Test – Minuscule (un jeu qui fait glousser les coccinelles)

Tut tut tut tut, tut, tututututut !

Escargots, coccinelles et mouches se lancent dans une course au morceau de sucre. Qui sera le plus fourbe des minuscules ?

Le principe

Directement inspiré par l’excellente série télé « Minuscule » de Futirikon qui nous narre la vie secrète des insectes (à commencer par celle d’une coccinelle aussi attachante que peau de vache), Minuscule est un jeu de cartes tout en rebondissements et fourberie.

Son principe est le suivant :

7 cartes sont disposées sur la table pour former un parcours qui va du morceau de sucre (miam !) au caillou (beurk). Un insecte est ensuite placé sur chaque carte afin qu’aucune étape du parcours ne soit vide. Chaque joueur prend (en secret) le contrôle de deux ou trois insectes.

Le but du jeu, c’est tout simplement de faire en sorte que ses insectes soient mieux placés que ceux de ses adversaires à la fin de la partie, afin de glaner le maximum de points. A chaque carte du parcours, en effet, est attribué un nombre de points allant de 10 à 0. Les joueurs cumulent évidemment les points de l’ensemble de leurs insectes : ils travaillent en équipe. 

Des cartes qui deviennent plateau de jeu…

Minuscule est donc un jeu de cartes qui se dissimule sous une élégante boîte en métal, aussi zoulie que facile à transporter. Les photos ne rendent pas justice au packaging de l’éditeur Bombyx, tout simplement superbe. À l’intérieur, on trouve un deck de 56 cartes et 7 insectes en carton, à l’image de ceux de la série.

Les cartes se décomposent en trois catégories :

  • les cartes d’objectifs (qui vous indiquent quels insectes vous allez incarner pour cette partie),
  • les cartes « piste » (qui sont distinguées par des éléments (sucre, noisette, cerise, etc.),
  • les cartes d’action (qui vont vous permettre de déplacer les insectes sur la piste).

Le matériel est solide et adapté aux marmots de 5-6 ans. Encore une fois, mention spéciale à la boîte, vraiment jolie.

Les règles

La règle tient en un livret de quelques pages fort bien illustré, mais il faudra attendre la première partie afin de voir le réel potentiel du jeu. En effet, Minuscule pourrait donner l’impression qu’il s’agit d’un jeu de « course » assez basique mais ce n’est vraiment pas le cas.

C’est avant tout un jeu de placement et de bluff, qui demandera à chaque joueur de faire preuve d’audace (et parfois de sacrifice) afin d’obtenir le meilleur résultat possible.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’on ne contrôle pas un insecte, mais plusieurs. Et aussi parce qu’on ne sait pas quels sont les insectes contrôlés par ses adversaires. Mais pire encore : les cartes à chaque tour peuvent tout à fait se retourner contre vous entre le moment où vous les choisissez et le moment où leur effet devra être appliqué. Attention aux surprises !

Déroulement de la partie

Une fois que les éléments de jeu ont été mis en place, les joueurs piochent au hasard les insectes qu’ils vont incarner au cours de la partie, sans les dévoiler aux adversaires. Chacun devra donc essayer de deviner quels sont les insectes de ses adversaires. Les joueurs piochent ensuite les cartes action, qui leur permettront de déplacer les insectes en cours de jeu.

Une fois les insectes déposés sur le parcours (1 par carte), la partie commence. Chaque joueur a pour objectif de faire en sorte que ses insectes soient le mieux placés à la fin de la partie afin de marquer le plus de points possible. 

Au début du tour de jeu, chaque joueur pose simultanément (et face cachée !) sur la table l’action qu’il veut effectuer sur ce tour. Les actions permettent par exemple de contrôler directement les insectes ou d’agir sur les cases du parcours. Par exemple : une carte peut permettre à l’escargot de reculer ou d’avancer d’une case, mais une carte peut également permettre d’avancer ou de reculer l’insecte qui sera présent sur la case « Noisette ».

