Test – Codex Naturalis

Fermez les yeux, écoutez le chant des oiseaux et de la rivière qui coule (calme la rivière, hein, pas le Guil au moment de la fonte des neiges). Imaginez-vous dans une forêt, les odeurs du bois mouillé, des champignons cachés sous les pins cembro. Respirez profondément, concentrez-vous sur le bruit de la rivière et le chant des oiseaux.  Vous avancez tout doucement vers la forêt et vous entendez un craquement, vous vous immobilisez et voyez passer devant vous… euh ? le chef ? Mais qu’est-ce qu’il fait dans la forêt ? La rivière, je vous ai dit de vous concentrer sur la rivière, pas sur le chef !

On reprend. Vous vous immobilisez et voyez un renne qui passe devant vous, pas trop inquiet de votre présence. Mais sur lui, une plume en or. Vous vous demandez bien ce que cela signifie. Vous tournez la tête vers la gauche et vous voyez un champignon avec une fiole dorée posée dessus. Par terre, vous apercevez une feuille de papier, puis deux, puis trois. Mais qu’est-ce que ça peut bien être ?  Vous trouvez ensuite la couverture d’un livre sur laquelle est écrit “manuscrit secret des espèces qui règnent dans les forêts”. Manuscrit auquel il manque quelques pages que vous allez devoir retrouver dans cette forêt somptueuse afin de les assembler à nouveau. Suivez-moi, on va tenter de toutes les retrouver, mais ne faites pas trop de bruit et regardez où vous mettez les pieds.

Codex Naturalis est un jeu de Thomas Dupont, illustré par Maxime Motin, à partir de 7 ans, pour 2 à 4 joueurs, pour des parties de 20 minutes, édité chez Bombyx.

Avant de vous parler du jeu, faisons un peu de vocabulaire. Qu’est-ce qu’un codex ? Dans l’antiquité, le codex était un livre fait de feuilles cousues entre elles. Naturalis est un muséum d’histoire naturelle aux Pays-Bas. Vous verrez, lors d’un repas de famille quand vous sortirez le jeu, ça fera super classe de dire tout ça. Et vous pourrez même ajouter que dans le muséum, 10 millions de spécimens sont hébergés dans une tour de 60 mètres de haut.

Après ce petit moment de culture, parlons du jeu.

Cod, Cod, Codeeexxxx!

Dans Codex Naturalis, vous avez pour objectif de rassembler un maximum de feuilles qui constituent le codex. Enfin ça, c’est ce qu’on suppose parce qu’il y a un bout d’histoire sur le dos de la boîte mais dans la règle, on ne vous rappelle pas forcément l’histoire du jeu. Je trouve que c’est un peu dommage car il en jette un max, il a vraiment un effet WAOUH, et quelques lignes en début de règle auraient pu nous immerger un peu plus dans son univers.

Ceci étant dit, regardons de plus près ce qu’il y a dans cette petite boîte en métal doré.

Une boîte en or pour mon seignôr!

Dans cette petite boîte, facilement transportable partout, vous ne trouverez pas de branches, pas de cerfs, mais des cartes, des pions de couleurs, un pion 1er joueur et une piste de score.

Les cartes sont séparées en quatre catégories:

  • les cartes “départ”

  • les cartes “ressources”

  • les cartes “dorures”

  • les cartes “objectifs”

Avant de commencer la partie, chaque joueur prend une carte départ et deux pions de la couleur de son choix. Il pose le tout devant lui.

Le plateau de score est posé au centre de la table. A côté, vous disposerez  les cartes “ressources”, les cartes “dorures” et les cartes “objectifs” face cachée sauf les deux premières que vous poserez face visible. Les objectifs visibles de tous les joueurs sont les objectifs communs. C’est-à-dire que tous les joueurs peuvent les réaliser.

Distribuez 2 cartes “ressources” et une carte “dorure” à chaque joueur ainsi qu’une carte “objectif”. Cette carte “objectif” est secrète, vous serez le seul à bénéficier des points qu’elle rapporte.

Chaque joueur a deux pions, un que vous posez sur votre carte départ et un sur la case “zéro” du plateau des scores.

Vous êtes prêt à jouer, enfilez vos bottes de pluie, on file faire un tour en forêt. Parce qu’on ne va en forêt que quand il a plu, tout le monde le sait !

Avant de continuer ce test, je tiens à signaler que durant les parties aucun animal n’a été blessé et aucun marmots n’a été oublié dans la forêt ! Enfin ma maison est plus calme depuis la dernière partie mais je ne suis pas sûre qu’il y ait un lien de cause à effet…

Commenx qu’on joux à Codex Naturalis?

Souvenez-vous, votre objectif est de réussir à récupérer les pages du fameux Codex.

Les pages sont représentées par les cartes, certaines cartes vous permettront d’accumuler des ressources tandis que d’autres vous permettront de marquer des points. Ce n’est donc pas parce que vous aurez beaucoup de cartes à la fin du jeu que vous serez celui qui a le plus de points.

Chaque fois que c’est votre tour de jeu, vous avez deux actions à faire :

  • poser une carte “ressources” ou “dorure”
  • piocher une carte “ressources” ou “dorure”

Chaque joueur pose ses cartes devant lui ce qui veut dire que chacun a son propre espace de jeu et qu’aucune interaction ne se fait entre les joueurs.

D’ailleurs, si votre marmot n’aime pas les jeux sans interaction entre joueur, Codex Naturalis n’est peut-être pas fait pour vous.

