Test – La Colline aux Feux Follets

En haut de la colline aux feux follets, les apprentis surprennent une inquiétante conversation entre les sorcières. Elles ont visiblement prévu de venir enquiquiner le mage. Vite, il faut aller le prévenir ! Mais la forêt est dense et les sorcières ont pris de l’avance. Heureusement, des feux-follets surgissent et aident les apprentis à descendre la colline plus rapidement. Le seul souci, c’est que dans leur précipitation, ils aident aussi parfois les sorcières ! Est-ce que les apprentis pourront descendre la colline avant les sorcières ? Lâchez vos billes et croisez les doigts !

Bernhard Weber, Jens-Peter Schliemann Clem Newter, Annette Nora Kara| Gigamic
1 à 4| A partir de 5 ans | 10 min | Course tactique

Un Kinderspiel sinon rien !

La Colline aux Feux Follets n’est ni plus ni moins que le vainqueur du dernier Kinderspiel des Jahres 2022, c’est-à-dire le très prestigieux prix du meilleur jeu de l’année, attribué par nos voisins d’outre-Rhin. Après avoir ébloui les enfants allemands, le jeu va-t-il à son tour séduire les français ? Eh bien il y a fort à parier que oui. Car derrière cette histoire un chouïa tirée par les cheveux se dissimule en fait un jeu qui associe course, placement et gravité, pour un résultat véritablement étonnant. La mécanique de jeu, sur le fond, rappelle énormément de jeux pour marmots déjà connus, mais ici utilisée sous une forme coopérative assez inattendue, et particulièrement maligne.

Plein la vue !

Encore un jeu qui arrive avec un effet wahouu sur nos tables, ce qui donne tout de suite le ton : La Colline aux feux follets propose une mise en scène particulièrement soignée, avec un plateau de jeu légèrement incliné qui donne instantanément l’envie d’y déposer des billes pour voir quel chemin elles vont emprunter. Car vous l’aurez compris en voyant ces quelques illustrations : La Colline aux Feux Follet emprunte beaucoup au concept du Pachinko, c’est-à-dire un plan incliné sur lequel on lâche une bille à la trajectoire incertaine jusqu’à son arrivée au bas de plateau de jeu. C’est évidemment passionnant à regarder, très addictif, et cela donne immédiatement envie « d’essayer pour voir ».

Les pions ne sont pas en reste avec des figurines particulièrement mignonnes et expressives, qui permettent d’entrer immédiatement dans l’univers. Quant aux billes, elles sont en plastique et très légères, ce qui est indispensable pour qu’elles ne renversent pas les personnages qu’elles vont rencontrer en chemin. Bref, le matériel est réfléchi, franchement joli et invite naturellement à la partie.

Lumières à tous les étages

La Colline aux Feux Follet est donc un jeu coopératif (totalement jouable en solo) où le but est de faire descendre les pions des mages avant ceux des sorcières. Dans le premier mode de jeu, les joueurs l’emportent s’ils parviennent à faire descendre 4 mages avant que 3 sorcières ne soient en bas du plateau. Dans le second, un scoring sera appliqué en fonction du nombre de personnages en bas du plateau de jeu en fin de partie.

Mais là, ami lecteur, tu te dis qu’avant de savoir comment la partie se termine, tu voudrais déjà savoir comment elle commence et surtout comment les personnages se déplacent. Alors retiens ton souffle, car j’y viens et tu vas voir que tout cela est fort ingénieux.

Dans le jeu, les personnages ne sont pas déplacés directement mais par le biais des billes qui dévalent le plateau. Ce sont elles qui, au hasard de leur parcours, désignent les personnages qui auront le droit de se déplacer pendant leur tour, ainsi que leur case de destination.

Après une mise en place très rapide (plateau de jeu déplié, cales fixées, personnages placés dans leurs positions de départ), le premier joueur peut plonger une main impatiente dans le sac en tissu qui dissimule les 5 billes, en extraire une, et la lâcher sur l’un des points de départ, tout en haut de la colline.

Roule roule petite boule

La bille commence alors à descendre le plateau en suivant un chemin dans lequel elle rebondira soit à gauche, soit à droite, à chaque intersection. Si en cours de chemin la bille touche un personnage, ce dernier est alors déplacé vers la prochaine case libre du plateau de la même couleur que la bille. Évidemment, dès que le personnage est déplacé, cela libère alors la bille qui peut alors reprendre sa folle descente… et toucher d’autres personnages, voire un même personnage plusieurs fois. Cela semble bizarre mais arrive très fréquemment : votre bille rouge touche un mage, vous déplacez le mage vers la prochaine case rouge en contrebas, ce qui laisse largement le temps à la bille de le retoucher si vous êtes à nouveau sur sa trajectoire. Comme le personnage déplacé doit systématiquement se rendre à la prochaine case disponible de la même couleur que la bille, les personnages peuvent parfois descendre le plateau très rapidement si les autres cases de la même couleur sont déjà occupées, un élément dont vous devrez tenir compte au moment de choisir votre position de départ.

Une fois que la bille a atteint le bas du plateau, elle y demeure tant que toutes les billes n’auront pas été piochées et jouées. C’est seulement quand tous les feux-follets auront été joués qu’ils pourront réintégrer le sac.

Tous les joueurs suivants procèdent exactement de même, en piochant chacun son tour l’une des billes restantes et en la lâchant sur le plateau de jeu sur l’un des points de départ, jusqu’à ce que la condition de victoire ou de défaite soit atteinte. Les règles ne sont pas plus compliquées que cela et permettent un fun immédiat et contagieux. Le seul point de règle supplémentaire à signaler, c’est qu’une sorcière descend automatiquement d’une case si une bille ne touche personne pendant sa descente : un petit effet de jeu négatif qui aura toutefois de l’intérêt pour débloquer certaines situations, comme on le verra un peu plus bas.

