Test – Poule Poule

C’est le Festival de Cannes et l’avant-première du film Poule Poule est en train de virer au drame. En effet, un peu moins d’une heure avant la projection, ce maladroit de Waf a mélangé l’ensemble des pellicules !

Pour aider Cocotte, qui n’a pas une minute à perdre, et pour éviter que Crack ne craque pour de bon, il faut reconstituer le film au plus vite ! Et n’oubliez pas, l’histoire prend fin au cinquième œuf !

Poule Poule est un jeu de mémoire  signé Charles Bossart et illustré par Pauline Berdal.

Roule ma poule !

Poule Poule tient dans une petite boîte joliment illustrée qui contient 55 cartes et 24 jetons score qui représentent un morceau de coquille d’œuf. Si l’on en emboîte trois, bim, cela forme un œuf.

Poule Poule est un petit jeu de mémoire et de rapidité où le réalisateur du film appelé Maître(sse) Poule Poule (MPP) fait défiler les cartes une par une sous les yeux de chaque joueur. Ceux-là doivent compter silencieusement dans leur tête le nombre d’œufs. Au bout de 5, ils doivent taper sur le tas de cartes ! Ça parait simple, oui, mais attention : les surprises ne manquent pas. Certaines cartes, en effet, « annulent » l’œuf. La poule, par exemple.  Oui, mais re-attention : si une carte renard arrive après la poule, il la fait fuir et à nouveau l’œuf est considéré comme disponible. Aha ! Vous voyez la gymnastique mentale à base de 1 + 1 + 1 – 1 -1 + 1 que vous allez devoir faire à haute vitesse ?

Le premier à avoir compté 5 œufs tape sur le tas de cartes, donc. Si personne ne conteste, le joueur marque un point, représenté par un morceau de coquille d’œuf. Le premier joueur qui complète sa coquille remporte la partie.

Ça tourne ! Action !

Au début de chaque manche, on désigne un MPP sorte de réalisateur qui sera en charge de tenir le paquet de cartes et de les poser une par une. Il n’aura pas le droit de participer pour le round.

Donc on reprend : un œuf apparaît, on le compte, une carte poule le recouvre, il est couvé donc non comptabilisable… Un Renard se pointe, il chasse la poule, donc l’œuf est à nouveau à découvert et donc il faut le compter…

Exemple d’un tirage :

« œuf, œuf, poule, renard, renard, œuf, poule, œuf, renard, œuf… » Je tape !

Au bout de 5 œufs, en effet le premier qui tape a gagné sauf si l’un des joueurs qui n’a pas tapé pense qu’il n’y en a pas 5, il conteste donc. Dans ce cas, le MPP retourne le paquet et déroule la scène au ralenti, c’est-à-dire qu’il vérifie carte par carte s’il y a bien 5 œufs découverts. Si le joueur qui a contesté a finalement raison il récupère un morceau de coquille d’œuf, il marque donc 1 point. Quant au joueur qui s’est trompé, il ne marque ni ne perd de point. Pas de double peine, donc.

Une basse-cour qui se remplit !

Jusque-là, c’était simple, et c’est le mode de jeu à préconiser pour les marmots les plus jeunes. Mais il est rapidement possible de corser la difficulté avec plusieurs autres cartes :

– Le chien. Il chassera le prochain renard. Ce dernier ne pourra donc pas faire déguerpir la poule, qui restera sur l’œuf.
– Le canard. Il ne fait rien. Mais il ressemble un peu à la poule.
– Le fermier. Il vient ramasser tous les œufs non couvés.  
– L’œuf d’autruche. Il compte pour deux œufs. Et il ne peut pas être couvé.
– Le ver de terre. Il distrait la prochaine poule et l’empêche de couver.
– Le coq. Il met fin à la manche. Le premier joueur à taper sur le tas de cartes doit annoncer le nombre exact d’œufs.

Bref de quoi vraiment vous faire perdre la tête !! Les auteurs ont également laissé quelques cartes vierges où vous pouvez dessiner de nouveaux décors ou personnages. Ici, on a pensé au chasseur par exemple qui retire tous les renards déjà apparus.

Aussi, de notre côté on préfère que le MPP soit un joueur différent par manche, et si vous êtes plus de trois, de faire plus d’une partie (trois manches)… De toute manière il est fort probable que vous ne vous arrêtiez pas à trois points, mais que vous enchaînerez les parties, de sorte que tout le monde est MPP au moins une fois.

Dans une partie à 2 joueurs, chaque joueur a un paquet de cartes et dévoile une carte chacun son tour, les deux joueurs sont à la fois MPP, ce qui fonctionne bien aussi.

L’avis de Plateau Marmots

Poule Poule est un vraiment un jeu sympathique qui est beaucoup sorti cet été. C’est à la fois un jeu de mémoire et de rapidité, des atouts que les marmots adorent exploiter face à des adultes. Les parties s’enchaînaient à grande vitesse avec le sourire et de moments de rigolades tant parfois le tas de cartes (je veux dire : « le film ») était à rallonge et confus :  dur dur de compter les œufs ! C’est sûr que ce jeu vous fera travailler les méninges. Sa grande qualité est que l’on peut ajouter de la difficulté avec de nouvelles cartes personnages. On vous conseille vivement de le faire seulement après plusieurs parties avec uniquement les cartes œuf, poule et renard et sans petits marmots notamment s’ils ont moins de 8 ans qui est l’âge recommandé pour s’amuser à Poule Poule.

En bref Poule Poule est un parfait petit jeu familial assez tendu où les grands s’amusent autant que les petits, et n’hésiteront pas à jouer même sans eux !!

On aime :

  • Le format et la rapidité des parties
  • Le jeu de mémoire revisité
  • La difficulté ajustable en fonction des joueurs notamment de leur âge où de leur faculté de mémorisation (coucou Papy Mamie :) !
  • Les illustrations

On aime moins :

  •  La carte du coq dixit les marmots car il met fin à la partie ;-). Est-ce vraiment un point négatif ?

Le trouver

Chez Philibert
Sur Amazon

Fiche Technique

Un jeu de Charles Bossart
Illustré par Pauline Berdal
Edité par Oka Luda
Pour 2 à 4 joueurs
A Partir de 8 ans (7 ça marche aussi très bien ! )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.