FIJ 2018 – Blue Orange

Chez Blue Orange, mention spéciale pour l’accueil vraiment chaleureux…  que ce soit en bas ou en haut. Le stand s’était en effet dédoublé pour apparaître à la fois dans l’espace famille ou dans l’espace enfants. Si ce dernier proposait des jeux pour la plupart bien connus (comme les excellents Zimbbos, ou Pengoloo), c’est surtout chez Blue orange “famille” que les nouveautés étaient de sortie. 

Mr. Wolf

Mr. Wolf est un jeu coopératif de Marie et Wilfried Fort qui propose aux joueurs (à partir de 4 ans) de faire travailler leur mémoire. Il s’agit tout d’abord de révéler quatre tuiles et de les placer au dessus de petites cabanes fermées. Sur ces tuiles figurent une combinaison chaque fois différente de deux ou trois animaux.

Des jetons animaux sont ensuite éparpillés face cachée sur l’ensemble du plateau de jeu. A chaque fois qu’un jeton est retourné, le joueur peut l’insérer dans l’une des cabanes ou le laisser dans le pré. Il appartient donc aux joueurs de se souvenir, au fur et à mesure qu’ils retournent les pions et les rangent, quels sont les pions qu’ils ont déjà placés dans les abris. En outre, parmi ces jetons, certains représentent le loup en approche (à la manière du corbeau du verger). Dès que les joueurs auront l’impression que chaque cabane est complète, on arrête le jeu et on vérifie que les animaux présents correspondent bien. C’est coloré, jouable en coop et en solo, et ça nous plait déjà beaucoup !

Kikafé ?

 Kikafé ? est un petit jeu de cartes vraiment rigolo, dans lequel de 3 à 6 joueurs tentent de disculper leurs animaux, rendus suspects de s’être oubliés sur la table de jeu. La partie commence dès que le premier joueur va indiquer que ce n’est pas, par exemple, son hamster qui a fait caca, mais que c’est sans doute celui d’un lapin. Le premier des autres joueurs qui parviendra à défausser son lapin pourra alors appeler un autre animal, et ainsi de suite. La manche s’achève si l’un des joueurs se trompe et tente d’incriminer un animal déjà disculpé, ou si l’un des joueurs devient le seul à avoir des cartes en main. Jouable dès 6 ans, c’est diaboliquement stressant et “excrément drôle” . Bref, on peut s’amuser avec le caca des chiens sans avoir à jouer à Médor Pète Fort, ce qui est une bonne nouvelle en soi.  

Dr Beaker

Dr Beaker est un jeu de logique, de rapidité et d’adresse assez proche de Dr Eureka. Le but du jeu est de reproduire des figures imposées avec des billes de couleur dans le fond d’un bécher. Armé de votre agitateur, il faudra déplacer les billes le plus rapidement et précisément possible, mais le fond du Bécher est une plateforme rotative qui ne permet de déplacer qu’une bille à la fois. Il faudra donc réfléchir vite et bien pour parvenir à reproduire la formule demandée. Dr Beaker est fort distrayant, mais peut-être redondant pour les possesseurs de Dr Eureka…

Okiya

Okiya est un jeu de Bruno Cathala aussi simple en apparence que redoutable dans son développement. Sorti en 2012, et réédité l’été dernier, il permet des parties incroyablement intenses. Le principe en est simple : chaque joueur doit parvenir à aligner (ou regrouper) quatre geishas dans un jardin. Le jeu démarre avec un carré de 4 x 4 tuiles jardin. Le premier joueur remplace une tuile jardin par une Geisha de sa couleur. La tuile défaussée est placée à côté du jardin, et donne alors la contrainte de placement pour le joueur suivant. En effet, il est désormais obligé de placer sa geisha sur une tuile qui comporte un élément similaire à ceux de la tuile défaussée. C’est rapide, élégant, et très agréable à jouer.

Baïam

Gros coup de coeur pour Baïam une bédé dont vous êtes le héros de la collection des éditions Makaka (Sherlock Holmes…). Rien de neuf sous le soleil, me direz-vous ? Et pourtant, Baïam a pour particularité d’être une bande dessinée d’aventures… multijoueurs.

Jouable jusqu’à quatre joueurs, le jeu se compose en effet de quatre livrets distincts, un par joueur. Les livrets suivent évidemment la même trame, mais qui permettent d’explorer des paragraphes différents en fonction des capacités spéciales des personnages incarnés. Sur une image identique, les joueurs verront ainsi des numéros de paragraphe différents, subtilement intégrés à l’image. Chacunb devra donc décrire ce qu’il voit précisément, afin de pouvoir guider les autres. Quand plusieurs options seront disponibles, il faudra alors prendre le temps de les évaluer et de prendre une décision collective. 

J’ai trouvé l’idée vraiment intéressante et j’ai grand hâte de m’y plonger… 

Kang

On finira sur Kang, le relooking 2018 de Gygès, un jeu déjà édité… en 1984. Si le jeu original était généralement qualifié “d’abstrait”, sa version 2018 a été totalement thématisée pour devenir plus accessible. Kang est un excellent jeu de stratégie et de placement pour deux joueurs dans lequel il faut parvenir à déplacer des kangourous dans l’en-but de l’adversaire. Un classique très intelligemment revisité !

Tous ces jeux sont dispo, à l’exception de Baïam qui devrait arriver dans les prochains mois. En tout cas plein de jolies choses chez Blue Orange,  variées et intéressantes, qui nous rappellent que l’éditeur garde une place privilégiée pour les Marmots 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.