman, t’as vu ! on peut la poser de coin, c’est rigolo !”.

Et il n’avait pas tort ! La boite est très originale car elle peut se ranger en la posant sur un des angles. Grâce aux couleurs vives des carrés dessinés sur le couvercle, voilà un objet de déco parfait pour orner votre ludothèque. Mais bon, on n’est pas là pour faire du Home Staging mais pour découvrir le jeu, alors ouvrons vite pour découvrir le contenu.

A l’intérieur, surprise ! On trouve un sac en coton qui contient les éléments de jeux. Bon, ce dernier aurait certes été dispensable, mais c’est plutôt sympa, ça donne du cachet à l’ensemble. Et comme il est relativement qualitatif, on pardonne très vite l’éditeur d’avoir fait de l’emballage dans l’emballage.

A l’intérieur du sac, on trouve donc :

  • 96 tuiles recto verso représentant des segments de route
  • 4 jetons joueurs.

Allez, je vous l’avoue, l’effet “Wahou” retombe un peu à la découverte des tuiles. Elles sont pleines de jolies couleurs mais leur finesse laisse présager que le jeu ne sera pas éternel, une fois mis entre les mains de nos chers marmots. Et le sac étant pile poil à la bonne taille pour les ranger, les coins s’abiment vite… Dès les premières parties en fait et c’est un peu dommage.

La règle du jeu, quand à elle, est au fond de la boite. Toute rikiki, elle laisse entrevoir que l’apprentissage du jeu sera rapide et que Tyle saura sûrement trouver sa place dans la pile des jeux à sortir entre deux gros jeux.

Au départ, des tuiles… beaucoup de tuiles… à installer !

Pour la mise en place du jeu, c’est simplissime … mais assez rébarbatif, je vous le dis d’emblée ! Et vous verrez que, cette fois-ci, les marmots ne se battront pas pour s’y coller.

Il vous faudra prendre 64 tuiles, au pif, et les installer en un carré de 8 par 8, au centre de la table. La seule contrainte étant de bien veiller à ce que celles situées aux 4 coins comportent une double entrée.

Une fois la grille installée, les joueurs entrent en scène : chacun leur tour, ils vont retirer 2 tuiles, au choix et les défausser.

Puis, chaque joueur placera son pion sur une des tuiles d’angles (au choix) et la partie peut commencer !

Avancer petit pas par petit pas… pour arriver le premier !

Dans Tyle, vous allez devoir traverser la grille de tuiles de part en part pour être le premier à arriver à bonne destination.

Pour ce faire, vous disposerez de trois actions, pas une de plus, qui vous permettront, au choix de :

  • Déplacer votre pion d’une case orthogonalement : il faut, bien entendu que les segments de route soient connectés pour former un chemin. Sinon le déplacement n’est pas autorisé.

  • Faire pivoter une tuile de 90 degrés : un quart de tour = une action. Si vous souhaitez la pivoter de 180 degrés ( deux quarts de tours), cela compte pour deux actions.

  • Faire glisser une tuile sur un espace vide. Vous vous souvenez des tuiles retirées en début de partie ?
    Elles ont créé des espaces vides qui permettront de déplacer les tuiles adjacentes pour faciliter la construction de votre route, un peu comme au jeu du Taquin. Vous voyez le principe ?
    Chaque glissement d’une case consomme une action, donc si vous la déplacez de deux cases… bah ça vous coûte deux actions. Fastoche !

  • Retourner une tuile sur sa face verso, sans la pivoter. Cela dévoilera un nouveau segment de route, en lieu et place de celui initialement visible. Mais attention ! Interdit de la regarder avant.

Petite exception à la règle : les 4 tuiles d’angles ne peuvent jamais ni être déplacées, ni retournées, ni pivotées. Elles doivent toujours rester à leur emplacement de départ.

Soyez bien conscients d’une chose : toute action est définitive, c’est même écrit dans la règle ! Et ça, ça va parfois faire gentiment râler les marmots qui sont spécialisés dans les fameux “dis Maman, je peux revenir en arrière”. Là, pas question, il faudra réfléchir avant d’agir Moussaillon !

Une fois les trois actions réalisées, c’est au tour du joueur suivant. Et ainsi de suite.

Le jeu continue et les tours s’enchainent jusqu’à ce qu’un joueur ait atteint le coin opposé à son coin de départ. Il sera alors sacré vainqueur.

La traversée les doigts dans le nez… ou pas !

Fastoche me direz-vous ? Pas tant que ça ! Car ce petit jeu abstrait cache en fait un grand côté stratégique.

La route pour se rendre de part en part de la grille sera parfois toute tracée : la partie n’en sera que plus courte. Mais, d’autres fois, le chemin sera au contraire très sinueux. Il vous faudra partir à gauche, pour ensuite descendre un peu, pour repartir à droite et remonter avant de redescendre 3 tuiles plus loin. Et pendant ce temps-là, les adversaires continueront, eux aussi, leur progression.

Tension maximum dans les stands, il faut se magner ! Car il ne faut pas oublier que c’est une course. Et une course très très courte, les parties durant rarement plus de 15 minutes, et donc très intense.

