Test – Marvel Boomez

Si vous y aviez par miracle échappé en supermarché ou chez votre marchand de journaux, difficile en revanche de passer outre le phénomène Marvel Boomez si, par mégarde, vous allumez Gulli ou n’importe quelle autre chaine de télé dédiée aux enfants. Les Marvel Boomez bombardent les pubs et entendent bien imposer leur style auprès des marmots. L’heure est donc venue de tester ce petit jeu à collectionner qui combine cartes, dés et figurines pour des affrontements express entre superslips. La rédaction de Plateau Marmots a cassé son PEL pour acheter quelques paquets de Marvel Boomez, histoire de juger du contenu de ce petit jeu d’affrontement.

Le supermodèle superéconomique de la supermort qui supertue

Abordons tout de suite le sujet qui fâche. Oui, vous allez vendre vos trois reins avec Marvel Boomez. A minima 10 euros, déjà, pour avoir deux personnages. Et ensuite ce sera la spirale infernale des personnages spéciaux, des combos et des doubles, à 5 euros l’unité. Comme les Pokémons, me direz-vous. Mais autant être prévenus : s’amuser pour de vrai avec Marvel Boomez va vous coûter des sous. Genre beaucoup.

Le site Internet de l’éditeur, Cicaboom, permet d’acheter tous les personnages au détail, ce qui est assez bien vu. Mais comme les éditeurs sont visiblement dans le besoin, les jeux sont alors vendus plus chers sur le site, surtout les personnages spéciaux. L’avantage évident, c’est que vous évitez les doublons. Mais il va falloir prévoir un budget, je vous le garantis.

Comme nous sommes joueurs avant tout, nous nous sommes néanmoins attachés à l’aspect gameplay et avons totalement occulté le côté collectionnite : chacun fait ce qu’il veut avec sa thune, on ne jugera personne.

Y’a quoi dans un sachet ?

Ouvrons fébrilement un sachet de Marvel Boomez. A l’intérieur, que découvrons-nous ? Une figurine déjà. Honnêtement elles sont très mimi et donnent immédiatement envie de jouer.

Le sachet contient également une carte recto verso qui présente les caractéristiques du héros, ainsi qu’un dé 20 faces (aux couleurs du héros également). Vous y trouverez bien évidemment la règle du jeu et l’inévitable flyer vous rappelant que vous n’avez pas encore TOUTE la collection.

Les règles sont très simples mais la traduction française est assez bof, j’ai dû lire la version anglaise pour être sûr de ne pas me planter sur certains pouvoirs. Un peu bof, pour un jeu aussi largement distribué.

Les héros sont là !

Les cartes héros sont au cœur du jeu. Elles comportent toutes les informations suivantes :

  • La puissance du héros (une valeur qui vous servira à créer des équipes équilibrées)
  • La famille du Héros (Avengers, Spiderman, Gardiens de la Galaxie, etc.)
  • Les éventuels pouvoir du héros (on y reviendra)

Ensuite, vous arrivez sur la partie centrale de la carte avec les 3 zones de combat, verte, orange et rouge. Les valeurs à prendre en compte sont celles qui correspondent à la position de votre figurine en cours de partie. Les héros commencent sur la ligne verte, et descendent d’une ligne à chaque fois qu’ils sont atteints par un adversaire.

La valeur de gauche indique la valeur que votre adversaire doit atteindre pour vous toucher, la valeur de droite indique le nombre de dés que vous pouvez lancer à chaque tour pour toucher l’adversaire.

Comme vous vous en doutez, chaque personnage a son propre équilibrage. certains sont très durs à toucher mais lancent peu de dés, pour d’autres ce sera l’inverse. Et certains compenseront leur relative faiblesse aux dés par un pouvoir bien pratique. Certains héros sont clairement plus faibles que d’autres, comme en témoigne leur valeur globale. Mais ces derniers seront bien pratiques pour compléter vos équipes quand vous les créerez. 

Let’s fight !

Pour jouer, chaque joueur choisit un ou plusieurs héros et prend les cartes et les figurines correspondantes. Le plus simple est de commencer en 1 contre 1, si possible avec des cartes de même valeur. Mais si ce n’est pas le cas, ce n’est pas très grave.

Les deux joueurs commencent sur la ligne verte et lancent simultanément leurs dés pour déterminer qui portera le premier coup. Une fois le premier joueur désigné, il passe à l’attaque.

Pour attaquer, le héros  choisit quel personnage adverse sera le défenseur, puis il lance son dé 20 autant de fois qu’indiqué sur la ligne où il se trouve, généralement entre 1 et 4 fois. Dès que vous aurez collectionné assez de personnages, il deviendra plus sympa de prendre plusieurs dés et les lancer en une fois. 

Si l’un des dés lancés obtient une valeur égale ou supérieure à la valeur indiquée sur le bouclier de la ligne sur laquelle se trouve l’adversaire, ce dernier est touché. Il recule donc d’une ligne et se précipite à reculons vers le bas de la carte, ce qui signifiera alors qu’il est KO.

