Test – My Little Scythe

O toi, toi, amoureux de Scythe et de ses belles mécaniques, de son univers graphique rural et robotique, toi qui as passé des heures à peindre tes mécas et à patiemment collecter tous les éléments nécessaires à en faire la plus belle et la plus grosse boite du monde, toi qui es le papa ou la maman ou les deux de marmots de 8-9 ans ou légèrement plus, toi, donc, si tu corresponds à l’un ou l’autre de ces critères, tu sais peut-être que My Little Scythe sort tout bientôt sous nos cieux. Et tu frétilles, oui, tu frétilles, car tu espères avoir trouvé un moyen infaillible et fourbasse d’amener ta progéniture chérie à l’univers des jeux de gestion qui te passionnent, comme ça, discrètement, sans en avoir l’air.

Quant à toi, heureux joueur, qui n’a jamais entendu parler de Scythe et à qui il reste un océan de plaisir de jeu à découvrir, lis ces lignes avec attention. Ta vie, la vie de tes enfants, la vie des amis de tes enfants, est sur le point de changer. 

My Little Scythe est un jeu qui sera dispo chez Matagot le 30/09/2018, pour 1 à 6 joueurs, à partir de 8 ans. 

Un peu d’histoire et de généalogie

Le grand-frère de My Little Scythe, Scythe, donc, est né un beau jour de 2015 par là, de l’imagination fertile de l’Américain Jamey Stegmaier. Illustré par l’artiste polonais Jakub Rozalski et se déroulant dans une uchronie campagnarde et mécanique, le jeu sorti sur Kickstarter a bénéficié d’une réalisation somptueuse et s’est très vite imposé comme une référence du jeu de stratégie accessible, raflant prix et nominations un peu partout.

Tant et si bien qu’un jour, un papa s’est dit qu’il allait transformer Scythe pour y jouer avec sa fille. Et a posté quelques photos de sa création sur les réseaux sociaux. L’affaire aurait pu en rester là, mais le jeu transformé a tapé dans l’œil de Jamey, qui a décidé de l’éditer sous sa bannière, avant d’être adapté en français par Matagot. Et donc, après l’Âge de Pierre Junior, Catane Junior, les Aventuriers du Rail Junior, et la vague du moment de transposer de beaux et bons jeux en version pour Marmots, nous voici donc avec Mon Petit Poney chez les Scythes.

Eh ! Oh ! On peut parler du jeu maintenant ?

Oui, oui ! Excuse-moi ami lecteur, mais le rédac’chef, dans son infinie sagesse ouateuse et immaculée – que mille cigognes déposent des roses à ses pieds – m’a demandé de parler un peu aussi de la vague à la mode des transpositions kids des jeux pour grands. Mais comme je suis une rebelle et que je pense à mon lecteur d’abord, je vais d’abord te parler du jeu et tu pourras ensuite lire le reste si tu le souhaites.

Ok. Il y a quoi dans la boite alors ? Parce que Scythe, c’est beau et c’est bon, hein !

Dans la boite, donc, au thermoformage en plusieurs parties particulièrement bien conçu pour ranger et installer le jeu rapidement et plaisamment, on trouve une paire de jolies figurines pour chacune des 6 factions, des règles abondamment illustrées et très claires, des tuiles d’amélioration pour les plateaux individuels, des cartes, des dés, des gemmes et même des petites pommes en plastique toutes mignonnes. Le style graphique est simple et léché à la fois et le guide de peinture gracieusement donné pour les figurines invite à sortir rapidement ses pinceaux. Le jeu étant donné pour 1 à 6 joueurs, un paquet de cartes pour l’automate adversaire est également présent dans la boîte.

Le tout donne une impression de très belle réalisation et comme j’imagine que la boite française contiendra le même matériel que la boite US, je crois qu’on peut dire qu’on en a pour son argent, pour 40 euros.

Ok, c’est très mignon, mais comment qu’on joue ?

