Test – Little Panic Island

[Edit – La bande son dispo sur le site de l’éditeur a été ramenée à 2mn pile poil, notre article a donc été modifié en conséquence].

C’est la fiesta sur l’île de Gouga. Puisque les volcans ne sont pas (encore !) entrés en éruption, on décide d’organiser une fête et de servir un magnifique goûter. Mais personne n’est encore arrivé, et les singes farceurs s’approchent dangereusement du gâteau. Dans deux minutes, ils auront probablement tout dévoré ! Vite, allez chercher les cro-marmots et leurs fidèles dodos avant que tout ne soit mangé.

Little Panic Island est un jeu d’Antonin Boccara édité par OldChapGames. Il se destine à 1 à 8 joueurs, de 4 à 8 ans.

Gouga-Lanta

Je ne sais pas pour vous, mais je pense que je m’abstiendrai de poser ma semaine de vacances sur l’île de Gouga, tant elle semble tout sauf paradisiaque. Après le volcan en éruption de Panic Island, voici que les singes farceurs s’apprêtent à déguster le gâteau qui nous était destiné. Un moindre mal, peut-être, mais Mercotte et Cyril en seront bien contrits.

Comme vous l’aurez naturellement compris, Little Panic Island est la version “light” de Panic Island, un jeu qui nous avait séduits ici-même, même si le stress engendré au fil des parties a réduit de plusieurs années notre espérance de vie.

Si Little Panic Island est forcément plus accessible et moins dramatique que son illustre aîné, le principe en demeure le même : un jeu coopératif ultra-speedé qui demande mémoire et organisation de la part des joueurs, pour une victoire commune… ou un désastre collectif.

À Lille, chez Maurice

Si Panic Island avait choisi les cartes, Little Panic Island s’adapte à son jeune public et propose de son côté des tuiles solides et très colorées. Les illustrations réalisées par Margo Renard sont à ce titre très réussies : Cro-Magnon mignons, dodos réveillés, tigres et crottes de mammouth (vivi) rivalisent d’humour et de couleurs.

L’ensemble du jeu tient d’ailleurs dans ces 24 tuiles, accompagnées d’un petit enclos en carton qui symbolise le lieu de la fiesta et d’un sablier que l’on troquera volontiers contre une bande son à télécharger sur le site de l’éditeur. 

Et si l’on vous conseille vraiment de passer par cette bande son, c’est parce qu’outre sa mise en ambiance, elle offre un réel temps de jeu de 2 mn là où notre sablier a laissé filer son dernier grain de sable en 1 mn 55. La différence est notable, et souvent déterminante en fin de partie, surtout dans les niveaux avancés. Car oui, Little Panic Island propose 4 niveaux de difficulté différents, afin de monter en gamme en douceur.

Le matériel est donc sympathique et agréable à l’oeil, la règle très bien rédigée vous laissera embarquer pour Gouga dès votre première partie.

Une jungle bien touffue

Les tuiles de Little Panic Island représentent 4 couples de Cro-Magnon, 8 dodos et 8 pièges, que l’on intégrera dans nos parties au fur et à mesure.

Le principe de base du jeu est le suivant : toutes les tuiles du jeu sont mélangées et placées face cachée sur la table, la première partie ne comportant que 3 pièges. On lance le sablier (ou la musique), et c’est parti.  À son tour de jeu, le joueur doit retourner les deux tuiles de son choix et en accepter les conséquences.

  • S’il s’agît de deux Cro-Magnon de la même couleur, ils sont invités au goûter et les tuiles sont écartées dans la zone de gâteau.
  • S’il s’agit de deux Dodos (ils sont tous de la même couleur), il sont également déplacés vers le gâteau.
  • S’il s’agit de pièges, leurs effets sont appliqués, et les tuiles sont retournées.

Dans tous les autres cas, les tuiles sont retournées et l’on passe au joueur suivant.

Contrairement à Panic island qui avait donc une mécanique assez complexe dans laquelle les hommes sauvaient les dodos, et les dodos leurs œufs, le mécanisme ici est bien plus accessible et ressemble fort à un mémory sous adrénaline. Il faut en effet localiser et créer des paires, afin de retirer des tuiles du jeu, en évitant de perdre du temps sur les tuiles pièges qui ralentissent l’action.

Des pièges chorégraphiés

Chaque tuile piège dévoilée déclenche aussitôt une action collective, effectuée ou subie par l’ensemble des joueurs, dans une jolie chorégraphie d’apocalypse.

La crotte de mammouth invite chaque joueur à se boucher le nez pour échapper à l’odeur, le tigre endormi déclenche un “chut !” collectif, doigt posé sur les lèvres, et la découverte du Totem de Gouga incite à implorer la clémence du Dieu tutélaire, bras en l’air, en criant son nom.