Tout au long de la partie, chacun regardera son propre jeu. Je crois que c’est là que j’ai perdu mon marmot. Lui qui est plutôt jeu coopératif, je pense qu’à Codex Naturalis, il ne s’y est pas retrouvé car à aucun moment on n’interagissait tous les deux.

Mais revenons-en à nos cartes.

Il y a donc les cartes “ressources” qui, comme leur nom l’indique, permettent d’accumuler des ressources. Vous avez quatre ressources différentes dans le jeu:

  • les champignons
  • les papillons
  • les loups
  • les feuilles

Ces ressources sont présentes sur les différentes cartes du jeu. En les accumulant, vous allez pouvoir poser des cartes “dorures”, cartes qui vous rapporteront plus de points que les cartes “ressources” en cours de partie.

Les points des différentes cartes sont comptés au fur et à mesure de la partie grâce au plateau de points que vous avez déposé au centre de la table.

Rares sont les cartes “ressources” qui vous rapporte des points, elles ont réellement pour fonction de vous aider à poser des cartes “dorures” et à réaliser les objectifs (communs et personnel).

Donc y a plein de cartes, mais on fait quoi quand c’est notre tour de jeu?

A votre tour de jeu, vous allez poser une carte de votre main sur l’un des cartes déjà posées devant vous. Pour pouvoir poser votre carte, il faut qu’il y ai un cadre sur le coin de la carte. Cadre vide ou rempli d’une ressource. Si en la posant, elle vous fait recouvrir une autre ressource, pas de panique, elle vous permet d’en rendre visible d’autres… ou pas. Tout dépendra de ce que vous avez pioché.

Si vous souhaitez poser une carte “dorure”, il y a des conditions à respecter. Par exemple, il vous faut posséder trois papillons et un loup pour pouvoir poser cette carte. Une fois posée, vous ajoutez les points qu’elle vous rapporte sur le plateau de scores.

Dès qu’un joueur atteint les 20 points (ou les dépasse) sur le plateau de score, la partie s’arrête après la fin du tour en cours puis un tout dernier tour et on procède au comptage des points des cartes “objectifs”.

Un joueur marque autant de points des cartes “objectifs” que de fois qu’il les a réalisés, que l’objectif soit commun ou personnel.

L’avis de Plateau Marmots

Mon marmot est âgé de 7 ans et je ne vais pas vous mentir, je l’ai  perdu durant la partie de Codex Naturalis que j’ai voulu entreprendre avec lui. Il était pourtant clairement la cible et sacrément hypé par la beauté du graphisme du jeu. Mais le jeu lui a demandé trop de réflexion, trop d’anticipation sur ce qu’il devait faire et il n’a pas du tout accroché.

N’ayant pu renouveler l’expérience, j’ai trouvé dans la forêt un marmot de 9 ans avec qui on a pu jouer. Il est habitué à jouer et pourtant, il a fallu lors de la première partie jouer à jeu ouvert (cartes de sa main visibles de tous) et l’accompagner dans les différentes étapes du jeu. Je reste donc surprise que les éditeurs/auteurs aient ciblés le jeu en 7+.

Les deux marmots avaient compris la mécanique du jeu mais une fois en partie, ils étaient incapables de jouer sans l’aide d’un adulte qui les guide dans le choix des cartes, le lieu de pose, la carte à piocher. Bref, trop de chose à gérer pour eux lors des premières parties. Les deuxièmes parties ont été plus fluides mais il a encore fallu un accompagnement des adultes dans la réflexion et la “stratégie” de pose. Peut-être qu’une carte aide de jeu aurait été nécessaire pour aider les marmots à suivre le cheminement de pose de carte sans avoir toujours besoin de l’aide d’un adulte ?

Cependant, je pense qu’après plusieurs parties, les marmots arrivent à trouver une certaine autonomie de jeu mais je doute tout de même de l’équilibre adulte/enfant. Je pense que l’adulte a plus de facilité à anticiper un coup contrairement à un marmot de 7 ans ou plus. Le jeu est beau, sa mécanique pertinente mais je ne suis pas sûr qu’un marmot de 7 ans s’y amuse dès les premières parties. Si votre marmot est plus âgé, à l’aise avec l’anticipation et que les interactions limitées à la prise sous le nez de cartes par un autre joueur ne lui posent pas de problème (et ça, à 7 ans comme à 9 ou presque 40, ça énerve !) Codex Naturalis lui plaira, c’est sûr. Sinon, n’hésitez pas à jeter un oeil sur d’autres jeux plus adaptés à des 7 ans et revenez vers Codex Naturalis un peu plus tard.

On aime :

  • les cartes qui brillent de mille feux
  • des cartes épaisses qui ne craignent pas trop la manipulation
  • la zénitude des cartes, on n’est pas stressé quand on joue à Codex Naturalis
  • le petit format de boîte facilement transportable
  • la taille des cartes qui, heureusement, ne font pas 3 mètres sinon ce serait impossible d’y jouer sur une table tellement le jeu prend de place
  • y jouer dehors au soleil, ça brille encore plus, mais attention aux reflets

On aime moins :

  • ne plus avoir de place sur la table pour poser ses cartes et devoir tout déplacer
  • l’âge préconisé, 7 ans me paraît un peu tôt
  • le développement de l’univers du jeu qui nous laisse un peu sur notre faim

Votre marmot aimera si :

  • il aime les jeux où l’interaction entre les joueurs n’est pas indispensable pour lui
  • il arrive à anticiper son tour d’après

Fiche Technique

  • Un jeu de Thomas Dupont
  • Illustré par Maxime Motin
  • A partir de 7 ans
  • Pour 2 à 4 joueurs
  • 20 minutes
  • Edité chez Bombyx

Le trouver

Pour aller plus loin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.