Test – Superfly

Bzzzzzz, Bzzzzzzz, mais quel est ce bruit insupportable qui sonne au creux de mes oreilles ?
Des mouches !!!
Mais pas n’importe quelles mouches ; des mouches Bébés, des mouches rêveuses, des mouches romantiques, bref, des mouches bien trop mignonnes pour juste vouloir les écraser ! Eureka ; j’ai une idée ; et si j’arrivais plutôt à les collectionner pour les exposer fièrement au nez de mes adversaires et gagner le prix du meilleur chasseur de mouches ? Pour ce faire, ni une ni deux, je m’arme d’une tapette à mouches, d’un peu de jugeote et je tape tape tape (c’est ma façon d’aimer, et j’assume).

SuperFly est un jeu de Anja DREIER-BRÜCKNER et Thomas BRÜCKNER, illustré par Stéphane ESCAPA édité par LOKI, pour 3 à 5 chasseurs de mouches, à partir de 6 ans pour des parties de moins 20 minutes.

Tape la mouche, mais pas que…

Non, non, ne partez pas ! Je vous vois déjà vous dire que SUPERFLY n’est qu’une énième déclinaison du bon vieux tape taupe mais avec des mouches : que nenni !

Ne vous y trompez pas SUPERFLY n’est pas juste un jeu d’ambiance bruyant et absurde, c’est aussi un premier jeu de collection pour nos Marmots.

Et en tant que fervente passionnée des jeux de collection, je les trouve parfois difficilement abordable pour les enfants ou alors totalement sans intérêt. Alors quand Loki annonce un « premier jeu de collection » avec des tapettes, des dés et des mouches ; je dis BANCO !

Ouvrons cette boite à mouches

Et voilà ! Bim : encore une fois Loki nous en met plein la vue avec un matos de qualité et surtout original.

Porte drapeau de cette originalité : 5 tapettes à mouches surplombées d’une bulle transparente contenant toute un dé de couleur différente. On y trouve également 11 jetons chasseur de mouches, trophées d’une partie remportée et 1 jeton premier joueur. Et, objet absolu de la convoitise ; 36 cartes mouches au design farfelu et travaillé.

On apprécie, particulièrement, la petite boite en carton pour y ranger les cartes, évitant de découvrir toutes nos mouches éparpillées à chaque ouverture de boîte.

On note des Illustrations et un travail esthétique vraiment réussis notamment avec ces 6 familles de mouches rigolotes présentant des insectes grandissants suivant le chiffre de la carte (allant de 1 à 6) ; cela n’a aucune incidence sur le jeu mais c’est fun à regarder.

Comme souvent lorsque j’ouvre une boîte de cet éditeur, c’est un sans faute et un super rapport qualité/prix by Loki.

Chasseur de mouches deviendra collectionneur émérite

Et c’est là que le jeu attise toute ma curiosité et mon intérêt car, oui, sous des airs de jeu d’ambiance saugrenu il s’agit surtout d’un jeu d’initiation à la mécanique du jeu de collection si chère à mon cœur.

Non, le but réel ne va pas être de tuer de la mouche mais de les COLLECTIONNER, niveau Marmots of course pour rester accessible, mais un chouïa stratégique quand même. Du coup, il y a 3 axes de collection au choix :

  • les cartes mouches d’une même couleur
  • les cartes mouches du même chiffre
  • que des cartes mouches de chiffre et couleur différents

A chaque nouvelle manche, il faut fournir la plus grande collection avec un maximum de 5 cartes.

Chasseurs, Prêts ? A vos tapettes !

Chaque joueur choisi sa tapette à mouches et récupère une carte mouche qui constitue le premier élément de sa collection.

On place autant de cartes mouches face visible au centre de la table que de joueurs -1.

Le jeton premier joueur est remis à celui qui imite le mieux la mouche (là c’est toujours moi qui gagne). Donc, tu l’auras compris, à chaque nouvelle fois que tu sors ce jeu, va se dérouler un super concert de mouche où les marmots vont s’en donner à cœur joie. Les cartes restantes constitueront la pioche à mouches.

1, 2, 3 bzzzzzz

Tapette en main, prêt à dégainer, prépare toi ! Car au bzzzz du premier joueur tu devras avoir choisi ta carte mouche cible et y poser (taper brutalement et bruyamment) ta tapette.

Si tu es le seul à avoir tapé sur cette carte mouche, parfait, la mouche peut rejoindre ta main et donc ta collection.

Enfin… sauf si chiffre du dé fixé sur la tapette correspond au chiffre de la mouche. Dans ce cas là (et ce sera toujours le cas en jeu), la mouche est écrasée et perdue pour tout le monde : splaf.

