Test – PicNic

Tous les lapins et tous les renards se sont donné rendez-vous au cœur de la forêt pour organiser un grand pique-nique. Le problème, c’est que personne n’a ramené à manger. Et les renards commencent à regarder les lapins avec envie.

Pour sauver leurs peaux, ceux-ci proposent de partir à la recherche de carottes, pastèques et ananas qui poussent un peu partout dans la forêt.

Sentant l’entourloupe, l’un des renards ajoute : « D’accord mais nous partirons en binôme, un renard et un lapin, et nous resterons attachés par un fil… pour ne pas nous perdre en chemin, bien entendu. »

Et voilà nos joyeux amis en route pour trouver de quoi préparer le plus festif des pique-nique.

« PicNic » est un jeu de collecte et de manipulation de Johan Benvenuto et Kévin Jost, illustré par Sigrid Martinez et édité par Djeco. 2 à 4 petits lapinous de 4 ans et plus peuvent participer au pique-nique.

Maître Renard, par l’odeur alléchée…

Ce qui flatte l’œil tout d’abord, c’est le magnifique travail de Sigrid Martinez : des dessins tout en rondeur, tout en douceur et aux couleurs acidulées. Un vrai bonbon visuel que ce soit sur la boîte ou au niveau du matériel.

Le matériel, justement, la boîte en déborde et il faudra un peu d’organisation pour tout faire rentrer sans que le couvercle s’entrebâille. On trouve ainsi:

  • 17 tuiles rondes pour former la forêt,
  • 27 jetons Nourriture à récolter,
  • 4 lapins et 4 renards en bois reliés deux par deux par une ficelle,
  • Une roue pour définir le déplacement des animaux.

Au risque de nous répéter puisque cela devient une habitude chez Djeco, tout est prêt à l’emploi dès l’ouverture de la boîte, et le matériel en bois et en carton très épais résistera à la délicatesse bien connue des petits doigts de nos Marmots.

Promenons-nous dans les bois

La tuile “Pique-Nique” est placée au centre de la table et chaque joueur pose le couple d’animaux à sa couleur (renard et lapin reliés par une ficelle) sur celle-ci. Tout autour, on répartit aléatoirement les 16 tuiles rondes représentant les destinations à visiter (4 Jardins fleuris roses, 4 Montagnes bleues, 4 Forêts oranges et 4 Campagnes vertes). Il faut une ou deux parties pour comprendre que la manière dont on dispose ces tuiles va fortement influer sur la dynamique de la partie.

Les animaux ayant leurs déplacements limités par la taille de la ficelle qui les relie, plus les tuiles seront rapprochées, plus ils seront libres de leurs mouvements et plus les parties seront courtes et nerveuses.

Si les tuiles sont espacées, les déplacements demanderont un peu plus de réflexion, la stratégie sera un peu plus fine mais les parties pourront paraître un peu longues pour les Marmots les plus jeunes.

A vous de choisir le style de jeu qui convient le mieux à votre tablée.

Une fois les tuiles installées, on place sur chacune d’elle un ou plusieurs jetons Nourriture : un seul jeton sur les tuiles les plus proches du centre, deux sur les plus éloignées. Les 3 gros ananas sont mis de côté.

Quand vient votre tour, faites tourner l’aiguille sur la roue. Sur la moitié supérieure, la flèche vous indique une couleur de Destination pour le lapin ; sur la moitié inférieure l’autre flèche vous indique la couleur de Destination du renard. Si la longueur de la ficelle vous le permet, déplacez l’un de vos deux animaux sur une tuile de la couleur indiquée.

Il y a toutefois deux règles à respecter :

  • Il ne peut y avoir qu’un seul animal sur chaque tuile.
  • Les ficelles des différents joueurs ne doivent jamais se croiser.

Lorsque votre animal arrive sur une tuile, il y récolte un jeton Nourriture si celle-ci en contient encore. Si elle n’en contient plus, retournez la tuile :

  • Un ananas apparaît ? Vous gagnez l’un des trois jetons ananas.
  • Elle est vide ? Vous avez perdu votre tour.