Pour gagner dans ce jeu où tout le monde s’affronte joyeusement mais mignonnement, il vous faudra remplir 4 des 8 objectifs possibles. Ces objectifs incluent notamment d’avoir rempli un certain nombre de quêtes, gagné un combat de lancer de tartes aux pommes, avoir un super niveau d’amitié, un super niveau de tartes aux pommes, ramené des diamants au château, etc. Mais attention : attaquer à la tarte aux pommes coûte des points d’amitié, forcément car votre adversaire n’aimera pas avoir de la compote plein la fourrure, et certaines quêtes vous obligent également à réduire vos points d’amitié. Or, pour valider un objectif, il faut être un minimum copain avec les autres petits poneys, donc il faudra veiller à ne pas taper trop fort ses petits camarades ou à les soudoyer en leur donnant des ressources.

Si les objectifs sont les mêmes pour tout le monde, et les factions identiques à part le look, tout le monde débute avec une carte secrète qui va rendre plus facile un des objectifs. Vous serez donc bien évidemment plus qu’encouragé à réaliser cet objectif-là.

Concrètement, un tour se déroule de la façon suivante : on déplace son marqueur action vers une des cases de son plateau et on effectue les actions correspondantes parmi mouvement, lancer de dés, transformation de ressources. Le lancer de dés permet de faire apparaître des ressources sur le plateau, la transformation permet de changer des pommes ou des diamants en améliorations, cartes bagarres ou tartes aux pommes. Le mouvement permet bien évidemment de déplacer ses petits poneys pour les faire convoyer des ressources ou provoquer les copains (« ma tarte aux pommes est plus grosse que la tienne-euh, nananère-euh »).

Quand on arrive, par le plus grand des hasards, sur une case occupée par un petit camarade, c’est la baston ! Chacun prend un disque bagarre, choisit dessus combien de tartes aux pommes il lance sur son futur ex-copain, mise ou non une carte bagarre qui rajoute de la puissance de feu et celui qui a le plus gros total gagne et fait rentrer le copain à sa base, la mine dépitée et la fourrure pleine de caramel et de pâte brisée.

Bon, et pour les marmots alors ?

Alors là, ça dépend et ça dépend, ça dépasse. Si tu ne connais pas Scythe, et que tes marmots sont en âge de jouer à un jeu de stratégie simple, mais loin d’être simpliste, le plaisir sera tout à fait au rendez-vou. My Little Scythe est un jeu super mignon, donc le Marmot a grande envie de tripoter les petites pommes, les gemmes ou les figurines animaux trognons, tout en s’initiant en douceur à la stratégie. 

Mais, si l’habillage du jeu est absolument craquouillant, les mécaniques relativement accessibles, il est juste évident que le Marmot n’a aucune chance contre un adulte qui pratique Scythe régulièrement. Et le risque est donc non nul que le Marmot trop jeune se fasse rouler dessus les premières parties et finisse dégoûté du jeu. Quant au grand Marmot, lui risque de s’ennuyer dans un Scythe super super light, même s’il retrouvera l’ADN de son jeu préféré.

Le jeu est donné pour à partir de 8 ans mais je le recommanderais plutôt pour 10 ans, pour que le Marmot puisse vraiment s’amuser avec un adulte.

Entre marmots et adultes néophytes, en revanche, tous les voyants sont au vert pour que le jeu prenne la place qui lui revient de droit au centre de la table du salon pour de belles et longues parties. Vous glisserez fatalement vers le “gros-jeu” plus tard et votre vie en sera transformée. Les pommiers du bonheur chanteront vos louanges et le corbeau du verger rendra humblement les pommes dérobées.

Est-ce que je vous ai dit que j’aimais Scythe ? Sans doute pas assez.  

Donc ? Au final, je l’achète ou pas ?

Grande question. Et la réponse dépend uniquement de toi, ami lecteur. 