Deuxième possibilité ; vous êtes plusieurs à avoir tapé sur la même carte c’est alors celui dont le dé affiche le plus haut score qui remporte la carte

MAis là encore, si tu tapes sur une carte et que ton dé indique le même chiffre que celui de la mouche choisie, c’est la cata, la catastrophe : la mouche est écrabouillée et la carte défaussée.

Cette partie étant indiscutablement ce qui fait marrer le plus les marmots, je les soupçonne même de préférer perdre une carte mouche en l’écrasant que de l’ajouter à leur collection.

Tu auras compris que la place de l’aléatoire, malgré la présence de dés, n’est donc pas centrale car les dés ne serviront vraiment qu’à trancher en cas de joueurs qui tapent la même carte où a déclencher l’écrabouillage de mouches.

Il faudra donc se creuser un peu pour faire les bons choix et avoir la plus grande collection. Car on ne peut jamais avoir plus de 5 cartes en mains et plusieurs contraintes de collection sont possibles donc il faut parfois changer sa tapette d’épaule pour optimiser sa collection de mouches en fonction : du tirage, des mouches volées par les adversaires et des mouches perdues écrasées lamentablement par une tapette.

Comment gagner le titre ultime et pompeux de meilleur chasseur de mouches ?

Une partie se déroule en plusieurs manches, une manche se terminant lorsque l’un des chasseurs à 5 cartes en main, il l’annonce et une dernière tentative de capture est mise en place pour les autres joueurs.

Chaque chasseur dévoile alors sa collection la plus grande de 2, 3, 4 ou peut-être même, Banco ; 5 cartes.
Le joueur dévoilant la collection la plus longue remporte la manche et un jeton chasseur de mouches, en cas d’égalité chacun remporte un jeton.
On reconnaît bien là la marque de fabrique bienveillante de chez Loki, évitant les frustrations chez nos plus jeunes (susceptibles) marmots.
Le premier joueur a cumuler 3 jetons est déclaré fièrement grand vainqueur.

On se trouve vraiment à la frontière du party game et du jeu de collection (version light), on se marre, c’est bruyant, c’est dynamique, gagner est presque accessoire, la concurrence n’est pas omniprésente mais la bonne ambiance est, elle, bien présente.

Un jeu de collection déjanté pour Marmots

Ce jeu est une parfaite entrée en matière pour appréhender les jeux de collection, les critères de collection sont simples, peu nombreux et invariables d’une partie à l’autre. Le seul critère de gain est la taille de la collection, on ne retrouve pas de notion de majorité ou même de primauté suivant le critère de la collection ; une collection de 4 mouches de valeur 1 aura la même importance qu’une collection de 4 mouches de même couleur ou que 4 mouches de chiffres et couleurs différents.

Ce qui rend le jeu très accessible même aux plus jeunes et novices marmots, et, soyons honnête l’objectif, réussi, de ce jeu est surtout de s’amuser !

Qu’on se le dise, SUPERFLY est un jeu d’ambiance loufoque et rythmé, une excellente initiation aux jeux de collection.

L’avis de plateau marmots

Comme à son habitude Loki nous sert un matériel original et de grande qualité pour un jeu avec très peu de frustration, beaucoup de rire et une once de stratégie.

C’est un jeu que je conseillerai volontiers à des enfants non joueurs où pour des parties fun sans prise de tête car Il en reste néanmoins un jeu léger et simple et même si on s’y amuse je n’ai pas retrouvé le côté addictif de certains party game pour enfants nous invitant à enchaîner les parties.

Mais pari réussi pour SUPERFLY car, même si il s’agit d’un jeu d’initiation à la mécanique de collection, les habitués et/ou plus grands ne s’y ennuieront pas parce que clairement : On s’y amuse !

Cependant, à la rédaction de Plateau Marmots on est exigeants et on aurait vraiment aimé un petit astérisque avec une version un peu plus avancée du jeu de collection lorsque le principe de base est bien acquis. Par exemple et faisant intervenir la force des cartes ou bien même la mise en place de points négatifs comme on peut retrouver dans l’excellent Coloretto (référence absolue du jeu de collection pour moi même)

On aime :

  • Le matériel original et qualitatif
  • Se marrer en s’initiant aux jeux de collection
  • L’esthétique du jeu

On aime moins :

  • Pas de version « Avancée » pour augmenter la rejouabilité
  • C’est quand même bruyant tous ces gosses qui tapent sur la table avec leurs tapettes

Le trouver

Fiche technique :

Un jeu de Anja DREIER-BRÜCKNER et Thomas BRÜCKNER
Illustré par Stéphane ESCAPA
Edité par LOKI
Pour 3 à 5 joueurs
A partir de 6 ans
Pour des parties de 20 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.