Si aucun dé n’atteint la valeur de l’adversaire, il ne se passe rien. Dans tous les cas, c’est ensuite au tour du joueur suivant.

Dés que tous les personnages d’une équipe sont éliminés, l’adversaire l’emporte. A lui la puissance, la gloire, et les films à Hollywood.  

Avengers Assemble !

La mécanique, vous l’aurez compris, est très simple et accessible. Chaque tour de jeu consiste à lancer un certain nombre de dés et espérer que l’un d’entre eux atteigne la valeur de l’adversaire. Rien de ouf, donc.

Heureusement le jeu gagne en variété par l’adjonction de pouvoirs qui viennent quelque peu rythmer les parties. On vous rassure de suite, les pouvoirs sont fort peu nombreux et très simples à appréhender. Dr Strange, par exemple, a la possibilité d’exiger que l’adversaire relance deux de ses dés, là ou d’autres vont obtenir des boosts offensifs et défensifs dans certaines circonstances.

Les effets les plus notables apparaissent dans le cadre du jeu en équipe, lorsque vous alignez des personnages de la même famille. L’insaisissable Miles Morales, par exemple, pourra prendre la place d’un autre membre du Spider-Club qui serait visé par l’adversaire. Groot n’hésite pas à renforcer la défense de Rocket s’il se trouve dans la même équipe. Encore faut-il que le hasard (ou vos finances) vous permette d’obtenir des personnages qui interagissent, évidemment.

Rapide et addictif

S’il ne va pas proposer un gameplay de folie, Marvel Boomez a au moins le mérite de la simplicité et de l’accessibilité. On s’y amuse très vite et les possibilités tactiques, bien que rares, permettent à tous de les assimiler rapidement. C’est donc un jeu que l’on dégaine très facilement pour des parties d’une dizaine de minutes. Au début en tout cas, car le jeu va de lui-même monter en intensité/complexité lorsque vous aurez la possibilité de faire des équipes de 3 personnages.

Le jeu est mis en place en quelques secondes et se joue littéralement sur un coin de table, donc il est très simple de s’y lancer pour une petite récréation dans l’ambiance Marvel. Il est même rapidement addictif (collectionnite oblige) et l’envie de se monter une équipe rajoute assurément de l’intérêt aux parties. 

On conseillera d’investir également dans des protège-cartes, voire des toploaders (grosses protections plastiques) car le conditionnement des sachets occasionne souvent des cartes gondolées.

Wave 1 ? 

Je ne découvre l’univers Marvel Boomez qu’avec cette Wave 2. Je ne sais pas si la Wave 1 est déjà sortie en France ou si elle est restée cantonnée en Italie, pays de l’éditeur Cicaboom. La Wave 1 est commandable sur le site italien de Cicaboom, mais non livrable en France. Elle est toutefois livrable en Italie, Belgique et Suisse, si vous y connaissez du monde. Honnêtement les personnages de la Wave 1 me tentaient davantage, notamment les Avengers. Les français devront faire jouer leurs relations dans ces pays pour achever leurs collections. 

L’avis de Plateau Marmots

Marvel Boomez est un petit jeu très simple qui mixe cartes, dés et figurines de manière élégante et sympatoche. Le jeu se dégaine absolument partout et permet des parties rythmées et frénétiques dans une ambiance super-héroïque de bon aloi. Oui le gameplay se résume à lancer un dé et à aller chercher des personnages qui combotent, mais les caractéristiques de chaque personnage reflètent bien les capacités des héros et les fans Marvel y retrouvent facilement leur compte. Si les stratégies possibles sont très simples et accessibles, elles n’en demeurent pas moins présentes et permettent de créer des équipes efficaces pour peu que l’on cherche à comboter. Le jeu s’adresse avant tout aux 6 – 8 ans, et permet de s’amuser très rapidement. Au final, le seul vrai défaut du jeu est son impitoyable modèle économique qui nécessite des achats successifs pour créer des équipes sympathiques, là où un coffret d’une trentaine d’euros aurait permis un jeu complet bien plus intéressant. Sur ce point, chacun se positionnera comme bon lui semble au vu se ses convictions et de ses finances. Quel que soit sa nature, le jeu à collectionner est toujours un plaisir un peu à part, qui donne la fièvre à l’ouverture des sachets… et la gueule de bois à la découverte d’un énième double. Chacun son style !

On aime

  • Simple et efficace
  • Des figurines très zoulies
  • L’aspect collection
  • Quelques tactiques à mettre en place
  • Des personnages chromés en phosphorescents pour frimer

On aime moins

  • Un prix très élevé pour avoir une équipe qui combote
  • Des cartes souvent gondolées
  • Où est la Wave 1 ? 

Le trouver

  • Marchands de journaux et grande distribution

Une pensée sur “Test – Marvel Boomez

  • 12 juillet 2021 à 21 h 56 min
    Permalink

    Il possible de trouver des blisters de la wave 1 sur Vinted. 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.