Si toi et tes enfants ne connaissez rien à Scythe et à ses délicieuses mécaniques, je ne peux que te conseiller My Little Scythe, qui deviendra ton jeu de chevet pendant un bon moment. Le matériel est super mignon, flatte l’œil de l’enfant et du parent amateur de figurines qui y voit affectueusement son jeu préféré en plus kawaii. Les parties entre marmots seront intenses, disputées, et la finesse du jeu saura séduire bon nombre d’adultes néophytes en jeu de stratégie. 

Pour les possesseurs de Scythe, je suis un peu plus mitigée.

Si tu es complétiste et que tu as les moyens de ta fringale, fonce. Après quelques parties, ton Marmot commencera à te mettre quelques dérouillées à la pomme et tu feras moins le malin. La manipulation du superbe matériel aidera sûrement à compenser les quelques frustrations liées au manque de maîtrise du Marmot du début. En outre, passer ensuite à Scythe devrait se faire assez naturellement une fois My Little Scythe maîtrisé.

Pour conclure, pour moi, My Little Scythe est un super jeu pour tout faire comme les grands quand ils jouent à Scythe et qui pourra même attendrir un grand amateur de l’ainé-jeu. Par contre, un joueur confirmé devra s’attendre à bien plus maîtriser le jeu qu’un autre, au risque de s’ennuyer. On attend néanmoins de pied ferme de futures extensions pour un jeu qui, un poil plus complexe, pourrait aussi bien ravir les grands Marmots que nous sommes.

On aime :

  • La découverte de Scythe pour les Marmots
  • Le matériel de folaïe
  • Le rangement de folaïe
  • Retrouver un peu de notre Scythe adoré dans une boîte choupinette
  • Un genre de gateway pour Scythe

On aime moins :

  • Le déséquilibre entre les joueurs de niveaux disparates
  • Des figurines non peintes
  • Sans doute dispensable pour les gros joueurs de Scythe

Fiche Technique

Un jeu de Hoby Chou et Vienna Chou
Illustré par Katie Khau
Edité par Matagot
Pour 1 à 6 joueurs
Dès 8 ans

Voir la fiche chez Philibert

Pour aller plus loin

Des extensions avec de nouvelles factions sont prévues et il reste plein de place dans la boîte et dans les mécaniques du jeu pour l’étoffer : pouvoirs asymétriques, améliorations plus poussées, entre autres.

Quid des jeux de grands revampés pour les Kids ?

Ce qui peut sembler une tendance marketing qui joue sur le côté affectif des parents paraît en tout cas être en train de s’installer. On commence à ne plus savoir où donner de la tête entre les différentes déclinaisons de Mon petit âge de pierre, Mon petit Catane, Mon petit aventurier du rail et j’en passe. Alors, qu’en penser ? A titre personnel, j’ai bien du mal à me prononcer. D’une part parce que mes Marmottes ne sont plus dans la cible de ces spin-offs de jeux que j’apprécie dans leur version adulte et chaque adaptation aura une réussite plus ou moins heureuse. J’ai vu des Marmots s’éclater à l’Age de Pierre Junior, pris en main en 3 secondes et demies, et d’autres s’ennuyer ferme. On me rapporte également que les Aventuriers du Rail pour Marmots est vraiment très bien pour les plus jeunes, et facilement complexifiable pour les plus grands.

Dans tous les cas, l’écueil de cette démarche, à mon sens, c’est que pour chacun des jeux junior de ses grands classiques, le joueur espère se prendre la même claque qu’avec la version pour grand. Et du coup, cela crée des attentes qui risquent d’être déçues. C’est ce qui m’est arrivé pour My Little Scythe mais je suis peut-être trop blasée ? Et pourtant, le jeu en lui-même ne manque pas de qualités et reste un superbe objet ludique.

Donc ? Pour ou contre les jeux junior des jeux qu’on aime ? A vous de vous lâcher dans les commentaires ☺

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.