Une fois le jeu bien en main, on s’amusera à déployer progressivement les pièges supplémentaires : un champignon qui force les joueurs à bondir, une tornade qui envoie chacun faire un tour sur soi-même, ou des ouistitis facétieux qui mélangent les tuiles encore en jeu. Il s’agira, vous l’aurez compris, de faire perdre du temps et casser la concentration des joueurs, déjà bien stressés par l’inaltérable égrènement des secondes.

Un peu à la manière de la Danse des oeufs ou de Farmy Up, on se gardera donc bien de jouer tranquillement assis, pour éviter de tomber de sa chaise. La configuration qui nous semble la plus pertinente pour les marmots de 4 – 5 ans est celle de jouer debout, au dessus d’une table basse.

On gagne ?

La partie prend fin quoi qu’il arrive au terme des deux minutes imparties, quel que soit le résultat obtenu. Ce dernier se détermine au vu du nombre d’individus sauvés, chacun valant un point. De 0 à 6 points, vous aurez clairement l’air un peu nouille, mais à 16 points vous serez une sorte de Dieu Vivant, le digne fils de Gouga.

La tuile !

Une dernière tuile est disponible, totalement blanche. Il s’agira, vous l’aurez compris, d’une tuile ultime, à dessiner et inventer vous-mêmes, pour vous pourrir les parties. On ne pourra que conseiller à l’éditeur du jeu d’organiser un concours sur le thème : “montrez vos plus beaux pièges, afin de faire gagner quelques lots aux plus sadiques d’entre vous”.  Les meilleurs d’entre eux seraient ensuite téléchargeables sur le site d’OldChap, afin de créer un Hall of fame de la terreur Gougaïenne, bien pratique pour ceux qui n’auraient pas d’imagination.

[Idée transmise à l’éditeur, qui en fera ce qu’il en voudra.]

Un jeu speedé…et accessible

Little Panic island est un jeu fort sympatoche, qui marche très fort avec les marmots de 4 à 6 ans. À cet âge, enchaîner les retournements de tuiles et les figures imposées tient encore du challenge, et la concentration des loustics est encore suffisamment vacillante pour générer un réel stress devant le timer. Nous avons testé le jeu avec des marmots de 7 ans, et ils ont clairement survolé l’épreuve, quel que soit le niveau de difficulté, avec un perfect à chaque session. Certes, nous avons à chaque fois profité de la générosité de la durée de la bande son, offrant une poignée de secondes supplémentaires, mais le score serait resté honorable même sans cet artifice.

Tout ça pour vous dire qu’il faut effectivement réserver le jeu aux marmots les plus jeunes, entre 4 et 7 ans nous semble un âge idéal. Il restera fun au-delà, mais il faudra peut-être raccourcir le timing pour créer du challenge. Ou en rajouter de manière violente si vous jouez en Ehpad.

L’avis de Plateau Marmots

Coloré, speedé et amusant, Little Panic Island s’inscrit dans la directe suite de son grand frère, c’est à dire celui d’un jeu de mémoire chronométré. Rapide à mettre en place et facilement adaptable au niveau des joueurs, il promet des parties pleines de stress et de bonne humeur. Il faut dire aussi que la chorégraphie des “tourbillons”, “chuts !!” et “oh ça pue !!” rend difficile toute tentative de garder son sérieux.

Après, sorti du contexte du chronomètre et des sauts, Little Panic Island repose clairement sur la base d’un mémory. Il lui donne certes un coup de boost bienvenu, mais sans pour autant révolutionner le genre. Les allergiques à l’esprit de “hop, je retourne des tuiles pour en trouver des identiques” sont prévenus. Mais la force du jeu, c’est de garantir un temps de jeu de 2 minutes chrono. Et d’expérience on voit que même les plus blasés s’y amusent volontiers. Le Dieu Gouga a ceci de malin que l’on peut enchaîner les parties de son jeu sans jamais avoir le temps de se lasser. Et ça, c’est clairement une super idée !

On aime

  • Simple et fun
  • Deux minutes explosives
  • Matériel très réussi
  • La difficulté progressive
  • Très amusant dès 4 ans
  • La tuile personnalisable

On aime moins

  • La différence de temps entre le sablier et la bande son
  • Les plus grands vont se promener

Le trouver

Chez Philibert


Soutenez Plateau Marmots !

–>  Vous avez apprécié cet article ? Alors rejoignez nous sur Tipeee et manifestez votre soutien ! 1 euro suffit pour nous encourager.
–> Vous n’avez pas apprécié cet article ? Alors dites le nous, et rejoignez-nous sur Tipee pour qu’on s’améliore ! 1 euro nous donnera sans doute à réfléchir !


Fiche technique

Un jeu d’Antonin Boccara
Illustré par Margo Renard
Edité par OldChap Games
Pour 1 à 8 joueurs
A partir de 4 ans
Sorti en 2019

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.