Au final, soit l’équipe des sorcières est arrivée en premier et la défaite est totale, soit les mages ont réussi à les doubler et à atteindre le bas du plateau les premiers, et ce sera alors double tournée de jus de citrouille pour tout le monde.

Sensations de jeu

N’y allons pas par quatre chemins (haha) les sensations de jeu sont énormes et tout le monde (enfants et parents) s’amuse énormément. Il y a évidemment l’effet propre au plan incliné et à l’incertitude de la chute des billes, qui intrigue et séduit les joueurs autour de la table au cours des premières minutes. Mais bien vite on comprend que la mécanique de jeu, d’une rare élégance dans sa simplicité, permet des stratégies assez redoutables.

Chaque pioche de bille, en effet, incite à regarder les cases correspondantes du plateau de jeu. Sont-elles libres ou occupées. Est-ce qu’une sorcière pourrait effectuer un mouvement dangereux si elle était touchée ? Chaque couleur peut en effet être maximisée avec une bonne observation du plateau, et on devine après quelques parties qu’il est intéressant de déplacer certaines sorcières si elles permettent d’occuper une case précise… et d’optimiser en conséquence le déplacement d’un mage qui pourra alors les doubler de manière spectaculaire.

Si le jeu reste simple en toute circonstance, les plus grands pourront donc tenter d’expérimenter diverses stratégies, ce qui ne sera pas inutile pour le niveau de difficulté supérieur. Dans ce dernier,  un scoring viendra récompenser (ou pas) votre ratio final de mages et de sorcières.

Envie de fight ?

Cerise sur le chapeau (de sorcière), le jeu propose également un mode compétitif. L’idée est ici fort simple : un joueur incarne les mages, l’autre les sorcières, et les positions de départ sont modifiées pour que chaque équipe puisse progresser avec un pied d’égalité. Le vainqueur est le joueur dont l’équipe atteint le bas de la colline en premier… même si c’est son adversaire qui l’aide malgré lui.

Les enfants, inévitablement, adorent ce mode de jeu.

Une variante maison qui nous fait rigoler ?

La Colline aux Feux Follet nous a tellement plu que les marmots ont rapidement bricolé une variante pour emmener le jeu encore un peu plus loin. L’idée est de parier, avant chaque lâcher de bille, sur l’un des mages du jeu. Si la bille touche effectivement ce mage pendant sa descente, il pourra alors descendre d’une case supplémentaire. En revanche, si la bille le manque, il devra reculer d’une case. Le pari est obligatoire pour rajouter un peu de tension, et les sensations sont amusantes.

Un petit bémol ?

Oui, mais davantage inhérent à la production qu’au jeu lui-même. Contrairement à la quasi totalité des jeux Gigamic, le plateau nous est arrivé dans un état de qualité moindre que celle d’autres productions. On y voit clairement les points de découpe du carton et il y a quelques petits accrocs, mais surtout deux éléments du plateau (sur lequel les billes rebondissent) étaient tout simplement décollés. Un souci très vite réparé, mais que l’on devait tout de même signaler.

L’avis de Plateau Marmots (Olivier)

Au final, La Colline au Feu Follets est un enthousiasmant jeu de plateau coopératif (et compétitif) aux règles simples et immédiates à prendre en main. On adore regarder les billes dévaler la colline et se coller derrière le mage que l’on souhaitait faire avancer, de même que l’on se lamente quand une sorcière profite également du déplacement. Il s’agit d’un jeu de course finalement très simple dans sa mécanique, mais inépuisable dans son gameplay tant le plaisir de l’aléatoire est présent. Les modes de jeu supplémentaires apportent, eux aussi, leur gage de plaisir supplémentaire et l’ensemble est élégant, cohérent et surtout très amusant. Une excellente pioche pour Gigamic, qui tient là un excellent jeu pour Halloween et pour la fin de l’année.

On aime

  • Un jeu de course à la fois original et classique
  • Un plateau de jeu qui se passe de règles
  • Matériel réussi
  • Sensations de jeu au rendez-vous
  • Un peu de tactique qui se dévoile au fil des parties
  • Plusieurs modes de jeu

On aime moins

  • Notre plateau est arrivé un peu abimé

Le trouver

 

2 thoughts on “Test – La Colline aux Feux Follets

  • 9 octobre 2022 à 23 h 20 min
    Permalink

    Bonjour,
    Je suis aveugle et j’aimerais bien jouer à ce jeu. Est-ce que quelqu’un sur ce site pourrait me dire (si c’est pas trop difficile à expliquer sinon ce n’est pas grave du tout) comment est le plateau de jeu svp ?
    Il est incliné oui et j’ai compris le principe, mais en gros combien y a-t-il de colonnes où les personnages peuvent se déplacer et surtout comment sont réparties les différentes couleurs s’il vous plaît ? Par exemple y a-t-il un toboggan par couleur ou elles sont alternées, enfin j’ai pas besoin de connaître la position précise de chaque couleur bien sûr mais juste à peu près comment elles sont agencées.
    J’envisage de l’acheter et de mettre des repères tactiles sur les mages et sorcières. Merci beaucoup d’avance ! <3

    Répondre
    • 13 octobre 2022 à 11 h 48 min
      Permalink

      Bonjour !
      Vous n’aurez pas de souci avec le plateau à proprement parler, c’est juste un plan incliné avec de nombreux chemins en relief, donc quelque chose de très tactile. En revanche la mécanique de jeu me semble compliquée à adapter : puisque les mages se déplacent uniquement en fonction de la couleur de la bille qui les touche. Sans savoir la couleur de la bille, je n’imagine pas trop comment adapter le jeu, hélas.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.