Il y a 4 ananas cachés sous les tuiles ; un pour chaque couleur de Destination.

Lorsque le troisième ananas est récolté, la partie s’arrête et le pique-nique peut enfin débuter.

A la lecture des règles, cette condition peut faire craindre une fin de partie à rallonge. Mais le fait qu’un ananas se cache sous chaque couleur est une vraie bonne idée. Ainsi, quand l’un d’eux apparaît sous une couleur de tuile, on sait qu’il ne faut plus chercher sous ce type de Destination. Cela restreint petit à petit les tuiles à fouiller et la partie se termine bien souvent par une course effrénée à la recherche des 2 derniers ananas.

Quand le troisième ananas est découvert, donc, on ne compte pas le nombre de fruits récoltés mais chaque joueur les aligne dans le sens de la longueur. Celui qui forme la plus longue ligne gagne la partie.

Vous comprenez donc que chaque fruit n’a pas la même valeur : les carottes sont bien plus longues que les pastèques, elles même plus longues que les pommes. Et je ne vous parle pas des ananas qui les explosent tous.

Le choix des fruits à récolter tout au long de la partie est donc primordial.

Pourquoi tu souffles? C’est pastèque?

« PicNic » est un jeu exigeant pour les Marmots de 4-5 ans. Il demande un poil de stratégie (pour choisir les déplacements et récolter les plus gros fruits), pas mal d’évaluation de distance et de manipulation fine (avec ces 2 figurines reliées par une maudite ficelle toujours trop courte) et après une bonne dizaine de minutes, quand les Marmots ont déjà bien cogité, le jeu ose faire appel à leur mémoire (pour débusquer les Ananas). Autant vous dire que « PicNic » risque de perdre certains Marmots en route. Pour ceux qui ne sont pas forcément habitués à la chose ludique, il n’est à donc pas à conseiller avant 6 ans.

Pour les autres, qui ont déjà de la bouteille et qui aiment repousser un peu leurs limites, ce jeu est un petit bijou. Mon Marmot de 5 ans fait partie de ceux-là et je peux vous dire que chaque fois que cette boîte est de sortie, il a des étoiles pleins les yeux. Alors, certes, elle ne sort pas aussi souvent qu’un « Monza », certes elle ne déchaîne pas autant les passions qu’une partie de « Little Battle » mais c’est chaque fois un moment ludique intense pour lui et vraiment plaisant pour nous, ses parents, ainsi que pour notre Marmotte de 9 ans.

Comme dit dans l’explication des règles plus haut, le placement initial des tuiles reste tout de même primordial. Les placer assez proches les unes des autres permet de restreindre la durée de partie et d’éviter certains blocages dans les déplacements. Cela permet aussi de faciliter grandement la recherche des ananas en fin de partie. Les parties n’excéderont ainsi jamais les 15 minutes.

L’Avis de Plateau Marmots (Vincent)

Sous son esthétique mignonne et acidulée, « PicNic » cache un jeu exigeant pour les Marmots les plus jeunes. Il est aux Marmots de 4-5 ans, ce qu’Agricola est aux joueurs occasionnels : un jeu certes accessible mais qui leur demande un vrai investissement et une vraie envie de dépasser leurs habitudes.

Pour les Marmots qui vous semblent prêts à faire cet effort, ce jeu s’avère extrêmement complet et plaisant. Pour les autres, il est à conseiller à partir de 6 ans.

On aime:

  • Les illustrations acidulées
  • La mécanique de déplacement originale

On aime moins:

  • Les parties qui peuvent s’éterniser si les tuiles sont trop éloignées les unes des autres
  • La difficulté pour les Marmots les plus jeunes

Où le trouver

Fiche Technique

  • Picnic
  • Une jeu de Johan Benvenuto et Kévin Jost
  • Illustré par Sigrid Martinez
  • Edité par Djeco
  • Pour 2 à 4 petits lapinoux
  • De 4 ans et plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.