Pris dans la frénésie du jeu, on en oublie parfois de surveiller ses adversaires, à tort. Il faut TOUJOURS garder un œil sur les copains, car si par une action heureuse, ils arrivent à se créer une belle ligne droite, il sera alors très dur de les stopper.

Il faut donc doser ses actions et ne pas hésiter à en sacrifier quelques unes pour embêter ses adversaires. Et tout le sel du jeu sera là : savoir agir pour soi mais aussi réagir à ce qu’il se passe autour de nous, tout ça au bon moment !

Je vous vois venir : les marmots ne râlent pas trop quand on leur détruit leur chemin durement construit ?

Et bien, bizarrement : non. Parce que, finalement, on peut toujours passer par un chemin détourné pour atteindre son but. Les tours sont fluides, les parties rapides, ça s’enchaîne bien. Et même s’ils perdent la première partie, on en attaque illico une seconde pour qu’ils puissent prendre leur revanche. Du coup, peu de frustration pour les marmots et beaucoup de fun pour toute la famille !

Une tuile, deux tuiles, trois tuiles… C’est pas un peu répétitif ton jeu ?

Une fois que vous aurez fait le tour des règles de base, le jeu propose quelques idées de variantes pour diversifier les parties. Non pas que la version “basique” soit ennuyeuse, hein, mais vous verrez, en 8 par 8, la difficulté est peu élevée, même pour les plus jeunes marmots. Alors parfois, ça fait du bien de se challenger un peu en modifiant le jeu !

Concernant les variantes, il s’agit plus de suggestions que de réelles nouveautés. Le principe du jeu reste le même, donc, mais la difficulté montera progressivement.

La première d’entre elles consiste à moduler la taille de la grille : la règle propose 6 par 6 mais rien de vous empêche, si ça vous chante de jouer en 5 par 5 ou 7 par 7.

Ne perdez pas de vue que, paradoxalement, plus la grille sera petite plus le jeu deviendra difficile : eh oui, tous les joueurs agiront sur un nombre de tuiles plus restreint. De fait, donc, les adversaires trifouilleront forcément LA tuile qu’il vous fallait pour avancer. Et ça peut donner des marmots chafouins : à réserver donc aux marmots un peu plus vieux.

La seconde variante consiste, quant à elle, à retirer plus de tuiles en début de partie : ainsi retirez en 3 (ou même 4) par joueur au lieu de deux.

Cela augmentera le côté stratégique mais surtout la durée de la partie. Car il faudra nécessairement des mouvements supplémentaires pour acheminer les bonnes tuiles près de vous.

Et si vous êtes passés maîtres dans l’art de manier les tuiles, rien ne vous empêche de combiner les deux variantes : une petite grille avec plein de trous partout, de quoi challenger les marmots les plus à l’aise avec ce type de jeu !

L’avis de Plateau Marmots :

Comme vous devez vous en douter, après quelques parties, Tyle a confirmé son entrée dans le “Top 10 des petits jeux” à la maison. Vous savez, celui qui regroupe tous les jeux d’après l’école, ou avant le coucher, ou le matin après le petit dej’. Bref ces petits jeux qui s’installent vite, se jouent encore plus vite et dont les parties s’enchaînent bien.

Sans compter qu’il est facilement transportable car tout le matériel rentre dans le sac en coton : parfait pour le glisser dans le sac à main, ou le cartable pour jouer à la récré !

Graphiquement parlant, il pourra laisser de marbre, mais pour ma part, les couleurs vives me filent la banane à chaque partie. Et croyez moi, elles attireront les marmots autour de la table, intrigués par ce petit jeu coloré à la boite si originale “qui tient de coin”. Même si c’est un jeu abstrait, sans thème fort donc, pour les marmots, il n’en reste pas moins super agréable à découvrir pour eux.

Si le principe peut paraître très simple de prime abord, le rendant accessible aux marmots dès 7 ans, la difficulté pourra être facilement adaptée en fonction du public qui prendra part au jeu. Cela ne changera rien au concept mais ça rendra le jeu d’autant plus stratégique. Il suivra ainsi l’évolution de vos marmots au fil des ans.

Mon petit conseil : n’hésitez pas à tester les variantes, même les plus farfelues, pour mettre un peu de piquant dans vos parties. Les marmots pourront même créer les leurs, le jeu s’y prête à merveille, vous verrez !

On aime

  • Un jeu simple et accessible dès 7 ans
  • Le coté “facilement transportable” grâce au sac de coton
  • L’effet “Waouh” de la boîte

On aime moins

  • La qualité des tuiles
  • Le jeu peut être vite répétitif si on joue sans les variantes
  • L’auteur et l’illustrateur ne sont pas mentionnés sur la boite ni sur la notice

Votre marmot risque d’apprécier

  • si les jeux abstraits ne lui font pas peur

Votre marmot aimera moins

  • s’il n’aime pas trop les jeux de stratégie

Fiche technique du jeu :

  • Auteur et illustrateurs : bonne question ?? (et ça c’est pas bien !!!)
  • Edité par Professeur Puzzle
  • Dans la gamme “Looney Goose”
  • Pour 2 à 4 marmots
  • De 8 ans et plus (mais à 7 ans, ça passe aussi !)

Où le trouver ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.