Dès qu’un insecte avance ou recule, il déplace également les insectes présents devant ou derrière lui, le plus proche d’entre eux venant occuper sa case désormais vide. Le plateau de jeu est ainsi en perpétuel mouvement.

Fourberie, quand tu nous tiens… 

Le sel du jeu vient essentiellement de l’ordre du déroulement du tour. Le fait de choisir son action à effectuer avant de savoir précisément à quoi le plateau de jeu va ressembler une fois que ce sera à votre tour d’effectuer votre action. Les actions seront en effet résolues dans l’ordre des aiguilles d’une montre, qui se décalera à chaque tour. Cela signifie que plus le nombre de joueurs qui va jouer devant vous est élevé, plus votre carte risque de se retourner contre vous.

En effet, si vous avez joué une carte permettant de déplacer l’insecte présent sur la case « cerise », il devra s’appliquer quel que soit l’insecte présent sur cette case quand viendra votre tour de jouer.

Bref : votre machination pour reléguer un concurrent de la première à la dernière case peut tout à fait se retourner contre vous si les mouvements d’insectes font en sorte que ce soit l’un des vôtres qui se retrouve finalement placé sur le piège que vous avez soigneusement tendu. La frustration sera au rendez-vous, mais les fous rires sont également garantis.

Les tours s’enchaînent ainsi de suite jusqu’à ce que toutes les cartes soient jouées. Les objectifs de chacun sont alors révélés, en mode :  « Haaan mais tu faisais aussi l’abeille ? Je pensais que tu faisais la sauterelle ! » et le décompte des points peut alors avoir lieu.

Petits et grands marmots

Si les grands marmots ont l’assurance de s’amuser comme des petits fous avec Minuscule, il conviendra d’attendre que les petits aient pris un peu de bouteille pour s’amuser véritablement avec le jeu. En effet, Minuscule fait partie de ces titres un peu ambitieux au moment de déterminer l’âge auquel ils sont accessibles (voir notre article sur la question). Les cartes d’action, par exemple, demandent un peu de subtilité pour être jouées à un moment efficace, et la douloureuse règle du délai entre le choix de sa carte et la réalisation de son action aura du mal à être comprise par les plus jeunes. Eh oui : sous son habillage de série pour enfants, Minuscule est une petite merveille de jeu tactique qui demandera plusieurs parties avant d’être totalement maîtrisée. Certains effets de cartes, en outre, sont plus compliqués à mettre en oeuvre que d’autres.

J’ai testé le jeu avec des enfants de 5 ans, habitués à jouer, qui étaient parfois un peu perdus. Attendre 6 ou 7 ans me semble préférable pour des parties équilibrées, à moins que votre marmot ne soit déjà un pro du jeu de bluff et d’actions anticipées.

L’avis de Plateau marmots

Simple d’accès sans être simpliste, Minuscule est une véritable réussite du jeu de placement avec objectifs cachés. Chacun s’observe en coccinelle de faïence, persuadé que l’autre incarne le bourdon ou la sauterelle. Le fait de contrôler plusieurs insectes force également le joueur à avoir l’oeil et à surveiller que ses deux insectes ne sont pas trop mal placés… mais pas trop bien non plus pour ne pas éveiller l’appétit des adversaires.

Intérêt ludique : Minuscule est un jeu subtil et très réussi. 
Intérêt pédagogique : Faible, si ce n’est pour progresser en fourberie. 
Notre avis : Si  5 ans nous paraît un peu jeune pour profiter pleinement du jeu, les marmots fans de coccinelles s’y amuseront beaucoup vers 6-7 ans. 

Fiche technique

Edité par Bombyx
Créé par Juhwa Lee
Sorti en 2014
De 2 à 6 joueurs
A partir de 5 ans, mais plutôt 7 ans pour profiter du jeu. 
Durée d’une partie : environ 20 minutes
Prix indicatif : 15 euros

Pour aller plus loin

Une variante officielle est proposée par le jeu et introduit un niveau de difficulté supplémentaire.

Les règles du jeu sont accessibles ici

Voir une présentation de Minuscule en vidéo sur la chaîne d’Asmodée : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *