Test – Memoarrr !

En aurez-vous suffisamment ?… Comment ça, de quoi ?  Mais de la mémoire pardi ! Et là je vous arrête, tout de suite, vous qui vous apprêtez à refermer cette page à la simple évocation du mot « mémoire » associé à celui de « jeu ». Parce que oui mais non, les amis. Memoarrr ! est bien un jeu basé sur la mémoire, mais un jeu que vous allez probablement apprécier. Si si, promis. D’ailleurs il a remporté le prix du meilleur jeu de société enfants francophone à la remise des prix du concours des Trois Lys, en novembre dernier. Donc restez encore un peu avec nous, vous allez sans doute être surpris.  

Memoarrr ! est un jeu d’association de Carlo Bortolini, illustré par Pablo Fontagnier, édité par Act in Games et distribué en France par Blackrock Games. Il réunit de 2 à 4 pirates autour de l’île dès 8 ans (mais en vrai, il est jouable bien avant !).

Débarquement imminent sur l’île du Capitaine Goldfish !

L’objectif de Memoarrr ! ! est de rapporter un maximum de trésors. Malheureusement, vous n’êtes pas seul à vous lancer dans cette quête. Et qui plus est, le volcan est entré en éruption. La panique vous guette : paysages traversés et animaux croisés s’emmêlent.
Comment y voir quoi que ce soit dans écran de fumée qui se forme ? Parviendrez-vous à semer vos adversaires et à retrouver les trésors les plus précieux ?

Memoarrr ! ! est un jeu de cartes. Il en comporte 40 au total, dont 25 cartes Lieu.

  • Chaque carte Lieu comporte au recto une combinaison unique Animal/Paysage, au verso un écran de fumée. Il existe 5 paysages et 5 Animaux différents.
  • 7 cartes Trésors présentant chacune un certain nombre de rubis (de 1 à 4).
  • 3 cartes illustrent le volcan survolé par 1, 3 ou 7 oiseaux.
  • 1 carte résume la mise en place initiale et la préparation de début de partie.
  • Et les 4 dernières seront des aides de jeu : règles de base d’un côté, règles avancées de l’autre.

C’est coloré, agréable à manipuler, le tout joliment illustré.

« C’est quand qu’on joue ??? »

Quand l’île sera construite ! Alors retroussez vos manches et au travail ! Pour jouer, on doit suivre 5 étapes clé…

Une fois les cartes Lieu mélangées, réalisez un carré de 5×5 côté écran de fumée visible. Défaussez ensuite la carte du centre pour y placer la pile de trésors placées au hasard.
Par-dessus, glissez-y les cartes volcan : et voilà, la fameuse île du Capitaine Goldfish est en vue !

Avant toute chose, les joueurs doivent se familiariser avec les abords de l’île. Chacun se place d’un côté et prend secrètement connaissance des 3 cartes Lieu centrales de la ligne directement devant lui. On replace ensuite les cartes telles qu’elles étaient. L’île est figée : chaque carte gardera sa place tout au long de la partie.

Le round de jeu

Si le premier joueur a relativement la belle vie en pouvant retourner la carte de son choix sans conséquences, tous les autres devront transpirer un grand coup au moment de retourner une carte. En effet, chaque nouvelle carte retournée doit avoir un élément en commun avec la carte qui précède. Si c’est le cas, le joueur reste en lice pour un nouveau round. Sinon, BROUM ! le volcan se réveille. Le joueur est éliminé du round et il devra piocher une carte volcan, pour marquer le coup.

Pour tous les autres joueurs, la manche se poursuit jusqu’à ce que les 3 volcans aient trouvé preneurs. Le gagnant est le « survivant », celui qui se sera frayé le chemin le plus long sur l’île ! Il peut donc se saisir, avec fierté, de la première carte trésor de la pile (désormais débarrassée des cartes volcan).

En revanche, le joueur n’a pas le droit de retourner la carte : il ne sait pas combien de rubis il a gagné à ce stade…

Et ça repart pour un tour…

Une fois la manche terminée, tous les éléments sont remis en place pour le round suivant. Les cartes sont retournées face cachée, et jamais mélangées. Le jeu se poursuit ainsi jusqu’à ce que tous les trésors aient été piochés. Au bout de 7 manches, donc.

Une fois la dernière carte trésor piochée, le jeu s’arrête : chacun retourne ses cartes trésors obtenues et fait le compte des rubis amassés. Le vainqueur est celui qui en aura bien évidemment le plus.

Ca va phosphorer sévère

La grande force de Memoarrr !, c’est bien évidemment cette idée géniale de ne jamais remélanger les cartes de l’Île. Car si les deux premières manches se jouent forcément à la chance, les suivantes seront implacables. Vous aurez probablement vu le verso des cartes plusieurs fois, et il ne tient qu’à vous de vous souvenir de leur position… Oui, mais il y en a 24, on en a pleine conscience. Et certaines décisions se feront la sueur au front, avec l’impression de désamorcer une tête nucléaire.

Le jeu est incroyablement simple et adorablement impitoyable pour qu’il marque les esprits. Rien d’étonnant à ce qu’il ait remporté le prix des 3 Lys, ou qu’il ait fait partie de la short list du bouclier d’or, au vu du plaisir de jeu engendré chez les marmots… comme chez leurs parents.

On monte en gamme ?

Dans le cas où vous auriez envie de rendre les choses plus nerveuses encore, il est tout à fait possible de réduire drastiquement le facteur chance : triez par ordre croissant la pile Trésors en début de partie! Les erreurs du début ne vous feront donc rater que des coffres mineurs, et le combat pour l’attribution des coffres les plus remplis sera alors plus épique que jamais.

Et si la pression n’est pas assez forte au fil des manches, passez au mode Expert ! Chaque animal a maintenant des capacités spéciales qui vont sensiblement modifier le cours de la partie. Ainsi, révéler un crabe force le joueur à rejouer immédiatement, révéler le morse permet de bloquer une carte pour le joueur suivant, etc.

Le jeu devient beaucoup plus tactique et permet de réaliser de très jolis combos, mais on attendra que les marmots soient un peu plus grands pour apprécier à leur juste valeur ces parties soudain plus denses.

L’avis de Plateau Marmots

Au final, Memoarrr ! est donc un jeu de mém… oire et de concentration totalement réussi. Il saura facilement séduire les marmots de 6 ans, qui ne feront parfois qu’une bouchée de nous. Eh oui, l’épreuve ne ménage pas nos méninges… d’adultes !

Les parties sont simples et prenantes, parfois à l’excès, tant et si bien qu’on en oublie parfois la course aux trésors et que l’on se surprend même à vouloir coopérer afin de révéler les 24 cartes de l’île du Capitaine Goldfish et de créer ainsi l’enchaînement parfait. Cela rappelle parfois les jeux dans lesquels il faut créer la séquence la plus longue possible, comme l’indéboulonnable Pique Plume, pour ne citer que lui.

Quant à son côté tactique, il ravira les plus compétitifs qui s’amuseront à vous pousser dans vos retranchements et à vous envoyer dans des voies sans issue en faisant exprès de dévoiler de manière sadique les seules cartes dont vous étiez « sûrs ». Les sagouins.

Loin de n’être qu’un jeu de memory, Memoarrr ! est donc un jeu simplissime à la mécanique géniale. Drôle, fun, malin et addictif, c’est l’un de ces jeux à glisser dans sa valise et à emporter partout.

On aime :

  • La mise en place rapide
  • La partie de courte durée
  • Ces petits moments de tension intense
  • Se surprendre à vouloir coopérer pour dévoiler le plus long chemin possible
  • Super plaisant à jouer, à tout âge
  • Égalité des chances enfants/adultes
  • La possibilité de réduire le facteur chance
  • Un mode Expert pour pimenter la partie avec de réelles tactiques de jeu.

On aime moins :

  • Euh bah… Rien si ce n’est notre susceptibilité d’adulte mise à rude épreuve !
  • Les allergiques pathologiques aux jeux de mémoire n’y verront qu’un jeu de mémoire de plus

Le trouver

Chez Philibert
Sur Amazon

Fiche Technique

Memoarrr ! est un jeu de Carlo Bortolini
Illustré par Pablo Fontagnier
Edité par Act in Games
Distribué en France par Blackrock Games
Pour 2 à 4 pirates
Jouable dès 8 ans (mais en vrai, il est jouable bien avant !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.